Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Lotte & Soren Hammer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56279
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Lotte & Soren Hammer   Ven 28 Avr - 12:26



Alting Har Sin Pris / Le Prix à Payer


La couverture m'avait attirée - oui, je sais, certains me trouveront des gouts morbides. Que voulez-vous, j'aime tout ce qui a une touche fantastique ou bizarre ...  Auteur scandinaves là encore : plus précisément danois. Pourquoi pas ? Allons-y pour un tour. J'avais pourtant lu - il y a longtemps - "Morte La Bête", des mêmes auteurs, dont la vision qu'ils avaient des pédophiles m'avait laissé un profond malaise. J'étais d'ailleurs prête à le relire avant de lire celui-ci mais je ne l'ai pas retrouvé : je dois continuer à fouiller ...

Adoncques, j'entamai "Le Prix A Payer", peu gênée par ce qui semblait, par contre, ennuyer un peu les éditeurs, à savoir que Lotte et Soren Hammer avaient choisi de nous faire connaître le criminel dès le début - un peu comme dans un épisode de Columbo. Dès les premières pages, je fus surprise de découvrir "la Chancelière allemande", en pleine visite du Groenland en raison de la détérioration de la couche d'ozone, se montrer élève appliquée du climatologue qui l'accompagnait et, ô stupeur, alors qu'elle revenait en avion vers Copenhague, apercevoir dans ses jumelles un corps abandonné au beau milieu de ce qui ressemble diablement à la banquise. "La Chancelière Sherlock Holmes !" devaient d'ailleurs titrer dès le lendemain les journaux danois et allemands . J'avalai néanmoins la couleuvre - ou la vipère, comme vous voulez    - et passai outre : je voulais savoir en effet comment une malheureuse jeune femme avait été abandonnée à moitié nue sur ces territoires glacés, un sac en plastique sur la tête.

Très vite, les auteurs nous révèlent l'identité du tueur, un individu complètement à la masse, qui, lorsqu'il commet ses meurtres, parle à la troisième personne à sa malheureuse victime - ce qui me rappela, mais en nettement moins bien, le "Buffalo Bill" de l'immortel "Silence des Agneaux" de Thomas Harris, mis en scène par Jonathan Demme qui nous a malheureusement quittés cette semaine. Mais là où Harris - comme Demme - maintenait un subtil suspense, les Hammer pataugent avec, dirait-on, une délectation à la fois sombre et candide, dans le plat, le linéaire, et même la routine. Dussé-je en recevoir la bastonnade, j'affirme que ce roman-pavé ne vaut pas un pilon pour le réduire à néant. On n'accroche ni aux personnages, ni à l'intrigue et encore moins au tueur, un pauvre type sans aucune envergure. En plus, on s'étonne qu'il puisse mener une vie sociale relativement normale - alors que nul ne s'interroge sur le fait que le Dr Lecter par exemple est en général très prisé par ceux qui ignorent ses activités occultes.

Bref, ce qu'il y a de mieux dans ce livre, c'est, je le répète, la jaquette. Encore induit-elle le lecteur en erreur car le masque, élément important de l'histoire, qui y apparaît fait penser à un masque japonais alors que le tueur se dissimule, pour ses crimes, derrière un masque, confectionné par lui-même, et qui reproduit l'effrayant faciès de Belphégor, terrifiant héros de la série française bien connue et qui fut diffusée au Danemark en 1965.

Enfin, si vous voulez essayer, moi, je ne vous empêche pas. Notez d'ailleurs que j'ai mis mon point d'honneur à aller jusqu'au bout de ce polar qui ne fera trembler que les non-initiés au genre - ou alors ceux qui ne sont vraiment pas difficiles à satisfaire.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56279
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Morte La Bête   Mer 17 Mai - 12:39



Svinehunde / Morte La Bête


Ce roman, je m'étais plongée dedans pour la première fois il y a un ou deux ans et déjà, il m'avait causé un malaise certain. Estimant que cela venait peut-être de mon état de santé de l'époque, je l'avais replacé sous le coude, me promettant de le lire, cette fois-ci à haute voix, dès que je le pourrai. C'est ce que j'ai fait cette semaine et j'ai le regret de dire que, bien loin de décroître, le malaise ressenti à cette lecture n'a fait que s'amplifier.

Pour des raisons personnelles, je suis particulièrement sensible aux histoires qui tournent autour de la pédophilie et des enfances massacrées. Le sujet, nul ne le niera, est très grave car, outre les dommages corporels infligés aux victimes, le pédophile, incestueux ou pas, leur dérobe à jamais un morceau d'âme qu'elles ne retrouveront plus, hélas ! dans cette dimension. Ce vol d'une partie, peut-être infime mais pourtant primordiale, d'une âme engendre divers troubles, allant des plus impardonnables (l'enfant abusé devient lui-même un bourreau) à de moins terribles en apparence mais hélas ! pas pour celui qui les vit (auto-mutilations, tentatives de suicide, anorexie, boulimie, troubles nutritionnels de façon générale, impossibilité de vivre une vie sexuelle épanouie, douleur morale perpétuelle, complexe navrant d'infériorité, etc, etc ...)

