Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Décès de Michelangelo Antonioni.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 60454
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Décès de Michelangelo Antonioni.   Mar 31 Juil - 14:28

Décidément, l'hécatombe se poursuit. Serrault aurait certainement souri de se voir arriver en si prestigieuse compagnie dans l'Au-delà mais aujourd'hui, c'est Michel-Angelo Antonioni - le père de "Blow up", entre autres - qui nous a quittés :

Citation :
Michelangelo Antonioni, l'un des plus célèbres cinéastes italiens, est décédé lundi à l'âge de 94 ans, annoncent les autorités municipales de Rome.

Considéré comme le père cinématographique de l'angoisse moderne et de l'aliénation, Antonioni, dont la carrière s'est étendue sur six décennies, était notamment connu pour "Blowup", "L'Avventura" et "Profession: Reporter".

"Avec Antonioni, disparaît non seulement l'un des plus grands réalisateurs vivants, mais également un maître du cinéma moderne", a estimé le maire de Rome Walter Veltroni. La mairie de Rome a pris des dispositions pour permettre aux Romains de se recueillir mercredi devant la dépouille du cinéaste.

Les oeuvres d'Antonioni, au style délibérément lent, n'étaient pas toujours de celles qui attirent le grand public. Toutefois, certains de ses films l'ont élevé au rang d'icône pour certains de ses confrères, comme Martin Scorsese qui voyait en lui un poète muni d'une caméra.

Né en 1912 à Ferrare, dans le nord de l'Italie, Antonioni a réalisé son premier long-métrage, "Chronique d'un amour", en 1950, après une dizaine de courts métrages.

Durant dix ans, il travaille ensuite avec les grands noms du cinéma italien, dont Marcello Mastroianni. Ce n'est toutefois qu'en 1960 qu'il accède à la renommée avec "L'Avventura", description du vide émotionnel de la société contemporaine.

"Blowup", tourné en anglais à Londres, confirme son statut en 1966 et fait de lui un objet de culte pour cinéphiles et cinéastes.


Ses détracteurs trouvaient ses films, au rythme lent et aux plans longs, pesants et prétentieux. Ses adeptes voyaient en lui l'un des fondateurs du cinéma européen d'avant-garde.

En 1970 il tourne en Californie "Zabriskie Point", qui ne rencontrera pas le succès, puis "Profession : Reporter" en 1974, avec Jack Nicholson.

Une attaque cérébrale le laisse en partie paralysé en 1983, mais ne l'empêche pas de tourner encore plusieurs films, dont "Par-delà les nuages" en 1995, avec Wim Wenders.

Il réalise sa dernière oeuvre en 2004, à l'âge de 92 ans, avec le moyen-métrage "Le périlleux enchaînement des choses", un des volets du triptyque "Eros", coréalisé avec Wong Kar-Wai et Steven Soderbergh.

Antonioni avait reçu un Lion d'Or à la Mostra de Venise en 1983 et un Oscar en 1995 pour l'ensemble de son oeuvre. ( Sources : Y/A )

Pour être franche, mis à part "Blow up", personnellement, Antonioni n'était pas ma tasse de thé. A côté de lui, Bergman fait figure de TGV. N'empêche que, par sa caméra, il exprimait une personnalité réelle.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Décès de Michelangelo Antonioni.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: CINEMA, DVD, TELEVISION & C° :: Ciné-Club & DVD -