Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Récit d'Un Déporté Arménien - Manuel Kirkyacharian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Récit d'Un Déporté Arménien - Manuel Kirkyacharian   Jeu 12 Oct - 9:39



M.K. Adli çocugun Techir Anilari 1915 ve Sonrasi
Traduction : Elif Saner, revue par François Skvor
Texte établi par : Baskin Oran


ISBN : 9782951444812

Notre Opinion


Citation :
[...] ... Les tchétchènes avaient fini de piller les déportés et nous avions repris notre route.

Nous étions dans la plaine d'arabie. Malgré les détours, où que nous allions, nous rencontrions le fleuve Murat. C'était un cours d'eau très large et peu profond. Une rivière qui coule, comme vous le savez. Et les tchétchènes ont crié : "Hé ! Les gavours [= les mécréants] ! Les gavours ! Vous allez traverser le fleuve. Allez ! De l'autre côté !"

C'était un ordre et nous avons commencé à traverser la rivière tout habillés. Nous étions encore petits alors, les grands nous tenaient pas la main. Autrement, à cause de notre poids trop léger d'enfants, le fleuve nous aurait emportés.

Enfin, les déportés ont traversés le fleuve et nous avons poursuivi notre route, les vêtements trempés ... Un nuage noir, très haut, se déplaçait dans le ciel. Nous nous serions cru en pleine nuit. L'orage et le vent tout contre nous. Il tombait des cordes. A l'avant et à l'arrière, les tchétchènes criaient :

- "He ! Les gavours ! Marchez donc ! Notre halte n'est pas loin."

Nous avons fini par y arriver. Certains étaient morts en route. Nous y avons passé la nuit.

Le matin, nous nous sommes levés et nous avons vu, à proximité, de grandes tentes noires arabes. Un hump [= groupe] d'arabes vivait là. Dans la matinée, on nous a donné un ordre, on allait rester là deux jours. Tout le monde devait se mettre à son aise et sécher. Nous nous sommes aperçus que les arabes avaient commencé à circuler entre nous avec les tcherkesses [= les tchétchènes] par groupes de deux ou trois. Les arabes regardaient les enfants, les garçons et les filles. Ils indiquaient aux tchétchènes ceux qu'ils repéraient : "Je veux adopter cet enfant," disaient-ils.

Et le tchétchène traduisait.
Car les tchétchènes parlaient l'arabe, le tchétchène et le turc. Ils disaient à la mère ou au père de l'enfant ou à son propriétaire : "Cet enfant, donnez-le à cet arabe. De toutes façons, vous, les gavours, vous allez mourir !" Certains acceptaient, d'autres non.

Quand l'arabe prenait l'enfant, le tchétchène touchait une commission.  ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]


Dernière édition par Masques de Venise le Jeu 12 Oct - 9:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Récit d'Un Déporté Arménien - Manuel Kirkyacharian   Jeu 12 Oct - 9:52

Citation :
[...] ... Par ailleurs, on apportait du pain à échanger contre des vêtements. Et nous, nous avions le châle noir de ma mère. Nous l'avons échangé contre un pain [= inutile de préciser que la valeur du châle était de vingt fois supérieur à celle du pain]. Nous sommes restés ici trois jours. Le matin du troisième jour, on nous a ordonné de nous tenir prêts à repartir.

Quant à ma mère et à tant d'autres, ils étaient dans un état si difficile qu'ils ne pouvaient plus marcher. Ma mère a dit à mon père : "Emmenez-moi au bord du fleuve. Je vais me jeter à l'eau. Parce que, si je reste, les arabes vont me tuer avec çarçiraka [= elle veut dire qu'elle sera torturée et violée]."

Mon père n'a pas voulu la prendre sur son dos pour l'emmener. Le père d'un copain de classe l'a portée et nous avons tous deux décidé de l'emmener. Nous avons appelé le der hayr [= prêtre]. Il a récité le Hagortutyun [= la communion], puis nous avons emmené ma mère au bord du fleuve Murat, à proximité.

J'ai tourné la tête, je n'ai pas voulu voir ma mère jetée à l'eau. Je me suis retourné ; elle se débattait dans l'eau et le fleuve commençait à l'engloutir ... ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Récit d'Un Déporté Arménien - Manuel Kirkyacharian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -