Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Alouqa ou La Comédie des Morts - Jean-Louis Bouquet (France) - XXème Siècle (TM 2017)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59003
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Alouqa ou La Comédie des Morts - Jean-Louis Bouquet (France) - XXème Siècle (TM 2017)   Jeu 26 Oct - 14:25



Etoiles Notabénistes : ******

ISBN : inconnu y compris pour l'Edition Marabout de "Le Visage de Feu" dont nous avons extrait ce texte

Extraits
Personnages


Pour les amateurs de nouvelles, tout spécialement de nouvelles à connotation fantastique, Jean-Louis Bouquet, né en 1898 et décédé quatre-vingts ans plus tard à Issy-les-Moulineaux, se classe parmi les incontournables du genre. La poésie, l'élégance et le phrasé impeccable de son style s'imprègnent dans la mémoire avec la simplicité des authentiques aristocrates et l'imaginaire qui est le sien ne manque jamais de nous faire frémir même si, bien sûr, l'auteur, possédant, comme tout artiste, ses thèmes favoris, risque parfois la répétition. Ce rapport au fantastique dans la mémoire collective est d'autant plus remarquable que, sous des pseudonymes comme Jean d'Ansenne ou Nevers-Sérin, le même homme fut aussi le scénariste d'un certain nombres de films (dont "Le Diable dans la Ville" de Germaine Dulac, en 1924) et l'auteur d'un nombre respectable de romans policiers dont la série des "Mystères de Montmartre" rappellera sans nul doute d'excellents souvenirs aux initiés.

Auteur éclectique, donc, on le voit bien, et dont la nouvelle-phare, que l'on retrouve dans tant d'anthologies, demeure sans conteste "Alouqa" ou "La Comédie des Morts". Le prénom inhabituel qui donne son titre au texte est d'origine inconnue et serait le nom d'un démon qu'invoquait, en 1623, le seigneur de Vourges, afin de ressusciter chaque nuit la jeune femme, d'une très grande beauté, qu'il avait ramenée d'un long séjour en Orient. Séjour qu'il n'avait pas seulement passé à surveiller les marchés d'esclaves mais durant lequel il s'était fortement intéressé à l'hermétique et à la Kabbale ... voire à pire. Depuis lors, ce démon, dont on ne savait exactement s'il s'agissait d'un incube ou d'une succube, s'était installé dans la famille et, chaque fois qu'un Vourges mâle, héritier du nom ou cadet, s'empressait de prendre femme, la malheureuse finissait toujours par sombrer dans la folie. En ce qui concerne les descendantes de sexe féminin de la famille, le démon semblait les laisser dans une paix relative, malgré quelques petits tours joués par-ci, par-là mais qui pouvaient tout aussi bien tenir de la génétique car les figures patriarcales de cette noble maison ne manquaient pas, de leur côté, de se révéler tôt ou tard menteuses, coureuses, violentes, avares, etc, etc ...

Mais folles, jamais. La folie, répétons-le, n'était réservée qu'à celles qui acceptaient l'alliance avec l'illustre famille. Ce démon redoutable paraissait, somme toute, possédé par quelque jalousie d'origine aussi douteuse qu'inexpliquée.

Des "petites maisons", comme on disait sous Louis XIV, jusqu'aux tristes asiles que les théories freudiennes n'avaient pas encore inondés de leur gloire dans la première partie du XXème siècle, les Vourges avaient périclité à un point tel que, au moment où commence notre nouvelle, la famille est officiellement éteinte. L'Hôtel particulier que ses membres possédaient à Paris et qui fut le théâtre de tant de drames a été racheté et rénové par un excentrique, un certain Morgan, qui atterrit un jour dans le bureau du directeur de l'Agence théâtrale Norbert-Robert, en quête de comédiens pour une représentation dont les héros ne seront autres que les anciens marquis de Vourges. C'est du moins ce que comprend tout d'abord Norbert-Robert en personne avant de réaliser que son visiteur recherche en fait des comédiens à demeure qui, chaque nuit, viendront chez lui pour s'y livrer à une sorte de représentation à très, très long terme, dans le style de la "commedia dell'arte", dont l'argument central sera la mort de Gilles de Vourges, empoisonné par sa malheureuse épouse, une ancienne danseuse (à la longue, les Vourges ne trouvaient plus à se marier dans leur milieu), Adeline.

Les rôles sont bientôt répartis mais Morgan, qui a entretemps révélé au directeur de l'Agence théâtrale, désormais embarqué dans l'aventure en qualité de régisseur, que sa fortune lui venait du métier de medium qu'il avait exercé de longues années avant que sa santé ne le lui interdît, veut à tout prix adjoindre à tous ces comédiens représentant des personnages bien réels une actrice supplémentaire, qui n'aurait aucune ligne à dire mais qui, par ses apparitions opportunes sur l'immense théâtre de l'ancien Hôtel des Vourges, symboliserait l'Alouque, nom qu'on avait fini par donner au démon de sinistre mémoire.

Si Norbert-Robert n'a guère eu de peine à découvrir les comédiens correspondant aux personnages des Vourges et de leurs domestiques ; s'il n'a pas eu plus de difficulté à faire accepter ses choix par son commanditaire, il en va tout autrement quand il s'attaque au problème de l'Alouque. Il épuise vingt-sept candidates, toutes plus acceptables les unes que les autres, pour aboutir à un refus catégorique de la part d'un Morgan qui ne se décourage pourtant pas. Et il n'a pas tort, le bougre puisque, un soir, se présente chez lui une femme au physique impressionnant, qui lui dit s'appeler Araxe mais qui, quoique parfaitement apte à comprendre ce qu'on lui demande, éprouve les plus grandes difficultés à s'exprimer en notre langue. Qu'à cela ne tienne : son rôle est muet et, avec ce physique qu'elle a, elle EST l'Alouque ...

Le rideau peut donc se lever sur des comédiens au départ un peu gênés - ce qu'on leur demande dépasse la simple "commedia dell'arte" en ce sens que, s'ils ont bien une trame à suivre, ils ne font en fait, nuit après nuit, que reprendre les mêmes gestes et le même argument - mais qui finissent par s'adapter. Au milieu d'eux, Araxe évolue avec une sorte de grâce macabre et se montre toujours à bon escient. Norbert-Robert supervise tout cela d'un œil peut-être trop exclusivement professionnel car il ne saisit pas que, dans les coulisses, la comédienne censée interpréter Adeline, l'Empoisonneuse frappée de folie, met tout en œuvre pour séduire cette occasion en or que représentent Morgan et sa fortune. Qui mieux est, l'une des si frappantes apparitions d'Araxe dans son rôle fait reculer un peu trop précipitamment le comédien tenant le rôle de Gille de Vourges et voilà celui-ci avec une jambe cassée et trois mois de repos au lit, sans compter la rééducation.

Du coup, le rôle est vacant et, à la profonde stupéfaction de Norbert-Robert, Morgan le réclame à cor et à cris. D'autant qu'il vient de se fiancer avec la comédienne qui joue Adeline ...

Il manque, dans cette fiche, quelques éléments indispensables au puzzle que je vous laisse la joie de reconstituer en toute tranquillité, en vous absorbant dans la lecture de cette nouvelle et, qui sait ? d'autres récits du même auteur. Sachez que vous ne devriez pas être déçus, Jean-Louis Bouquet ayant parfaitement maîtrisé la fin qu'il destinait à cette étrange histoire où le réalisme le plus précis donne une réplique sans faille à un fantastique sombre et sarcastique à souhait, qui porte, à lui seul, l'empreinte amère du Destin lorsque prend la lubie à un fou - je vise ici le marquis Henri de Vourges - de faire joujou avec les Forces de l'Au-delà pour des raisons qui, finalement, n'en valent pas la chandelle ... Bonne lecture !

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Alouqa ou La Comédie des Morts - Jean-Louis Bouquet (France) - XXème Siècle (TM 2017)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: MODESTE PANORAMA DE LA LITTERATURE :: Feuille Par Feuille, La Nouvelle & Le Conte De Tous Les Horizons -