Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

La Traduction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 41
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mer 31 Oct - 8:37

C'est une véritable énigme, la traduction : soit elle est très proche du texte original (tout en étant correcte dans la langue de traduction, bien sûr), mais alors certains éléments peuvent rester obscurs aux yeux du lecteur de la version traduite (elle est alors souvent accompagnée de notes...), soit elle prend des libertés avec le texte original pour être mieux comprise mais on peut l'accuser de trahir l'original...
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Morgane la fée
Our Witch-Ambassadress to Albion
Our Witch-Ambassadress to Albion
avatar

Féminin
Lion Dragon
Nombre de messages : 2493
Age : 29
Localisation : Dublin, Ir
Emploi : ?
Loisirs : lecture, cinéma, écriture, voyages, shopping
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mer 31 Oct - 14:39

Pour commencer je poste le poème The Raven/ Le Corbeau d'Edgar Poe et la traduction de Baudelaire






The Raven

Once upon a midnight dreary, while I pondered weak and weary,
Over many a quaint and curious volume of forgotten lore,
While I nodded, nearly napping, suddenly there came a tapping,
As of some one gently rapping, rapping at my chamber door.
`'Tis some visitor,' I muttered, `tapping at my chamber door -
Only this, and nothing more.'

Ah, distinctly I remember it was in the bleak December,
And each separate dying ember wrought its ghost upon the floor.
Eagerly I wished the morrow; - vainly I had sought to borrow
From my books surcease of sorrow - sorrow for the lost Lenore -
For the rare and radiant maiden whom the angels named Lenore -
Nameless here for evermore.

And the silken sad uncertain rustling of each purple curtain
Thrilled me - filled me with fantastic terrors never felt before;
So that now, to still the beating of my heart, I stood repeating
`'Tis some visitor entreating entrance at my chamber door -
Some late visitor entreating entrance at my chamber door; -
This it is, and nothing more,'

Presently my soul grew stronger; hesitating then no longer,
`Sir,' said I, `or Madam, truly your forgiveness I implore;
But the fact is I was napping, and so gently you came rapping,
And so faintly you came tapping, tapping at my chamber door,
That I scarce was sure I heard you' - here I opened wide the door; -
Darkness there, and nothing more.

Deep into that darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
But the silence was unbroken, and the darkness gave no token,
And the only word there spoken was the whispered word, `Lenore!'
This I whispered, and an echo murmured back the word, `Lenore!'
Merely this and nothing more.

Back into the chamber turning, all my soul within me burning,
Soon again I heard a tapping somewhat louder than before.
`Surely,' said I, `surely that is something at my window lattice;
Let me see then, what thereat is, and this mystery explore -
Let my heart be still a moment and this mystery explore; -
'Tis the wind and nothing more!'

Open here I flung the shutter, when, with many a flirt and flutter,
In there stepped a stately raven of the saintly days of yore.
Not the least obeisance made he; not a minute stopped or stayed he;
But, with mien of lord or lady, perched above my chamber door -
Perched upon a bust of Pallas just above my chamber door -
Perched, and sat, and nothing more.

Then this ebony bird beguiling my sad fancy into smiling,
By the grave and stern decorum of the countenance it wore,
`Though thy crest be shorn and shaven, thou,' I said, `art sure no craven.
Ghastly grim and ancient raven wandering from the nightly shore -
Tell me what thy lordly name is on the Night's Plutonian shore!'
Quoth the raven, `Nevermore.'

Much I marvelled this ungainly fowl to hear discourse so plainly,
Though its answer little meaning - little relevancy bore;
For we cannot help agreeing that no living human being
Ever yet was blessed with seeing bird above his chamber door -
Bird or beast above the sculptured bust above his chamber door,
With such name as `Nevermore.'

But the raven, sitting lonely on the placid bust, spoke only,
That one word, as if his soul in that one word he did outpour.
Nothing further then he uttered - not a feather then he fluttered -
Till I scarcely more than muttered `Other friends have flown before -
On the morrow he will leave me, as my hopes have flown before.'
Then the bird said, `Nevermore.'

Startled at the stillness broken by reply so aptly spoken,
`Doubtless,' said I, `what it utters is its only stock and store,
Caught from some unhappy master whom unmerciful disaster
Followed fast and followed faster till his songs one burden bore -
Till the dirges of his hope that melancholy burden bore
Of "Never-nevermore."'

But the raven still beguiling all my sad soul into smiling,
Straight I wheeled a cushioned seat in front of bird and bust and door;
Then, upon the velvet sinking, I betook myself to linking
Fancy unto fancy, thinking what this ominous bird of yore -
What this grim, ungainly, gaunt, and ominous bird of yore
Meant in croaking `Nevermore.'

This I sat engaged in guessing, but no syllable expressing
To the fowl whose fiery eyes now burned into my bosom's core;
This and more I sat divining, with my head at ease reclining
On the cushion's velvet lining that the lamp-light gloated o'er,
But whose velvet violet lining with the lamp-light gloating o'er,
She shall press, ah, nevermore!

Then, methought, the air grew denser, perfumed from an unseen censer
Swung by Seraphim whose foot-falls tinkled on the tufted floor.
`Wretch,' I cried, `thy God hath lent thee - by these angels he has sent thee
Respite - respite and nepenthe from thy memories of Lenore!
Quaff, oh quaff this kind nepenthe, and forget this lost Lenore!'
Quoth the raven, `Nevermore.'

`Prophet!' said I, `thing of evil! - prophet still, if bird or devil! -
Whether tempter sent, or whether tempest tossed thee here ashore,
Desolate yet all undaunted, on this desert land enchanted -
On this home by horror haunted - tell me truly, I implore -
Is there - is there balm in Gilead? - tell me - tell me, I implore!'
Quoth the raven, `Nevermore.'

`Prophet!' said I, `thing of evil! - prophet still, if bird or devil!
By that Heaven that bends above us - by that God we both adore -
Tell this soul with sorrow laden if, within the distant Aidenn,
It shall clasp a sainted maiden whom the angels named Lenore -
Clasp a rare and radiant maiden, whom the angels named Lenore?'
Quoth the raven, `Nevermore.'

`Be that word our sign of parting, bird or fiend!' I shrieked upstarting -
`Get thee back into the tempest and the Night's Plutonian shore!
Leave no black plume as a token of that lie thy soul hath spoken!
Leave my loneliness unbroken! - quit the bust above my door!
Take thy beak from out my heart, and take thy form from off my door!'
Quoth the raven, `Nevermore.'

And the raven, never flitting, still is sitting, still is sitting
On the pallid bust of Pallas just above my chamber door;
And his eyes have all the seeming of a demon's that is dreaming,
And the lamp-light o'er him streaming throws his shadow on the floor;
And my soul from out that shadow that lies floating on the floor
Shall be lifted - nevermore!
_________________
-We live as we dream--alone  Heart of Darkness J. Conrad

“and then, in dreaming,
The clouds methought would open and show riches
Ready to drop upon me that, when I waked,
I cried to dream again. “ Caliban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/profile.forum
Morgane la fée
Our Witch-Ambassadress to Albion
Our Witch-Ambassadress to Albion
avatar

Féminin
Lion Dragon
Nombre de messages : 2493
Age : 29
Localisation : Dublin, Ir
Emploi : ?
Loisirs : lecture, cinéma, écriture, voyages, shopping
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mer 31 Oct - 14:41

Le Corbeau

"Une fois, sur le minuit lugubre, pendant que je méditais, faible et fatigué, sur maint précieux et curieux volume d’une doctrine oubliée, pendant que je donnais de la tête, presque assoupi, soudain il se fit un tapotement, comme de quelqu’un frappant doucement, frappant à la porte de ma chambre. « C’est quelque visiteur, – murmurai-je, – qui frappe à la porte de ma chambre ; ce n’est que cela et rien de plus. »

Ah ! distinctement je me souviens que c’était dans le glacial décembre, et chaque tison brodait à son tour le plancher du reflet de son agonie. Ardemment je désirais le matin ; en vain m’étais-je efforcé de tirer de mes livres un sursis à ma tristesse, ma tristesse pour ma Lénore perdue, pour la précieuse et rayonnante fille que les anges nomment Lénore, – et qu’ici on ne nommera jamais plus.

Et le soyeux, triste et vague bruissement des rideaux pourprés me pénétrait, me remplissait de terreurs fantastiques, inconnues pour moi jusqu’à ce jour ; si bien qu’enfin pour apaiser le battement de mon cœur, je me dressai, répétant : « C’est quelque visiteur attardé sollicitant l’entrée à la porte de ma chambre ; – c’est cela même, et rien de plus. »

Mon âme en ce moment se sentit plus forte. N’hésitant donc pas plus longtemps : « Monsieur, dis-je, ou madame, en vérité, j’implore votre pardon ; mais le fait est que je sommeillais et vous êtes venu frapper si doucement, si faiblement vous êtes venu frapper à la porte de ma chambre, qu’à peine étais-je certain de vous avoir entendu. » Et alors j’ouvris la porte toute grande ; – les ténèbres, et rien de plus.

Scrutant profondément ces ténèbres, je me tins longtemps plein d’étonnement, de crainte, de doute, rêvant des rêves qu’aucun mortel n’a jamais osé rêver ; mais le silence ne fut pas troublé, et l’immobilité ne donna aucun signe, et le seul mot proféré fut un nom chuchoté : « Lénore ! » – C’était moi qui le chuchotais, et un écho à son tour murmura ce mot : « Lénore ! » Purement cela, et rien de plus.

Rentrant dans ma chambre, et sentant en moi toute mon âme incendiée, j’entendis bientôt un coup un peu plus fort que le premier. « Sûrement, – dis-je, – sûrement, il y a quelque chose aux jalousies de ma fenêtre ; voyons donc ce que c’est, et explorons ce mystère. Laissons mon cœur se calmer un instant, et explorons ce mystère ; – c’est le vent, et rien de plus. »

Je poussai alors le volet, et, avec un tumultueux battement d’ailes, entra un majestueux corbeau digne des anciens jours. Il ne fit pas la moindre révérence, il ne s’arrêta pas, il n’hésita pas une minute ; mais avec la mine d’un lord ou d’une lady, il se percha au-dessus de la porte de ma chambre ; il se percha sur un buste de Pallas juste au-dessus de la porte de ma chambre ; – il se percha, s’installa, et rien de plus.

Alors, cet oiseau d’ébène, par la gravité de son maintien et la sévérité de sa physionomie, induisant ma triste imagination à sourire : « Bien que ta tête, – lui dis-je, – soit sans huppe et sans cimier, tu n’es certes pas un poltron, lugubre et ancien corbeau, voyageur parti des rivages de la nuit. Dis-moi quel est ton nom seigneurial aux rivages de la nuit plutonienne ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

Je fus émerveillé que ce disgracieux volatile entendît si facilement la parole, bien que sa réponse n’eût pas une bien grand sens et ne me fût pas d’un grand secours ; car nous devons convenir que jamais il ne fut donné à un homme vivant de voir un oiseau au-dessus de la porte de sa chambre, un oiseau ou une bête sur un buste sculpté au-dessus de la porte de sa chambre, se nommant d’un nom tel que – Jamais plus !

