Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Toutes Les Vagues de l'Océan - Víctor del Árbol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Toutes Les Vagues de l'Océan - Víctor del Árbol    Mar 20 Juin - 17:12



Etoiles Notabénistes : ******

Un millón de Gotas
Traduction : Claude Bleton


ISBN : 9782330072810

Notre Opinion
Personnages



Citation :
[...] ... Elías n'y allait pas pour le sexe, ni pour la boisson. La tenancière du Gat Negre avait quelque chose de plus intéressant pour lui : des informations. Cette grosse femme était une communiste perspicace et convaincue, qu'il avait recrutée pour le service clandestin d'information.

- "Les hommes sont plus enclins à se confesser sur l'autel d'une chatte que sur celui d'un curé," disait-elle avec un accent des bas quartiers nullement affecté.

En effet, après le coït, les hommes les plus rudes pleuraient comme des enfants entre les cuisses en sueur des hétaïres, et pour une promesse de plaisir, ils étaient capables de vendre la République. Les hommes sont seuls devant le ventre d'une femme qui sait les aimer : à quoi bon les uniformes, les pistolets ou les drapeaux ? Un homme nu est, devant une femme nue, une patrie sans frontières.

Pour cette même raison, beaucoup d'entre eux étaient allés des lits du Gat Negre au bateau-prison Villa de Madrid ou Uruguay, parfois sans même avoir le temps de se rhabiller et de cacher leurs parties honteuses.

- "Ils viennent tous boire ici," dit la femme en montrant son entrejambe. "Fascistes italiens, nazis, phalangistes, monarchistes, assidus de la messe du dimanche, curés, sans oublier les anarchistes, les communistes et les socialistes. Tous apaisent leur soif et tous demandent à être écoutés."

Elías tolérait certaines choses, nécessaires en échange des services que cette grande putain lui rendait. Trafic de morphine, de passeports, marché noir et tickets de rationnement. Il savait que la tenancière préparait des fonds qu'elle enverrait en France si les choses empiraient. Il ne l'arrêterait pas, ne l'accuserait pas de désertion. Chacun devait survivre à sa façon.

- "Le bruit court déjà qu'Irubarri s'est enfui en France avec un tas de millions et beaucoup de documents compromettants."

Elías ne démentit pas. Jusqu'en février de cette année-là, Manuel Irubarri avait été le chef du SIM. Ancien socialiste, chef de milice, il était resté trois mois à ce poste avant de s'enfuir avec une fortune en bijoux et en argent. Le nouveau chef était un bleu de vingt-deux ans qui avait été plus ou moins mêlé à l'assassinat de Calvo Sotelo en 1936. La mort de ce politicien avait été le détonateur du soulèvement franquiste. Un prétexte bien sûr. Mais la Brigade motorisée avait ouvert la voie aux putschistes ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Toutes Les Vagues de l'Océan - Víctor del Árbol    Mar 20 Juin - 17:41

Citation :
[...] ... On entendait déjà des tirs dans la banlieue de Barcelone, qui organisait la destruction ou le transfert de milliers de documents concernant le SIM, quand il reçut ce télégramme laconique qui n'attendait aucune réponse, en provenance de Moscou :

"Vous avez ordre de traverser la frontière, camouflé au milieu de la population. Vous avez pour tâche d'organiser les camarades dans le camp d'Argelès et de veiller sur leur moral et sur les principes du Parti, jusqu'à nouvel ordre.

Signé : Colonel Orlov"

Le prétendu camp où fut transféré Elías n'était en réalité qu'un terrain vague de plusieurs kilomètres, entouré de barbelés, face à la mer, balayé pendant des jours par la tramontane qui projetait le sable sur la peau comme un nuage de moustiques aux dents coupantes. Là, il n'y avait rien, hormis les puces, les poux, la faim, la misère et la précarité qu'ils apportaient dans leurs bagages. Le périmètre intérieur était gardé par le 24ème régiment de tirailleurs sénégalais, mais ces Noirs taciturnes en bonnet rouge, armés de fusils vétustes et de baïonnettes datant de la Grande Guerre, n'étaient pas préparés à affronter une telle avalanche humaine. Comme à Nazino, Elías les contemplait et découvrait derrière leur violence raciste la peur, la terreur et l'exaspération. Que se passerait-il si ces milliers d'êtres se rebellaient ? Qui les empêcheraient de se disperser dans le Sud de la France comme un nuage de sauterelles affamées ? Comme s'ils s'en doutaient, les Sénégalais s'appliquaient avec rage , arrogance et dégoût à maintenir l'ordre préétabli.

Dans cette marée humaine, la réalité n'était pas à la hauteur des illusions des prisonniers ; ils s'attendaient à être accueillis chaleureusement, comme des héros proches du gouvernement du Front populaire et des camarades français contre la menace, désormais imminente, du nazisme, et au lieu de cela, ils avaient trouvé une porcherie, des regards torves, la méfiance, les mauvais traitements et la pénurie. Seule la solidarité de quelques habitants du petit village d'Argelès et des zones avoisinantes palliait un peu la situation mais, bien vite, ces gens paisibles furent dépassés par cette marée humaine impressionnante. ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Toutes Les Vagues de l'Océan - Víctor del Árbol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -