Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Ghassan Hage, l’anthropologue de la «blanchité»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65590
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Ghassan Hage, l’anthropologue de la «blanchité»   Dim 4 Fév - 14:23

Le Monde, Télérama ... Sans commentaires ... Ah ! si ! Deux mêmes : le loup est un animal social, qu'on peut apprivoiser, et d'une ; le musulman, réfugié ou pas, obéit très bien mais seulement au Coran. Drôlement calé, tout de même, cet "anthropologue" qui semble ignorer l'un et l'autre ...  

Citation :



Né à Beyrouth, ce chercheur libano-australien inspiré par Levi-Strauss s’est imposé en 1998 avec un livre sur la suprématie blanche en Australie.

Présentation du livre Le Loup et le Musulman : Dans un monde régi par la domestication, le loup et le musulman apparaissent comme deux grandes figures fantasmatiques menaçant la « civilisation ». Ils ne respectent pas les frontières nationales, qui garantissent le maintien de l’ordre colonial. Pour Hage, le crime écologique et le crime racial reposent sur la même volonté de « gouverner l’ingouvernable ». Parce qu’on ne gouverne ni les âmes, ni le climat, islamophobie et géoingénierie sont deux avatars de la même illusion domesticatrice – aux conséquences également funestes.)

Le discours se déploie dans un français ponctué d’accents beyrouthins et de mouvements des bras qui soulignent la volonté d’être bien compris : le plus souvent, les paumes s’ouvrant vers le ciel – on remarque alors un tatouage sur l’avant-bras gauche, un fragment de phrase impossible à déchiffrer. On lui demanderait bien ce que dit ce tatouage mais ce n’est pas le sujet. Ce jour-là, Ghassan Hage est de passage à Paris pour la sortie de l’un de ses ouvrages, Le Loup et le Musulman (Wildproject, 2017), son premier livre traduit en français. Anthropologue libano-australien qui vit et enseigne à Melbourne, Ghassan Hage est une grande figure intellectuelle en Australie et est considéré, depuis la publication, en 1998, de White Nation, ouvrage ­devenu un classique, comme un des porte-voix des Whiteness Studies.

Surtout implanté dans les universités anglo-saxonnes et nord-américaines, ce champ d’étude est apparu aux Etats-Unis au tournant des années 1980-1990, comme une sorte de contrepoint aux études centrées sur la question des « races » et des minorités : il a pour ­objet la construction sociale, culturelle et historique des identités blanches. «Le ­concept de “race” était jusqu’alors surtout ­associé aux minorités. Avec les Whiteness ­Studies, on admet qu’il existe une catégorie “raciale” blanche, le plus souvent privilégiée ou dominante, qu’on étudie en y appliquant une perspective ­constructiviste», résume la sociologue Mirna Safi. Le livre Wages of Whiteness (Verso, 1991) de l’historien américain David Roediger, souvent cité comme l’un des livres fondateurs des Whiteness Studies, montre, par exemple, ­comment la classe ouvrière américaine se ­définit en termes de classe mais aussi comme une catégorie « blanche » par opposition aux Noirs américains. […]

Le Monde

Pourquoi associer le loup au musulman ? Parce que tous deux, explique Hage, sont vus aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif occidental, comme deux grandes figures menaçant la civilisation, aussi « ingouvernables » l’une que l’autre. Le loup, qui resurgit au cœur de nos territoires civilisés et que l’on ne peut ni capturer ni pacifier. Le demandeur d’asile arabe/musulman, qui arrive aux portes de l’Occident et qui, ne pouvant être ni contenu ni intégré, est à son tour qualifié de « loup » métaphorique. […]

Une autre figure contemporaine permet à l’anthropologue de croiser crise écologique et discrimination raciale : le déchet non recyclable. D’où ce rapprochement fulgurant entre la description des agglomérats de plus en plus menaçants de déchets plastiques flottant sur les océans et celle des demandeurs d’asiles flottant sur ces mêmes océans. C’est par le biais de cet imaginaire du réfugié/musulman comme « déchet ingouvernable », écrit Hage, que «l’islamophobie établit un lien clair avec la crise écologique actuelle».

Télérama
(Perubu - http://www.fdesouche.com/ - 04.02.2018)

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Ghassan Hage, l’anthropologue de la «blanchité»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Nouveau Coin De MDV : Convalescente Mais Toujours Là -