Devant la mort révoltante de toutes ces victimes innocentes, et de ce petit Julian, je n’entends aucune grande voix dire : « Plus jamais ça ! »