Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65105
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIV   Sam 9 Déc - 13:42

XIV


Beaupréau



Cependant, Fanny, à demi couchée dans le coupé de sa maîtresse, où, par parenthèse, elle se trouvait fort bien et nullement déplacée, Fanny courait vers le faubourg du Temple et y arrivait vers neuf heures. La jeune fleuriste venait de rentrer. Elle était allée dîner chez mademoiselle Jeanne et voir son nouveau domicile, rue Meslay ; et comme elle avait perdu trois grandes heures, Cerise avait allumé sa lampe, garni sa chaufferette, et elle s'était mise à l'ouvrage avec l'intention de veiller un peu.

Léon était venu la voir dans la journée, lui apportant une lettre de son pays, Jacques, le contremaître, lequel lui annonçait qu'il avait trouvé un acquéreur pour son petit bien, et en même temps l'avisait de son prochain retour.

Jacques allait revenir avec l'argent de Léon et ses papiers ; on ferait tout de suite afficher les bans, et dans quinze jours ou trois semaines, dût-on racheter un ban à l'église, Cerise serait mariée. Cette pensée lui donna du cœur à l'ouvrage, et Cerise me mit au travail en chantant son plus gai refrain.

Ce fut peu après que Fanny parut.

L'étonnement de la fleuriste fut grand à la vue de la jeune femme de chambre de sa sœur lui arrivant à une heure aussi insolite ; et cet étonnement se changea subitement en consternation lorsqu'elle eut parcouru la lettre de Baccarat.

- "Mon Dieu !" s'écria-t-elle, "qu'est-il donc arrivé à Louise ?

- Je ne sais pas,"
répondit Fanny, fidèle à son rôle ; "mais madame est désolée et comme folle."

Cerise se leva vivement, repoussa sa table à ouvrage, mit en un clin d'œil un bonnet sur sa tête et un châle sur ses épaules, et dit à Fanny :

- "J'y vais ... j'y vais ... dites à ma sœur que j'y vais !"

Fanny
s'esquiva en courant, remonta dans le coupé et disparut.

Cerise descendit rapidement derrière elle, tout en relisant, à la lueur du quinquet fumeux qui éclairait l'escalier, l'étrange lettre de Baccarat.

- "Rue Serpente, n° 19 ..."
murmura-t-elle ; "mais il y a une lieue d'ici, et pas une minute à perdre !"

Et Cerise, qui refusait de monter dans la calèche de sa sœur, courut à la station de voitures la plus voisine, se jeta dans un fiacre et donna l'adresse au cocher. Une demi-heure après, le fiacre s'arrêtait rue Serpente, à la porte de cette maison vermoulue, à deux étages, et aux volets toujours clos qui lui donnaient l'apparence d'un mauvais lieu, et dans laquelle nous avons vu Colar introduire le capitaine Williams à son arrivée de Londres.

Le cœur de Cerise se serra à l'aspect lugubre de cette maison ; ce fut avec une horrible angoisse qu'elle souleva le marteau de la porte ; et lorsque cette porte eut tourné en grinçant sur ses gonds rouillés et que la jeune fille eut aperçu devant elle une allée sombre, étroite, d'où s'échappait un air humide et nauséabond, il lui sembla qu'elle entrait dans un sépulcre.

Elle s'avança en tâtonnant dans l'obscurité et, d'une voix émue, elle appela :

- "N'y a-t-il donc pas de concierge ?"


Une lumière brilla alors au  haut de cet escalier tournant, aux marches usées, qui avait pour rampe une corde graisseuse, et Cerise, frissonnante, vit apparaître un hideux visage de vieille femme qui demanda d'une voix aigre :

- "Qui est là ? Qui vient à cette heure ?

- Madame Coquelet ?" interrogea Cerise, toute tremblante.

- "C'est moi," répondit la vieille.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65105
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIV   Dim 10 Déc - 13:30

Cerise monta les marches glissantes de l'escalier, et s'arrêta indécise en présence de la vieille femme.

- "Madame," dit-elle, "je viens au nom de ma sœur Louise ...

- Louise," fit madame Coquelet, "quelle Louise ?"

Cerise
rougit, et songea au surnom de sa sœur.

- "Baccarat,"
dit-elle.

- "Ah ! ah !," dit la vieille dont la voix parut se radoucir et devint meilleure ; "entrez, ma petite, entrez."

Et madame Coquelet ouvrit une porte sur le carré du premier étage, et conduisit, à travers un corridor aussi sombre que l'allée, la jeune fille jusqu'à une chambre où elle la fit entrer.

- "Venez, ma petite,"
disait la vieille d'un ton caressant, "venez par ici."

Et Cerise, émue et toujours frissonnante, suivait cette horrible femme vêtue d'une camisole de nuit, coiffée d'un bonnet à rubans d'un rouge criard, et portant par dessus sa camisole un châle tartan à carreaux verts.

La chambre
où elle fit entrer Cerise ressemblait à la salle d'apparat d'un lieu suspect : rideaux d'un rouge fané aux croisées, vieux divan dont les accrocs étaient dissimulés sous une housse au crochet, pendule Noblet sur la cheminée entre deux vases de fleurs, guéridon d'acajou plaqué, fauteuil en velours miroité et d'un ton verdâtre.

Cerise
embrassa d'un coup d'œil cet horrible mélange de pauvreté et de luxe honteux ; puis son regard se reporta sur madame Coquelet et la naïve enfant se demanda comment sa sœur, qui vivait au milieu d'un monde élégant, pût avoir des relations pareilles avec une pareille femme.

- "Entrez, ma petite, entrez !" répéta l'affreuse vieille d'un ton caressant qui eût épouvanté une femme moins innocente que Cerise.

Cerise
obéit et demeura debout au milieu de la chambre rouge, continuant à regarder alternativement et avec un muet effroi cette pièce sombre d'aspect et cette mégère hideuse.

- "Ah !" répéta celle-ci, "vous venez de la part de Baccarat ?

- C'est ma sœur,"
répondit Cerise en rougissant.

- Bien, bien, asseyez-vous, ma petite.

- Madame," reprit Cerise toujours émue, "ma sœur m'a écrit qu'il fallait que je vinsse vous voir, que moi seule je pouvais la tirer de l'affreuse position où elle se trouve.

- C'est vrai, ma petite, c'est très vrai ; mais asseyez-vous donc."

Madame Coquelet, en parlant ainsi, avait un mauvais sourire qui consterna Cerise, et lui fit penser qu'en effet Baccarat était dans une situation terrible.

- "Mais," reprit la vieille femme, "ce n'est pas moi, c'est une personne que nous attendons qui va vous causer de votre sœur, ma petite ... Asseyez-vous là et attendez ; ce ne sera pas long, la personne ne peut tarder."

Madame Coquelet posa le flambeau qu'elle tenait à la main sur la cheminée, entre l'un des vases de fleurs et la pendule, et avant que Cerise eût eu le temps de faire la moindre question elle se retira et ferma la porte sur elle.

Toute interdite, la jeune fille demeura seule, jetant autour d'elle un regard douloureusement étonné.

Ce qu'elle voyait, ce qu'elle entendait, tout, jusqu'à la lettre de sa sœur, était de nature à la plonger dans une inexprimable angoisse.

Cependant, elle s'assit sur le vieux divan à la housse au crochet d'un blanc douteux, et elle attendit, tressaillant au moindre bruit, et l'œil attaché sur la pendule, dont l'aiguille allait atteindre le chiffre dix.

Dix minutes, un quart d'heure s'écoulèrent ; un silence profond régnait autour de Cerise, un silence au milieu duquel on eût entendu les pulsations de la pauvre enfant, que précipitait un vague et indicible effroi.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65105
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIV   Dim 10 Déc - 13:58

Ses regards allaient de la pendule, qui mesurait le temps écoulé, à la porte, que masquait un rideau rouge pareil à ceux de l'unique croisée qui faisait face à la cheminée.

Et tandis qu'elle se perdait en conjectures sur ce malheur prêt à fondre sur sa pauvre sœur et qu'elle était chargée de conjurer, tandis qu'elle se demandait ce que pouvait être cette personne qu'elle attendait avec une anxieuse impatience, un bruit se fit derrière elle.

Cerise
se retourna et laissa échapper un cri de frayeur ...

Une porte recouverte du papier qui tendait les murs, et qu'elle n'avait point remarquée, par conséquent, venait de s'ouvrir à côté du divan, pour livrer passage à un homme qu'à première vue Cerise ne reconnut pas.


Il portait des lunettes bleues ; mais, au lieu d'un habit bleu comme ses lunettes, il avait une redingote noire boutonnée par-dessus un gilet blanc.

C'était M. de Beaupréau.


Le chef de bureau ferma la porte et salua Cerise de la main.

- "Bonjour, chère enfant,"
dit-il d'un ton dégagé, en ôtant cependant son chapeau et laissant voir son crâne chauve.

Cerise, à la vue d'un homme, s'était levée avec vivacité, et, instinctivement, elle avait fait un pas en arrière.
Mais l'apparence mûre et la calvitie de M. de Beaupréau la rassurèrent.

- "Bonjour, bonjour, ma chère enfant," répéta-t-il d'un ton paternel, où perçait néanmoins une légère émotion.

- "Monsieur," fit Cerise en reculant d'un pas encore, "seriez-vous la personne ... que ... j'attends ? ...

- Oui, c'est moi, ma belle enfant !"

Et le chef de bureau prit la main de la jeune fille.

- "Asseyez-vous donc," dit-il. 

Cerise retira sa main et demeura debout.

- "Ma sœur," dit-elle, "ma sœur Baccarat ...

- Une charmante fille, presque aussi jolie que vous," interrompit le chef de bureau, qui prit une attitude et un ton régence.

- "Ma sœur m'a écrit ..." poursuivit Cerise.

- Ah ! oui ... je sais.


- Qu'elle était dans une situation critique.

- Très critique, ma belle enfant.

- Et qu'il fallait que moi ...

- Oui," dit M. de Beaupréau, "Baccarat, en effet, compte beaucoup sur vous ... Eh ! mais, venez vous mettre là, près de moi ... nous allons causer de cela tout à l'heure ... Vous fais-je peur ?

- Non,"
balbutia Cerise, qui ne comprenait absolument rien aux paroles du chef de bureau, et se laissait prendre, cependant, à son accent bonhomme.

Et comme il s'agissait de sa sœur, que M. de Beaupréau était vieux et laid, et qu'en l'innocence de son cœur, la pauvre enfant était à cent lieues de la sinistre vérité, Cerise obéit et s'assit à l'extrémité opposée du divan sur lequel le chef de bureau s'était laissé tomber lourdement.

- "Monsieur,"
supplia-t-elle d'une voix à attendrir un tigre, "si vous pouviez sauver ma pauvre sœur ...

- Oui, sans doute, chère petite ; mais causons de vous d'abord ...


- De moi ?" fit Cerise abasourdie.

- "De vous,"
répéta M. de Beaupréau, qui prit la main de l'ouvrière et voulut la baiser galamment.

Cerise retira sa main,
et, bien que ne soupçonnant rien encore, elle se recula vivement et comme obéissant à une vague terreur.

- "Voyons," reprit-il, se rapprochant d'elle, regardez-moi bien. Ne me reconnaissez-vous pas ?"

Et il exposait, aux yeux de Cerise, son visage jaune et son front chauve aux clartés de la lampe posée sur la cheminée.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65105
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIV   Dim 10 Déc - 14:40

Un souvenir traversa soudain l'esprit de Cerise.

- "Oui ... oui ..." dit-elle, "rue Bourbon-Villeneuve ... sur le boulevard ... jusqu'à ma porte ..."

Et, cette fois, Cerise, devinant enfin, se leva précipitamment et voulut fuir.

Mais elle songea à Baccarat, et soudain elle se dit qu'un homme qui s'était attaché à ses pas, l'avait suivie peut-être à cause de sa sœur, pour lui parler d'elle, et elle resta debout, attendant encore.

M. de Beaupréau
demeura assis et reprit :

- "Ma chère enfant, je vous semble peut-être un peu ... mûr ... et le fait est que je n'ai plus vingt ans ... mais, croyez-le, je suis un homme comme il faut, très comme il faut même, et je saurai me conduire honorablement."

Cerise se méprit encore au sens de ses paroles et leva sur lui un timide regard.

- "Oui," continua le chef de bureau, "j'ai une assez belle position et je puis beaucoup. Voyons, que vous semblerait d'un joli entre-sol rue Blanche ou rue Saint-Lazare ? Mille francs de loyer, une bonne, cinq cents francs par mois et cent louis pour votre toilette ?...

- Monsieur !" s'écria Cerise, suffoquée d'indignation et comprenant enfin.

