Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les grandes affaires criminelles de Toulouse Roger Merle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 7577
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Les grandes affaires criminelles de Toulouse Roger Merle   Jeu 5 Oct - 15:24

[ en lien avec "petite chronique Toulousaine ]




Les grandes affaires criminelles de Toulouse Roger Merle

Résumé [ merci au site "Booknode" ]


"Nous, au village, aussi, l'on a de beaux assassinats..." chantait Brassens. Cette étrange fierté ne dit-elle pas autrement ce que Roger Merle exprime dès les premières lignes de son livre : "Les crimes sont l'envers des légendes glorieuses et permettent parfois de mieux comprendre les communautés humaines qui forment un peuple, une région ou une cité" ?
Si Toulouse, quatrième ville de France par sa population, peut se réjouir de n'occuper que la dixième place au rang de la criminalité, son histoire est jalonnée de grandes affaires -de celles qui comportent des énigmes psychologiques ou policières, qui donnent le frisson ou posent de graves problèmes de conscience.

Des procès de l'Inquisition à ceux de la Libération, en passant par l'affaire Calas, certaines sont entrées dans l'Histoire.

Mais l'ouvrage de Roger Merle fait place également à nombre de ces crimes où le droit commun croise le tissu économique et plus largement culturel d'une ville et d'une région : jusqu'à une période récente, on retrouve dans ces récits l'empreinte d'un département agricole, en partie montagnard, éloigné des grands centres d'activités, qui fourmi à la ville ses premières générations de fonctionnaires et de petits commerçants ; puis, ces dernières année, ce fort brassage de population attirées par le rapide essor de la cité.
Comme un autre Toulousain, le professeur Marcel Sendrail, le disait des civilisations à propos des maladies qui les affectent, c'est peut-être le style d'une ville qui s'esquisse à travers ses grandes affaires criminelles, les passions qu'elles suscitent dans le public, comme à travers l’éloquence de ses avocats.

C'est du moins ce qu'évoque la lecture de ce livre vigoureux où se devine, sous l’implacable synthèse des dossiers les plus touffus, la ferveur d'une grande voix du barreau.


Mon avis

Un style fort, aisé, avec des accents sobres mais puissants, et une documentation sans faille ( puisque les sources en sont tout simplement, en majeure partie, les Archives du Barreau de Toulouse ) font de ce livre un recueil de nouvelles policières authentiques que l'on a du mal à laisser;

Episodes si célèbres qu'ils ont largement débordé de la chronique Provinciale, comme l'Affaire Martin ( Guerre) portée au cinéma, ou mieux encore les affaires Calas, ou Sirven, ces "nouvelles terrifiques " laissent loin derrière elles les actuels thrillers ressassés des séries américaines besognant pour soulever "effroi et pitié"........

C'est qu'il y a toujours eu de méchantes gens, que l'esprit du Mal existe depuis toujours, ainsi que l'appât de l'or, et la haine qu'elle que soit sa cause;

Chemin faisant, Roger Merle distille des Affaires jadis fort célèbres, aujourd'hui un peu oubliées telle "l'Assassinat de la Marquise de Ganges" , amie ou filleule de Madame de Sévigné, ou encore, il "remet quelques pendules à l'heure" au sujet la célèbre Affaire Calas, de façon bien "gênante" pour le "politiquement correct" si apprécié aujourd'hui......
Et si Jean Calas avait été, en réalité le vrai coupable ......??? Et si le malheureux Capitoul David de Baudrigues qui finit par se suicider, avait eu raison dès le début, en dépit d'une scène de crime trop vite polluée, certes, mais dont les indices effacés étaient remplacés par des témoignages authentiques ?
Et si on regardait froidement, lucidement les indices restants ?
Et si l'on observait le comportement de certains ordres religieux et écoutait les rumeurs populaires pas toujours si trompeuses........

Sans aller jusqu'à résoudre cette énigme vieille désormais de plus de 3 siècles, Roger Merle soulève des questions pertientes comme autant de petits cailloux........

Avec lui nous traversons le miroir du temps et entrons de plein pied dans le passé, où le monde est tout petit, où les populations bien moins nombreuses en ville comme à la campagne font que tout le monde ou presque se connaît et où il est bien difficile de dissimuler sa vraie personnalité, ou un rien vous trahit........

A lire absolument, amateurs de polars et d'histoire.......

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les grandes affaires criminelles de Toulouse Roger Merle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE PETIT ENFER DE NOTA BENE CULTURE LITTERAIRE :: Grandes Affaires Criminelles -