Par Pierre Romain ♦ Autres preuves que certains osent tout : un petit syndicat du monde enseignant, Sud-Éducation 93, avait organisé en novembre deux journées sur des thèmes osés : « Le racisme d’État dans la société et en particulier dans l’Éducation nationale » (sic) ; « La question des privilèges de race et de classe que les enseignant.e.s peuvent avoir face à leurs élèves » (resic) ; « Comment décoloniser les savoirs » ; « Qu’est-ce qu’un élève racisé.-e. ». Avaient été prévues des séances plénières mais aussi des réunions « en non-mixité raciale ». Le programme de ces colloques passionnants entrait dans le détail lors de certains ateliers : « À partir de nos constats, nous allons établir des outils de lutte et des stratégies pour faire face aux oppressions liées au concept de race mais aussi de genre et de classe à l’école… » ; une réunion avait pour sujet la « vie professionnelle des enseignant.e.s racisé.e.s », une autre était ouverte aux « enseignant.e.s blanche.s ».