Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVIII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63123
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVIII    Mar 19 Déc - 12:10

XVIII


La Folle



Le faux docteur et Fanny avaient échangé un rapide coup d'œil qui échappa à Baccarat, au moment où le premier quittait la chambre à coucher.
Ce coup d'œil rendit à Fanny toute son audace. 

- "Madame veut que je l'habille ?" dit-elle.

- "Oui, et sur le champ," ordonna Baccarat.

Fanny
courba le front en servante docile qu'elle était, feignit d'essuyer une larme, et entra dans le cabinet de toilette, tandis que Baccarat jetait un peignoir sur ses épaules nues, et tordait derrière sa tête les longues et épaisses boucles de sa chevelure, en faisant les réflexions suivantes :

- "Il est impossible, pourtant, que je sois folle ... tout-à-fait impossible ! et il me semble que je jouis de toute ma raison. Cette impudente drôlesse a beau me dire que j'ai rêvé ... cela n'est pas, cela ne peut être ... et il est hors de doute, pour moi, que Fernand était bien ici ce matin, là, dans ce lit ... que je le contemplais durant son sommeil ... et que ..."

Baccarat
s'arrêta brusquement dans ses restrictions mentales et se frappa le front :

- "Je vais bien savoir," dit-elle, "si je suis folle et si j'ai rêvé ..."

Et elle courut au lit, que Fanny n'avait point pris la peine de refaire pour y coucher sa maîtresse.

- "Fernand," dit-elle, "réalité ou rêve, avait un médaillon suspendu au cou, et je lui ai ôté ce médaillon durant son sommeil. Je l'ai ouvert ; il contenait des cheveux ... des cheveux de femme ... J'ai eu un moment de colère et de jalousie, en pensant que c'étaient là ses cheveux, à elle, et j'ai coupé avec mes dents le cordon de soie qu'il avait au cou ... puis j'ai glissé le médaillon sous le traversin du lit."

En parlant ainsi, Baccarat hésita et se prit à trembler.

- "Si le médaillon n'y est pas," dit-elle d'une voix où perçait une affreuse anxiété, "c'est que tout cela n'aura été qu'un rêve et que je serai folle !"

Elle plongea sa main sous le traversin, chercha et jeta un cri étouffé et si faible, que Fanny, toujours occupée dans le cabinet de toilette, ne l'entendit pas.

- "Je le tiens !" murmura-t-elle.

En effet, le bras et la main de la jeune femme, un moment ensevelis sous le traversin, reparurent tenant le médaillon. Ce médaillon renfermait bien des cheveux, des cheveux châtain-clair, et le cordon auquel il adhérait était coupé et semblait porter encore la trace des dents de Baccarat.

Pendant un moment, la courtisane, tremblante et pâle d'émotion, s'appuya au lit pour ne point tomber, tant la joie qu'elle éprouva fut immense. 

Elle n'était donc pas folle ! 


Et puis, à cette joie, succéda un mouvement de fureur subite : 

- "J'ai été roulée,"
pensa-t-elle, "je me vengerai !"

Puis elle songea à Fernand, à Fernand accusé de vol, arrêté et jeté en prison, sans doute, tandis qu'elle se lamentait et s'évanouissait, et alors sa fureur tomba comme sa joie s'était envolée.

- "Ah !" pensa-t-elle, "tout cela est bien l'œuvre de Williams ... Cet homme a quelque but ténébreux que j'ignore ; il s'est servi de moi comme d'un instrument ; mais je serai forte, je le déjouerai, et je sauverai mon Fernand."

Et Baccarat, subissant alors cette magique et mystérieuse influence qui rend les femmes si fortes à de certaines heures, Baccarat se domina complètement, tout à coup, dissimula son trouble et sa pâleur, dompta son émotion et cacha soigneusement le médaillon dans la poche de son peignoir où elle fit disparaître en même temps, et comme si elle eût obéi à un pressentiment, le joli poignard à manche ciselé qui avait mis en fuite le prétendu médecin.

- "A nous deux, sir Williams !" se dit-elle, devenant tout à coup souple, docile et prudente comme un serpent. "On me nomme la Baccarat !"

