Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Le Grand Santini - Pat Conroy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Le Grand Santini - Pat Conroy   Lun 4 Sep - 12:36




Etoiles Notabénistes : *****


The Great Santini
Traduction : Eric Déchaille


ISBN : 9782277231554

Notre Opnion
Personnages


Citation :
[...] ... - "Tu aimes bien gagner, hein, p'pa ?" dit-il d'un ton qui se voulait détaché, maîtrisé, mais où perçait la peur.

Bull s'approcha encore jusqu'à ce qu'ils fussent presque nez contre nez, comme Ben l'avait vu faire aux instructeurs avec les recrues. Bull se mit à lui frapper le menton du bout de l'index. "Tu fais le malin avec moi, rigolo, et je te fais rejoindre ta mère là-haut à coups de pompes dans le train. Comme ça vous pourrez chialer entre gonzesses. Tu vas venir te défendre. Deux d'avance pour gagner.

- Non, papa, je ne rejoue pas. J'ai gagné,"
dit Ben d'une voix qui se brisait. Il se sentait sur le point de pleurer.

Cela n'échappa point à son père. "Vas-y, le chéri à sa maman. Mais vas-y, je veux te voir chialer," rugit Bull de toute la puissance de sa voix. Une voix de terrain d'exercices, une voix à couvrir le sifflement des réacteurs, à se faire entendre au milieu du vacarme des combats. Il prit le ballon de basket-ball et l'envoya rebondir sur le front de son fils. Celui-ci tourna les talons pour gagner la maison, mais Bull se mit à le suivre, lui envoya le ballon dans la tête à intervalle de trois pas. Il psalmodiait : "Chiale, chiale, chiale" Chaque fois que la balle rebondissait sur le crâne de son fils. Ben traversa la cuisine, traversa le salon, sans jamais lever les mains derrière la tête pour se protéger ni tenter d'esquiver. Il marchait et, faisant appel à tout son pouvoir de concentration, s'efforçait de ne pas pleurer. C'était tout ce qu'il entendait retenir de cette expérience, l'assurance de n'avoir pas pleuré. Il voulait montrer à son père un aspect de son courage et de sa dignité. Le ballon continua de lui persécuter la tête pendant la montée de l'escalier. Ce crâne aux cheveux courts, raidi par le récent passage chez le coiffeur, cette tête en cet instant vulnérable, désemparée, haïe. Ben savait que dès qu'il atteindrait sa chambre, l'épreuve prendrait fin. Et qu'il aurait la nuit pour réfléchir à tous les symboles de cette longue marche : la tête des fils, l'orgueil des pères, les vainqueurs, les perdants, le visage des épouses battues, la peur des familles, les samedis sous le règne du Grand Santini - mais d'abord, dans le couloir et les escaliers, il ne faut pas que je pleure, il ne faut pas que je pleure. Jusqu'à ce que sa chambre fût en vue. Il se mit à courir et, la tête saisie d'une douleur lancinante, il sentit que Bull le relâchait, le libérait, et le fils du pilote de chasse se jeta à plat, ventre sur son lit, de crainte que les larmes ne jaillissent s'il ne les endiguait dans la fraîcheur de l'oreiller. Il entendit son père qui disait, planté sur le seuil en sorte que toute la famille pût l'entendre : "Tu es ma fille préférée, Ben. Je jure devant Dieu que tu es la petite chérie à son papa."

Alors, se tournant vers la porte, aveuglé par les larmes et la lumière, Ben rétorqua : "Oui, papa, et la petite chérie t'a battu à plates coutures."

La porte se referma violemment. ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Le Grand Santini - Pat Conroy   Lun 4 Sep - 13:08

Citation :
[...] ... - "Comment te sens-tu, mon chéri ?" demanda-t-elle.

- Ca va, maman," dit Ben sans cesser de regarder son père. "Et toi, comment te sens-tu ?

- J'ai le derrière un peu endolori, mais je pense passer au moins la nuit;

- Tu as un goût fabuleux en matière d'hommes, maman.

- N'en rajoute pas, Ben. Cela a été assez dur pour moi aujourd'hui sans que tu en rajoutes. Je te signale que c'est moi qui suis entre le marteau et l'enclume, qui suis sur la corde raide."

Ben s'assit sur son bureau, posa ses chaussures de sport sur la chaise, en desserra le laçage, les chaussa puis les relaça. Il laçait et délaçait ses chaussures aussi machinalement qu'il clignait les paupières. C'était chez lui l'un des nombreux tics nerveux qui préoccupaient sa mère.

- "Si jamais il te refait cela, Ben, je le quitte. Dieu m'est témoin, je le quitte.


- Mais oui, maman. C'est ce que tu disais la dernière fois. C'est ce que tu dis à chaque fois. Depuis que je suis né, tu n'as pas cessé de le quitter.

- Cette fois, je suis sérieuse.

- La dernière fois aussi tu étais sérieuse, et aussi la fois d'avant, et celle d'avant. Cela ne me fait plus rien, maman. Il me reste un an à tenir avant de vous tirer ma révérence. Mon seul souci est qu'il ne me laisse pas sur le carreau d'ici-là ."

Lillian était assise au pied du lit. Avec des gestes d'une grâce presque déplacée, elle tira une cigarette d'un paquet de Lucky Strike. Elle tendit les allumettes à Ben et attendit qu'il en allume maladroitement une et lui présente la flamme. Elle lui toucha légèrement la main et prit une profonde inhalation.

- "Il fait son possible pour se calmer les nerfs, mon chéri. Il sait que c'est une nécessité. A nous de l'aider en ce sens.

- Rien ne m'oblige à l'aider. Je le déteste. Je n'ai même pas envie de l'aider.


- Si tu n'en fais rien, ce seront Matt et les filles qui en pâtiront," dit Lillian avant d'ajouter : "Et moi aussi, bien sûr.

- Tu sais ce que je me disais à l'instant, maman ? J'étais en train de prier le ciel pour qu'il parte à la guerre." ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Le Grand Santini - Pat Conroy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -