Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Lady Chatterley - Pascale Ferran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 42
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Lady Chatterley - Pascale Ferran   Mar 15 Mai - 18:59



En choisissant d'adapter la deuxième des trois versions du dernier roman de D.H. Lawrence, Pascale Ferran (Petits arrangements avec les morts, L'âge des possibles) a pris le parti de la sensualité. Bien plus que dans les deux autres versions, les personnages de Constance "Connie" Chatterley et d'Oliver Parkin existent en effet dans leur chair.

Cette chair est évidemment montrée dans le film de Ferran, mais la réalisatrice et co-adaptatrice n'en fait pas trop ; rien de choquant, de pornographique dans les scènes d'amour, qui d'ailleurs n'interviennent qu'après le premier tiers du film. Les trois premiers quarts d'heure servent à présenter les protagonistes dans les rôles que la société britannique de l'époque (l'entre-deux guerres) leur a assignés : blessé lors de la première guerre mondiale, Sir Clifford est un aristocrate froid, un patron inflexible, un mari distant qui se voudrait autoritaire, mais que son infirmité empêche d'être totalement un époux. Constance est dévouée, effacée, presque éteinte.

Le choc sensuel aura lieu alors que Constance, chargée par son mari de faire une commission à leur garde-chasse, Parkin, en l'absence de leur valet souffrant, trouvera l'homme, torse nu, à sa toilette. Tremblante, visiblement remuée jusqu'au tréfonds d'elle-même, elle évite son contact, même lointain, pendant quelque temps après cet épisode.

Mais le feu éveillé par ces quelques instants sera le plus fort. Alors qu'elle se balade dans leur propriété, elle débouche sur la clairière dans laquelle est posée la cabane où Parkin "bricole". Les premières tentatives d'approche sont, de part et d'autre, maladroites ; Parkin se révèle aussi sauvage que son physique un peu fruste le laisse penser. Quant à Connie, elle est encore toute chamboulée par les nouveaux sentiments qui l'habitent. Il faudra plusieurs visites, puis la permission donnée par Parkin à Connie (qui n'en avait pas besoin, étant maîtresse du domaine) de venir se reposer à la cabane quand elle en ressent le besoin, avant que la rencontre n'ait vraiment lieu. C'est le début d'une relation passionnée, qui va faire retrouver son corps à Parkin et découvrir le sien à Constance.

Bientôt, il devient clair que le lien qui les lie n'est pas uniquement physique ; le besoin qu'ils ont l'un de l'autre dépasse leur besoin de faire l'amour ensemble. La décision que prend Constance d'accompagner sa soeur en voyage vers le sud de la France va les séparer pour quelques semaines...

Je ne dirai rien de l'histoire après ce tournant scénaristique ; je préfère m'attacher à dire ce qui, dans cette oeuvre, a particulièrement attiré mon attention.

Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé la manière dont Pascale Ferran filme la nature, tour à tour apaisante et actrice à part entière de la passion qui lie Parkin et Constance. Végétation, cris des oiseaux, tout est fait - et très bien fait - pour baigner le film dans une atmosphère naturelle qui contribue, bien sûr, à nous faire comprendre que la relation entre Lady Chatterley et son amant est, elle aussi, des plus naturelle.

De même, la manière qu'a Ferran de filmer les corps, qu'ils soient habillés ou nus, procède de ce naturalisme (de très bon ton, à mon avis) : tout, dans le rapport au corps des amants, après un temps d'adaptation, est simple. Le tournant, le moment où l'on comprend qu'il y a bien plus entre Constance et Parkin qu'une relation physique, est la scène où elle lui demande de se montrer nu à elle avant d'éteindre la lumière pour lui faire l'amour. Dans son ton, dans la manière qu'elle a de le lui demander, dans son regard quand il se déshabille, un peu gêné encore, on comprend qu'elle est amoureuse, et c'est magnifiquement rendu.

J'allais oublier que le film a été couronné par pas moins de cinq César cette année : meilleur film français, meilleure actrice pour Marina Hands (époustouflante, il est vrai !), meilleure adaptation, meilleure photographie, meilleurs costumes. Un raz-de-marée dont je ne peux juger que certains des éléments.

Marina Hands, je viens de le dire, est incroyablement juste dans son interprétation d'un personnage pourtant complexe, engoncée au départ dans les exigences de son rang social et qui, par la force d'une rencontre, de la découverte d'elle-même, va peu à peu s'émanciper de la tutelle de son milieu pour vivre, réellement, enfin. On peut en effet voir sa relation avec Parkin comme une révolution, une déclaration de guerre aux règles de la bien-pensance de l'époque. Marina Hands rend parfaitement, dans son jeu (son ton, son visage, son corps), les transformations successives de ce personnage dont on a trop souvent, parce que c'est ainsi qu'elle est présentée dans les autres versions du roman, et notamment la troisième, qu'on connaît le mieux, fait une cérébrale et qui se révèle ici, une fois débarrassée de la gangue que constituent les obligations sociales du "paraître", instinctive et sensuelle.

Quant à Jean-Louis Coulloc'h, il est parfaitement convaincant dans le rôle de l'ours solitaire dont on apprend peu à peu l'histoire et les motivations.

Hippolyte Girardot, enfin, sait être tout à fait froid, égoïste, mais aussi montrer les sentiments que lui inspirent les propos de sa femme quand elle lui apprend qu'il se pourrait qu'elle tombe bientôt enceinte. Il se ressaisit cependant assez vite, et met une condition aux infidélités de son épouse : que l'héritier à naître soit biologiquement anglais, et de bonne famille...

L'ambiance du film ne doit pas peu au talent de Julien Hirsch, le chef opérateur, qui a su au mieux capter la lumière naturelle pour illuminer végétation et humains, puis rendre très habilement le rapprochement entre les amants en baignant les scènes d'amour de tons de plus en plus chauds. Magnifique ! Le jeu de costumes orchestré par Marie-Claude Altot joue le même rôle.

Ce film est une véritable réussite : c'est un hymne à la liberté, à la sensualité, et sa conclusion, même si elle est moins ouvertement optimiste que celle de la version connue du roman, laisse ouvert assez largement le "champ des possibles" pour les amants.
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 55
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Lady Chatterley - Pascale Ferran   Jeu 6 Sep - 11:45

Thomas a écrit:
Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé la manière dont Pascale Ferran filme la nature, tour à tour apaisante et actrice à part entière de la passion qui lie Parkin et Constance. Végétation, cris des oiseaux, tout est fait - et très bien fait - pour baigner le film dans une atmosphère naturelle qui contribue, bien sûr, à nous faire comprendre que la relation entre Lady Chatterley et son amant est, elle aussi, des plus naturelle.

C'est ce que je retiens avant tout de ce film. Il est rare de voir la nature traitée avec autant d'importance ds un film, à part entière comme les personnages. La photographie méritait en effet un prix.
Bien sûr, les personnages, l'intrigue, tout était bon aussi. Mais la nature, vraiment, pour moi ça reste un grand moment de cinéma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 42
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Lady Chatterley - Pascale Ferran   Jeu 6 Sep - 12:15

Et malheureusement, je crois que c'est ce qui a fait que certains spectateurs n'ont pas accroché... Il faut être soi-même dans un état d'esprit que je qualifierais de "sensualiste", si tant est que le mot existe (sinon, tant pis, je l'invente pour l'occasion Wink ) pour apprécier ce film magnifique !
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 55
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Lady Chatterley - Pascale Ferran   Jeu 6 Sep - 13:44

Sensualiste.
Super, j'adopte et je revendique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 42
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Lady Chatterley - Pascale Ferran   Jeu 6 Sep - 14:58

Tu m'en vois très honoré ! mais le mot existe

Le sensualisme, c'est une "doctrine d'après laquelle l'essence du beau consiste dans le plaisir, dans ce qui est agréable ".

Appliqué à une personne, c'est un "caractère sensuel, tendance à rechercher les plaisirs des sens".

Ca je revendique complètement (et d'ailleurs ce n'est pas pour rien que j'ai choisi de mettre une citation de Louÿs dans ma signature Wink ) !
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 55
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Lady Chatterley - Pascale Ferran   Jeu 6 Sep - 15:17

Et bien merci bcp, j'aurais encore appris qq chose !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 42
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Lady Chatterley - Pascale Ferran   Jeu 6 Sep - 15:39

Moi aussi, figure-toi ! Laughing
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 55
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Lady Chatterley - Pascale Ferran   Jeu 6 Sep - 15:59

Thomas a écrit:
Appliqué à une personne, c'est un "caractère sensuel, tendance à rechercher les plaisirs des sens".

Ca je revendique complètement (et d'ailleurs ce n'est pas pour rien que j'ai choisi de mettre une citation de Louÿs dans ma signature Wink ) !

Ah les taureaux et leur sensualité ! ;-))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 42
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Lady Chatterley - Pascale Ferran   Jeu 6 Sep - 16:31

Very Happy
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lady Chatterley - Pascale Ferran   

Revenir en haut Aller en bas

Lady Chatterley - Pascale Ferran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: GRAND DEPOUSSIERAGE 2015/2017 :: Divers -