Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Eschyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 57615
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Eschyle   Dim 27 Aoû - 15:31



Les Suppliantes
Traduction, présentation & notes : Paul Mazon
Préface : Pierre Vidal-Naquet


ISBN : 9782070373642

Extraits
Personnages


Pour ceux de ma génération qui ont fait du grec classique, il est de tradition d'étudier, en matière de théâtre, une sorte de Trinité qui réunit Eschyle, Sophocle et Euripide. Les trois hommes sont cités par ordre de naissance, ce qui va de 525 pour Eschyle à 485 pour Euripide. En l'espace de ces quelques décennies, la Grèce, bien sûr, évolua mais son art littéraire également. Ainsi, c'est avec Eschyle que, pour la première fois, un deuxième acteur (ou deutéragoniste) est introduit sur scène où continue de dominer le chœur avec son responsable, le choryphée. Retenons également que, si Eschyle écrivit bien plus de trois-cent-quatre-vingt-dix tragédies sans oublier ses drames satyriques, il ne reste plus à notre disposition de tout cela que sept de ses tragédies (parfois avec des "blancs" comme, d'ailleurs, "Les Suppliantes") et quelques fragments de deux autres pièces.

"Les Suppliantes", qui devait s'accompagner d'une (ou deux) autre tragédie sur le même thème et certainement d'un drame satyrique, traitant lui aussi du même sujet mais alliant le comique au tragique, est en principe la première de cette liste qui nous soit demeurée accessible. L'initié constate que nous sommes loin du dithyrambe archaïque, sorte de procession entremêlée de chants et de danses, qui avait pour lieu les temples et leurs alentours. Nous sommes certainement plus proches du genre créé par Thespis (oui, le fameux "chariot de Thespis, c'est lui Wink ), dit Thespis d'Icare soit parce qu'il était né à Icaria, soit parce qu'il exerçait surtout là-bas, lequel disciplina un peu tout cela en affectant le dithyrambe au chœur et en faisant entrer pour la première fois sur les planches celui qu'on appelle le "protagoniste", c'est-à-dire, à cette époque le premier acteur. Tout cela se passait au VIème siècle avant notre ère et cela fut une véritable révolution dont nous avons certainement bien du mal à imaginer l'importance aujourd'hui.

Après Phrynicos, grand poète tragique du VIème siècle lui aussi, dont ne nous sont parvenus que quelques fragments d'œuvres, qui, le premier, montre l'action non plus comme un résumé des événements (ce à quoi se bornait en principe le chœur à ses débuts) mais comme des faits se déroulant en temps réel, Eschyle endosse à son tour, répétons-le, l'habit du novateur de génie avec son idée d'ajouter un deuxième acteur à l'ensemble. Dans ses "Suppliantes", il n'oubliera cependant pas de rendre hommage à Phrynicos car le premier vers de sa pièce est une copie conforme de celui par lequel débute la tragédie dans laquelle Phrynicos traitait du même sujet.

Mais quel est-il, ce sujet ? Eh ! bien, il s'inspire de la légende des Danaïdes, les cinquante fille du roi Danaos qui, par leur trisaiëul paternel, Epaphos, descendent de Zeus et de son union avec Io. Mais la pièce, où certains exégètes ont voulu à tout prix voir une critique de l'inceste (alors que, dans la Grèce classique, on pouvait très bien se marier entre demi-frère et demi-sœur), ne tient pas compte de la fameuse légende que nous avons tous en tête et qui se réfère au fameux "tonneau des Danaïdes." Il est vrai que ce supplice sans fin a lieu dans les Enfers et que les Danaïdes des "Suppliantes" sont encore bien en vie mais toujours vierges. Guidées par leur père, Danaos, elles ont fui l'Egypte, où leur oncle, Aegyptos, voulait leur imposer le mariage avec ses cinquante fils, les Egyptiades.

Originaires, par leurs illustres aïeux, de la Grèce et tout spécialement de l'Argolide, c'est à Argos, où règne le roi Pelasgos, que Danaos et ses filles sont venus réclamer un asile que les exégètes actuels considèrent de plus en plus comme un asile politique. En effet, si Danaos régnait en Afrique sur la Lybie (et le costume des Danaïdes ainsi que leurs bijoux et coiffures induisent d'ailleurs Pelasgos, dès qu'il les aperçoit, en erreur car il a du mal à retrouver là-dessous des Grecques pures et non contaminées par les Barbares), son frère, Aegyptos s'était vu attribuer l'Arabie avant de s'emparer pour son propre compte de l'Egypte. Si son dessein de marier ses fils avec leurs cousines est bien réel, il semble aussi qu'il ait eu dès le début l'intention, après le mariage, de faire assassiner les Danaïdes (et Danaos), mettant ainsi la main sur l'héritage laissé par son frère . (En quelque sorte, l'assassinat des Egyptiades - sauf un, préservé par son épouse, Hypermnestre, à qui le jeune homme a accepté de laisser sa virginité - ne fait que répondre au projet meurtrier d'Aegyptos.)

Plein de bon sens et dans la droite ligne de la démocratie, Pelasgos accepte de protéger Danaos et sa fille, sous réserve que son peuple, les Pélasges, soit d'accord. Soumise (sans que le public le voit) à un vote, la suggestion du roi est approuvée à l'unanimité alors que, en scène, débarque un héraut égyptien qui, sur un ton des plus menaçants, intime aux Danaïdes l'ordre de monter dans les galères envoyées à leur poursuite par leur oncle et de revenir illico presto épouser leurs cousins. Danaos et ses filles refusent avec hauteur  et implorent Zeus, leur aïeul, de se montrer clément envers eux. Le retour de Pelasgos, qui ordonne au héraut mal embouché de se retirer et lui fait part de la décision de son peuple, calme leurs angoisses mais au final, leurs suivantes les rallument en les mettant en garde envers la suite de leur terrible destinée. On sait quelle importance les Grecs accordaient au Destin et à la Fatalité.

