Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les Papiers Posthumes du Pickwick Club ou Les Aventures de Mr Pickwick - CHARLES DICKENS - CHAPITRE PREMIER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62628
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Les Papiers Posthumes du Pickwick Club ou Les Aventures de Mr Pickwick - CHARLES DICKENS - CHAPITRE PREMIER   Sam 18 Nov - 14:06

Les Pickwickiens



Le premier rayon de lumière qui illumine les ténèbres et transforme en un éclat éblouissant l'obscurité dans laquelle paraissent s'envelopper les débuts de la carrière publique de l'immortel Pickwick, ce premier rayon de lumière provient de la lecture du rapport suivant, extrait des procès-verbaux du Pickwick Club, que l'éditeur du présent ouvrage a le plus vif plaisir à présenter à ses lecteurs, en témoignage des soins attentifs, de l'assiduité infatigable et du discernement subtil, avec lesquels il a mené ses recherches parmi les nombreux documents qui lui avaient été confiés.

"12 mai 1827. Président de séance : M. Joseph Smiggers, V. P. P. M. P. C. [= Vice-Président A Perpétuité, Membre du Pickwick Club].
Les résolutions suivantes ont été unanimement adoptées :

"Que notre Association a écouté avec un sentiment de satisfaction sans mélange et d'approbation sans réserve la lecture de la communication de Mr Samuel Pickwick, P. G. M. P. C [= Président Général, Membre du Pickwick Club], intitulée : "Quelques hypothèses sur la source des Etangs de Hampstead, et quelques remarques sur la Théorie des Epinoches"; et que notre Association présente ici ses remerciements les plus chaleureux audit Mr Samuel Pickwick, P. G. M. P. C., pour ce motif.

"Que, tout en se rendant pleinement compte des avantages que la cause de la science ne manquera pas de tirer de l'œuvre à laquelle il vient d'être fait allusion, comme des infatigables recherches menées par Mr Samuel Pickwick, P. G. M. P. C., à Hornsey, à Highgate, Brixton et Camberwell, notre Association ne peut se dérober au sentiment profond des bienfaits inestimables que produirait inévitablement tout transfert des activités de ce savant en un champ plus vaste, toute extension de ses voyages, qui aurait pour conséquence d'élargir la sphère de ses observations, pour le plus grand profit des progrès du savoir et de la diffusion de la connaissance.

"Que, pour atteindre l'objectif indiqué plus haut, notre Association a soumis à un examen attentif la proposition émanant du susdit, Mr Samuel Pickwick, P. G. M. P. C., et de trois autres Pickwickiens ci-après désignés, de fonder une nouvelle section de l'Union Pickwickienne sous le titre de Société des Correspondants du Pickwick Club.

"Que ladite proposition a reçu la sanction et l'assentiment de notre Association.

"Que la Société des Correspondants du Pickwick Club est donc constituée à ce jour ; et que MM. Samuel Pickwick, P.G.M.P.C., Tracy Tupman, M. P. C., August Snodgrass, M. P. C., et Nathanael Winkle, M. P. C., sont à partir de ce jour désignés et nommés membre de ladite Société, et qu'il leur est demandé de faire parvenir de temps à autre au Pickwick Club, domicilié à Londres, des rapports présentant toutes garanties d'authenticité sur leurs voyages et leurs recherches, leurs observations sur les caractères et les mœurs, et la totalité de leurs aventures, ainsi que tous les récits et documents concernant éventuellement les lieux traversés et les souvenirs évoqués.

"Que notre Association reconnaît de grand cœur à tous les membres de la Société des Correspondants le droit de subvenir à leurs frais de voyage personnels, et que, dans ces conditions, elle ne s'oppose nullement à ce que les membres de ladite Société poursuivent leurs recherches aussi longtemps qu'il leur plaira.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/



Dernière édition par Masques de Venise le Lun 20 Nov - 15:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62628
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Papiers Posthumes du Pickwick Club ou Les Aventures de Mr Pickwick - CHARLES DICKENS - CHAPITRE PREMIER   Sam 18 Nov - 14:40

"Qu'il convient de faire savoir (et qu'il est fait savoir par le présent texte) aux membres de la susdite Société des Correspondants, que leur proposition de payer eux-mêmes l'affranchissement de leurs lettres et le port de leurs envois a fait l'objet d'une délibération de notre Association ; que notre Association considère cette proposition comme digne des grands esprits dont elle émane, et qu'elle leur fait ici connaître son acquiescement sans réserve."

Un observateur fortuit, ajoute le secrétaire dont les notes nous ont servi pour le récit qui va suivre, un observateur fortuit n'aurait peut-être rien remarqué d'extraordinaire dans le crâne chauve et les lunettes rondes, qui restèrent tournés avec attention vers son visage (celui du secrétaire) pendant la lecture des résolutions ci-dessus ; mais pour ceux qui savaient que sous ce front fonctionnait le cerveau gigantesque de Pickwick, et que derrière ces verres scintillaient les yeux rayonnants de Pickwick, le spectacle était vraiment digne d'intérêt. C'estque se trouvait l'homme qui avait remonté jusqu'à leur source les imposants Etangs de Hampstead, et qui avait bouleversé le monde scientifique par sa Théorie des Epinoches, calme et immobile comme les eaux profondes des premiers par un jour de gel, ou comme un spécimen isolé des secondes dans les recoins les plus secrets d'un pot de grès. Et combien plus intéressant devint le spectacle lorsque, recouvrant d'un coup toute sa vie et son animation, tandis que l'appel unanime de "Pickwick" jaillissait du cœur de ses disciples, l'homme illustre monta lentement sur le fauteuil rustique dans lequel il était jusqu'alors resté assis, et adressa la parole au club qu'il avait lui-même fondé. Quel sujet pour un peintre offrait cette scène émouvante ! L'éloquent Pickwick, cachant gracieusement les mains derrière les basques de son habit, tandis que l'autre s'agitait dans les airs à l'appui de sa déclamation enflammée ; sa position élevée laissant voir ce pantalon collant et ces guêtres qui, s'ils avaient habillé un homme ordinaire, auraient pu passer inaperçus, mais qui, habillés par Pickwick - si l'on peut nous permettre de parler ainsi, inspiraient un élan de vénération et de respect : entouré des hommes qui s'étaient portés volontaires pour partager les périls de ses voyages, et qui étaient destinés à participer à la gloire de ses découvertes. A sa droite se tenait Mr Trucy Tupman - Tupman le trop sensible, qui joignait à la sagesse et à l'expérience d'un âge avancé l'enthousiasme et l'ardeur d'un jeune garçon, au service de la plus aimable, de la plus pardonnable des faiblesses humaines : l'amour. Le temps et la chère avaient élargi cette silhouette jadis romantique ; le gilet de soie noire était devenu de plus en plus ample ; et, plus bas, la chaîne de montre en or avait disparu, pouce par pouce, du champ visuel de Tupman ; et peu à peu, le vaste menton avait empiété sur les frontières de la cravate blanche ; mais l'âme de Tupman n'avait en rien changé : l'admiration pour le beau sexe en était toujours la passion dominante. A gauche de son grand chef se trouvait le poétique Snodgrass, et près de lui le sportif Winkle ; le premier poétiquement drapé dans un mystérieux habit bleu dont le col était en peau de chien ; et le second accroissant le prestige d'une veste de chasse neuve de couleur verte, d'un foulard de drap écossais, et d'un pantalon gris brun bien ajusté.

L'allocution prononcée par Mr Pickwick en la circonstance, ainsi que la discussion qu'elle provoqua, figure parmi les procès-verbaux du Club. L'une et l'autre ont de nettes affinités avec les débats d'autres assemblées célèbres ; et, comme il est toujours intéressant de retrouver des ressemblances entre les activités des grands hommes, nous reproduisons ce compte rendu dans le présent ouvrage.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62628
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Papiers Posthumes du Pickwick Club ou Les Aventures de Mr Pickwick - CHARLES DICKENS - CHAPITRE PREMIER   Dim 19 Nov - 12:48

Monsieur Pickwick déclara (dit le secrétaire) que la renommée était chère au cœur de tout homme. La renommée poétique était chère au cœur de son ami Snodgrass ; non moins chère à son ami Tupman était la renommée qui s'attache aux conquêtes ; et le désir d'acquérir de la renommée par tous les exercices physiques pratiqués sur le terrain, dans les airs et sur l'eau, surpassait tout autre dans la poitrine de son ami Winkle. Quant à lui (Mr Pickwick), il ne pouvait nier qu'il fût soumis à l'influence des passions humaines, et des sentiments humains. (applaudissements) - peut-être des faiblesses humaines - (bruyantes protestations) ; mais il pouvait dire une chose, c'est que, si jamais l'incendie de la suffisance éclatait dans son sein, le désir de faire d'abord du bien à l'espèce humaine l'éteignait sans peine. L'éloge de ses semblables lui servait de ressort moteur ; la philanthropie, de compagnie d'assurance. (Acclamations véhémentes.) Il avait éprouvé quelque orgueil - il le reconnaissait sans ambages, et peu lui importait le parti qu'en pourraient tirer ses ennemis - il avait éprouvé quelque orgueil en présentant au monde sa théorie épinochienne ; peut-être était-elle célèbre, peut-être ne l'était-elle pas. (Cris : "Elle l'est," et vives acclamations.) Il voulait bien faire sienne l'affirmation de l'honorable Pickwickien dont il venait d'entendre la voix - sa théorie était donc célèbre ; mais, dût la renommée de ce traité s'étendre jusqu'aux confins les plus reculés du monde connu, l'orgueil avec lequel il penserait alors à la paternité de cette œuvre ne serait rien en comparaison de celui avec lequel il promenait son regard autour de lui en cet instant, le plus glorieux de toute son existence. (Acclamations.) Il n'était qu'un humble individu. ("Non, non.") Cependant il ne pouvait manquer de se rendre compte qu'on l'avait choisi pour une mission qui le comblait d'honneur, sans être exempte de danger. Les voyages se passaient dans des conditions incertaines, et les cochers avaient l'esprit en effervescence. Que l'on voulût bien jeter un regard au loin et contempler les scènes qui se déroulaient alentour. De tous côtés les diligences se retournaient, les chevaux s'emballaient, les navires chaviraient, les chaudières éclataient. (Acclamations ; une voix crie : "Non.") Comment non ? (Acclamations.) L'honorable Pickwickien qui s'était écrié "Non" avec tant de force était prié de s'avancer pour nier le fait, s'il le pouvait. (Acclamations.) Qui donc avait crié "Non" ? (Acclamations enthousiastes.) Serait-ce un vaniteux, un aigri - il ne voulait pas dire un mercier - (Acclamations bruyantes) - qui, jaloux des éloges décernés - peut-être à tort - à ses recherches à lui (Mr Pickwick), et meurtri par les critiques accumulées contre ses pauvres efforts pour se poser en rival, avait maintenant recours à cette méthode abjecte et calomnieuse pour ...

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/



Dernière édition par Masques de Venise le Dim 19 Nov - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62628
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Papiers Posthumes du Pickwick Club ou Les Aventures de Mr Pickwick - CHARLES DICKENS - CHAPITRE PREMIER   Dim 19 Nov - 13:03

"Mr BLOTTON (d'Aldgate) se leva pour demander un rappel à l'ordre. Etait-ce à lui que l'honorable Pickwickien avait fait allusion ? (Cris divers : "A l'ordre," "Monsieur le Président," "Oui," "Non", "Allez-y," "Arrêtez," etc.)

"Mr PICKWICK refusa de se laisser réduire au silence par des clameurs. C'était bien à l'honorable gentleman qu'il avait fait allusion. (Sensation.)

"Mr BLOTTON, en ce cas, se contenterait de dire qu'il rejetait les accusations perfides et grossières de son honorable adversaire, avec un profond mépris. (Vives acclamations.) L'honorable gentleman n'était qu'un imposteur. (Confusion totale, et cris tonitruants : "A l'ordre," et "Monsieur le Président.")

"Mr A. SNODGRASS se leva pour demander un rappel à l'ordre. Il s'en remettait au président de séance. ("Bravo.") Il désirait savoir si on allait laisser se poursuivre cette lutte dégradante entre deux membres du Club. ("Bravo, bravo.")

"Le Président de séance se déclara convaincu que l'honorable Pickwickien allait retirer l'expression dont il venait de se servir.

"Mr BLOTTON, sans se départir le moins du monde du respect dû au président, se déclara convaincu qu'il n'en ferait rien.

"Le Président se sentit contraint par un impérieux sentiment du devoir, de demander à l'honorable membre s'il avait employé dans son sens habituel l'expression qui venait de lui échapper.

"Mr BLOTTON répondit sans hésiter par la négative : il s'était servi de ce mot dans son sens pickwickien. ("Bravo, bravo.") Il était obligé de reconnaître qu'il avait personnellement la plus grande estime et le pllus grand respect pour son honorable adversaire ; il ne l'avait considéré comme un imposteur que d'un point de vue pickwickien ("Bravo, bravo.")

"Mr PICKWICK se déclara fort satisfait des explications loyales, sincères et complètes de son honorable ami. Il demanda qu'on voulût bien comprendre aussitôt que ses propres remarques avaient été exclusivement destinées à recevoir une interprétation pickwickienne. (Acclamations.)

Ici se termine le procès-verbal, en même temps que la discussion, sans aucun doute, puisqu'elle avait atteint un point si hautement satisfaisant et intelligible. Nous n'avons aucun rapport officiel sur les faits que le lecteur trouvera relatés dans le prochain chapitre, mais ils ont été soigneusement collationnés d'après des lettres et d'autres sources manuscrites dont l'authenticité est assez incontestable pour justifier un récit de forme suivie.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Papiers Posthumes du Pickwick Club ou Les Aventures de Mr Pickwick - CHARLES DICKENS - CHAPITRE PREMIER   

Revenir en haut Aller en bas

Les Papiers Posthumes du Pickwick Club ou Les Aventures de Mr Pickwick - CHARLES DICKENS - CHAPITRE PREMIER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE COIN DU FEUILLETON :: Feuilletons d'Origine Etrangère -