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/



Dernière édition par Masques de Venise le Mar 19 Déc - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63123
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVIII    Mar 19 Déc - 12:26

Fanny sortit du cabinet de toilette.

- "Si madame veut venir ..." dit-elle.

- "Oui, ma petite," répondit Baccarat d'un ton caressant, "et je vois bien maintenant que tu ne me trompais pas ... que j'ai bien réellement rêvé.

- Ah !" dit Fanny, "madame pouvait-elle croire ..."

Et la soubrette pensait tout bas :

- "Tiens, mais voilà qu'elle devient véritablement folle.

- Ainsi, tu es bien sûre," continua Baccarat, "que j'ai eu le délire ?

- Oh ! Très sûre.


- Je le crois volontiers," murmura la courtisane en soupirant ; "c'est cet amour que j'ai eu au cœur qui m'aura tourné la tête et mise en cet état. L'extrême désir de voir, de posséder Fernand, m'aura fait croire qu'il était ici.

- Madame dit vrai," hasarda Fanny.

Baccarat soupira avec tristesse et songea à celui qu'elle aimait si ardemment et qu'on accusait d'un crime si monstrueux ; comme si, à ses yeux, l'homme qu'elle avait aimé sans le connaître pouvait être coupable.

La courtisane eût peut-être manqué de présence d'esprit et de courage s'il se fût agi d'elle seule ; mais Fernand, son Fernand bien-aimé, était persécuté, emprisonné, frappé dans l'ombre par un ennemi implacable ; c'en était assez pour faire tomber la colère superbe d'une femme habituée à dominer et à être reine par la beauté et pour la rendre prudente et cauteleuse.

- "Allons !" dit-elle à Fanny, "dépêche-toi, ma fille, il fait un temps magnifique, un vrai soleil de printemps.

- Où va madame ?

- Puisque je suis malade, je vais chez mon médecin.

- Mais ... il sort d'ici !

- Ah !" fit Baccarat en riant, "merci de celui-là ... il me déplaît ! D'abord il est jaune comme un coing : j'ai horreur du jaune. Et puis, à propos, pourquoi n'as-tu point envoyé chercher le docteur Bertrand, mon ami, celui-là ... et un vrai savant ?

- Il était absent quand madame s'est trouvée mal, et comme il y avait précisément dans la même maison un autre médecin ...

- Comment !" s'écria Baccarat en riant, "deux médecins dans la même maison ! Mais on doit y mourir comme des mouches, alors ; ce doit être une nécropole, cette maison-là !"

Et elle jeta sur ses épaules un grand châle anglais rayé comme les plaids des montagnards chantés par Walter Scott.

- "Viens," dit-elle à Fanny, "puisque je suis souffrante, il est tout naturel que j'amène avec moi ma femme de chambre."

Et Baccarat se disait à part elle :

- "Tu feras bien, ma petite, de jaser un peu en route et de me dire la vérité, car je vais te conduire chez le préfet de Police, à qui tu pourras donner des renseignements exacts sur ma folie."


Baccarat aurait pu être prétentieuse en parlant aussi aisément du préfet de Police ; mais la vérité était qu'elle le connaissait assez intimement pour compter sur son intervention et sa bienveillance dans un cas urgent.

M. d'O ... , l'amant de Baccarat, avait, dans les premiers temps de sa liaison avec elle, donné des fêtes chez elle, fêtes auxquelles il avait invité le monde masculin le plus élégant, et Baccarat en avait profité pour se créer de sérieuses et utiles relations.

Avec sa promptitude d'intelligence et sa sagacité ordinaire, la pécheresse avait vaguement entrevu et deviné tout un vaste plan ténébreux ourdi par Williams contre Fernand Rocher et contre elle.

Dans quel intérêt, dans quel but, elle l'ignorait encore ;
mais comme l'imagination, dans ses écarts ordinaires, atteint toujours, quand elle ne les dépasse pas, les limites du possible, Baccarat soupçonnait le baronnet capable de tous les crimes, et elle prit la résolution de s'en ouvrir au préfet de Police, dût-elle avouer son fol amour et sa coupable action.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/



Dernière édition par Masques de Venise le Mar 19 Déc - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63123
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVIII    Mar 19 Déc - 12:41

Fanny avait pris l'attitude indifférente des gens sans défiance.