Si les Grecs du Vème siècle av. J. C., pouvaient sans peine trouver dans cette pièce des sous-entendus politiques pour eux bien plus évidents que pour nous, on est curieux de savoir ce qu'ils ont bien pu penser de l'aspect profondément "féministe" de l'histoire des filles de Danaos. Il existe en effet chez les Danaïdes, qui le proclament sans complexe bien haut et bien fort, une véritable haine de l'homme, considéré comme un prédateur assoiffé de virginités et, partant, comme une souillure ambulante, un véritable obsédé qui fait passer le sexe avant tout et qui, en utilisant justement le sexe et/ou le mariage, réduit la femme à l'esclavage. Certes, ce sont ici les Egyptiades qui sont visés mais on a l'impression très nette que, pour ces demoiselles, ce serait absolument pareil avec tout autre prétendant.

L'on sait, bien sûr, que les Grecs vénéraient Artémis, déesse chasseresse profondément chaste, Athéna, déesse de la Sagesse qui pouvait se révéler guerrière redoutable et qui, née toute casquée du cerveau de Zeus, ne semble pas (en tous cas, je n'en ai pas conservé le souvenir) s'être jamais donnée à un mâle, dieu ou mortel, et que les Amazones, qui se coupaient l'un des seins pour mieux tirer à l'arc et ne vivaient qu'entre elles, appartenaient au monde mythique qu'ils façonnèrent. On sait aussi que les fameux "Mystères d'Eleusis" étaient rigoureusement interdits aux hommes et que tout curieux de sexe masculin qui s'y faisait prendre était mis à mort sur le champ. Face à ce respect indéniable envers certaines formes de la Féminité, se dressent la façon odieuse dont les Grecs "protégeaient" leurs épouses et leurs filles de la vue des hommes dans le gynécée familial et leur misogynie légendaire qui apparaît, bien plus tard mais toujours aussi éclatante, dans les enseignements de Paul de Tarse et dans le mépris des pères de l'Eglise chrétienne pour la femme - mépris que Jésus ne connaissait pas.

Malgré cela, "Les Suppliantes" d'Eschyle poussent le spectateur à choisir le parti des Danaïdes, lesquelles ne supplient pas toujours et clament parfois non pas des slogans mais des désirs purement guerriers. Si elles doivent s'incliner, elles ne le feront pas sans se battre. Les Egyptiades et le spectateur sont prévenus. Ces jeunes filles dans les veines desquelles coule le sang divin de Zeus ne sont pas n'importe qui.

La pièce, évidemment courte puisqu'elle était liée en principe à au moins une autre tragédie et à un drame satyrique non retrouvés, est relativement simple à lire et à comprendre. Encore faut-il, cela va de soi, posséder quelques notions des mythes grecs. Signalons qu'il est intéressant de la comparer, par la suite, à celle qu'Euripide donnera sur le même sujet (et que nous verrons plus tard.) Nous ne doutons pas cependant que des lecteurs plus bardés de diplômes que nous le sommes, trouveraient à ajouter ici bien des choses Jelisavecplaisir . Nous les en remercions d'ailleurs par avance en leur précisant néanmoins que notre but, en ouvrant cette rubrique, est avant tout (comme pour toutes les rubriques littéraires de Nota Bene) de donner le goût au néophyte de lire l'auteur concerné et de s'intéresser à sa personnalité, à son œuvre mais aussi à l'époque à laquelle il vécut.
Autre but recherché et qu'exige notre lamentable époque à nous (ainsi qu'une grande partie de nos gouvernants) : prouver que ces auteurs si lointains en apparence sont intimement liés à la littérature française de tous les temps (et, de façon générale, à la littérature en langues dites "romanes" et à la littérature mondiale, à l'exception peut-être de certaine littérature qui refuse de s'adapter depuis maintenant quinze siècles. Encore faut-il être juste et préciser que les Anciens de cette littérature-là, parmi les plus cultivés, avaient parfaitement connaissance des textes grecs, notamment philosophiques et aimaient à les lire. lol! )

En résumé, nous serions heureux de lire d'autres points de vue sur Eschyle et les auteurs que nous serons amenés à ajouter ici. Mais, par pitié et pour votre tranquillité personnelle, pas de bla-bla jargonnesque, s'il vous plaît, pas de "Moi-j'ai-fait-des-études-et-vous-vous-n'êtes-que-de-pauvres-ignares-na-na-naire"). Sur notre Forum-Bibliothèque, beaucoup appartiennent à une génération dont les instituteurs et les professeurs brûlaient de partager leur savoir avec leur élèves et non de le conserver farouchement pour eux seuls (et les leurs). Chez nous, les autodidactes sont aussi bien vus que les archi-diplômés du moment qu'ils sont tous de Grands Lecteurs. Et du moment qu'ils veulent, en toute humilité et sans désir de compétition, donner à autrui, quel qu'il soit, le goût de lire et d'aimer lire ainsi que celui d'amener plus jeune et/ou moins cultivé qu'eux à réaliser que la Littérature est une richesse qui, même si elle n'est pas cotée en bourse, ne fondra jamais au soleil et leur restera toujours dans le cœur et dans la mémoire, prête à les soutenir et à illuminer leur vie. A bientôt !  

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Eschyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: La Littérature En Héritage :: Littérature Grecque -