Mais le corbeau, perché solitairement sur le buste placide, ne proféra que ce mot unique, comme si dans ce mot unique il répandait toute son âme. Il ne prononça rien de plus ; il ne remua pas une plume, – jusqu’à ce que je me prisse à murmurer faiblement : « D’autres amis se sont déjà envolés loin de moi ; vers le matin, lui aussi, il me quittera comme mes anciennes espérances déjà envolées. » L’oiseau dit alors : « Jamais plus ! »

Tressaillant au bruit de cette réponse jetée avec tant d’à-propos : Sans doute, – dis-je, – ce qu’il prononce est tout son bagage de savoir, qu’il a pris chez quelque maître infortuné que le Malheur impitoyable a poursuivi ardemment, sans répit, jusqu’à ce que ses chansons n’eussent plus qu’un seul refrain, jusqu’à ce que le De profundis de son Espérance eût pris ce mélancolique refrain : « Jamais – jamais plus ! »

Mais le corbeau induisant encore toute ma triste âme à sourire, je roulai tout de suite un siège à coussins en face de l’oiseau et du buste et de la porte ; alors, m’enfonçant dans le velours, je m’appliquai à enchaîner les idées aux idées, cherchant ce que cet augural oiseau des anciens jours, ce que ce triste, disgracieux, sinistre, maigre et augural oiseau des anciens jours voulait faire entendre en croassant son – Jamais plus !

Je me tenais ainsi, rêvant, conjecturant, mais n’adressant plus une syllabe à l’oiseau, dont les yeux ardents me brûlaient maintenant jusqu’au fond du cœur : je cherchai à deviner cela, et plus encore, ma tête reposant à l’aise sur le velours du coussin que caressait la lumière de la lampe, ce velours violet caressé par la lumière de la lampe que sa tête, à Elle, ne pressera plus, – ah ! jamais plus !

Alors, il me sembla que l’air s’épaississait, parfumé par un encensoir invisible que balançaient les séraphins dont les pas frôlaient le tapis de ma chambre. « Infortuné ! – m’écriai-je, – ton Dieu t’a donné par ses anges, il t’a envoyé du répit, du répit et du népenthès dans tes ressouvenirs de Lénore ! Bois, oh ! bois ce bon népenthès, et oublie cette Lénore perdue ! » Le corbeau dit : «Jamais plus ! »

« Prophète ! – dis-je, – être de malheur ! oiseau ou démon ! mais toujours prophète ! que tu sois un envoyé du Tentateur, ou que la tempête t’ait simplement échoué, naufragé, mais encore intrépide, sur cette terre déserte, ensorcelée, dans ce logis par l’Horreur hanté, – dis-moi sincèrement, je t’en supplie, existe-t-il, existe-t-il ici un baume de Judée ? Dis, dis, je t’en supplie ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

« Prophète ! – dis-je, – être de malheur ! oiseau ou démon ! toujours prophète ! par ce ciel tendu sur nos têtes, parce Dieu que tous deux nous adorons, dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore, embrasser une précieuse et rayonnante fille que les anges nomment Lénore. » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

« Que cette parole soit le signal de notre séparation, oiseau ou démon ! – hurlai-je en me redressant. – Rentre dans la tempête, retourne au rivage de la nuit plutonienne ; ne laisse pas ici une seule plume noire comme souvenir du mensonge que ton âme a proféré ; laisse ma solitude inviolée ; quitte ce buste au-dessus de ma porte ; arrache ton bec de mon cœur et précipite ton spectre loin de ma porte ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

Et le corbeau, immuable, est toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, – jamais plus !"
_________________
-We live as we dream--alone  Heart of Darkness J. Conrad

“and then, in dreaming,
The clouds methought would open and show riches
Ready to drop upon me that, when I waked,
I cried to dream again. “ Caliban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/profile.forum
Séraphine
Grande & Sulfureuse Prêtresse de Nota Bene
Grande & Sulfureuse Prêtresse de Nota Bene
avatar

Féminin
Taureau Chien
Nombre de messages : 3311
Age : 47
Localisation : Autres dimensions...
Emploi : Ecolière...
Loisirs : Le rêve...
Date d'inscription : 02/04/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mer 31 Oct - 15:44

Et puis, quand on lit à haute voix et qu'on prononce le texte original, ça prend encore une autre dimension...