Le livre de Lotte et Soren Hammer débute par la découverte, dans le gymnase d'une école, de cinq pendus, entièrement nus, auxquels on a coupé post mortem les mains (pour ralentir l'identification sans doute) mais surtout les parties génitales. Une vraie boucherie, nul n'en doute, sur laquelle s'en vient enquêter un Konrad Simonsen obèse, diabétique et à la tension catastrophique, qui interrompt pour ce faire ses vacances dans la luxueuse maison que lui a prêté son adjointe, la "Comtesse", et où il entendait se reposer aux côtés de sa fille, Anna Mia.

Je vous passe les aléas de l'intrigue pour en arriver à la conclusion : les cinq hommes étaient tous des pédophiles et partaient régulièrement en Thaïlande, à bord d'un minibus spécialement loué pour les circonstances, afin de pouvoir faire en paix ce que vous savez et qu'ils appelaient pour leur part "se détendre." On ne peut certes pas prétendre que l'équipe de Simonsen est ravie d'apprendre le passe-temps favori des défunts mais, peu à peu, s'installe chez le lecteur la désagréable impression que, sous le prétexte (évident et que je ne cherche pas personnellement à contester) que nul ne doit se faire justice lui-même, les pédophiles prennent, chez les membres de la brigade criminelle, le statut de seules et uniques victimes et pratiquement de "Gentils" tandis que les  seuls et véritables assassins, autrement dit les affreux "Méchants" sont ceux qui les ont tués.

Pas une seule fois, et j'insiste, je n'ai décelé la moindre étincelle d'empathie de Simonsen et des siens envers les victimes des pédophiles. C'est d'ailleurs, je l'avoue, le seul roman, policier ou non, où je constate cette absence pour le moins déstabilisante et je ne souhaite pas en retrouver un autre, croyez-moi. En outre, fait incroyable à mon sens, la population danoise dans son ensemble fait le contraire de ce que souhaite la Police, c'est-à-dire que, à 64% je crois, elle prend pour sa part le parti des victimes des pédophiles, devenues des assassins. Cette prise de position met positivement Simonsen en rage. Evidemment, on comprend que son sens de l'Ordre sociétal soit mis à rude épreuve, d'autant que, inévitablement, certains en profitent pour s'en prendre aux pédophiles qui, ayant fait leur temps dans une prison, se sont réintégrés dans la société, les poussant entre autres au suicide ou tentant carrément de leur régler leur compte.

Mais il n'en reste pas moins vrai que ces cinq hommes n'eussent pas été assassinés s'ils n'avaient pas, jadis, abusé d'enfants qui, devenus adultes, les ont retrouvés et ont décidé de faire d'eux cinq exemples qui permettraient d'attirer l'attention de la presse et du gouvernement sur la légèreté des peines infligées à l'époque aux pédophiles dans le pays.  Bref, d'amener également la population à un certain niveau de prise de conscience.

Que, pas une seconde, la brigade de Simonsen n'envisage les "assassins" qu'ils recherchent comme les victimes qu'ils furent d'abord, victimes livrées pieds et poings liés à leurs bourreaux, des pervers sexuels sans aucune morale et sans aucun remords, choque et interpelle.
Quant à la scène finale entre le bourreau des cinq pédophiles, présenté ni plus ni moins que comme un pauvre type sans envergure, qui va jusqu'à se faire sur lui quand le commissaire, par un raffinement sadique qu'on ne s'explique pas, le ramène sur les lieux où les pervers abusaient de lui dans son enfance, elle est non seulement pénible, injuste et incompréhensible mais aussi terriblement glauque. Je serai franche : "Morte la Bête", de Lotte et Soren Hammer, prétend-il lutter contre la pédophilie ou, au contraire, inciter à l'indulgence envers ses adeptes ? En lisant ce roman jusqu'au bout, en n'en passant pas un seul mot, pas une seule virgule, je me suis fait mon idée personnelle et plus jamais je ne lirai d'ouvrage signé par ces deux auteurs. Si vous vous sentez le courage de vous immerger dans une boue aussi immonde, à vous de voir si vous partagez mon avis et plus encore l'énorme malaise qui vous accable quand vous  ressortez de ce livre, un ouvrage qui, malgré son titre, semble bien souhaiter que la Bête ne meure jamais !

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Lotte & Soren Hammer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: Modeste Panorama de la Littérature :: Les Petites Fiches -