Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre VIII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre VIII   Ven 1 Déc - 17:07

VIII


Le Baronnet



Baccarat s'était élancée hors du lit avec l'agile souplesse d'une panthère, et n'avait fait qu'un bond de sa chambre à coucher dans son cabinet de toilette.

Ordinairement, la folle créature mettait à s'habiller une nonchalance extrême, et s'abandonnait paresseusement aux mains de sa femme-de-chambre, avec le dédaigneux laisser-aller d'une duchesse ; mais en ce moment Baccarat redevint la fille du peuple qui sait se servir elle-même, et, chaussant ses petits pieds nus de babouches turques, glissant sa taille de couleuvre dans un long peignoir gris-perle à retroussis cerise, elle noua un foulard à son cou, et d'une main fiévreuse roula précipitamment les boucles luxuriantes de sa chevelure blonde, dégageant son front intelligent et les ramenant en arrière par grosses touffes. En quelques minutes, la courtisane se trouva dans ce négligé voluptueux, et cependant convenable, des femmes assez hardies ou assez indifférentes pour recevoir un inconnu dans leur chambre à coucher. Elle étendit la main vers le gland de sonnette pendu au fond de son alcôve : Fanny reparut.

- "Fais entrer l'Anglais," dit-elle.

Et, tout agitée qu'elle était, en dépit de l'émotion qu'avait produite sur elle le nom de Fernand, quelle que fût enfin son anxiété, Baccarat redevint assez femme pour se pelotonner gracieusement au fond d'une dormeuse, laissant son peignoir s'arrondir en plis voluptueux, et faisant danser son soulier rouge au bout de son pied nu.

Le baronnet sir Williams entra sur le champ.


Andrea était de ces hommes qui embrassent tout d'un seul coup d'œil, et jugent à la fois de l'oiseau par la cage, et de la cage par l'oiseau.


La chambre à coucher de Baccarat disait toute la vie et le caractère tout entier de Baccarat, à cette heure surtout où il y régnait ce délicieux et mystérieux désordre qui se répand autour d'une alcôve de femme, de minuit à midi, et auquel rien au monde ne saurait remédier.

Les murs étaient tendus d'une étoffe gris-perle à reflets de moire, encadrée par une mince baguette d'or ; un épais tapis à grandes rosaces rouges jonchait le sol. 

Les rideaux du lit et des croisées étaient d'une étoffe semblable , mais lamées de larges bandes violettes qui en rompaient le ton monotone, et les fauteuils, les chaises, la dormeuse étaient en velours violet de même nuance que les bandes des rideaux. 

Sur la cheminée, deux bergers de Watteau se contaient fleurette au-dessus d'une pendule rocaille, aux deux côtés de laquelle deux Amours bouffis supportaient une touffe de lis disposée en candélabres.

Une glace du même style, à cadre ovale, surmontait la cheminée.

Tout cela était un peu futile peut-être, mais de bon ton, et l'absence de ces étagères chargées de ces petits riens coûteux qu'on a nommés des bibelots, prouva tout de suite à sir Williams que Baccarat était une fille de goût.

L'œil du visiteur se reporta tout de suite de la cage à l'oiseau, pour continuer notre métaphore, et sur le champ il devina Baccarat tout entière.

- "Un marbre,"
pensa-t-il, "au fond duquel bout un cœur de lave, un esprit méchant par nature et dont on peut tirer parti, une beauté merveilleuse qui peut tourner une tête de jeune homme et le conduire jusqu'à l'infamie, si besoin est."

Et l'œil d'Andrea enveloppa une fois encore la femme roulée comme une chatte sur elle-même, la chambre où se répandait un vague parfum qui semblait s'échapper de ce lit tiède encore où demeurait, sous la courtine blanche et sur l'oreiller garni de dentelles, l'empreinte lascive du beau corps de la courtisane, et Andrea murmura :

- "Voici le jardin d'Armide de Fernand Rocher. Si on l'y conduit jamais, il n'en sortira plus."

En même temps, Baccarat enveloppait son visiteur d'un seul regard, remarquait cet œil ou brillait un feu sombre et satanique, cette lèvre mince où glissait un sourire railleur et mauvais, ce front large et intelligent où la pensée devait s'ébattre à l'aise, et elle faisait la réflexion suivante :

- "Si c'est un ennemi qui m'arrive, il est digne de moi ; si c'est un allié, je triompherai, car ce doit être un homme fort."

Andrea salua la courtisane, qui lui indiqua de la main un siège auprès d'elle et jugea inutile de faire tout autre mouvement.

Puis, du regard, elle congédia Fanny. 

Andrea
s'assit et la regarda fixement, sans hésitation, comme un homme qui vient parler affaires et se soucie peu de la beauté et des charmes d'une femme.

- "Chère madame,," dit-il, "je suis le baronnet sir Williams, et je viens vous proposer un marché.

- Voyons !" fit Baccarat, qui avait parfaitement dompté son émotion ... "Cependant, cher monsieur," ajouta-t-elle avec ce sourire moqueur de la femme naguère insensible, "s'il était question de galanterie, je vous prierais de repasser un autre jour ... j'ai mes nerfs aujourd'hui.

- Je comprends cela," dit sir Williams, "quand on a mal dormi ..."

Baccarat se jeta un coup d'œil dans la glace, pensant qu'elle était pâle et devait avoir les yeux battus.

- "Or," poursuivit l'Anglais avec flegme, "l'amour non assouvi entraîne fatalement l'insomnie après lui.

- L'amour !" exclama Baccarat, redevenant la fille de marbre et rougissant d'avouer la défaite de son cœur, "l'amour ! ... Que voulez-vous dire ?

- Tiens," fit tranquillement sir Williams, "je croyais que vous adoriez Fernand Rocher."

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre VIII   Sam 2 Déc - 12:17

Baccarat tressaillit, mais elle fut forte, et aucun muscle de son visage ne la trahit.

- "Allons donc ! fit-elle,"je n'aime personne, milord. 

- Je suis simplement baronnet," observa sir Williams avec le plus grand calme ; "mais je suis heureux d'avoir été induit en erreur ... 

- Vous l'avez été, baronnet," dit Baccarat avec non moins de tranquillité. 

- "Alors, tant mieux, ma chère dame.

- Plaît-il ?" fit la courtisane qui, une fois encore, tressaillit au fond de son cœur.

- "C'est que," articula lentement sir Williams, absolument comme un acteur qui ménage ses effets, "si vous l'eussiez aimé ..."

Il s'arrêta et parut hésiter. 

- "Eh bien ?" demanda Baccarat, dont la voix subit une légère altération. 

- "Eh bien, c'eût été très malheureux pour vous, chère madame."

Cette fois, une pâleur livide monta au front de Baccarat. 

- "Pourquoi ?"
demanda-t-elle.

- "Parce qu'il est toujours pénible pour une femme de voir lui échapper l'homme qu'elle aime.

- Mon cher," répliqua froidement la courtisane, dont l'orgueil domina l'émotion, "une femme comme moi quitte les gens, mais on ne la quitte jamais.

- Ma chère," dit sir Williams sur le même ton laconique et sec, "on ne quitte une femme comme vous que pour se marier ... et M. Fernand Rocher se marie."

Ces mots tombèrent comme la foudre sur Baccarat frissonnante.

Elle jeta un cri et se renversa brusquement en arrière, à demi pâmée de douleur.

- "Ah ! enfin," murmura sir Williams, "vous l'aimez donc ? 

- Eh bien, oui, je l'aime ... avec passion, avec furie ! ..." s'écria-t-elle, "comme les lionnes doivent aimer dans le désert ..."

Et elle se redressa, hautaine, terrible, l'œil plein d'éclairs, la lèvre frémissante, les narines dilatées. 

- "Il ne se mariera pas !" s'écria-t-elle, "et il m'aimera, dussé-je poignarder ma rivale !"

Il y avait sur la cheminée, auprès de la pendule, un charmant poignard à fourreau ouvragé, à lame damasquinée, jadis en la possession d'un jeune fou qui avait voulu s'en frapper pour la courtisane, et dont elle s'était emparé en lui arrêtant le bras et lui disant :

- "Puisque vous êtes méchant, on va vous désarmer, na !"

Baccarat ne tenait peut-être que médiocrement à la vie de l'amoureux incompris car il était aux trois-quarts ruiné, mais elle avait eu envie du poignard ... Au moment où elle proférait cette menace de mort contre la femme que devait épouser Fernand Rocher, Baccarat s'élança vers le poignard, s'en saisit et le brandit avec fureur.

- "Ah !" dit sir Williams avec le flegme d'un vrai fils d'Albion, "vous seriez superbe ainsi, jouant la tragédie, chère madame."

Un mot froidement railleur produit l'effet d'un verre d'eau glacée jeté au visage d'un homme en colère. 

Les paroles de sir Williams, de même qu'une pluie fine abat un grand vent, selon le proverbe, firent évanouir le courroux superbe de Baccarat, et changèrent son exaltation en un morne et subit découragement. 

Le poignard lui échappa des mains, et elle se prit à trembler comme un enfant.

- "Mon Dieu, mon Dieu !" murmura-t-elle d'une voix brisée où couvaient des sanglots.

- "Ma chère," reprit sir Williams toujours impassible, "je suis venu vous annoncer une mauvaise nouvelle, mais, en même temps, vous offrir mes services.

- Que voulez-vous dire ?" demanda-t-elle avec un frisson d'espoir.

- "Regardez-moi bien," continua-t-il, laissant glisser sur ses lèvres ce sourire de démon qui révélait son infernale intelligence du Mal, "ne croyez-vous pas que je puisse être un allié de quelque valeur ?

- Vous, un allié ?

- Pourquoi pas ?

- Vous ! Vous me serviriez ? ...

- C'est possible, ma chère. 


- Mais à quel titre ? ... Pourquoi ? ... Dans quel but ? 

- Ah !" dit sir Williams, "il est évident que j'ai un but et un intérêt ... sans cela ..."

Il n'acheva pas ; la porte s'ouvrit et Fanny reparut, une carte à la main.

Baccarat
prit la carte machinalement et y jeta les yeux. La carte portait ce nom :

E. DE BEAUPREAU
Chef de Bureau au Ministère des Affaires Etrangères


- "Je ne connais pas cet homme," dit-elle en jetant la carte avec une impatience fébrile. "Je n'y suis pas !"

Ce jour-là, Baccarat aurait refusé sa porte à un ambassadeur, voire même à un czar de Russie.


Mais sir Williams ramassa la carte, y jeta les yeux et tressaillit.

- "Il faut le recevoir,"
dit-il, "il le faut !"

Et, s'adressant à Fanny d'un ton impérieux :

- "Faites attendre au salon dix minutes," dit-il.

Fanny comprit que cet homme était le maître et elle obéit.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/



Dernière édition par Masques de Venise le Sam 2 Déc - 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre VIII   Sam 2 Déc - 12:35

Alors sir Williams regarda la jeune femme stupéfaite, et lui dit :

- "M. de Beaupréau a une fille qui se nomme Hermine."

Baccarat jeta un cri, et se souvint de ce nom prononcé devant elle par la portière de la rue Saint-Louis.

- "Ah !" dit-elle, "c'est, à coup sûr, la fiancée de Fernand.

- Oui," dit tranquillement le baronnet, "et vous allez voir son beau-père."

Et comme elle se reprenait à frémir de courroux :

- "Il faut recevoir cet homme," dit-il.

- "Mais que veut-il ? que vient-il faire ? ...

- Il vient vous proposer quelque chose d'infâme ... un marché sans nom ... N'importe ! Ne le jetez point dehors ... Ecoutez-le patiemment ... puis remettez-le au lendemain. Nous verrons après ..."

Et sir Williams se dirigea vers le gland de la sonnette et l'agita violemment.

- "Faites entrer M. de Beaupréau," dit-il à Fanny.

Puis il courut au cabinet de toilette et laissa retomber la portière derrière lui, plaçant un doigt sur sa bouche pour faire comprendre à Baccarat qu'il voulait voir sans être vu, entendre sans qu'on soupçonnât sa présence, et, au moment où il disparaissait derrière la draperie, il jeta à la courtisane ces mots à mi-voix, prononcés comme un ultimatum terrible :

- "Ne le refusez pas ... Ne vous indignez point ... ou, dans huit jours, Fernand est marié."

Baccarat demeura seule pendant dix secondes, puis le chef de bureau entra. Mais déjà la femme forte avait dominé la femme tremblante et brisée d'émotions ; le sourire était revenu à ses lèvres, la sérénité à son front, le calme dans toute sa personne, et lorsque M. de Beaupréau parut, Baccarat avait repris sa nonchalante attitude sur la dormeuse ; elle put examiner à son aise les lunettes bleues, la face rougeaude, le vaste abdomen et les jambes courtes et grêles du chef de bureau.

M. de Beaupréau
salua la jeune femme avec cet aplomb d'un vieux libertin qui se trouve toujours à l'aise dans le sanctuaire du vice ; mais Baccarat lui rendit son salut avec une froideur si aristocratique et une dignité si parfaite qu'il en demeura un peu interdit.

- Madame," dit-il, "oserais-je vous demander un entretien ?

- Demandez, monsieur," répondit la courtisane avec le sang-froid superbe d'une reine dont on implore la clémence.

Elle lui indiqua un siège du geste, et parut prête à l'écouter.

- "Madame," continua timidement M. de Beaupréau, "ma carte a dû vous apprendre qui j'étais ?"

Baccarat fit un geste d'assentiment.

- "J'ai de la fortune," poursuivit-il, "et un beau traitement.

- Je vous en fais mon compliment sincère,"
répondit-elle du ton indifférent qu'on emploie pour dire une banalité.

- "Et," continua le chef de bureau, "ma position me permettrait de faire bien des choses pour une femme ...

- Ah çà ! mon cher," interrompit Baccarat, qui oublia son rôle de duchesse pour redevenir fille de marbre, "vous n'avez cependant pas un million à croquer, j'imagine, comme Villedieu, votre chef de division, qui s'est ruiné pour moi, et Léopold de Marlotte, qui a allumé ma cigarette avec son dernier billet de mille francs. On vous aura mal renseigné."

Et un sourire dédaigneux glissa sur les lèvres de la courtisane.

Mais la portière du cabinet de toilette, auquel le chef de bureau tournait le dos, se souleva à demi et Baccarat vit apparaître le visage pâle de sir Williams, qui semblait lui dire :

- "Oubliez-vous donc ma recommandation, et voulez-vous marier Fernand ?"

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/



Dernière édition par Masques de Venise le Sam 2 Déc - 15:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre VIII   Sam 2 Déc - 13:03

Un moment interdit, M. de Beaupréau reprit courage et dit :

- "Vous avez une sœur ?

- Ah !" dit Baccarat, "serait-ce donc ma sœur que vous aimez ?

- Peut-être ...

- Je crois que vous perdez votre temps, alors, car elle est sage. 

- Aussi suis-je venu à vous ..."

Baccarat leva de nouveau les yeux sur la portière du cabinet de toilette.

- "Soyez calme," semblait dire le visage sévère du baronnet.

- "Mon cher," dit Baccarat, "les affaires de ma sœur ne me regardent pas.

- Cependant ... si vous vouliez ... peut-être ..."

Une idée infernale traversa l'esprit de la courtisane.

- "Si je lui marchandais la liberté de Fernand," pensa-t-elle.

Mais soudain le rouge de la honte monta à son front, et une fois encore elle faillit jeter le chef de bureau à la porte. La tête de Williams était toujours encadrée par la draperie, et, pareille à celle de Méduse, elle épouvantait Baccarat, à l'oreille de qui résonnaient encore ces sinistres paroles :

- "Si vous le chassez, Fernand est marié dans huit jours."


Et elle dit à M. de Beaupréau :

- "Cerise est une petite sotte, et si elle m'avait crue, au lieu de se toquer d'un ouvrier ... Mais, après tout, cela ne regarde qu'elle.

- Mais enfin," supplia le vieux débauché, "ne me prendriez-vous pas sous votre protection ?"

Baccarat hésitait.

- "Dites oui," fit d'un signe la tête de sir Williams.

- "Peut-être," murmura-t-elle tout bas.

- "Je suis reconnaissant ..." insinua le vieillard.

Mais Baccarat ne répondit pas. Elle rêvait.

- "Eh bien ? ..." supplia M. de Beaupréau
dont la voix tremblait d'émotion.

Baccarat leva encore les yeux vers sir Williams.

Le visage de l'Anglais était impassible.


- "Monsieur," dit-elle en faisant un mouvement comme pour congédier le chef de bureau, "je réfléchirai ... je verrai ... 

- Ah !" dit-il avec une émotion qui trahissait la violence de sa passion, "par pitié ! ... soyez bonne ... soyez ...

- Revenez demain,
" lui dit-elle brusquement.

Et elle se leva, comme si elle avait eu hâte de rompre cet odieux entretien.

M. de Beaupréau
prit son chapeau et se leva à son tour.

- "Demain," lui dit-il ; "vous voulez que je revienne demain ?

- Oui, revenez.

- Et ... vous la verrez ?

- Oui, oui," fit la tête muette de sir Williams.

- "Oui," balbutia Baccarat en baissant le front.

Et elle reconduisit le chef de bureau, dont la face rubiconde était devenue écarlate de joie, et dont le cœur bondissait dans sa poitrine comme celui d'un amoureux de vingt ans.

Quand il fut parti, Baccarat se trouva face à face avec sir Williams.

- "Ah ! Quelle infamie !"
murmura-t-elle ; "moi, vendre ma sœur ! ... Jamais, jamais ! On a dit que la Baccarat n'avait pas de cœur : c'est vrai ; mais elle aime sa famille ... Jamais, jamais !" répéta-t-elle avec force.

- "Ma chère," fit froidement sir Williams, "il n'y a que M. de Beaupréau qui puisse rompre le mariage de sa fille avec Fernand Rocher, et vous auriez tort de le rudoyer."

========================================================================================


Que se passa-t-il alors entre cette femme, en l'âme de qui subsistait un dernier sentiment de pudeur, et cet homme à l'infernal génie, qui semblait être la vivante incarnation du Mal ? Par quels arguments irrésistibles, par quelles promesses vertigineuses Satan parvint-il à tenter cette fille d'Eve ? 

Nul ne le sut jamais.

Mais lorsque le comte Andrea sortit de chez Baccarat, la pauvre femme courbait son front livide de honte avec la résignation des vaincus, et une larme, la dernière peut-être qu'elle dût jamais verser, roulait lentement de ses yeux sur sa joue ...

Cerise, la chaste et pure enfant, l'honnête ouvrière, fiancée à un brave ouvrier, venait d'être sacrifiée à la passion terrible qui brûlait le cœur de Baccarat comme la lave enflammée que le Vésuve répand sur les campagnes napolitaines dans ses jours de fiévreux courroux.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre VIII   

Revenir en haut Aller en bas

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre VIII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE COIN DU FEUILLETON :: Feuilletons Français & d'Expression Francophone -