Baccarat sortit la première,
traversa la salle et le vestibule qui précédaient sa chambre-à-coucher, puis le jardin, à la grille duquel son coupé attendait. 

Fanny la suivait.

Baccarat ouvrit la portière ; puis, au moment de monter en voiture, elle parut s'apercevoir qu'elle avait oublié son manchon, et elle envoya Fanny le chercher. 

Tandis que celle-ci obéissait, après avoir échangé un regard rapide avec le cocher, Baccarat dit à ce dernier :

- "Quel jour sommes-nous aujourd'hui, Jean ?

- C'est jeudi, madame.

- C'est bien hier, n'est-ce pas, que nous sommes allés rue Saint-Louis ?

- Oui, madame.

- L'affirmerais-tu devant un commissaire de police ?

- Oui, madame.


- Très bien," fit Baccarat montant dans le coupé.

Fanny
revint et s'installa auprès d'elle. 

- "Au Pont-Neuf," ordonna la pécheresse, se réservant d'indiquer ultérieurement au cocher la préfecture de Police.

Le coupé s'ébranla et gagna la rue Blanche ; mais un égout en réparation obstruait la rue Boursault, et le cocher, tournant à gauche comme s'il eût dû prendre la cité Gaillard pour éviter l'obstacle, gagna rapidement la barrière Blanche. 

- "Que fais-tu donc, imbécile ?" lui cria Baccarat en abaissant vivement une des glaces du coupé ; "est-ce donc là le chemin du Pont-Neuf ?"

Mais, au même instant, une des portières s'ouvrit, et le petit homme jaune et chauve, qui tout à l'heure jouait le rôle de médecin, et qui, caché à deux pas de la rue Moncey, avait suivi le coupé en courant, le petit homme, disons-nous, s'élança dans la voiture avec l'agilité d'un chat, referma la portière et se trouva assis auprès de Baccarat, qui poussa un cri d'effroi.

- "En vérité, madame," dit-il froidement, "un médecin manquerait à tous ses devoirs s'il laissait courir son malade dans l'état où vous êtes. Vous avez un transport au cerveau et vous devenez folle incurable !"

Et tandis que le faux docteur prononçait ces mots d'un ton moqueur, le coupé avait franchi la barrière et courait sur le boulevard extérieur. 

- "Où me conduisez-vous donc ?" s'écria Baccarat, qui comprit que son cocher était, comme Fanny, vendu à Williams.

- "A Montmartre," répondit le petit homme qui baissa prudemment toutes les glaces du coupé et dit à Baccarat :

- "N'ouvrez rien, madame, le grand air vous est nuisible ; n'appelez pas au secours, rien n'est dangereux comme de se mettre en colère dans votre situation."

Et le faux docteur, par un geste rapide, déboutonna son habit et retira de sa poche un poignard à manche de nacre, dont il appuya tranquillement la pointe sur le sein de la jeune femme.

- "Ce jouet,"
dit-il, "est pour les fous furieux, et il a le merveilleux avantage de ne faire aucun bruit dans l'exercice de ses fonctions."

Baccarat, elle aussi, avait pris un poignard, 
mais elle avait manqué de présence d'esprit en n'en faisant point usage sur le champ ; elle comprit que sa résistance pourrait lui coûter la vie, et elle eut assez de prudence et de sang-froid pour ne faire aucun mouvement qui pût trahir chez elle la possession de cette arme. 

- "C'est bien, docteur," dit-elle avec calme, "je vois que je suis folle et je vous obéis. Où me conduisez-vous ?

- Je vous l'ai dit, madame, à Montmartre.

- Chez qui ?

- Chez le docteur Blanche," répondit froidement l'homme de sir Williams.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVIII    

Revenir en haut Aller en bas

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XVIII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE COIN DU FEUILLETON :: Feuilletons Français & d'Expression Francophone -