Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

James Joyce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Morgane la fée
Our Witch-Ambassadress to Albion
Our Witch-Ambassadress to Albion
avatar

Féminin
Lion Dragon
Nombre de messages : 2493
Age : 29
Localisation : Dublin, Ir
Emploi : ?
Loisirs : lecture, cinéma, écriture, voyages, shopping
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: James Joyce   Mer 5 Mar - 20:06

Je me suis permise d'ouvrir un nouveau sujet sur James Joyce afin de vous poser cette petite question.

Je n'ai jamais lu une seule de ses oeuvres c'est pourquoi je l'ai mis dans la liste de mon challenge ABC avec son roman Portrait of the Artist as a Young Man/ Portrait de l'Artiste en Jeune Homme.

Seulement en ce moment j'étudie le modernisme américain et en parlant de William Faulkner et d'autres, les professeurs mentionnent souvent Ulysses de James Joyce.

Je ne connais pas du tout le sujet du livre (si ce n'est qu'il compare la vie ordinaire d'un résident de Dublin avec l'épopée du héros grec) et la seule chose que je sache c'est qu'il a la réputation d'être un des livres les plus complexes de l'Histoire.

Ma question est donc, pensez-vous que je devrais commencer par Portrait de... ou bien par Ulysses?
_________________
-We live as we dream--alone  Heart of Darkness J. Conrad

“and then, in dreaming,
The clouds methought would open and show riches
Ready to drop upon me that, when I waked,
I cried to dream again. “ Caliban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/profile.forum
André B.
Trésorier du Grand Ordre de Nota Bene
Trésorier du Grand Ordre de Nota Bene
avatar

Nombre de messages : 4025
Date d'inscription : 10/05/2005

MessageSujet: Re: James Joyce   Mer 5 Mar - 23:24

Hum, Ulysse est un livre que je trouve très difficile. Je l'ai commencé au moins une dizaine de fois et je n'y ai rien compris. Au bout d'une dizaine de pages, je suis largué.

Mais ça ne fait pas ça à tout le monde, tu peux essayer de le lire pour voir si tu arrives à entrer dans le bouquin et si tu n'y arrives pas, attaque l'autre.
_________________
Je ne suis qu'à moitié idiot et j'ai le vice de la tolérance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59085
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: James Joyce   Jeu 6 Mar - 16:07

"Ulysse", je n'ai pas pu entrer dedans avant mes 40 ans. Et puis, je l'ai lu (à haute voix) de bout en bout. C'est un roman tout à fait extraordinaire et très difficile à résumer tant il flamboie. A l'intérieur, il y a toute une partie qui ressemble à une pièce de théâtre et qui préfigure Ionesco et surtout Beckett.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Morgane la fée
Our Witch-Ambassadress to Albion
Our Witch-Ambassadress to Albion
avatar

Féminin
Lion Dragon
Nombre de messages : 2493
Age : 29
Localisation : Dublin, Ir
Emploi : ?
Loisirs : lecture, cinéma, écriture, voyages, shopping
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: James Joyce   Jeu 6 Mar - 16:42

Masques de Venise a écrit:
Ionesco et surtout Beckett.

Houla! Tu essaies de me décourager là ! affraid


J'ai l'impression que je vais rester sur ma première idée avec Portrait... .

Le fait est que je ne veux pas être introduite à cet auteur par une mauvaise expérience.
_________________
-We live as we dream--alone  Heart of Darkness J. Conrad

“and then, in dreaming,
The clouds methought would open and show riches
Ready to drop upon me that, when I waked,
I cried to dream again. “ Caliban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/profile.forum
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 42
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: James Joyce   Dim 18 Mai - 1:08

Je n'ai toujours pas lu Ulysse (quoique j'en connaisse des passages) C'est un roman enchevêtré, peut être plus complexe dans sa composition que Portrait de l'artiste en jeune homme. Il me semble que sa composition fait écho à l'épopée.
Ceci dit, pour Virginia Woolf, ce livre était celui de quelqu'un qui a du talent mais qui agace à vouloir faire l'intéressant. Je n'ai pas le passage de son journal sous la main... Je le citerai peut-être une prochaine fois.

Depuis ton message, t'es-tu lancée dans la lecture de l'un ou de l'autre de ces bouquins ?


Dernière édition par millie le Mer 29 Avr - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane la fée
Our Witch-Ambassadress to Albion
Our Witch-Ambassadress to Albion
avatar

Féminin
Lion Dragon
Nombre de messages : 2493
Age : 29
Localisation : Dublin, Ir
Emploi : ?
Loisirs : lecture, cinéma, écriture, voyages, shopping
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: James Joyce   Dim 18 Mai - 1:13

Non toujours pas. Mais j'ai bien l'intention de le faire cette année, bien que pas forcément dans l'immédiat.

Je reste sur mon idée de Portrait...
_________________
-We live as we dream--alone  Heart of Darkness J. Conrad

“and then, in dreaming,
The clouds methought would open and show riches
Ready to drop upon me that, when I waked,
I cried to dream again. “ Caliban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/profile.forum
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 42
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: James Joyce   Mer 28 Mai - 16:18

Voici le passage du journal de Virginia Woolf :

mercredi 6 septembre 1922


"J'ai fini Ulysse et je pense que c'est un ratage. Du génie, certes, mais de la moins belle eau. Le livre est diffus et bourbeux ; prétentieux et vulgaire, pas seulement dans le sens ordinaire mais aussi dans le sens littéraire. Je veux dire qu'un écrivain de grande classe respecte trop son oeuvre pour s'amuser à tricher, à choquer ou à épater. Je ne puis m'empêcher de penser à quelque galopin d'école primaire, plein d'esprit et de dons, mais tellement sûr de lui, tellement égoïste qu'il perd toute mesure, devient extravagant, poseur, braillard et si mal élevé qu'il consterne les gens bien disposés à son égard et ennuie sans plus ceux qui ne le sont pas. On souhaite que cela lui passe, mais comme Joyce a quarante ans, cela paraît bien improbable. Je n'ai pas lu ce livre très attentivement, et seulement une fois, et c'est très obscur, de sorte qu'il est fort possible que je sois injuste et que les réelles qualités de ce livre m'aient échappé. C'est comme si du petit plomb vous grêlait la figure sans que vous risquiez pour autant une blessure mortelle, ainsi que cela arriverait avec Tolstoï par exemple. Mais c'est complètement absurde de comparer Joyce à Tolstoï. "

Traduction de Germaine Beaumont.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 42
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: James Joyce   Mer 28 Mai - 16:27

Jeudi 7 septembre 1922


"Comme je finissais d'écrire ces lignes, L. [Leonard Woolf] est venu poser devant moi une très intelligente critique d'Ulysse, publiée dans la revue américaine Nation, critique qui analyse pour la première fois le sens du livre et lui donne ainsi beaucoup plus d'importance que je ne l'avais jugé. Mais je crois qu'il existe une vertu, une vérité durable dans les premières impressions, et je ne reviens pas sur la mienne, me réservant de relire certains chapitres. Il est probable que la beauté définitive d'une oeuvre n'est jamais perceptible pour les contemporains. Mais ils pourraient du moins être fortement secoués, ce qui n'est pas mon cas. Et puis d'une part je résistais délibérément, et de l'autre, les louanges de Tom [T.S. Eliot] m'avaient piquée au vif."

même source que ci-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane la fée
Our Witch-Ambassadress to Albion
Our Witch-Ambassadress to Albion
avatar

Féminin
Lion Dragon
Nombre de messages : 2493
Age : 29
Localisation : Dublin, Ir
Emploi : ?
Loisirs : lecture, cinéma, écriture, voyages, shopping
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: James Joyce   Mer 28 Mai - 18:23

Ah merci millie, c'est très intéressant!

Justement en ce moment entre mes révisions d'histoire je lis du Joyce (Portrait de l'Artiste en Jeune Homme).
_________________
-We live as we dream--alone  Heart of Darkness J. Conrad

“and then, in dreaming,
The clouds methought would open and show riches
Ready to drop upon me that, when I waked,
I cried to dream again. “ Caliban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/profile.forum
Morgane la fée
Our Witch-Ambassadress to Albion
Our Witch-Ambassadress to Albion
avatar

Féminin
Lion Dragon
Nombre de messages : 2493
Age : 29
Localisation : Dublin, Ir
Emploi : ?
Loisirs : lecture, cinéma, écriture, voyages, shopping
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: James Joyce   Mer 4 Juin - 14:35

J'ai terminé Portrait... il y a quelques jours et franchement je n'ai pas réussi à rentrer dedans une seule seconde.

J'ai essayé de me laisser porter par le flot de sentiments du jeune Stephen, mais rien à faire. Il y avait comme une barrière qui m'empêchait de véritablement comprendre ce que je lisais.



_________________
-We live as we dream--alone  Heart of Darkness J. Conrad

“and then, in dreaming,
The clouds methought would open and show riches
Ready to drop upon me that, when I waked,
I cried to dream again. “ Caliban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/profile.forum
André B.
Trésorier du Grand Ordre de Nota Bene
Trésorier du Grand Ordre de Nota Bene
avatar

Nombre de messages : 4025
Date d'inscription : 10/05/2005

MessageSujet: Re: James Joyce   Jeu 5 Juin - 1:48

Oui, qu'est-ce que c'est difficile à accrocher avec Joyce.
_________________
Je ne suis qu'à moitié idiot et j'ai le vice de la tolérance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Masculin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 565
Age : 29
Localisation : Nancy
Emploi : Etudiant
Loisirs : -
Date d'inscription : 19/12/2005

MessageSujet: Re: James Joyce   Jeu 5 Juin - 16:31

J'avais commencé portait de l'artiste....

Je sais pas si j'ai tenu 100pages, je ne comprends rien et ça m'ennuie.
Comme ça c'est clair.
_________________
Place Notre-Dame, Blog et Poil à Gratter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://placenotredame.tumblr.com/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59085
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Ulysse   Sam 10 Déc - 20:04





Ulysses
Traduction : Auguste Morel, revue par Valéry Larbaud, Stuart Gilbert et James Joyce

ISBN : 9782070400188


Extraits
Personnages


Bonnes gens qui me faites l'immense plaisir de me lire lol! , n'attendez pas de moi que je vous analyse savamment, si ce n'est avec une pédanterie digne d'un intello ou d'un universitaire bavant devant ses diplômes , les rapports qui existent (ou existeraient) entre tel ou tel personnage du roman de l'Irlandais et tel ou tel héros de l'"Odyssée" d'Homère. (Déjà, je préfère l'"Iliade" à l'"Odyssée", alors ... ) Pour ceux qui nous feraient une crise si nous nous y refusions, tenons-nous en à la version qui voit en Stephen Dedalus, le "double" de l'auteur, au patronyme si évocateur, un avatar de Télémaque et, en Léopold Bloom,  ... Qui, au fait ? Eh ! bien, s'il le fallait absolument, c'est Bloom que je verrais bien dans l'équivalence d'Ulysse. Eh ! oui, Bloom, grand, gros, carnivore amateur d'abats et pourtant âme bien plus tendre et plus sensible qu'il ne souhaite l'avouer, Bloom le Voyeur, Bloom l'Obsédé sexuel à tendance bi, désormais incapable de faire l'amour à sa femme, Molly, comme celle-ci le souhaite et qui, pourtant, malgré leurs nombreuses infidélités, à l'un comme à l'autre, continue à aimer profondément et sincèrement l'ex-Miss Tweedy, même s'il lui laisse faire parfois des passes pour mettre du beurre dans les épinards de la maison.

Quelqu'un me demandait un jour, me plongeant au passage dans une grande hilarité : "Pourriez-vous me résumer l'"Ulysse" de Joyce" ?" Non. Non. Je ne peux pas . Déjà que le résumé, ça n'a jamais été mon fort  :gorgedéployée: mais avec Bloom et Dedalus aux commandes, cela me deviendrait carrément impossible. J'ignore - et je veux continuer à ignorer - ce que Joyce a voulu mettre ici et enlever là, je m'en fous Mr.Red , voyez-vous, complètement : pour moi, et bien qu'elle soit rédigée dans une prose qui étonne souvent, blesse parfois et en choquera certainement plus d'un, même à notre époque,"Ulysse" est avant tout une poésie formidable, au sens hugolien du terme. Oui, un immense, un extraordinaire poème où l'on aimerait se perdre comme l'on se perdrait, une nuit de clair de lune, à la fois découragé et pourtant encore émerveillé de la Vie, dans les vagues trompeuses de l'Atlantique. J'ai mis beaucoup d'années à y voir ce que certains d'entre vous n'y distingueront jamais mais peut-être est-ce leurs visions qui sont les bonnes et non les miennes. Quant à ceux qui ne voient et n'entendent rien en "Ulysse", alors là, franchement, je suis triste pour eux, de la même tristesse que celle de Bloom quand il songe à son fils mort. Et je leur conseille de ne pas se lasser, de continuer encore et toujours : un jour, leurs yeux s'ouvriront et ils verront la Beauté indicible de ce livre foutraque et génial sans lequel, à mon modeste avis, un autre grand Irlandais, Samuel Beckett, n'eût jamais attendu Godot ... Oui, ils entendront l'accent de Dublin et celui, plus oxonien, de Stephen, avec toute cette haine du Père et, partant, de l'Autorité, qui l'habitera toujours. Ils percevront les brâmements volontairement excessifs de Bloom, chargés de dissimuler la discrétion véritable de cette nature dans le fond si fine, et ce cœur, qui ne sait trop où il va à défaut de refuser de fermer les yeux sur le lieu d'où il vient, les touchera par sa tendresse, son ironie, sa douceur et sa sagesse. Et, tout à la fin, car ce n'est là qu'elle se dévoile dans un flux de conscience qui vaut pour moi tous ceux imaginés par Virginia Woolf, ils percevront le pépiement musical de Molly, à la fois coléreux, las - oh ! si las ! ... - , résigné mais tout gonflé encore d'amour.

Dans "Ulysse", il y a des bagarres, des ivrognes, des malpolis, des blasphémateurs (ah ! Buck Mulligan, comment pourrait-on vous oublier, toi, ton blaireau et ton bol à raser ! allgreen ), des barjots, des filles de joie, une Dominatrice qui, finalement, n'est pas si méchante fille que ça, des hommes et des femmes qui cherchent leur sexualité et qui se cherchent aussi, plus simplement (ou de manière beaucoup plus complexe, hélas pour eux qui, aveugles, ne s'en rendent pas compte !  ), des gamins de Dublin qui ont vu ce qu'il ne fallait pas qu'ils vissent, Dublin elle-même, omniprésente, omnipotente, envahissante, avec ses deux visages, celui qui fixe le soleil irlandais derrière ses brumes nostalgiques et celui qu'elle ne réserve qu'à ces Noctambules qui, dans une très longue scène qui préfigure le théâtre de Beckett, viennent livrer au lecteur (enfin, c'est l'impression que ça m'a toujours fait ) comme leur vision personnelle de "Cabaret."

