Progressisme oblige, on a désormais le droit de dire tout ce que l’on veut des homosexuels à condition toutefois que ce soit du bien.