Et alors la pauvre fille devina tout, tout , jusqu'à l'infamie de sa sœur. Et elle courut éperdue vers la porte pour fuir. Mais la porte était fermée.

En même temps, M. de Beaupréau se leva et alla vers elle, lui prit la taille et voulut l'embrasser.

Mais Cerise se dégagea et poussa un cri terrible.

- "Misérable ! ... Au secours !"
murmura-t-elle d'une voix étouffée.

Mais M. de Beaupréau répondit par un éclat de rire.

- "Allons donc, petite," dit-il, "ne soyons donc point méchante et farouche comme ça ; je tiendrai parole ... et, pour la preuve ..."

Il voulut l'enlacer ; mais Cerise, à qui le désespoir donnait de la présence d'esprit et des forces, Cerise le repoussa, glissa hors de ses bras avec la souplesse d'une couleuvre, et fit un bon en arrière jusqu'à la cheminée, où elle s'arma de l'un des flambeaux, qui était en zinc argenté, et dont elle se fit une arme.


L'attitude résolue de la jeune fille arrêta un instant M. de Beaupréau, qui hésita à la poursuivre.

Mais il se souvint que madame Coquelet, dans les mains charnues de laquelle il avait glissé cinq louis il y avait dix minutes, lui avait dit en souriant :

- "Je suis toute seule dans la maison, et je suis sourde comme un pot de grès. Si la petite criait, il faudrait ne pas avoir peur ... On assassinerait ici, que je n'entendrais pas ..."

Et M. de Beaupréau, enhardi, voulut de nouveau s'élancer vers Cerise, qui continuait à appeler au secours. 

Mais soudain la porte masquée auprès du divan fut brusquement ouverte, et un homme apparut qui fit jeter un cri de joie à la jeune fille éperdue et reculer d'un pas le séducteur, ainsi troublé dans son horrible tentative.

A la vue de cet homme, qu'elle ne connaissait pas cependant, Cerise devina que la Providence lui envoyait un libérateur.

En même temps, M. de Beaupréau murmurait avec stupeur :

- "Sir Williams !"


C'était en effet le baronnet sir Williams, dans les plans ténébreux duquel il était entré d'interrompre M. de Beaupréau dans l'accomplissement de son crime, qui venait d'apparaître, tête nue, un pistolet à la main, sur le seuil de cette chambre où Cerise s'était crue perdue ; le baronnet sir Williams, qui, la veille, avait été présenté au chef de bureau au bal du ministère des Affaires étrangères et avait eu l'honneur de faire danser deux fois mademoiselle Hermine, la fiancée de M. Fernand Rocher.

La vue de cet homme rencontré au grand soleil du monde, qui connaissait sa haute position, ses fonctions administratives, et qui le surprenait ainsi se livrant aux brutalités d'un soudard, violentant une jeune fille sans défense, produisit sur M. de Beaupréau la stupeur qu'il aurait éprouvée à l'aspect de la tête de la Méduse.

Il recula frissonnant et pâle devant Williams,
qui alla vers Cerise et lui dit :

- "Ne craignez rien, mademoiselle ; le Ciel vous envoie un protecteur, et vous serez respectée par ce misérable."


En même temps, Williams appela :

- "Colar ! Colar !"


La porte principale, celle par laquelle Cerise était entrée, s'ouvrit alors, et Cerise vit apparaître l'âme damnée de Williams, Colar, le nouvel ami de Léon, et à sa vue Cerise jeta un cri de joie et se précipita vers lui comme un enfant vers sa mère.

- "Tu vas reconduire mademoiselle," lui dit Williams, "et s'il lui arrivait quelque chose ...

- Tonnerre et sang !" s'écria Colar, qui feignit une surprise profonde ; "c'est mademoiselle Cerise ! ... On ne nous avait donc pas trompés !"

Et il entraîna la jeune fille sans lui donner l'explication de ses étranges paroles, tandis que Williams demeurait seul en présence de M. de Beaupréau.

Cerise, cependant, toute tremblante encore, mais confiante en l'ami de son fiancé,
sortait de cette honteuse maison où elle avait failli être victime de la brutalité de ce vieillard en délire, et elle pressait les mains de Colar en murmurant :

- "Merci ! merci !"

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIV   

Revenir en haut Aller en bas

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XIV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE COIN DU FEUILLETON :: Feuilletons Français & d'Expression Francophone -