Une forte probabilité que l’enfant soit trisomique suffit aujourd’hui à justifier son meurtre.