Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Ulysse - James Joyce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Ulysse - James Joyce   Dim 11 Déc - 12:26





Ulysses
Traduction : Auguste Morel, revue par Valéry Larbaud, Stuart Gilbert et James Joyce

ISBN : 9782070400188


Notre Opinion
Personnages


Citation :
[...] ... - "Un père," dit Stephen, luttant contre le découragement, "est un mal nécessaire. Il écrivit la pièce pendant les mois qui suivirent la mort de son père. Si vous admettez que lui, l'homme grisonnant, père de deux filles à marier, avec trente-cinq ans d'âge, nel mezzo del caminn di nostra vita, et cinquante d'expérience, soit l'étudiant imberbe de Wittemberg, vous devez alors admettre que sa vieille mère de soixante-dix ans est la reine luxurieuse. Non. Le cadavre de John Shakespeare ne se promène pas dans la nuit. Il va pourrissant d'heure en heure. Il repose, dépourvu de paternité, ayant transmis à son fils cet état mystique. Le Calandrino de Boccace est le premier et dernier homme qui conçut un enfant. La paternité, en tant qu'engendrement conscient, n'existe pas pour l'homme. C'est un état mystique, une transmission apostolique, du seul générateur au seul engendré. Sur ce mystère, et non sur la madone que l'astuce italienne jeta en pâture aux foules d'Occident, l'Eglise est fondée, et fondée inébranlablement parce que fondée, comme le monde, macro et microcosme, sur le vide. Sur l'incertitude, sur l'improbabilité. Amor matris, génitif objectif, peut-être la seule chose vraie de cette vie. On peut envisager la paternité comme une fiction légale. Est-il père aimé comme tel par son fils, fils comme tel par son père ?

Où diable veux-tu en venir ?

Je sais. Tais-toi. Fiche-moi la paix ! J'ai mes raisons.

Amplius. Adhuc. Iterum. Postea.

Suis-je condamné à faire ce métier-là ?

- "Ils sont séparés par une honte charnelle, si catégorique que les annales criminelles du monde, souillées de toutes les autres catégories d'incestes et de bestialités, rapportent peu de manquements à cette répulsion de la chair. Fils avec leurs mères, pères avec leurs filles, sœurs lesbiennes, amours qui n'osent pas dire leurs noms, neveux et grands-mères, gibier de prisons et trous de serrures, reines et taureaux primés. Le fils à naître gâte la ligne : né, il amène le chagrin, divise l'affection, accroît les soucis. C'est un mâle : sa croissance est le signal du déclin du père, sa jeunesse, son père la jalouse, son ami est l'ennemi de son père.

C'est dans la rue Monsieur-le-Prince que j'ai pensé cela.

Dans la nature, qu'est-ce qui les lie ? Une minute d'aveugle rut.

Suis-je père ? Si je l'étais ?

Main hésitante, recroquevillée.

- Sabellius l'Africain, le plus subtil hérésiarque de toute la ménagerie, soutenait que le Père était Soi-Même Son Propre Fils, le dogue d'Aquin, pour qui l'impossible n'existe pas, le réfute. Eh bien : si le père qui n'a pas de fils n'est pas un père le fils qui n'a pas de père peut-il être un fils ? Quand Rutlandbaconsouthamptonshakespeare ou un poète du même nom dans la comédie des méprises, écrivit Hamlet, il n'était pas seulement le père de son propre fils mais, n'étant plus un fils, il était et se savait être le père de toute sa race, le père de son propre grand-père, le père de son petit-fils à naître, qui, entre parenthèses, ne naquit jamais, car la Nature, comme le comprend si bien Mr Magee, a horreur de la perfection."

Eglintonoeil,
pétulant, lança une prudente étincelle. Regard charmé d'un allègre puritain à travers la torse églantine.

Flatter. Ne pas en abuser. Mais flatter.


- "Soi-même son propre père," soliloquait Mulligan-fils. "Minute. Je me sens engrossé. J'ai un fœtus dans le cerveau. Pallas-Athênê ! Une pièce ! L'essentiel, c'est la pièce ! Laissez-moi accoucher !" ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Ulysse - James Joyce   Dim 11 Déc - 13:21

Citation :
[...] ... MRS BREEN (Lui pince le bras et minaude) : Ah, que j'étais une vilaine cruelle !

