Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXIX   Ven 5 Jan - 16:20

XIX


Le Duel



Faisons un pas en arrière, et laissons mademoiselle de Balder lire et relire avec étonnement l'étrange lettre trouvée sur le guéridon de la chambre inconnue.

Armand, on s'en souvient, emmena Bastien rue Culture-Sainte-Catherine.

- "Mon vieil ami," lui dit-il, "les gens qui aiment sont égoïstes, partant oublieux. Si je t'avais laissé rue Meslay, nous aurions passé la soirée chez mademoiselle de Balder, et les heures se fussent écoulées si vite, que nous eussions, comme hier, entendu sonner minuit. Or, quand il faut être au bois de Boulogne à sept heures du matin le lendemain, afin d'y défendre sa vie, une nuit de sommeil est nécessaire.

- Bah ! monsieur Armand," répondit Bastien, "cela me connaît, ça. De mon temps, dans la Vieille Garde, on se battait tous les matins, ce qui n'empêchait pas de joyeusement souper vers minuit, chaque soir, lorsque les eaux n'étaient pas trop basses.

- Mais il y a trente ans de cela !

- Peut-être bien trente-cinq même.

- Tu étais un jeune homme, alors.

- Bon ! je suis solide encore, allez !"

Armand secoua la tête et dit avec mélancolie :

- "Tirais-tu passablement l'épée ?

- Pas trop pour dire vrai.
Du temps de l'Empereur, voyez-vous, on se battait tous les jours sur le champ de bataille, et on n'avait pas le temps d'aller à la salle d'armes ; mais quand on tient son épée avec son cœur ...

- Tarare !" murmura Armand tout pensif.

Et il ajouta presque mentalement :

- "Les Anglais, en général, se battent peu. Ils exècrent, ils méprisent le duel ; mais ceux qui font exception à cette règle, et toute exception devient une originalité, doivent professer pour lui un culte excentrique, précisément parce que leurs compatriotes n'en font aucun cas et l'abhorrent. Et cela doit être ainsi chez ce sir Williams, puisqu'il veut absolument aller sur le terrain pour une semblable misère.

- Eh bien," dit Bastien, qui avait surpris l'aparté de M. de Kergaz, "puisqu'il le veut absolument, je tâcherai de lui donner une leçon."

Armand conduisit Bastien au second étage de l'hôtel, où il avait disposé une vaste pièce en salle d'armes, car il aimait passionnément l'escrime jadis, et il y prit des fleurets et des masques, disant au vieux soldat :

- "Refais-toi un peu la main, c'est toujours une bonne précaution à prendre."


Le comte et son vieil ami, ferraillèrent à peu près une heure.

- "La méthode est bonne," dit enfin le premier, "le poignet est ferme et assez léger, mais le jarret manque de souplesse. Il faudra tuer ton homme à la première passe, ou toi-même tu es un homme mort.

- On tâchera,"
répondit tranquillement Bastien, qui dîna d'un excellent appétit, se coucha avec le calme d'un vieux brave devant lequel la Mort a toujours reculé, et dormit d'une seule traite jusqu'au matin.

Armand, qui avait passé la nuit sur un canapé, l'éveilla à six heures, et lui dit :

- "Allons ! il y a une grande heure d'ici au Bois, et il nous faut cependant arriver les premiers. La France ne peut pas être en retard."

Bastien s'habilla lestement, mais il mit à sa toilette ce soin minutieux des officiers d'autrefois, qui se faisaient poudrer et demandaient leur habit de gala pour monter à l'assaut.

Il se mit un gilet de piqué blanc sur une fine chemise de batiste qu'attachait une grosse épingle en diamant, souvenir de l'infortunée mère d'Armand.

Il boutonna par-dessus son gilet une redingote bleue, à la boutonnière de laquelle brillait sa rosette ; puis il chaussa des bottes vernies et un pantalon de casimir noir un peu large et à la hussarde, ce qui acheva de lui donner une tournure militaire.

Armand
était entièrement vêtu de noir, et, comme Bastien, il portait sa décoration.

Le roi Louis-Philippe
avait daigné décorer le sculpteur Armand, Prix de Rome, et le comte de Kergaz était loin de renier l'artiste.

Une paire d'épées de combat, rapportées d'Italie et dont la trempe était merveilleuse, furent placées dans le caisson de la voiture, et l'on partit. L'équipage du comte de Kergaz monta l'avenue des Champs-Elysées au grand trot sans rencontrer aucune autre voiture, tant à cette heure matinale le plus élégante quartier de Paris est désert ; mais, à la barrière, il fut rejoint par une américaine attelée d'un seul cheval et qu'un jeune homme conduisait.

- "Voilà sir Williams," dit Bastien en montrant le jeune homme à côté de qui était assis Ralph O ..., tandis qu'Arthur G ... était placé sur le siège de derrière.

Armand
regarda avec curiosité cet homme que Bastien avait pris pour Andrea, et, à son tour, il tressaillit et dit vivement :

- "Es-tu bien certain que ce ne soit pas lui ?

- Oh ! certes, oui," dit Bastien, "j'en ai la conviction. Mais cette ressemblance est étrange."

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXIX   Sam 6 Jan - 15:31

Le baronnet et ses témoins saluèrent Armand et Bastien ; puis, en gens bien élevés, ils rangèrent le tilbury côte à côte de la calèche, ne voulant point dépasser leurs adversaires, ni cependant rester en arrière. Les deux équipages descendirent donc de front l'avenue de Neuilly et arrivèrent à la porte Maillot, où un cavalier les attendait en travers de la route. 

Ce cavalier était un chef d'escadron d'un régiment de hussards alors caserné au Quai d'Orsay, que M. de Kergaz connaissait beaucoup et qu'il avait prié la veille, par un mot, de vouloir bien assister Bastien en qualité de second témoin.

Le chef d'escadron mit pied à terre, Armand et sir Williams descendirent de voiture, et les six personnages se dirigèrent à pied vers le Bois, dans lequel ils trouvèrent, à cent mètres du pavillon d'Armenonville, un fourré convenable pour la rencontre. Le terrain était bon, dépourvu d'herbe et couvert d'un sable fin.

Tandis que sir Williams et Bastien, après s'être salués de nouveau, demeuraient à distance, Ralph O ... et le chef d'escadron réglaient les conditions sommaires du combat ; et M. de Kergaz, qui attachait toujours sur sir Williams un regard scrutateur, disait à Arthur G ..., son second témoin :

- "Nous sommes, monsieur, à un moment assez grave pour qu'on puisse causer librement, loyalement en mettant de côté toute intention personnelle et blessante.

- Je suis de votre avis, monsieur.

- Voulez-vous me permettre une question ?

- Parlez, monsieur, je vous écoute.

- Connaissez-vous sir Williams depuis longtemps ?

- Depuis deux mois seulement.

- Êtes-vous bien persuadé qu'il soit réellement baronnet et d'origine irlandaise ?

- J'ai vu ses titres de famille, monsieur.

- C'est étrange !" murmura Armand, "je jurerais que c'est mon frère ...

- Monsieur," répondit Arthur G ..., "vous sentez bien cependant que, cela fût-il, je n'ai pas le droit, moi qui ai vu des titres, des papiers, des lettres de recommandation au nom de sir Williams, baronnet et gentilhomme d'Irlande, d'admettre son identité avec le vicomte Andrea votre frère. D'ailleurs, il serait trop tard.

- Aussi, monsieur," fit observer froidement Armand, "est-ce à titre de simple renseignement que je vous ai fait cette question. "

Les deux jeunes gens se saluèrent, témoignant ainsi que l'entretien se terminait d'un commun accord, et ils s'approchèrent de Ralph O ... et du chef d'escadron.

- "Le motif de la rencontre est léger,"
disait ce dernier ; "ensuite, il y a entre les deux adversaires une énorme disproportion d'âge ; ceci me paraît être plus que suffisant pour ne pas donner à cette affaire un caractère trop sérieux.

- C'est mon avis, monsieur,"
répondit Ralph O ...

- "Je pense donc que ces messieurs doivent se battre au premier sang.

- C'est tout-à-fait suffisant.

- Et ne point engager le fer à plus de deux pouces."

Ralph O ...
s'inclina en signe d'assentiment.

- "Messieurs," ajouta-t-il, en s'adressant aux deux adversaires, qui se rapprochèrent, "veuillez mettre habit bas sur le champ."

Sir Williams, que M. de Kergaz continuait à examiner avec une scrupuleuse attention, demeurait impassible sous le poids de ce regard, et il dit avec le plus grand calme et d'un ton où perçait légèrement l'accent britannique :


- "Le temps est beau, mais il fait froid, et j'aurais dû choisir le pistolet pour me dispenser de me déshabiller."

Puis il ôta son habit et dit à Bastien, qui venait d'en faire autant et oubliait sa cravate :

- "Pardon, monsieur, puisque vous gardez la vôtre, je vais remettre la mienne. J'éviterai un rhume de poitrine.

- Non pas," dit Armand d'un ton sec ; "ôtez votre cravate, monsieur Bastien, cela peut parer un coup d'épée.

- Comme vous voudrez ... aoh !" murmura sir Williams avec un calme si parfait que, cette fois, les derniers doutes de M. de Kergaz s'évanouirent.

- "Cet homme est bien anglais," pensa-t-il, "ce n'est pas Andrea."

Les épées avaient été tirées ; le sort fut pour sir Williams ; il devait se battre avec les siennes.

- "Allez, messieurs," dit sir Ralph O ..., au moment où les deux adversaires se mettaient en garde.

M. de Kergaz avait touché juste en disant que lorsqu'un Anglais se battait, il était vraisemblablement excellent tireur, et il put s'en apercevoir dès la première passe.

Sir Williams, cet homme si flegmatique et dont tous les mouvements accusaient la raideur britannique, devenait sur le terrain d'une souplesse merveilleuse, d'une impétuosité féline qui déjouèrent la loyale impétuosité du vieux soldat. Son épée, qu'il semblait tenir au bout des doigts, tant il avait la main légère, semblait se dédoubler et se multiplier, arrivant à la parade avec une prodigieuse souplesse, tandis que celui qui la maniait rompait ou marchait avec une foudroyante vitesse.


Pendant près de cinq minutes, Bastien, essoufflé, furieux, porta les plus horribles coups à sir Williams. Tous furent parés, et le baronnet ne riposta point.

A toute minute le vieux soldat, ignorant des galantes finesses de ce jeu terrible, devenu un art véritable dans les mains des maîtres modernes, entassait faute sur faute, se fendait faux, écartait le bras, se découvrait ... L'épée de sir Williams parait et n'attaquait pas.

- "Il me ménage,"
murmurait Bastien hors de lui, "il me ménage, moi, un hussard de l'Empire."

Et Armand, qui voyait bien qu'avec tout autre qu'un parfait gentleman Bastien eût été mort déjà, Armand se disait :

- "Andrea serait moins généreux ... Décidément, ce n'est pas lui."

Enfin, cependant, et pour mettre un terme à cette lutte stérile, au moment où Bastien rendait à demi l'épée, le baronnet la lui lia rapidement tierce sur tierce, l'enleva d'un énergique coup de poignet, et, tandis qu'elle roulait à vingt pas, il appuya la sienne sur la poitrine du vieux soldat, unissant si intimement l'acte du désarmement à celui de la riposte, que le coup devenait loyal et qu'il pouvait sans remords tuer son adversaire.

Mais l'épée effleura à peine sa chemise ; et content de cette victoire sans effusion de sang, le baronnet fit un saut en arrière et releva son épée la pointe en l'air. 

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXIX   Sam 6 Jan - 15:51

- "Assez, messieurs, assez !" s'écria Armand, qui avait frissonné des pieds à la tête en ce terrible moment.

Bastien laissa échapper un énergique juron et voulut courir ramasser son épée, mais M. de Kergaz l'arrêta.

- "Trop tard,"
dit-il. "Tu n'as plus le droit de recommencer ; il pouvait te tuer, et ne l'a pas fait."

Sir Williams
s'était vivement rapproché de son adversaire, et lui disait au même instant :

- "Voulez-vous maintenant, monsieur, accepter mes excuses pour mon excessive susceptibilité et me tendre loyalement la main ?"

La mauvaise humeur du Grognard ne pouvait tenir contre ces paroles ; il tendit la main à sir Williams, qui ajouta, sans se départir de son accent d'Outre-Manche

- "Il faut à présent, messieurs, que je vous donne l'explication de ma conduite. Mon honorable adversaire m'avait adressé, il y a deux jours, de loyales excuses qui étaient plus que suffisantes, j'en conviens ; mais, la veille, à mon club, interrogé sur les opinions de mes compatriotes à l'endroit du duel, qu'au fond j'abhorre comme eux, j'avais, par esprit d'opposition, soutenu qu'un gentleman accompli doit se battre, ajoutant que je serais très heureux de donner l'exemple. Il me fallait donc mon petit duel, et M. Bastien m'en avait fourni l'occasion, je l'ai saisie aux cheveux, aoh !

- C'est égal !"
murmura Bastien avec un reste de rancune, tempérée cependant par son franc et loyal sourire, "il n'y a qu'une vieille bête comme moi capable de se laisser désarmer ainsi ... C'est honteux !"

Et Bastien serra une seconde fois la main de sir Williams.

Celui-ci s'approcha alors de M. de Kergaz :

- "Il paraît, monsieur le comte," dit-il, "que je ressemble bien parfaitement à un frère que vous cherchez de par le monde ?

- C'est frappant," répondit Armand tout rêveur. "Pourtant Andrea a les cheveux blonds ...

- Et moi, noirs ... Les miens sont bon teint ..."

Et sir Williams ajouta :

- "Cependant, monsieur, si vous conserviez encore le moindre doute, vous m'honoreriez en acceptant une invitation à déjeuner chez moi, un de ces jours. Je pourrais vous montrer, avec pièces authentiques à l'appui, mon arbre généalogique.

- Monsieur ..." dit Armand.

Le baronnet prit un air confidentiel, et s'adressant indistinctement à Armand, à Bastien et aux témoins :

- "Messieurs," dit-il, "vous avez, sans nul doute, été amoureux au moins une fois en votre vie. Moi je le suis. Le plaisir de me trouver avec vous ce matin m'a privé de celui de voir ma maîtresse hier soir, et j'ai hâte de réparer le temps perdu ... Or, ma maîtresse habite un mystérieux cottage perdu à la lisière des bois, et dans lequel nul ne doit entrer. Je la garde avec la jalousie sauvage d'un dragon ... par conséquent, je vais être obligé de vous quitter."

Et regardant Armand :

- "Monsieur le comte,"
ajouta-t-il, "vous seriez l'homme le plus aimable du monde si vous offriez deux places à mes amis dans votre calèche, afin que j'aie la possession entière de mon tilbury. Je ne retourne pas à Paris."

Armand s'inclina en signe d'assentiment, et l'on regagna la porte Maillot où les voitures attendaient.

Là, sir Williams monta lestement dans son tilbury, et dit à Armand :

- "N'est-ce pas, monsieur le comte, que le temple du bonheur n'est autre chose que la maison de la femme que l'on aime ?

- Peut-être ..."
murmura Armand qui se prit à songer à Jeanne.

- "Et que lorsqu'on a une fiancée qu'on adore, il faut la cachet à tous les yeux ..."

Sir Williams laissa bruire entre ses lèvres ce sourire moqueur où l'âme satanique du vicomte Andrea semblait reparaître.

Et Armand tressaillit, assailli de nouveau par tous ses doutes.

- "Si vous aimez une femme," acheva sir Williams, qui enveloppa son cheval d'un coup de fouet et partit rapide comme l'éclair, , "gardez-la bien, je vous le conseille."

Cette fois, Armand devint pâle comme un mort, et pour la seconde fois il songea à Jeanne et eut peur.

Sir Williams avait eu la voix railleuse d'Andrea le maudit en s'exprimant ainsi, et son éclat de rire satanique retentit au fond du cœur de M. de Kergaz comme un glas funèbre.


... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXIX   Sam 6 Jan - 16:25

Cependant, sir Williams, filant comme une flèche sur l'avenue de Neuilly, traversa le pont, gagna Courbevoie, puis Nanterre et Rueil, longea le parc de Malmaison, et arriva à l'entrée du petit vallon qui s'ouvre derrière Bougival, cette colonie de pêcheurs et d'artistes en même temps.

Puis il monta au trot l'unique rue du village, dépassa l'église, arriva tout en haut du vallon, près de Luciennes, et finit par s'arrêter devant la grille d'une vaste propriété plantée d'arbres, entourée de murs à l'extrémité de laquelle on apercevait un joli petit hôtel de moderne structure, tandis que, dans une direction opposée et dans un coin du parc se dressait une maisonnette.

Cette maisonnette n'était autre que celle où Colar avait, deux jours plus tôt, amené Cerise, la confiant à la garde de la veuve Fipart.

Seulement, Colar était entré par une petite porte bâtarde, tandis que le tilbury de sir Williams franchit la grille de maître qui, du reste, était ouverte à deux battants.

En même temps, le baronnet aperçut sur le sable frais de l'avenue les traces du passage récent d'une voiture.

- "Allons !" dit-il avec un soupir de satisfaction, "le coup est fait ... Jeanne est à moi."

Le tilbury s'arrêta devant le perron, en haut duquel sir Williams aperçut Colar qui fumait tranquillement son cigare et humait les rayons du soleil levant.

- "Eh bien ?" lui demanda vivement le baronnet en lui jetant les rênes.

- "L'oiseau dort,"
répondit Colar.

- "Ici ?" fit Williams anxieux.

- Parbleu ! mon capitaine.

- A quelle heure a-t-elle pris le narcotique ?

- A dix heures du soir."


Sir Williams consulta sa montre.

- "Il est huit heures du matin," dit-il, "elle a encore deux heures à dormir."

Et le baronnet suivit Colar, monta lestement l'escalier de la petite villa et pénétra, après avoir traversé le salon, dans cette chambre à coucher où naguère nous avons vu mademoiselle de Balder s'éveiller, tout étonnée de se trouver en pareil lieu.

Lorsque sir Williams entra, la jeune fille dormait toujours, étendue sur le canapé.

Le baronnet s'arrêta devant elle et se prit à la contempler.

- "Véritablement," murmura-t-il, "la petite est fort belle. Je ne l'avais jamais vue, et j'en fais mon compliment à Armand. Il avait très bon goût."

Puis, tout-à-coup, fronçant le sourcil et regardant Colar :

- "Est-ce que ... par hasard ... tu n'aurais pas été ... tenté ? ...

- Ma foi ! non," dit Colar. "Elle est gentille, c'est vrai ... mais trop pâle ... j'aime les couleurs, moi ...

- Oh :" dit le baronnet tranquillement, "je te l'eusse pardonné ... Après tout, je n'ai pas de préjugés ... per Bacco ! comme disait feu mon honoré père."

Et Williams ajouta :

- "Qu'as-tu fait de la vieille ?

- Je l'ai couchée simplement sur son lit, plaçant à la portée de sa main la lettre que vous savez, et dans laquelle votre ancien clerc de notaire avait si bien imité l'écriture de mademoiselle.

- A merveille !"


- Quant à Cerise," reprit Colar, "il paraît que la Fipart et elle ne peuvent s'entendre. La petite pleure ; la vieille, qui est plus mauvaise qu'une teigne, lui fait endurer misère sur misère.

- Voilà précisément ce que je ne veux pas," dit Andrea ; "et si cela est, c'est à toi qu'on doit s'en prendre.

- Dame !" fit Colar d'un ton de mauvaise humeur, "vous m'avez demandé quelqu'un de confiance, j'avais sous la main cette vieille, qui est la maîtresse de Nicolo, nous l'avons employée, voilà tout. A présent, je ne savait pas qu'elle eût un mauvais caractère."

Sir Williams ne répondit pas, et peut-être qu'il n'entendit point la justification de Colar, tant il était absorbé en sa méditation.

Les bras croisés, devant la jeune fille endormie qu'il contemplait, il semblait avoir oublié Colar.


- "Va-t-en," lui dit-il enfin ; "va trouver cette femme, cette veuve Fipart, et dis-lui qu'elle prépare Cerise à ma visite."

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65583
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXIX   Dim 7 Jan - 13:50

Colar sortit, laissant sir Williams en présence de mademoiselle Jeanne de Balder en proie à un sommeil léthargique.

Le baronnet s'assit devant le guéridon et écrivit cette longue lettre que nous avons vu trouver par Jeanne à son réveil.

Puis, quand il eut fini, un amer et terrible sourire glissa sur ses lèvres.

- "Ah !" dit-il, "mon cher frère, mon Armand bien-aimé, il me vient une fameuse idée, allez ... et je crois que je tiendrai, à côté des millions du bonhomme Kermarouet, une bien belle vengeance ! Ah ! tu m'as chassé comme un voleur ; ah ! tu m'avais pris Marthe, la seule femme que j'aie aimée ; ah ! tu m'as appelé Andrea le Maudit, et tu espères être heureux ? Allons donc !

"La voilà, cette jeune fille dont la beauté a fait battre votre cœur, elle est là, immobile, endormie, en mon pouvoir ... Un autre que moi se contenterait d'être ignoble et brutal en sa vengeance ; moi, je serai raffiné, élégant et cruel ...

"Ce n'est point la possession de Jeanne qu'il me faut, c'est son cœur ! Elle commençait à t'aimer ... Elle m'aimera !

"Tu étais hier à ses yeux le comte Armand de Kergaz, un homme du monde vertueux et riche, tu seras un effronté coquin qui s'affuble de l'habit et du nom de son maître, et elle te méprisera !"

Le sourire de sir Williams dégénéra en un éclat de rire strident.

- "Oh ! monsieur le comte," acheva-t-il, "il m'est venu une bien belle idée, je vous prie de le croire. Ce n'est plus vous qui êtes le comte de Kergaz, c'est moi ! et le jour où j'aurai épousé Hermine, le jour où l'or de Kermarouet sera mien, ce jour-là je te crierai : "Armand ! Armand ! Jeanne, ta bien-aimée, est devenue ma maîtresse, et elle t'a pris pour un laquais !"

Sir Williams, dont le visage rayonnait d'une infernale joie, sir Williams sonna violemment.

Mariette, la femme de chambre destinée à Jeanne, parut.

- "Faites monter les autres," ordonna le baronnet.

Mariette sortit et revint peu après avec la femme de charge, le valet de pied et le groom.

- "Ecoutez-moi bien," dit sir Williams, "cent louis pour un mois de gages à chacun de vous, si pour vous, je suis le comte Armand de Kergaz, et si votre nouvelle maîtresse en est persuadée ... Sinon, vous serez chassés !"

Et sir Williams ajouta mentalement, en renvoyant les domestiques et sortant lui-même de la chambre où Jeanne dormait toujours :

- "Maintenant, je vais faire la leçon à Cerise, et si Jeanne ne devait pas croire ses gens, elle croira bien certainement la petite fleuriste, qui est son amie d'enfance."

Sir Williams quitta la villa et se dirigea vers la maisonnette au fond du parc, où nous allons le précéder et retrouver Cerise.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXIX   

Revenir en haut Aller en bas

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE COIN DU FEUILLETON :: Feuilletons Français & d'Expression Francophone -