Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les Historiettes - Tallemant des Réaux - Henri Quatrième (I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 60624
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Les Historiettes - Tallemant des Réaux - Henri Quatrième (I)   Jeu 28 Déc - 14:18

HENRI QUATRIEME




Si ce prince fut né roy de France et roy paisible, apparemment ce n'eût pas été un grand personnage ; il se fût noyé dans les voluptés, puisque malgré toutes ses traverses, il ne laissait pour suivre ses plaisirs, d'abandonner ses plus importantes affaires. (Je ne me servirai point ici d'un manuscrit intitulé "Les Amours d'Alcandre", c'est-à-dire d'Henri Quatrième, dont j'ai la clef ; car on le trouvera tout entier avec ce recueil.) Après la bataille de Coutras, au lieu de poursuivre ses avantages, il s'en va badiner avec la comtesse de Guiche et lui porte les drapeaux qu'il avait gagnés. Durant le siège d'Amiens, il court après Mme de Beaufort, sans se tourmenter du cardinal d'Autriche (depuis l'archiduc Albert) qui s'approchait pour tenter le secours de la place. (Sigogne en fit cette épigramme : "Ce grand Henri qui voulait être  / L'effroi de l'Espagnol hautain, / Fuit aujourd'hui devant un prêtre / Et suit le cul d'une putain.")

Il n'était ni trop libéral ni trop reconnaissant. Il ne louait jamais les autres et se vantait comme un Gascon. En récompense, on n'a jamais vu un prince plus humain ni qui aimât plus son peuple. D'ailleurs, il ne refusait point de veiller pour le bien de son Etat, et il a fait voir en plusieurs rencontres qu'il avait l'esprit vif et qu'il entendait raillerie.

Pour reprendre donc ses amours, si Sébastien Zamet, comme quelques uns ont dit, donna du poison à Mme de Beaufort [= mieux connue peut-être comme Gabrielle d'Estrées, qui mourut effectivement, le 10 avril 1599, à l'Hôtel que son royal amant lui avait construire rue de la Cerisaie, après avoir été saisie de violentes douleurs et au bout de trente heures de souffrances atroces. Des rumeurs d'empoisonnement coururent et certains, comme d'Aubigné, ne doutent pas de l'empoisonnement. Quant à des gens comme De Thou, L'Estoile et Bassompierre, ils ne disent rien en ce sens. Précisons toutefois que, si nos souvenirs sont bons, Gabrielle se trouvait alors enceinte et que les historiens modernes ont vu, dans sa mort si brutale, une crise d'éclampsie.], on peut dire qu'il rendit un grand service à Henri IV, car le bon prince allait faire la plus grande folie qu'on pouvait faire ; cependant, il y était résolu (voyez-en les raisons dans les "Mémoires" de M. de Sully).

On devait déclarer feu Monsieur le Prince bâtard. Monsieur le comte de Soissons se faisait cardinal, et on lui donnait trois-cent-mille écus de rente en bénéfices, et Monsieur le Prince de Conti était marié alors avec une vieille qui ne pouvait avoir d'enfants (c'est-à-dire Madame de Montafier, mère de feu Madame la Comtesse). Monsieur le maréchal de Biron devait épouser la fille de Mme d'Estrées qui depuis a été Mme de Sanzay. Monsieur d'Estrées la devait avouer. Elle était née durant le mariage, mais il y avait cinq ou six ans que M. d'Estrées n'avait couché avec sa femme qui s'en était en allée avec le marquis d'Allègre et qui fut tuée avec lu à Issoire, par les habitants qui se soulevèrent et prirent le parti de la Ligue. Le Marquis et sa galante tenaient pour le Roy ; ils furent tous deux poignardés et jetés par la fenêtre [= Antoine d'Estrées avait épousé Françoise Babou de la Bourdaisière, laquelle ne fut autre que la mère de Gabrielle d'Estrées. François devait abandonner son mari pour suivre Yves d'Allègre, marquis de Millau et tous deux périrent effectivement dans les conditions dramatiques qu'évoque Tallemant. Cela se passait le 8 juin 1592, à Issoire].

Cette Mme d'Estrées était de la Bourdaisière, la race la plus fertile en femmes galantes qui ait jamais été en France. (On dit même qu'une Mme de La Bourdaisière  se vantait d'avoir couché avec avec le pape Clément VII à Nice ; avec l'Empereur Charles-Quint quand il passa en France, et avec François Ier.) On en compte jusqu'à vingt-cinq ou vingt-six, soit religieuses, soit mariées, qui toutes ont fait l'amour hautement. De là vint qu'on dit que les armes de La Bourdaisière c'est une poignée de vesses ; car il se trouve, par une plaisante rencontre, que dans leurs armes, il y a une main qui sème de la vesse (le mot "Hinc pleno copia cornu"). On fit sur leurs armes ce quatrain :
Nous devons bénir cette main
Qui sème avec tant de largesses,
Pour le plaisir du genre humain,
Quantité de si belles vesses.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 60624
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Historiettes - Tallemant des Réaux - Henri Quatrième (I)   Ven 19 Jan - 15:28

Voici ce que j'ai ouï conter à des gens qui le savaient bien, ou croyaient le bien savoir : une pauvre femme, veuve d'un procureur ou d'un notaire à Bourges, accepta un méchant pourpoint à la Pourpointerie, dans la basque duquel elle trouva un papier où il y avait : "Dans la cave d'une telle maison, six pieds sous terre de tel endroit (qui était bien désigné), y a tant en or dans des pots, etc ..." La somme était très-grande pour le temps (il y a bien cent cinquante ans). Cette veuve, voyant que le lieutenant général de la ville [= ou Tallemant fait erreur ou on l'a mal renseigné car Philibert Babou, aïeul du maréchal d'Estrées, ne semble jamais avoir été lieutenant général de Bourges] était veuf et sans enfants, lui dit la chose, sans lui enseigner la maison, et offrit, s'il voulait l'épouser, de lui dire le secret. Il y consent ; on découvre le trésor ; il lui tint parole et l'épousa [= l'épouse de Philibert Babou était née Marie Gaudin et était fille de l'Argentier de la Reine, ce qui nous conforte dans la conclusion que les renseignements de Tallemant sont erronés]. Il s'appelait Babou. Il acheta la Bourdaisière : c'est, je pense, le grand-père de la mère du maréchal d'Estrées.

Mme d'Estrées eut six filles et deux fils. L'aîné fut tué au siège de Laon ; le cadet destiné à l'Eglise, nommé à l'Evêché de Lyon et au cardinalat [= il est par contre tout-à-fait exact que François Annibal, le fils cadet de la famille, avait déjà reçu l'évêché de Noyon et se préparait à recevoir la pourpre cardinalice lorsque la mort brutale de son aînée, François-Louis, bouleversa les cartes et le fit adopter la carrière des armes. Nommé gouverneur de La Fère à dix-neuf ans, il avait aussi hérité du titre de son aîné, à savoir marquis de Cœuvres], est le maréchal d'Estrées qui vit encore aujourd'hui. Son cousin de Sourdis eut le chapeau. Les six filles étaient Mme de Beaufort que Mme de Sourdis, aussi de la Bourdaisière, gouvernait ; Mme de Villars, dont nous parlerons ensuite ; Mme de Nan ; la comtesse de Sanzay ; l'abbesse de Maubuisson, et Mme de Balagny, c'est Délie dans L'Astrée. Elle avait un peu la taille gâtée, mais c'était la plus galante personne du monde. Ce fut d'elle que feu M. d'Epernon eut l'abbesse de Sainte-Clocine de Metz. On les appelait, elles six et leur frère, les Sept Péchés Mortels.

Mme de Neufvic, une dame d'esprit qui était fort familière chez Mme de Bar [= Catherine de Bourbon, princesse de Navarre et sœur d'Henri IV, lequel la fit épouser Henri de Lorraine, duc de Bar], fit cette épigramme sur la mort de Mme la Duchesse :
J'ai vu passer par ma fenêtre
Les Six Péchés Mortels vivants,
Conduits par le bâtard d'un prêtre,
Qui tous ensemble allaient chantant
Un requiescat in pace

Pour le Septième trépassé.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Les Historiettes - Tallemant des Réaux - Henri Quatrième (I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE COIN DES MEMOIRES, CORRESPONDANCES & JOURNAUX :: Historiettes & Récits Historiques -