BLOOM (Bas, mystérieusement et toujours vite) : Et Milly mangeait un sandwich de filet mariné, qui venait du panier de Mrs Joe Gallagher. Franchement, elle avait beau avoir ses courtiseurs et ses conseilleurs, elle ne m'a jamais dit grand'chose. Elle était ...

MRS BREEN : Trop ...


BLOOM : Oui
. Et Molly riait parce que Rogers et Maggott O'Reilly imitaient le coq quand nous sommes passés à côté d'une ferme et Marcus Tertius Moïse, le marchand de thé, nous a dépassés dans sa petite carriole, avec sa fille qu'on appelait Tutu Moïse et le caniche qu'elle avait sur ses genoux et qui faisait son important et vous m'avez demandé si j'avais jamais entendu ou lu ou rencontré ...

MRS BREEN (Avec chaleur) : Oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui.


Elle n'est plus à côté de lui. Suivi par le chien pleurnichard, il s'achemine vers les portes de l'enfer. Sous le porche, une femme, debout, penchée en avant, les jambes écartées, pisse comme une vache. Devant un débit aux volets clos, un groupe de badauds écoute une histoire que le contremaître au museau écrasé leur corne avec des plaisanteries rauques. Deux soûlards sans bras luttent, flic flac, grognent, combat tronqué de troncs
.

LE CONTREMAÎTRE (Fait le gros dos, voix qui se fourvoie dans son museau) : Et quand c'est que Cairn est descendu de l'échafaudage de Castor Street, dans quoi qu'il était en train de faire, si c'était pas en plein dans le seau de bière qui attendait là, dans les copeaux, pour les plâtriers à Derwan.

LES BADAUDS (Rires gras de palais fourchus) : Madoué !

Leurs chapeaux mouchetés de peinture vacillent. Eclaboussés par la colle et la chaux de leurq hutteq, ils gambadent, tronqués, autour de lui.


BLOOM : C'était une coïncidence. Ils trouvent ça drôle. Ce n'était pas drôle du tout. En plein jour. Pouvais plus avancer. Heureusement pas de femme par là.

LES BADAUDS : Madoué, ça, c'en est une bonne. Limonade purgative. Dans la bière des copains."

Bloom passe. Des filles à vingt sous, individuellement ou par couples, en châle, dépeignées, à chaque coin de rue, sur les portes, dans les ruelles, appellent.

LES FILLES
: Où qu'tu vas comme ça mon coco ?
                   Comment qu'il s'porte, ton escargot ?
                  T'as-t-y une allumette sur toi ?
                  Amène-toi là que je la frotte

Il sort au plus vite de cette vidange pour gagner au plus vite la rue éclairée. Derrière un rideau qui fait ventre par la fenêtre ouverte, un gramophone dresse sa trompe de métal pleine de bosses. Dans l'ombre, une tenancière de casse-gueule ergote avec le terrassier et deux tuniques rouges.

LE TERRASSIER
(Rotant) : Où qu'c'est qu'est la foutue boîte ?

LA TENANCIERE : Purdon Street. Un shilling la bouteille de stout. J'estampe pas mon monde.

LE TERRASSIER
(S'accroche aux deux tuniques rouges et les entraîne en trébuchant) : En avant, l'Armée anglaise !

LE SOLDAT CARR
(Derrière son dos) : Il est rien marteau.

LE SOLDAT COMPTON
(Il rit.) : Tu parles !

LE SOLDAT CARR (Au Terrassier) : La cantine de Portobello. Tu n'auras qu'à demander Carr, Carr tout court.

LE TERRASSIER (Braille) : Nous sommes les cars de Wexford.

LE SOLDAT COMPTON : Dis donc ! Et qu'est-ce que t'en fais, du sergent-major ?

LE SOLDAT CARR : Bennett ?
C'est un vrai frère. Il me botte, ce vieux Bennett.

LE TERRASSIER (Braille) : Les fers infâmes
                                    Et libérons notre patrie.

Il les entraîne en trébuchant. Bloom s'arrête, dérouté. ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Ulysse - James Joyce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -