Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

La Légende de Bloodsmoor - Joyce Carol Oates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59664
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: La Légende de Bloodsmoor - Joyce Carol Oates   Sam 12 Aoû - 13:57



Etoiles Notabénistes : ******

A Bloodsmoor Romance
Traduction : Anne Rabinovitch

ISBN : 9782253163015

Notre Opinion
Personnages


Citation :
[...] ...D'étranges lamentations s'élevaient dans les cheminées de la maison octogonale ; des courants d'air venus de nulle part se faufilaient partout, suivant parfois certains membres de la maison et le petit singe Pip - si terrifié qu'il voulait rester enfermé toute la nuit qu'il voulait rester enfermé toute la nuit dans l'atelier de Mr. Zinn. Un matin, on découvrit que le mannequin de grand-tante Edwina se trouvait à la porte de l'atelier de couture ! ... Et l'une des ouvrières avoua que depuis quelques semaines l'objet l'effrayait, car il paraissait animé de vie ; pourtant si on l'examinait ce n'était qu'une chose inerte, faîte de papier, de sparadrap et de vernis. Cet atelier du château, encombré des mannequins de dames mortes depuis longtemps, provoquait la gêne et l'inquiétude des filles Zinn depuis leur petite enfance. Quelle leçon, même pour la plus impudente des jeunes femmes ! Tant de formes féminines dont l'âme avait quitté ce monde ; signe du temps, de la mortalité, et de la futilité de la mode ! Un jour, quelques années auparavant, Malvinia avait examiné la petite momie légèrement bossue de son arrière-arrière-grand-mère, tatie Burr Kiddemaster, et elle avait émis un doute moqueur quant à son authenticité. Octavia avait alors répondu d'un ton désapprobateur : "Tu aimerais que l'un de tes descendants se moque de toi de cette façon ?" Et Malvinia s'était écriée : "Ma silhouette, chère Octavia, est la perfection même, ni la nature, ni l'art n'y trouveront à redire ; je peux difficilement imaginer qu'elle devienne jamais démodée."

A la suite de l'incident du mannequin, une série d'événements semblables se produisirent au château, agaçant considérablement ses habitants, qui se plaignaient que la maison fût hantée, ignorant les avis de John Quincy Zinn. Grand-tante Edwina le contredit violemment, affirmant que sa fille adoptive était certainement responsable de ce malheur, car elle était non seulement obsédée, mais maudite ! ... ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59664
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: La Légende de Bloodsmoor - Joyce Carol Oates   Sam 12 Aoû - 14:17

Citation :
[...] ... Une fois la mariée installée sur le lit, à côté du cordon de la sonnette, la domestique éteignait sans bruit toutes les bougies, sauf une et quittait la pièce ; une minute plus tard, son époux entrait en pantoufles, ou peut-être en chaussettes, et s'approchait du lit à pas feutrés. Le degré d'obscurité de la chambre variait énormément, supposait Octavia, sans chercher vraiment à comparer ses nuits, ni à se rappeler son ancienne vie de jeune fille. Elle ne pouvait en juger, car Mr. Rumford exigeait, du geste ou de la parole, qu'elle portât un capuchon en tissu léger (de la mousseline, ou de la très belle soie ; mais jamais de la laine, du lin, ni  du satin, qui eussent rendu sa respiration pénible et lui eussent tenu trop chaud) ; il se chargeait lui-même de le lui enfiler, par-dessus son bonnet et sa coiffure, sans la brusquer. Aveuglée de la sorte, la jeune femme ne savait pas si son mari éteignait la bougie ni s'il allumait à son insu la lampe à pétrole, pour augmenter la clarté de la pièce. (Elle s'interdisait toute curiosité, à tel point que le matin, se réveillant souvent seule - son époux se levait à l'aube pour diriger les prières des domestiques et la lecture quotidienne de la Bible - elle sonnait immédiatement sa servante, sans jeter un regard autour d'elle pour voir si l'un des accessoires de la veille était encore visible, ou si la mèche de la lampe avait diminué. Les manuels de Miss Edwina Kiddemaster, les conseils de sa mère et sa propre délicatesse l'avaient convaincue de ne jamais manifester d'intérêt pour des questions ne la regardant pas, de crainte de provoquer chez son mari bien-aimé une saute d'humeur ou un geste de violence pendant l'acte conjugal. La terreur de la nuit de noces et les horribles souffrances de la jeune vierge se reproduisirent rarement, je m'empresse de le préciser - quand Mr Rumford désirait châtier son épouse, par amour de la discipline, et non par passion animale. "Ce ne peut être un membre humain, ni un organe de reproduction," songea Octavia, affolée, tandis que son mari accomplissait péniblement son devoir, la première nuit d'amour. "Ce doit être, ah ! Mon Dieu, je ne sais ! du bois, de la pierre, de la cire durcie, une substance innommable !" - ces mots rebelles, vulgaires, coupables furent bannis à jamais de l'esprit de la jeune femme quand, dans la transparence de l'aube, elle redevint Mrs Rumford, la nouvelle châtelaine.) ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

La Légende de Bloodsmoor - Joyce Carol Oates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -