Dans l’imaginaire médiatique, Aung San Suu Kyi était une sorte de madone de la démocratie.