"Caught from some unhappy master whom unmerciful disaster" : le paquet de "s" donne une vibration particulière qu'aucun traducteur ne saura rendre...
_________________
"Connais-toi toi-même."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 41
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mer 31 Oct - 16:14

Je trouve aussi que le "Nevermore !" qui fait réellement, par sa sonorité, penser au coassement du corbeau, n'est pas du tout rendu par le "Jamais plus !" du français. On perd très clairement un aspect du texte, pour ne garder que le sens.
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
gemini
¡ No pasarán !
¡ No pasarán !
avatar

Masculin
Balance Serpent
Nombre de messages : 2388
Age : 52
Localisation : mouais
Emploi : cosmonaute
Loisirs : lecture
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mer 31 Oct - 18:06

Belle et intéressante expérience !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberation.fr/
Morgane la fée
Our Witch-Ambassadress to Albion
Our Witch-Ambassadress to Albion
avatar

Féminin
Lion Dragon
Nombre de messages : 2493
Age : 29
Localisation : Dublin, Ir
Emploi : ?
Loisirs : lecture, cinéma, écriture, voyages, shopping
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mer 31 Oct - 19:42

Le dilemme pour un traducteur de poésie est qu'il faut choisir entre le fond et la forme . Mais quand on traduit des poètes comme Edgar Poe il vaut mieux se concentrer un maximum sur le fond car il est franchement impossile de traduire la beauté sonore du texte en Français et probablement dans n' importe qu'elle autre langue .

Avec des poètes comme Walt Whitman au moins ce genre de dilemmes n'apparaît pas Laughing


Mais dans l'ensemble la poésie est difficilement "internationale" contrairement à d'autres formes de littérature.
_________________
-We live as we dream--alone  Heart of Darkness J. Conrad

“and then, in dreaming,
The clouds methought would open and show riches
Ready to drop upon me that, when I waked,
I cried to dream again. “ Caliban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/profile.forum
Deck
Gourou Suprême & Anarchiste de Nota Bene
Gourou Suprême & Anarchiste de Nota Bene
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1289
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Jeu 1 Nov - 0:29

Morgane, nos esprits se sont croisés!Le Corbeau est mon poème préféré!

Il existe une autre traduction faite par Mallarmé!

Je ne retrouve pas le site...Je vais chercher et je vous la poste demain!
_________________
As if you could kill time without injuring eternity...--H.D Thoreau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane la fée
Our Witch-Ambassadress to Albion
Our Witch-Ambassadress to Albion
avatar

Féminin
Lion Dragon
Nombre de messages : 2493
Age : 29
Localisation : Dublin, Ir
Emploi : ?
Loisirs : lecture, cinéma, écriture, voyages, shopping
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Jeu 1 Nov - 0:40

Deck a écrit:
Morgane, nos esprits se sont croisés!Le Corbeau est mon poème préféré!

Il existe une autre traduction faite par Mallarmé!

Je ne retrouve pas le site...Je vais chercher et je vous la poste demain!



Oui ce serait intéréssant de comparer les deux traductions
_________________
-We live as we dream--alone  Heart of Darkness J. Conrad

“and then, in dreaming,
The clouds methought would open and show riches
Ready to drop upon me that, when I waked,
I cried to dream again. “ Caliban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/profile.forum
Deck
Gourou Suprême & Anarchiste de Nota Bene
Gourou Suprême & Anarchiste de Nota Bene
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1289
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Jeu 1 Nov - 10:00

Voilà, j'ai retrouvé le site:il propose une traduction comparée des deux auteurs!

-->http://pages.globetrotter.net/pcbcr/corbeau.html
_________________
As if you could kill time without injuring eternity...--H.D Thoreau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 41
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Ven 2 Nov - 8:53

Morgane la fée a écrit:
Le dilemme pour un traducteur de poésie est qu'il faut choisir entre le fond et la forme . Mais quand on traduit des poètes comme Edgar Poe il vaut mieux se concentrer un maximum sur le fond car il est franchement impossile de traduire la beauté sonore du texte en Français et probablement dans n' importe qu'elle autre langue .

Avec des poètes comme Walt Whitman au moins ce genre de dilemmes n'apparaît pas Laughing


Mais dans l'ensemble la poésie est difficilement "internationale" contrairement à d'autres formes de littérature.

Oh, je suis d'accord avec toi, Morgane, la poésie ne peut être totalement traduite, il est encore plus difficile de la transcrire entièrement que de rendre parfaitement le style d'un romancier.

Même Whitman, d'ailleurs, pose des problèmes aux traducteurs ! Je préfère de loin le lire en VO, je trouve les traductions lourdes ; l'élan, la sève, la vie que j'y trouve en anglais me semblent perdus dans la version française, les traducteurs ne s'étant, je trouve, attachés qu'au sens !
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59631
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: La Traduction.   Ven 2 Nov - 14:14

Quand on lit les poèmes de Jim Morrison, on constate la même chose au niveau de la traduction (en tous cas, en 10/18) : où est la flamme ?

Mais n'est-ce pas parce que, peut-être de façon plus intime que la prose, la poésie se sent et s'exprime "de l'intérieur" ? ... La poésie n'est-elle pas quelque chose de plus abrupte, de moins policé que la prose ? C'est ainsi que je considère ces deux phénomènes. La poésie, pour moi, c'est le "Ca" à l'état pur. La prose, le mélange du "Ca" et du "Surmoi."
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Julie
Grande Prêtresse du Livre
Grande Prêtresse du Livre
avatar

Féminin
Verseau Coq
Nombre de messages : 3712
Age : 36
Localisation : Paris/Bretagne
Emploi : En chasse
Loisirs : Lecture, cinéma, musique et découvertes en général
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Ven 2 Nov - 14:17

Et puis la poésie pose plein de problèmes simultanés que la prose ne présente que rarement ensemble : non seulement le fond et la forme, mais tous les jeux sur les sonorités, le rythme, les images, les glissements de sens dûs à des sonorités proches entre les mots, etc.
_________________
En-dehors du chien, le livre est le meilleur ami de l'homme. En-dedans, il fait trop noir pour y lire. (Groucho Marx)

Le travail est la malédiction des classes buveuses. (Oscar Wilde)

http://www.peripheries.net/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 42
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La Traduction.   Lun 5 Nov - 18:14

Masques de Venise a écrit:
La poésie, pour moi, c'est le "Ca" à l'état pur. La prose, le mélange du "Ca" et du "Surmoi."

Je n'ai plus en tête les définitions de Freud sur ces notions mais il me semble que l'on se place dans un autre registre et que l'on ne peut pas vraiment le transférer à la poésie. Le "ça", c'est ce qui retient plus ou moins aux instincts et c'est assez opposé, de ce point de vue, à la poésie. Pour moi, dans la poésie, il y a une transcendance qui fait qu'au contraire, on s'élève au-dessus des "miasmes morbides" dont parle Baudelaire. Par ailleurs, ce qui se veut poésie n'en est pas toujours et, à l'inverse (heu... pourquoi parler d'inverse... ? enfin, c'est une autre question !) la poésie réside souvent dans la prose de qualité.

Il est vrai que pour la traduction, certaines formes poétiques sont de vrais casse-têtes, cependant, si le traducteur a une sensibilité proche de celle de l'auteur, je pense qu'il arrive à en transmettre l'essence (même s'il y a une "perte") D'une certaine manière, c'est un peu comme pour les enfants (à un degré divers, d'autant plus que l'enjeu n'est pas le même !) ; je m'explique : comme le souligne Frédéric-Jacques Temple, même si les enfants ne comprennent pas tout d'une poésie, ils en comprennent (peut-être devrait-on dire ressentent) l'essentiel et, cet essentiel est le coeur de la poésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 42
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La Traduction.   Lun 5 Nov - 18:23

Ceci dit, je n'ai généralement pas les compétences linguistiques pour lire le texte original en l'appréciant pleinement ! Alors, j'apprécie les traductions et, j'ai l'impression (exacte ou non ?) d'arriver à ressentir par delà la langue dans laquelle je lis. Si j'y arrive plutôt bien, j'ai l'impression (encore !) non seulement que l'auteur a vraiment écrit quelque chose d'intense (car cela transcende les langues) mais aussi que le traducteur a dû s'en sortir plutôt loyalement car je ne ressens pas trop d'entraves. En revanche, si je ressens trop d'entraves, j'essaie de voir s'il existe une autre traduction, histoire d'essayer de voir si ce qui me gênait venait de la traduction ou du fait que je n'entre pas en "coïncidence" avec la sensibilité de l'auteur.

Ouh lala, cela fait un peu charabia, tout ça, non ?! Vous me suivez ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 42
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La Traduction.   Lun 5 Nov - 18:33

Merci pour les versions du Corbeau. Cela m'a amené à me poser une question, non pas de traduction mais de présentation : est-il possible d'écrire un message en colonne ? Il me semble qu'en ayant les textes en regard, c'est plus facile de comparer. (Oui, je peux aussi imprimer ! Mais, je demandais ça pour savoir si on pouvait le faire directement parce que je trouve que cela pourrait offrir des possibles intéressants)
En fait, comme dans les éditions bilingues où les textes sont en regard l'un de l'autre (ça se dit comme ça ?) De ce point de vue, j'apprécie beaucoup les éditions bilingues, mêmes pour des langues que je ne connais pas. Si ce sont des langues avec notre alphabet, on arrive toujours à repérer le mot récurant, la place d'un mot, à voir s'il y a des rimes, comment elles sont organisées, à comparer les titres, etc. Ceci dit, je ne me livre pas à une étude systématique, ce n'est pas mon but quand je lis de la poésie (ou même d'autres types de textes) en édition bilingue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 42
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La Traduction.   Lun 5 Nov - 18:51

Heu... Encore moi !

Morgane, j'imagine que tu as respecté les dispositions des textes, il est alors intéressant de remarquer que Baudelaire n'a pas conservé celle de Poe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane la fée
Our Witch-Ambassadress to Albion
Our Witch-Ambassadress to Albion
avatar

Féminin
Lion Dragon
Nombre de messages : 2493
Age : 29
Localisation : Dublin, Ir
Emploi : ?
Loisirs : lecture, cinéma, écriture, voyages, shopping
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Lun 5 Nov - 19:47

[quote="millie"]Si j'y arrive plutôt bien, j'ai l'impression (encore !) non seulement que l'auteur a vraiment écrit quelque chose d'intense (car cela transcende les langues) quote]

Je suis tout à fait de ton avis. Un livre qui est apprécié partout dans le monde a encore plus de mérite car cela signifie que même passé l'étape de la traduction, l'oeuvre est toujours aussi excellente.
_________________
-We live as we dream--alone  Heart of Darkness J. Conrad

“and then, in dreaming,
The clouds methought would open and show riches
Ready to drop upon me that, when I waked,
I cried to dream again. “ Caliban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/profile.forum
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 41
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mer 7 Nov - 10:00

Je suis bien d'accord avec vous ! Il faut qu'une oeuvre ait une part d'universalité pour qu'elle soit bien accueillie partout ; je dirais presque que dans ce cas, la traduction ne peut pas l'abîmer (enfin, quand on a affaire à un(e) bon(ne) traducteur(trice), bien sûr !).
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 41
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Traduction d'un poème d'Auden   Mar 20 Nov - 14:38

Chant Funèbre
(Wystan Hugh Auden)

Arrêtez les pendules, coupez le téléphone,
Stop all the clocks, cut off the telephone,
Empêchez le chien d'aboyer pour l'os que je lui donne,
Prevent the dog from barking with a juicy bone,
Faites taire les pianos et sans roulement de tambour,
Silence the pianos and with muffled drum
Sortez le cercueil avant la fin du jour.
Bring out the coffin, let the mourners come.

