Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII    Sam 16 Déc - 13:55

XVII

Le Commissaire



Tandis que ces événements se déroulaient au ministère, le malheureux Fernand courait comme un fou le long des boulevards, et arrivait rue Saint-Louis à la porte de M. de Beaupréau.

Il gravit les deux étages du vieil escalier avec la rapidité de l'éclair, et sonna précipitamment. 

L'unique servante du chef de bureau vint lui ouvrir.

Fernand voulut passer et entrer dans l'appartement. 

Mais la servante demeura sur le seuil de façon à lui barrer le passage, et lui dit :

- "Monsieur est sorti.

- Je veux voir ces dames
.

- Ces dames sont sorties.

- Je les attendrai," dit Fernand qui voulut écarter la servante.

Mais la robuste Cauchoise le repoussa et lui dit :

- "Monsieur prendrait une peine inutile, ces dames ne rentreront pas.

- Elles ... ne ... rentreront pas ?" articula Fernand d'une voix hébétée.

- "Elles sont parties pour trois jours.

- Parties !"
exclama-t-il hors de lui.

- Oui, monsieur.

- Mais c'est impossible !

- C'est vrai. Elles vont en province chez la tante de madame."


Fernand pirouetta deux fois sur lui-même comme un homme ivre ;
puis il s'enfuit, descendit l'escalier quatre à quatre, prononçant des mots inarticulés, et s'élança hors de cette maison, où Hermine n'était plus.

Pendant dix minutes
, en proie à une fièvre violente qui le surexcitait et lui donnait des forces, Fernand courut dans la direction du boulevard sans trop savoir où il allait, obéissant à une habitude machinale, et n'ayant plus la conscience de ses actions ni de son existence.

Puis la fièvre qui le soutenait devint du délire, ses forces l'abandonnèrent ; il s'arrêta tout à coup comme un homme dominé par l'ivresse, chancela et finit par s'affaisser lourdement sur lui-même.

Il était évanoui !

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII    Sam 16 Déc - 14:18

Au moment où Fernand tombait, un coupé s'arrêtait à peu de distance.

Les rares passants qui sillonnaient la rue Saint-Louis en divers sens, les marchands debout sur le pas de leur porte, un vieil invalide qui passait alors sur le trottoir, tout le monde accourut pour relever le malheureux jeune homme et lui porter des soins.

Mais en même temps, la portière du coupé s'ouvrit ; une femme merveilleusement belle et vêtue avec cette opulente simplicité des femmes riches s'élança sur le pavé et courut à Fernand.

Elle était pâle, agitée. Ses lèvres tremblaient, ses yeux étaient pleins de larmes ; elle fendit la foule avec la vivacité et l'autorité impérieuse de ceux à qui d'ordinaire rien ne résiste, et elle arriva jusqu'au jeune homme évanoui, autour duquel on s'attroupait.

Elle se pencha sur lui comme aurait pu le faire une mère pour son enfant, mit la main sur son cœur, s'assura qu'il battait encore, et poussa un cri de joie.

La foule s'était respectueusement écartée devant cette femme, dont la beauté semblait s'accroître encore de la douleur que manifestait son visage, et lorsqu'elle eut appelé à plusieurs reprises, par son nom, le jeune homme évanoui, disant :

- "Fernand ! Fernand ! Mon bien-aimé ! ..."

tout le monde crut à quelque désespoir d'amour causé par elle, et qu'elle se hâtait de réparer.

Le jeune homme évanoui,
sur un signe et une prière de Baccarat, fut transporté dans la voiture, puis la courtisane y monta à son tour, prit dans ses belles mains la tête pâle et décolorée de Fernand, salua la foule d'un regard et d'un sourire, et cria au cocher :

- "A l'hôtel ! vite, à l'hôtel !"

Tout cela s'était accompli avec la fantastique rapidité d'un rêve, et les passants accourus pour relever Fernand, et qui s'étaient écartés devant Baccarat, enthousiasmés de la beauté hardie de la jeune femme, battirent des mains lorsque le coupé partit comme une flèche en direction de cet hôtel mystérieux où elle emportait sa proie.

- "C'est pour le moins une comtesse," murmura une voix dans la foule.

- "Bah !" répondit une autre. "Toutes les comtesses n'ont plus un hôtel aujourd'hui ; c'est la femme d'un pair de France ou une danseuse de l'Opéra."

Lorsque Fernand Rocher rouvrit les yeux, il crut faire un étrange rêve, et promena autour de lui un regard stupéfait.

Il était au lit, déshabillé, couché, dans cette chambre à tentures gris-perle lamées de bandes de velours violet, où nous avons vu Baccarat recevoir le baronnet sir Williams.

Le soir venait ; ce n'était plus le jour, ce n'était pas la nuit encore. Le peu de lumière qui venait du dehors à travers les croisées donnant sur le jardin luttait avec les clartés du foyer éparses sur le somptueux ameublement de la chambre à coucher, et envoyant un reflet rougeâtre aux dorures des candélabres, du lustre et des bras de cheminée, qui tempéraient par leurs tons fauves la sévérité de couleur des sièges et des tentures.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII    Dim 17 Déc - 13:16

Ni le modeste logement de l'employé au ministère, ni le salon bourgeois de son chef de bureau, ni même les salles de réception du ministre, où Fernand allait quelquefois, ne pouvaient être comparés, comme luxe délicat et comme parfum de bon goût, à la chambre à coucher dans laquelle il se trouvait en reprenant enfin l'usage de ses sens.

Pendant un moment, il fut comme ébloui, referma les yeux et crut rêver de plus belle.

Mais, en les rouvrant, il aperçut à deux pas de son lit, penchée sur lui dans l'attitude d'une mère inquiète inclinée sur un berceau, une forme humaine, une femme, dont il ne put d'abord saisir les traits, car elle tournait le dos à la lumière.

Au mouvement qu'il fit, cette femme s'approcha et prit sa main, qu'elle pressa doucement.

- "Vous avez la fièvre," dit-elle d'une voix douce et charmante qui remua toutes les fibres du cœur de Fernand.

- "Où suis-je ?" murmura-t-il, au comble de l'étonnement, sans deviner ce qui s'était passé, et ne se souvenant point encore du malheur qui l'avait frappé quelques heures auparavant. 

- "Vous êtes chez une amie," répondit Baccarat avec émotion.

Et elle s'approcha de la cheminée et alluma deux bougies, dont les clartés l'enveloppèrent tout à coup et arrachèrent un cri de surprise et presque d'admiration à Fernand.

Fernand avait aperçu Baccarat une seule fois dans sa vie, quelques jours auparavant, à la fenêtre de Cerise, mais il l'avait si peu vue, il l'avait regardée si peu attentivement, qu'il ne la reconnut pas et ne vit en elle qu'une femme dont la beauté merveilleuse semblait réaliser les plus idéales créations des sculpteurs et des peintres.

Tandis que, par ordre d'un médecin appelé pour lui prodiguer ses soins, on avait laissé Fernand dormir et revenir peu à peu et naturellement à lui-même, semblable au général qui dresse en quelques minutes un plan de bataille, Baccarat s'était, en un tour de main et en un clin d'œil, rendue plus séduisante et plus belle que jamais.

Un peignoir de velours bleu foncé
dessinait à demi sa taille de couleuvre et ses formes voluptueuses, ses cheveux roulés en torsades éparpillaient leurs boucles dorées sur ses épaules demi-nues ; la douleur et la joie réunies avaient imprimé à tout son visage une animation enchanteresse, et l'amour la rendait si belle à cette heure, que la beauté d'Hermine et celle de Cerise, celle de Jeanne elle-même, la pâle jeune fille à l'aristocratique profil, eussent pâli auprès d'elle.

Fernand
se demanda s'il n'avait pas un ange devant lui, et s'il ne s'éveillait pas dans un monde meilleur. Baccarat revint vers lui, se plongea, avec cette nonchalance pleine de volupté qui est le grand art des vierges folles, dans une vaste ganache roulée au chevet du lit, et reprit dans ses belles mains blanches veinées de bleu la main de Fernand, sur qui elle attacha un regard fiévreux et empli de magnétiques effluves.

- "Le médecin vous ordonne du repos," dit-elle, "un repos absolu ... Il ne faut pas parler, il ne faut pas vous lever, il faut être raisonnable et bien sage ..."

Et la voix de Baccarat était si caressante et si douce, que Fernand tressaillait presque au fond de l'âme.

- "Car enfin," continua-t-elle, "vous avez été bien malade, monsieur ; vous êtes tombé évanoui dans la rue, et si je n'avais pas été là ...

- Vous étiez là ?" murmura le jeune homme avec un étonnement croissant.

- "Mon Dieu !" répondit Baccarat rougissant un peu, "je passais ... par hasard ... j'ai fait arrêter ma voiture ... et comme je vous ai reconnu ...

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII    Dim 17 Déc - 13:48

- Vous m'avez reconnu ?" fit-il en la regardant attentivement et semblant se demander où il l'avait déjà vue.

- "Oui," répondit Baccarat. "Vous ne me reconnaissez donc pas, vous ?

- Il me semble ... je crois ... " murmurait Fernand, vivement impressionné par la beauté merveilleuse de la courtisane. 

- "Je suis la sœur de Cerise," dit-elle tout bas et en baissant les yeux.

Le nom de Cerise fut un trait de lumière pour Fernand.

- "Ah ! oui," dit-il, "je me souviens ... Je vous ai vue à la fenêtre de Cerise.

- C'est cela ...
Mais," continua-t-elle avec une douce insistance en lui prenant les mains, "nous causerons de tout cela plus tard ... demain ... quand vous serez mieux ... Pour le moment, il ne faut pas trop parler ... il faut être bien obéissant ..."

Et comme elle avait pris, en parlant ainsi, le ton d'une sœur aimée qui prêche une petite morale bien affectueuse, elle se pencha à demi et lui mit un baiser sur le front.

Ce baiser fit tressaillir Fernand et le brûla
. Il lui sembla même qu'avec ce baiser une sorte de fièvre se communiquait à ses veines, et, dans la demi-obscurité où il se trouvait, il crut qu'il continuait un étrange rêve.

Baccarat était belle à damner un sage. La nuit cependant arrivait à grands pas. Les clartés mourantes du crépuscule avaient cessé de pénétrer à travers les rideaux de soie des croisées ; le feu, qui commençait à s'éteindre, ne jetait plus que de bizarres et de rapides lueurs sur les objets que Fernand avait sous les yeux, et Baccarat était là toujours, pressant ses deux mains, penchée sur lui, et le jeune homme crut entendre le cœur de la jeune femme battre précipitamment dans sa poitrine ; puis encore, était-ce la suite de son hallucination ? il lui sembla qu'un mot avait glissé sur ses lèvres rouges, un mot mélodieux et doux comme le soupir des vents du soir, un mot qui remuera toujours profondément toutes les fibres du cœur de l'homme ; un mot, hymne ou chanson, que les femmes seules savent dire avec de mystérieuses et d'ineffables harmonies :

- "Je t'aime !"

Et ce mot troublera toujours une âme de vingt ans.



La nuit s'écoula, le jour vint ; puis un rayon de soleil glissant à travers les arbres dépouillés du jardin, pénétra sous les moelleux rideaux de l'alcôve de Baccarat, et se joua dans la blonde chevelure de la pécheresse et sur le front pâli de Fernand.

Fernand avait momentanément oublié Hermine et croyait rêver encore.


Baccarat tenait sa tête dans ses deux mains, le contemplait avec amour et lui répétait avec enthousiasme :

- "Je t'aime ! oh ! je t'aime !..."


Mais tout à coup, au dehors, et comme la pendule de la cheminée marquait à peine neuf heures, il se fit un grand bruit de voix et de pas, et Baccarat sauta lestement à terre, effrayée par ce tumulte dont elle ignorait la cause. Elle avait à  peine passé une robe de chambre et chaussé ses pieds nus de petites pantoufles rouges, qu'on heurta violemment à la porte.

- "Au nom de la loi, ouvrez !" disait-on au-dehors.

Baccarat était une honnête femme, dans la banale acception du mot ; elle n'avait jamais volé, ne se mêlait point de la politique : elle n'avait donc rien à craindre. Et cependant elle frissonna à cet ordre impérieux, tant est puissante la terreur qu'inspire en France ce qu'on appelle la police.*

La pauvre femme se prit à trembler, jeta un regard stupéfait à Fernand, non moins surpris qu'elle, et elle ouvrit, aussi pâle qu'une de ces blanches statues qu'on apercevait disséminées dans le jardin.

Un commissaire de police, ceint de son écharpe et suivi de deux agents, était sur le seuil et saluait Baccarat.
-----
* : logiquement, la France connaît encore la Monarchie de Juillet, ne l'oublions pas ... La monarchie - et l'ombre de la Veuve, pourtant inventée par un Républicain -  ont du bon, comme on le voit ... Et ni Baccarat, ni Fernand Rocher ne sont des rappeurs français anti-police et anti-français sous un régime dégénéré et macroniste ...  (NANB)

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII    Dim 17 Déc - 14:32

Le magistrat, qui était un homme bien élevé, se découvrit devant la jeune femme, et lui dit, avec une courtoisie parfaite

- "Pardonnez-moi, madame, de pénétrer chez vous à pareille heure et d'y venir remplir une pénible mission ...

- Monsieur ..." murmura Baccarat défaillante, "de quoi m'accuse-t-on ?

- De rien, madame," répondit le magistrat, qui aperçut le jeune homme ... "M. Fernand Rocher ?" demanda-t-il.

- "C'est moi," dit Fernand ému ; "que me voulez-vous ?

- Vous êtes bien Fernand Rocher, employé au ministère des Affaires étrangères ?

- Oui, monsieur.

- C'est bien," dit le commissaire, "veuillez vous habiller et me suivre.

- Mais ... monsieur ...

- Monsieur," dit gravement le magistrat, "j'exécute un mandat d'amener décerné ce matin contre vous par le procureur du Roi."

Fernand
poussa un cri et devint d'une pâleur extrême.

- "Mon Dieu !" dit-il ; "qu'ai-je donc fait ?

- Habillez-vous !"
dit sévèrement le commissaire.

Fernand sauta hors du lit et s'habilla en frissonnant comme frissonnent les innocents qui redoutent le soupçon plus que le criminel ne redoute le châtiment.

Baccarat, frappée de stupeur, s'était laissée tomber sur un siège et jetait autour d'elle un regard égaré.

Le commissaire fit un signe à ses hommes.

- "Emmenez monsieur,"
dit-il.

- "Mais enfin," s'écria Fernand qui commençait à reconquérir son sang-froid et sa présence d'esprit, "pourquoi m'arrêtez-vous, monsieur ? Quel crime ai-je donc commis ? 

- Monsieur," répondit le commissaire, "votre chef de bureau vous a confié hier les clefs de sa caisse, et vous avez soustrait dans cette caisse un portefeuille contenant trente mille francs.

- Ah !" exclama Fernand, "un vol ? Moi, commettre un vol ? C'est faux ! c'est faux !"

Et il tourna sur lui-même, anéanti, foudroyé, et il se laissa tomber dans les bras de deux agents de police, qui l'emportèrent à demi mort.

Quant à Baccarat, atterrée d'une pareille révélation, elle était accroupie immobile sur le sofa, les yeux fixes, les dents serrées, moulant pour ainsi dire la statue de la Terreur.

Puis, au moment où le commissaire se retirait, au moment où Fernand était emmené de force, elle bondit comme une tigresse à qui l'on enlèverait ses petits ; une lueur se fit dans son cerveau, lueur étrange et soudaine qui lui laissa entrevoir la vérité, et elle voulut s'élancer et arracher son amant des mains des agents en leur criant :

- "Arrêtez ! ... arrêtez ! ... C'est Williams ... c'est lui ..."


Mais la voix expira dans sa gorge, ses forces la trahirent, et elle tomba inanimée sur le parquet.


Le commissaire et Fernand étaient déjà loin.

Or, à peine Baccarat venait-elle de s'évanouir que la porte du cabinet de toilette s'ouvrit et livra passage au baronnet sir Williams.

Il était fort calme et attacha sur la courtisane immobile et couchée sur le sol un tranquille regard.

- "Oh ! oh !"
dit-il, "ma petite, "j'avais prévu que tu devinerais, et j'ai bien fait de prendre mes précautions. Mais, sois tranquille, si Fernand ne sort de prison que grâce à toi, il y pourrira !"

Et le baronnet sonna.

Trois secondes après, Fanny et un petit homme un peu obèse, vêtu de noir, cravaté de blanc et en qui on eût reconnu aisément ce clerc de notaire malheureux embauché par Colar pour le service du capitaine, accoururent.

- "Petite," dit Williams en montrant Baccarat à la soubrette, "tu vas mettre ta maîtresse au lit et lui faire respirer des sels. Tu sais ton rôle ?

- Oui, milord," répondit Fanny, qui appartenait déjà corps et âme à sir Williams.

- "Quant à vous," poursuivit le capitaine s'adressant au bonhomme obèse, "vous êtes médecin."

Le faux médecin s'inclina. Williams disparut.

Les deux complices du baronnet couchèrent alors Baccarat dans son lit, et le faux médecin s'assit dans un fauteuil au chevet.

En même temps, Fanny lui faisait respirer un flacon de sels.

