Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

L'être humain en tant qu'individu ou en tant que masse ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7482
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: L'être humain en tant qu'individu ou en tant que masse ?   Mer 27 Sep - 15:31

... C'est la réflexion (ou la pensée) qui me vient quant à la nature, à la réalité de la relation humaine, à la perception ou à l'idée que je me fais (en fait, que quasi tout le monde se fait), de la relation humaine...
L'être humain (l'autre, les autres) dans un environnement qui est celui de la famille, des connaissances et amis plus ou moins proches, celui aussi d'un village, d'un quartier où l'on demeure ; même si cet autre ou ces autres sont ceux d'un lieu situé -on va dire- dans le pays où l'on vit, ou dans un pays voisin... Oui, même si cet autre ou ces autres nous ne les connaissons pas, il me paraît certain, naturel en somme, que cet autre, que ces autres soient perçus en tant qu'individu c'est à dire en tant que personne humaine en particulier, ce qui induit du fait de cette perception que l'on a de l'autre en tant que personne en particulier, une "conscience plus ou moins présente en nous, de l'existence de l'autre"... Une "conscience" dont dépend directement ou indirectement, l'émotion qui nous vient lorsque cette personne ou ces personnes sont affectées par un événement dramatique...
En revanche l'être humain, dans un environnement beaucoup plus élargi, tel celui de l'ensemble du monde, tel celui de la foule des gens circulant dans une galerie marchande très fréquentée, dans un lieu public tel qu'une grande gare, un aéroport, tel celui encore d'une grande mégapole mexicaine ou indienne ou chinoise ou européenne, tel celui d'un lieu, d'une région à forte densité démographique... Tel celui aussi, d'une importante manifestation sportive ou festive où des milliers de gens affluent... L'être humain alors, dans cet environnement élargi, n'est plus perçu en tant qu'individu, en tant que personne humaine en particulier mais en tant que "masse humaine" ce qui induit une quasi absence de "conscience de l'existence de l'autre", et donc une moindre émotion voire une absence d'émotion lors d'un événement dramatique affectant non plus "une ou des personnes en particulier" mais "une masse, une foule d'êtres humains" (quand bien même cette masse ou cette foule ne serait que celle de dix, de cent personnes)...
Inconsciemment "cent morts lors d'une inondation dans une bourgade d'un pays de plus d'un milliard d'habitants" ou "dix morts lors du carnaval de Rio de Janeiro" (par exemple)... N'est pas perçu (en tant que douleur ressentie en soi, émotion, compassion, partage etc.),de la même manière que trois morts dans le village, dans le quartier où l'on habite (ou un village voisin) lors d'un événement dramatique (accident, inondation, tempête)...
Je trouve "déplacé, hypocrite et indécent" ces manifestations de compassion qu'il est "de bon ton" de montrer chaque fois que, quelque part dans le monde où n'existe pour nous qu'une masse humaine plutôt que des personnes, survient un événement dramatique causant dix, cent ou plus, de morts...
Bon c'est vrai, le jour où dans un pays comme l'Inde ou la Chine, sévira une pandémie occasionnant la mort de dizaines de millions de gens, nous aurons alors, chacun de nous citoyens français "une sacré trouille" et la "trouille" primera sur l'émotion/compassion !
Il faut toutefois noter que dans le cas d'un génocide, de massacre fait de guerre bombardement, la masse humaine victime, alors n'est plus perçue en tant que masse mais que cette masse même s'identifie à la personne humaine (la masse devient un ensemble de personnes humaines -et perçue comme tel)... Et que la compassion, la réaction, la dénonciation, la mémoire, le souvenir de ce qui s'est passé (génocide, massacre fait de guerre) est une nécessité, un devoir... Qui hélas -il faut le dire- n'est pas une garantie pour que dans l'avenir ne survienne plus de génocide ni de massacre de populations par fait de guerre...


_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com

L'être humain en tant qu'individu ou en tant que masse ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Coin de Yugcib -