Que les avions qui hurlent au dehors
Let aeroplanes circle moaning overhead
Dessinent dans le ciel ces trois mots : Il Est Mort,
Scribbling on the sky the message He Is Dead,
Nouez voiles noirs aux colonnes des édifices,
Put crepe bows round the white necks of the public doves,
Gantez de noir les mains des agents de police.
Let the traffic policemen wear black cotton gloves.

Il était mon Nord, mon Sud, mon Est et mon Ouest,
He was my North, my South, my East and West,
Ma semaine de travail, mon dimanche de sieste,
My working week and my Sunday rest,
Mon midi, mon minuit, ma parole, ma chanson,
My noon, my midnight, my talk, my song;
Je croyais que l'Amour jamais ne finirait : j'avais tort.
I thought that love would last for ever: I was wrong.

Que les étoiles se retirent ; qu'on les balaye ;
The stars are not wanted now: put out every one;
Démontez la lune et le soleil,
Pack up the moon and dismantle the sun;
Videz l'océan et arrachez la forêt ;
Pour away the ocean and sweep up the wood.
Car rien de bon ne peut advenir désormais. For nothing now can ever come to any good.
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Julie
Grande Prêtresse du Livre
Grande Prêtresse du Livre
avatar

Féminin
Verseau Coq
Nombre de messages : 3712
Age : 36
Localisation : Paris/Bretagne
Emploi : En chasse
Loisirs : Lecture, cinéma, musique et découvertes en général
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mar 20 Nov - 14:40

Ce poème-là me fait pleurer dans n'importe quelle langue... Sniffsniff Sniffsniff Sniffsniff Sniffsniff Sniffsniff

Mais la traduction est un peu loin de l'original par moments.
_________________
En-dehors du chien, le livre est le meilleur ami de l'homme. En-dedans, il fait trop noir pour y lire. (Groucho Marx)

Le travail est la malédiction des classes buveuses. (Oscar Wilde)

http://www.peripheries.net/


Dernière édition par le Mar 20 Nov - 14:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 41
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mar 20 Nov - 14:41

Je trouve qu'un bon compromis a été trouvé entre le sens et la forme (et notamment le choix de conserver des rimes dans la traduction) ; le sens ne pâtit pas, il me semble, de ce choix formel.

De toute façon, je suis tellement bouleversé, à chaque fois que je le lis, par ce poème, que j'ai du mal à être réellement objectif sur les qualités de sa traduction... Sniffsniff
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 54
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mar 20 Nov - 14:52

Merci Thomas ! je cherchais ce poême depuis que je l'avais entendu dans Quatre mariages et un enterrement, mais n'avais pas assez d'éléments pour le trouver.
De qui est-il ?
_________________
Avoir un Corps m'est effroi - Avoir une Âme m'est effroi
Profonde - précaire Propriété - Possession, non choisie
Emily Dickinson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 41
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mar 20 Nov - 15:03

De Wystan Hugh Auden.
_________________
"Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres." Jean-Paul Sartre, Les mouches
"La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel." Pierre Louÿs, Aphrodite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 54
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: La Traduction.   Mar 20 Nov - 15:18

Merci.

A propos de traduction, ds le bouquin sur l'extrait duquel on joue en ce moment, tu as vu, il est question de mâles alpha et mâles bêta, les premiers étant supérieurs aux seconds. Je trouve drôle qu'en français, bêta fasse penser à "gros bêtat" (avec ou sans T d'ailleurs je ne sais), qui renforce l'idée d'infériorité du mâle bêta. Bien sûr, c'est tout à fait fortuit, ça fait partie des hasards de la traduction, mais, en l'occurence, ça tombe bien.
_________________
Avoir un Corps m'est effroi - Avoir une Âme m'est effroi
Profonde - précaire Propriété - Possession, non choisie
Emily Dickinson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Traduction.   

Revenir en haut Aller en bas

La Traduction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3 Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Bavardages Divers & Lecturama du Mois -