Derrière ces trafics, ce sont les contribuables français qui vont être sollicités pour éponger ces malversations.