Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 61332
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIII    Sam 9 Déc - 12:50

XIII

Fanny



Tandis que M. de Beaupréau courait chez Baccarat, celle-ci se trouvait de nouveau en tête à tête avec le capitaine Williams. 

Le baronnet
et la courtisane étaient seuls dans un petit boudoir où Baccarat ne recevait que ses plus intimes amis, et dont la situation isolée permettait d'y causer librement, sans crainte d'être entendu même par Fanny, qui avait la coutume d'écouter aux portes.

Baccarat
était pâle, défaite, et une larme roulait dans ses yeux.

Williams était froid, calme, légèrement railleur, comme il convient au génie de la tentation.

- "Suis-je assez abaissée !" murmurait la courtisane, en songeant à quel prix elle achetait le célibat de Fernand.

- "Ma chère," répondit Williams, "on n'a rien pour rien en ce bas-monde. Ce bon M. de Beaupréau vous rend votre Fernand bien-aimé ; il est juste qu'il touche le prix de son abnégation.

- Mais c'est ma sœur ! ..." exclama Baccarat, essayant de résister encore.

- "Bah ! après tout, c'est à son bonheur que vous et moi travaillons ...

- Elle est sage ... elle est honnête ... elle veut un mari ... " murmura Baccarat d'une voix sourde.

- "Nous en ferons, dans six mois, une reine de la mode. Elle aura, comme vous, chevaux et voitures, au lieu de tirer l'aiguille du soir au matin. Au lieu d'un horrible ouvrier aux mains noires, au bourgeron sale, ivre du matin au soir, en vertu de son droit de mari, nous lui donnerons, après cet odieux et grotesque Beaupréau, un joli vicomte qui aura groom et tilbury, de fines moustaches noires et cent-mille livres de rente.

- Démon !" fit Baccarat, qui avait le vertige.

- "Merci," dit galamment le baronnet.

Puis il tira sa montre :

- "Voyons," dit-il, "il est huit heures et demie. Le Beaupréau doit avoir joué sa scène à l'heure qu'il est. Décidez-vous, ma chère, ou je rétablis les faits tels qu'ils sont en allant offrir mes hommages à sa femme et à sa fille ... et jamais Fernand ne mettra les pieds ici."

Baccarat courba le front et se tut.

Williams étendit la main vers une table.

- "Asseyez-vous là," dit-il, "et écrivez."

Baccarat, vaincue, se leva, alla vers la table et murmura :

- "Dictez."


"Ma bonne sœur," dicta Williams, "si tu ne me viens pas en aide sur le champ, ta Louise est perdue, perdue sans retour. Je n'ai point le temps d'aller chez toi, de m'expliquer, de te révéler mon affreuse situation. Seulement, sache-le, il y va de mon avenir et peut-être de ma vie ... Cours sur le champ, aussi vite que tu le pourras, rue Serpente, 19 ; demande à voir madame Coquelet, et dis-lui : "Je viens pour ma sœur ..." Tu sauras alors ce qu'il faut faire pour me sauver.

Ta Louise qui t'aime."


La plume échappa aux mains de Baccarat, et deux larmes, longtemps contenues, roulèrent enfin sur ses joues.

- "Pauvre sœur !" murmura-t-elle.

- "Maintenant," dit Williams, "attendons le Beaupréau."

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 61332
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIII    Sam 9 Déc - 13:12

Comme il achevait, un coup de sonnette qui retentit à l'intérieur du petit hôtel annonça l'arrivée d'un visiteur.

- "C'est lui ! ce doit être lui," murmura le baronnet.

Et comme Baccarat se levait pour passer dans sa chambre à coucher et y recevoir le chef de bureau, Williams lui dit vivement :

- "Si c'est lui, vous saurez d'abord ce qu'il a fait, et comment la scène a eu lieu. Puis vous le laisserez un moment et reviendrez me dire ce qui s'est passé avant de rien promettre."


Baccarat essuya ses larmes, et redevint femme sur le champ.

Elle se rajusta devant une glace, répara un léger désordre dans sa chevelure, et sortit d'un pas ferme.

Cerise était définitivement sacrifiée à cet amour pour Fernand Rocher qui brûlait le cœur de la courtisane.


C'était en effet M. de Beaupréau qui arrivait essoufflé et triomphant, la lettre d'Hermine à la main.

- "Tenez, belle dame," dit-il à Baccarat en la lui tendant, "lisez et voyez ..."

Baccarat s'empara de la lettre, la lut le cœur palpitant, et se dit à part elle :

- "Jamais il ne l'épousera !"

M. de Beaupréau, à qui l'audace était revenue, s'assit tranquillement sur une bergère, passa une main dans son habit bleu et regarda la courtisane. 

- "Eh bien ! belle dame," répondit-il, "ne ferez-vous rien pour moi ... maintenant ?

- Attendez !" reprit Baccarat, qui, sans aucune explication et fidèle aux ordres de Williams, laissa le chef de bureau stupéfait et seul, et retourna dans le boudoir où le baronnet l'attendait.

Williams prit la lettre que Baccarat avait gardée, la lut attentivement et dit :

- "C'est bien, c'est très bien ; c'est beaucoup plus que je n'espérais."

Puis il ajouta, s'adressant à Baccarat :

- "Maintenant, ma chère, vous allez conseiller au Beaupréau de s'en aller rue Serpente, n° 19, vers dix heures environ, d'y demander à voir madame Coquelet, et de se fier à elle pour Cerise.

- Est-ce tout ?" fit Baccarat.

- "Vous lui recommanderez, en outre, de ne donner demain aucune explication à Fernand Rocher, si celui-ci lui en demande.

- Bien," dit Baccarat.

- "A présent, ma chère, quand le Beaupréau sera parti, je vous dirai ce qu'il faut faire de cette lettre, et à moins que ne manquiez de patience et de sagacité, votre beau Fernand sera ici demain et n'en sortira plus."

Baccarat frissonna de joie et rejoignit M. de Beaupréau.

En même temps, Williams sonna et Fanny parut.

- "Petite," dit le baronnet, "tu vas prendre le coupé de ta maîtresse et porter ce billet à mademoiselle Cerise. Si elle te demande des explications, tu diras que tu ne sais rien ... mais que ta maîtresse est dans un état affreux. Voici pour toi."

Une heure après, Williams quittait Baccarat et courait rue Serpente.

- "A nous deux, M. de Beaupréau !" murmura-t-il en prenant les rênes de son tilbury.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE COIN DU FEUILLETON :: Feuilletons Français & d'Expression Francophone -