- "Fernand ! Fernand !"
murmura la jeune femme en rouvrant les yeux.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII    Lun 18 Déc - 19:04

Elle regarda autour d'elle, s'aperçut qu'elle était au lit, et ne vit d'abord que Fanny, paraissant occupée à lui procurer les soins les plus empressés.

- "Fanny ... Fanny ..." murmura-t-elle, "où suis-je ? que s'est-il passé ?

- Ah ! enfin !" s'écria la femme de chambre d'un ton joyeux qui surprit fort Baccarat. "Enfin ! ma bonne maîtresse a donc recouvré la parole !

- La parole, dis-tu ?" fit Baccarat étonnée.

Elle aperçut alors, assis à son chevet, le faux médecin placé là par sir Williams, et ne put réprimer un mouvement d'effroi.

- "Quel est cet homme, Fanny ?" dit-elle.

- "C'est le médecin," répondit Fanny.

- "Le médecin ! je suis donc malade ?

- Oh ! oui, madame ... bien malade ... vous l'avez été, du moins."

Le prétendu médecin s'était levé d'un air grave et, prenant dans sa main le poignet de Baccarat :

- "Voyons votre pouls, madame,"
avait-il dit.

Puis regardant Fanny d'un air mystérieux :

- "C'est aujourd'hui le huitième jour de la fièvre," dit-il.

- "Le huitième jour !" s'écria Baccarat.

- "La fièvre a diminué," continua le médecin d'un ton solennel, et s'adressant toujours à Fanny ; "mais je crains qu'il n'y ait encore quelques traces de délire.

- Le délire ! j'ai eu le délire ?"
murmura Baccarat éperdue.

Fanny soupira profondément.

- "Pauvre chère maîtresse !" dit-elle.

- "Ce délire," reprit le docteur tout bas, et comme s'adressant à Fanny, mais en réalité de façon à être entendu de Baccarat, "ce délire, je le crains, pourrait bien dégénérer en folie.

- En folie ! mais je suis donc folle ?" s'écria Baccarat, qui se dressa sur son séant avec vivacité ; "que c'est-il donc passé, mon Dieu ?"

Et elle prit son front à deux mains, cherchant à rassembler ses souvenirs. 

- "Fernand ... Fernand ... Où est Fernand ?" demanda-t-elle. 

Fanny soupira et se tut.

Le médecin se tourna vers ellen et dit tout bas :

- "Vous voyez, sa folie revient.

- Mais je ne suis pas folle !"
exclama Baccarat.

- "Ma pauvre maîtresse ! ma pauvre maîtresse !" dit Fanny, qui feignit d'essuyer une larme.

Fanny était depuis longtemps au service de Baccarat, et celle-ci avait fini par croire à son dévouement absolu ; aussi la feinte douleur de sa femme de chambre jeta-t-elle la courtisane en une horrible perplexité.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Lun 18 Déc - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII    Lun 18 Déc - 19:16

- "Fanny !" dit-elle impérieusement et repoussant le faux médecin.

Fanny s'approcha.

- "Regarde-moi bien,"
dit Baccarat, "et dis-moi la vérité.

- Ma bonne madame !" murmura Fanny en étouffant un sanglot, "que voulez-vous que je vous dise ? ...

- La vérité !

- Ah ! madame ... ai-je jamais menti ?

- Je suis donc malade ?

- Oui, madame.

- Depuis longtemps ?

- Depuis huit jours.


- C'est impossible !"

Fanny leva les yeux au ciel.

- "Comment !" s'écria Baccarat, "je suis au lit depuis huit jours ! ... Mais là ... tout à l'heure ... ce commissaire ...

- Quel commissaire ?"
demanda naïvement la soubrette.

- Le commissaire de police.

- Je n'ai pas vu de commissaire
, madame.

- Mais Fernand ... Fernand, qu'il venait arrêter ... où est-il ?

- M. Fernand n'est jamais venu ici," répondit Fanny avec aplomb. "Je ne connais pas M. Fernand autrement que pour en avoir souvent entendu parler à madame ... surtout durant sa maladie."

Baccarat
jeta un cri. 

- "Mais," fit-elle avec un indicible accent de terreur, "je suis donc folle ? J'ai donc rêvé ?

- Madame a eu le délire huit jours.

- C'est impossible ! mille fois impossible !" s'écria la jeune femme hors d'elle-même, et se cramponnant à ses souvenirs comme la créature qui se noie se cramponne à la corde de sauvetage.

Et, comme se parlant à elle-même, Baccarat continua :

- "Je ne suis pas folle ... je n'ai pas rêvé ... on me trompe ... J'ai bien recueilli Fernand hier, évanoui sur le trottoir de la rue Saint-Louis-au-Marais ... Je l'ai fait mettre dans ma voiture et je l'ai transporté ici ... Là, j'ai fait appeler un médecin ... ce n'était pas celui-là ... non ... et puis ... ce matin ... un commissaire ..."

Le faux docteur interrompit brusquement Baccarat en disant à mi-voix à Fanny :

- "Ce genre de folie, qu'on nomme la monomanie sentimentale, ne peut se combattre avec succès qu'en employant des douches d'eau glacée, en les répétant de deux heures en deux heures."

Ces paroles furent le dernier coup porté à la raison chancelante de Baccarat.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Lun 18 Déc - 19:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII    Lun 18 Déc - 19:30

- "Mon Dieu ! mon Dieu !" murmura-t-elle, cachant sa tête dans ses mains et se prenant à fondre en larmes.

Un moment chancelante et brisée
, la jeune femme retrouva bientôt cette sauvage énergie qui était au fond de son caractère ; et tout à coup, un nom lui vint aux lèvres, une lueur se fit dans son cerveau troublé :

- "Williams !" dit-elle, "c'est Williams !"

Et comme à de certaines heures l'esprit surexcité acquiert parfois une lucidité étonnante, Baccarat se prit tout à coup à songer que l'Anglais était peut-être l'auteur de la terrible mystification dont elle était victime, et qu'elle lui avait servi de dupe et de jouet contre Fernand.

Et alors elle attacha un regard calme, investigateur, sur le visage impassible de Fanny et sur la face jaunâtre et grasse du faux docteur, essayant d'y lire la vérité.

Mais Fanny et le docteur demeurèrent impénétrables. 

Baccarat
n'avait accompagné cet examen d'aucun mot, d'aucune réflexion. Avant que Fanny eût pu songer à la retenir, elle sauta hors du lit, et courut se placer, demi-nue, devant la glace de la psyché ; puis elle y jeta un coup d'œil à son visage.

- "C'est singulier !" dit-elle, "pour une femme qui a passé huit jours au lit, je n'ai pas la figure trop tirée ; en second lieu, je me sens forte, et pourtant j'imagine qu'on m'a tenue à la diète."

Et Baccarat fit jouer successivement ses bras et ses jambes, pour s'assurer de leur élasticité, et elle cambra sa taille de couleuvre, qui n'avait rien perdu de sa merveilleuse souplesse ; cela fait, elle regarda une seconde fois Fanny, qui courait à elle en disant :

- "Madame, madame, recouchez-vous ...

- Ma petite," dit-elle, "tu joues gros avec moi, et il faut que l'Anglais t'ait payée bien cher. Cependant, tu as tort, car on ne roule pas une fille comme moi comme on roulerait une duchesse, et tu te repentiras d'avoir cru l'Anglais plus riche que moi."

En parlant ainsi, la courtisane s'empara de ce charmant petit poignard placé sur la cheminée, et dont nous avons raconté l'histoire ; puis, mesurant du regard le faux docteur, elle lui dit :

- "Mon cher médecin, si vous m'approchez de trop près, je vous plante en pleine poitrine ce petit jouet que voilà."


Puis elle ajouta, se tournant vers Fanny :

- "Et toi, ma petite, viens m'habiller, et lestement, car je veux sortir."

Fanny essaya bien encore de jouer son rôle avec audace, et elle jeta un regard désespéré au docteur ; mais celui-ci prit l'attitude froide, digne, majestueuse d'un prince de la science, et dit à la soubrette d'un ton impérieux :

- "Obéissez à madame ... Madame va mieux, le délire a disparu ... cela se voit ... Madame n'est plus folle ... et elle a raison de vouloir sortir, le grand air lui fera du bien. Quant à moi, je me retire et reviendrai ce soir."

Et le faux docteur sortit en saluant Baccarat, stupéfaite et plus épouvantée de ce calme subit de l'homme qu'elle prenait pour un médecin que de tout ce qu'on lui avait dit jusque là. 

- "Serais-je donc réellement folle ?" murmura-t-elle, frissonnant jusqu'à la moelle des os.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII    

Revenir en haut Aller en bas

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE COIN DU FEUILLETON :: Feuilletons Français & d'Expression Francophone -