Dans "Ulysse", rien n'est en ordre (sauf les comptes de Bloom, peut-être ), les Orangistes énervent les Catholiques et il y en a un - ma foi oui, je le crois orangiste  - qui s'en prend même à Bloom, lui reprochant les origines juives de son père, lequel s'est converti mais ... au catholicisme . Alors là, Bloom se met en colère, et il rappelle à l'ignare malappris que le Christ était juif. En vain, bien sûr mais cela fait tellement de bien de le lire, de voir la sottise foulée aux pieds ... Oui, tout est fou ou semble l'être à l'un ou l'autre moment dans "Ulysse" et même si Bloom, comme d'ailleurs Dedalus, ne s'embringue guère dans les histoires de nationalisme, tous deux nous évoquent une Celtie qui jamais ne mourra. Tous deux adeptes du Crépuscule et de la Solitude qui font réfléchir, se révolter et choisir parfois de passer de vie à trépas ou du trépas à la vie, ils sont, l'un si froid et aussi raide qu'un parapluie, avec quelque chose de taiseux qui, parfois, explose en une éblouissante chandelle de haine et de mépris, l'autre si rond et si amoureux de l'analyse, quelle qu'elle soit, qui passe ses jours et ses nuits à dissimuler sous une faiblesse qui n'a de la fragilité que l'apparence sa nature foncière de pilier, ils sont l'Emotion, la Révolte, le Chagrin, l'Oubli qu'on ne peut pas oublier, cette Mélancolie infinie qui, entre deux verres d'alcool, reste chevillée à la carapace de tout Celte qui se souvient de ses ancêtres et des steppes lointaines et nues ...

A mes yeux, tous deux sont un hommage, inconscient peut-être, de Joyce bien plus à la nature de l'Irlande qu'à la Grèce antique, si grande qu'ait été cette dernière. Avec ces deux-là, tout tourne autour de l'Amour mais aussi de la Tristesse éternelle et des chants des banshees, de l'Autorité qu'on respecte ou qu'on dupe, et enfin de la Complexité sans bornes des rapports humains (sentimentaux, sexuels, filiaux, paternels, maternels, amicaux, haineux ...) Et pourtant, avec ça, ils trouvent la force de sourire, de rire, de se moquer, y compris d'eux-mêmes, cette puissance terrible de l'auto-dérision qui marque certains peuples plus que d'autres. Même devant le Mal, même devant la Mort la plus horrible, il faut savoir rire. Une dernière fois sans doute mais avec fierté, avec panache : c'est ainsi que, en dépit de la douleur et du chagrin, l'on demeure invaincu à jamais et à jamais supérieur à ses ennemis.

Comme tout livre inspiré par le Génie, l'"Ulysse" de Joyce est une leçon de Vie et de Mort. Irrespectueuse (souvent), cynique (encore plus souvent), grotesque (d'ailleurs, sous sa défroque hilare, le clown du cirque n'est-il pas en fait aussi inquiétant que les malheurs qu'il nous faut affronter au quotidien ? ), glauque et ambiguë (Bello-Bella la Dominatrice autant que Molly qui, elle, se laisse dominer pour dominer en paix) mais aussi pleine de beautés aussi variées que les souvenirs poétiques des uns et des autres, toute la verdure d'Erin au printemps, la tendresse lasse et pourtant toujours présente de Molly, les courses effrénées de Bloom, toujours à la recherche d'une pièce pour pouvoir lui offrir ce qu'elle aime, la retenue si particulière de Stephen que Bloom, on en jurerait volontiers, rêverait presque de voir prendre la chambre du haut, chez lui, formant ainsi une espèce de "ménage-à-trois" où Stephen serait à la fois l'amant et le fils perdu de Molly, la consolant peut-être ainsi un peu de ...

Peut-être. Bouquet

Parce que, avec "Ulysse", vous pouvez extrapoler et rêver à l'Infini. Il suffit tout simplement d'attendre votre heure pour saisir ce flux dont parlait en son temps le Grand Will, et vous laisser guider, lentement, sûrement, avec douceur, au-delà des cris et de la vulgarité que Joyce a semés en chemin pour que tout le monde n'ait pas un accès trop facile à son Jardin Secret (comme tout jardin du même type, "Ulysse" se mérite ), dans la chaude poésie d'un roman apparemment aussi incompréhensible que le "Jabberwocky" de Carroll mais qui, si vous avez la courtoisie de l'en prier, vous découvrira un jour - en tous cas, je l'espère très sincèrement pour vous - une beauté aussi pure et aussi noble que le plus énigmatique des camées.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: James Joyce   

Revenir en haut Aller en bas

James Joyce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: MODESTE PANORAMA DE LA LITTERATURE :: Irlande, Bretagne, Celtie -