Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Maudits - Joyce Carol Oates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Maudits - Joyce Carol Oates   Mar 20 Juin - 18:09



Etoiles Notabénistes : ******


The Accursed
Traduction : Claude Seban


ISBN : 9782757832271

Notre Opinion
Personnages



Citation :
[...] ... En dépit du caractère confus de l'incident survenu dans l'ancien domaine Craven, je suis parvenu à assembler, à la façon d'un courte-pointier habile, quoique un peu excentrique, le récit à peu près cohérent qui suit.

Après être monté au premier étage - un effort éprouvant pour un homme de sa corpulence - Grover Cleveland lambina derrière le petit groupe enthousiaste, cherchant à reprendre son souffle ; tandis que les autres allaient de pièce en pièce, s'extasiant sur tel ou tel détail charmant de la maison, Cleveland entra par hasard dans une pièce vide, qui se trouva être une chambre d'enfants ; passant devant l'une de ses hautes fenêtres, fermée en partie par des volets et donnant sur un angle pentu du toit, il vit, ou crut voir, un spectacle terrifiant, tout au bord du toit ; imaginant d'abord que c'était un gros oiseau disgracieux, un grand héron bleu, peut-être, car ces échassiers d'aspect préhistorique n'étaient pas rares dans la campagne de Princeton, Grover se frotta les yeux et vit alors avec effroi un enfant, une petite fille, perchée au bord du toit ; par jeu - ou par farce ? - elle mettait en pièces une brassée de lys calla, dont les pétales tombaient sur le sol, en contrebas ; des cheveux noirs bouclés répandus sur le dos ; une robe longue, blanche et curieusement souillée ; des pieds nus ... un teint d'une pâleur livide - cette pâleur, si reconnaissable, de la tombe. Ignorant l'observateur stupéfait, l'enfant parvint à se mettre debout, au bord du toit, et jeta en riant les derniers lys calla dans les airs, comme si elle s'apprêtait à s'élancer dans le vide ; et que pourrait faire Cleveland, alors, pour la sauver ?

Il hurla : "Non ! Non ! Arrête ! Il ne faut pas !"

Cleveland était à la fenêtre, cherchant à la soulever, à écarter les volets, grognant sous l'effort, poussant des cris stridents - ce qui eut pour résultat que la petite fille se tourna vers lui et, stupéfait, horrifié, il reconnut sa propre fille chérie, Ruth - morte de diphtérie, il y avait moins d'un an, dans leur résidence d'été de Buzzards  Bay, Massachusetts. ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Maudits - Joyce Carol Oates   Mar 20 Juin - 18:36

Citation :
[...] ... "Annabel ! Où es-tu allée ?"

Todd doit faire un effort pour se rappeler que sa petite sœur, Oriana, est elle aussi enterrée dans le caveau. Mais à elle, il n'a pas de question à poser - elle est trop jeune pour l'aider.

Une fois pourtant, après avoir parlé à Annabel sans recevoir de réponse, il a entendu, ou cru entendre Oriana répliquer : "Va-t-en, Todd ! Nous ne voulons pas de toi."

Mais Todd n'a pas envie de rentrer chez lui. Souvent, il dort dans le cimetière, sous le portique de marbre du mausolée. Il sent quelque chose lui frôler le visage - les ailes d'un petit oiseau ? Il sent sur ses mains une caresse légère - les pattes trotte-menu d'un campagnol ? Au désespoir de sa mère et à l'irritation de son père, Todd passe de plus en plus de temps dans le cimetière ; jusqu'à ce que, un matin de fin mai, le gardien fasse une découverte remarquable : une nouvelle statue s'est ajoutée aux séraphins, aux croix et autres tristes monuments : celle d'un jeune garçon.

Mais qui l'a placée là ? La statue de pierre d'un jeune garçon, assis dans l'herbe près du mausolée des Slade ; un spécimen exquis de l'art de la taille, d'un réalisme troublant ; sculpté avec tant de minutie que la veine la plus minuscule du front, le moindre pli des vêtements, est rendu à la perfection. Même les cils semblent réels ; même l'air de résolution têtue qui se dégage de son visage.

Le gardien se précipite à Wheatsheaf pour signaler sa trouvaille ; à peu près à l'instant précis où la gouvernante de l'enfant découvre que Todd Slade n'est pas dans sa chambre. ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Maudits - Joyce Carol Oates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -