Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXXIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXXIX    Mer 7 Fév - 19:06

XXXIX


Le Poignard




Baccarat ne dormit point, et passa la nuit à méditer son plan d'évasion ; elle aurait bien pu en tenter l'exécution le soir-même, mais le succès eût été douteux, et la jeune femme était si persuadée qu'elle était destinée à vivre longtemps dans la maison de fous, qu'elle en voulait sortir à tout prix.

D'ailleurs, il fallait sauver Fernand, et mieux valait perdre un jour que rien compromettre. Ceci établi, Baccarat se leva fort calme, le lendemain, cachant de nouveau soigneusement dans son corset le petit poignard.

Fanny en arrivant la trouva de bonne humeur, presque souriante, et crut qu'elle s'était résignée et comptait sur une délivrance prochaine.

Baccarat prit la boîte à ouvrage et en ouvrit les différents compartiments. Dans l'un d'eux était une pelote de ficelle rouge assez grosse, qui servait à la jeune femme, lorsqu'elle faisait de la tapisserie, à fixer son canevas au métier.

C'était pour posséder cette ficelle que Baccarat avait demandé sa boîte à ouvrage.

Elle s'habilla avec une certaine recherche, parut fort calme toute la matinée, et passa la journée sans sortir de chez elle, occupée à broder des pantoufles.

Le docteur qui vint la voir trouva un mieux sensible dans son état, et réduisit le nombre de douches.

Vers le soir,
la pécheresse, qui avait voulu dîner seule dans sa chambre, prétexta une grande lassitude, et dit à Fanny :

- "Je veux me coucher. Tu pourras ainsi t'en aller une heure plus tôt.

- Non," dit Fanny, "car l'infirmière qui couche dans le salon ne vient pas avant neuf heures et demie, et on ne peut laisser madame toute seule.

- Ah !" dit Baccarat, qui jeta un coup d'œil à la pendule.

La pendule marquait huit heures précises.

- "Eh bien," reprit-elle, "cela ne m'empêche nullement de me coucher, tu resteras auprès de moi. Ferme les volets."

Baccarat
quitta le petit salon, et entra dans la chambre à coucher.

Fanny la suivit, ferma les volets, tira les rideaux et fit la couverture du lit, comme si elle eût encore été rue Moncey.


Tandis qu'elle remplissait ces devoirs multiples, Baccarat l'enveloppait d'un coup d'œil et se regardait elle-même dans une glace, comme si elle eût voulu établir un parallèle et sa femme de chambre.

Baccarat était grande, elle avait les épaules larges ; sa peau blanche et transparente recouvrait des muscles puissants, et la force des natures populaires était demeurée en elle, en dépit de son aristocratique beauté et de son existence toute de nonchalance et de paresse.

Ses moindres mouvements trahissaient la vigueur et la souplesse ; on eût dit une tigresse toujours prête à saisir et à broyer sa proie.

Fanny, au contraire, bien que de la taille de sa maîtresse, était malingre, chétive et ressemblait à une fleur depuis longtemps étiolée. Fanny était de l'âge de Baccarat, mais elle paraissait avoir dix années de plus.

Le regard que lui jeta Baccarat semblait dire :

- 'Je suis assez forte pour t'étouffer comme une bête venimeuse."

Fanny, sans défiance, préparait le coucher de sa maîtresse, et celle-ci s'assurait en entr'ouvrant la porte que le salon et l'antichambre était déserts. 

Tout à coup elle referma cette porte à clef et en poussa les verrous ; puis, d'un bon, elle tomba sur Fanny, l'enlaça comme une couleuvre, la saisit à la gorge de façon à l'empêcher de pousser un cri, la renversa sous elle, lui mit un genou sur la poitrine, et la soubrette, étourdie, épouvantée, vit luire au-dessus d'elle, à deux doigts de sa gorge, la lame du poignard que la pécheresse avait si prudemment caché.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXXIX    Mer 7 Fév - 19:26

- "Ma chère enfant," dit Baccarat, "il ne faut pas crier, il ne faut pas bouger, c'est inutile ... Si tu ouvres la bouche, si tu fais un simple mouvement, je te tue !

- Grâce ! ... grâce ! ..." murmurait Fanny à demi étranglée ... "grâce, ma bonne maîtresse !

- Il n'y a pas de maîtresse ici," répondit Baccarat, dont les ongles roses s'enfonçaient dans le cou de la soubrette, "il n'y a que Louise, la fille du graveur, la fille du peuple, qui a le poignet solide et qui va tuer la drôlesse qui l'a vendue."

L'œil de Baccarat étincelait de courroux, et Fanny, frissonnante, crut sa dernière heure arrivée.

- "Ah ! je suis folle," disait Baccarat d'une voix sourde où rugissaient des tempêtes de colère longtemps contenues, "je suis folle, ma fille ? Tu dis que je suis folle ? Mais les fous sont assurés de l'impunité. On n'envoie pas un fou à l'échafaud parce que, dans un accès de démence, il a tué son gardien."

Fanny
à demi suffoquée par la strangulation qu'opérait la main crispée de Baccarat, roulait des yeux hagards et suppliants ...

Baccarat appuya la pointe de son stylet sur sa gorge, et lui dit :

- "Si tu pousses un cri, j'enfonce !"

Et puis sa main se desserra :

- "Tu peux parler maintenant," dit-elle, "mais tout bas ... et prends garde ... Si j'entends un pas dans le salon, je fais de ton cou un fourreau à mon poignard ... parle bas.

- Que voulez-vous ?" balbutia Fanny mourante de terreur.

- "Je veux sortir d'ici ... et il n'y a que toi qui peux m'aider.

- Les portes sont fermées ...

- Oui, mais on les ouvre pour toi ...

- On ne vous laissera pas sortir avec moi ...

- Non, mais on peut me prendre pour toi ..."

Et Baccarat regarda fixement la soubrette :

- "Rappelle-toi," dit-elle, "que je suis plus forte que toi, que je pourrais t'étouffer dans mes bras avant que tes cris eussent été entendus, alors même que je n'aurais pas ce poignard à la main ; ainsi, pas de résistance, ou tu es morte !"

Le genou de la pécheresse cessa de peser sur la poitrine de Fanny.

- "Lève-toi,"
ordonna Baccarat.

Fanny
se releva toute tremblante.

- "Maintenant, déshabille-toi ... et vite ! nous n'avons pas le temps de flâner."

Fanny obéit, et la terreur que lui inspirait le poignard que sa maîtresse brandissait en levant son bras demi-nu était telle, qu'elle fut déshabillée en cinq minutes et ne garda que sa chemise.

Baccarat lui indiqua sa boîte à ouvrage qu'elle avait rapportée le matin.

- "Donne-moi,"
dit-elle, "la ficelle rouge."

Fanny obéit encore.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXXIX    Mer 7 Fév - 19:57

Cette ficelle rouge, dont la pelote était volumineuse, était assez grosse et très forte. Cependant Baccarat la tressa en deux doubles avec une adresse merveilleuse, puis elle dit à Fanny :

- "Mets tes mains derrière le dos."

La soubrette se laissa lier les mains et étouffa un cri, car la corde, serrée vigoureusement, lui meurtrissait les poignets.

- "Encore une exclamation comme celle-là," dit froidement Baccarat, "et tu es morte !"

Fanny frissonna et se tut.

Alors Baccarat lui lia les jambes et la poussa sur le lit, où elle tomba à la renverse, et se trouva dans l'impossibilité de faire un mouvement.

Baccarat se pencha alors sur elle et lui dit :

- "Je vais mettre ta robe, ton châle et ton bonnet, me coiffer comme toi et me donner ta tournure le plus possible ; on ne te connaît pas encore assez pour y faire attention. Seulement, je veux savoir ce que tu as été obligée de faire hier pour sortir."

Pour disposer Fanny à l'éloquence, Baccarat lui remit la pointe du stylet à deux pouces de la gorge.

- "Surtout," lui dit-elle, "parle la vraie vérité et ne cherche pas à me tromper, ce ne serait pas ton intérêt. Par où as-tu passé hier ?

- Par le corridor qui est au bout de l'antichambre et mène au jardin.


- Ensuite ?

- J'ai traversé le jardin et gagné la grille.

- La grille était-elle ouverte ?

- Non ; mais un gardien qui fumait m'a demandé qui j'étais ; j'ai dit que j'étais la femme de chambre de madame, et il m'a ouvert.

- T'a-t-il regardée avec attention ?

- Non ; et puis la cour et le jardin sont mal éclairés.

- Très bien. Après ?

- J'ai traversé la cour et suis entrée chez le concierge. Les gens de la maison passent par son guichet et la petite porte ; les malades entrent et sortent par la grande."

Baccarat
fronça le sourcil.

- "Que t'a dit le concierge ?

- Je crois bien qu'il n'a pas fait attention à moi, et qu'il lui serait difficile de dire la couleur de mes cheveux et de mes yeux. Il lisait son journal et a à peine levé la tête."

Baccarat prit Fanny dans ses bras, l'enleva comme une plume et la porta dans le fond d'un cabinet de toilette, où elle la coucha par terre.

- "Ecoute bien," dit-elle, "tu as intérêt à ne pas mentir : je vais te laisser là et refermer la porte, après t'avoir mise dans l'impossibilité de crier ; si je ne puis sortir, si tes indications ont été fausses, si enfin on m'arrête et qu'on me réintègre ici, j'aurai bien le temps d'entrer dans ce cabinet de toilette et de t'y tuer : c'est l'affaire de trois secondes ... Maintenant, vois si tu m'as menti.

- J'ai dit la vérité,"
balbutia Fanny.

Baccarat
prit son mouchoir et la bâillonna ; puis elle ferma la porte du cabinet de toilette et mit la clef dans sa poche, peu soucieuse d'exposer ainsi la soubrette à être oubliée et à mourir de faim.

La pendule marquait huit heures et demie. Baccarat se déshabilla à son tour et revêtit la robe de Fanny ; elle dénoua ses cheveux, les peigna et les lissa en bandeaux très longs, de façon à se rétrécir le front et à cacher une partie de son visage. 

Puis elle posa sur sa tête le bonnet de la camériste, s'enveloppa dans son grand châle à carreaux et chaussa ses claques à talons.

Après quoi, elle se regarda dans la glace. A trois pas de distance, l'illusion était complète, et elle ressemblait trait pour trait à sa femme de chambre.

Cela fait, la pécheresse plaça son traversin en long dans le lit, ramena par-dessus les couvertures, tira à demi les rideaux, et l'on eût juré qu'elle-même était couchée et dormait.

- "L'infirmière," pensa-t-elle, "entrera ici vers dix heures, me croira endormie, pensera que Fanny est partie, et elle ira elle-même se coucher. On ne s'apercevra de ma fuite que demain."

Et Baccarat souffla les flambeaux et sortit, emportant le précieux poignard.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXXIX    Sam 10 Fév - 15:45

Fanny avait dit la vérité. A l'aide de ses indications, Baccarat traversa le jardin, arriva jusqu'à la grille, et aperçut de l'autre côté, dans la cour, un infirmier qui fumait sa pipe, allongé sur un banc. 

- "Voulez-vous m'ouvrier, m'sieur ?" demanda-t-elle, imitant la voix de Fanny qui bégayait légèrement.

L'infirmier obéit sans difficulté et s'effaça pour laisser passer Baccarat.

- "Merci," dit-elle ... "Vous prenez le frais ? ...

- Le froid, ma petite dame," répondit l'infirmier ; "ça cuit, ce soir ...

- Bonsoir, m'sieur ... bonne nuit !

- Bonsoir, ma petite dame !"


Et Baccarat passa effrontément devant l'infirmier, persuadé qu'il l'avait vue la veille à peu près à la même heure.

Baccarat traversa la cour sans hésitation, et, guidée par la clarté douteuse d'un réverbère, elle arriva à la porte du concierge, qui, comme la veille, lisait son journal.

Baccarat frappa deux coups au carreau.

- "Qui est là ?" demanda-t-il.

- "La femme de chambre de la dame du pavillon," dit Baccarat en pénétrant dans la loge.

- "Ah ! bien," dit le concierge qui lisait en ce moment le feuilleton, "je vais vous ouvrir."

Et comme le feuilleton l'intéressait, il se leva, continuant à lire, et mit la clef dans la serrure de la petite porte sans même interrompre sa lecture ni regarder Baccarat.

- "Merci !" dit-elle, ne pouvant maîtriser une certaine émotion.

Mais le concierge n'y prit garde et la laissa sortir, tout entier qu'il était à son roman.

Baccarat s'élança dans la rue avec la souplesse d'une biche qui bondit devant les chiens.

Elle était libre ! 

Et comme un flot d'air, qu'elle aspirait à pleins poumons, gonflait sa poitrine, elle se prit à courir et descendit sans s'arrêter jusqu'au boulevard extérieur.

Le boulevard était à peu près désert.

Là, Baccarat s'arrêta et se prit à réfléchir. Tout entière à son plan d'évasion, la jeune femme n'avait point songé à se demander ce qu'elle ferait une fois libre.

Deux jours avant, Baccarat était sortie de chez elle avec quelques louis seulement ; c'était tout ce qu'elle possédait sur elle, et il n'était pas prudent qu'elle rentrât tranquillement rue Moncey.

Sir Williams avait dû prévoir le cas d'une évasion et donner des ordres en conséquence ; et puis, tous ses gens lui étaient vendus !

Enfin, si Baccarat voulait se soustraire au baronnet et sauver Fernand, elle devait commencer par se cacher et faire disparaître ses traces.

Un fiacre passait ; elle s'y jeta et dit au cocher :

- "Rue Neuve-des-Mathurins, 35, chez le baron d'O ..."

Baccarat venait de songer à l'homme qui l'aimait et qu'elle n'aimait pas, comme on songe à un protecteur.


Le fiacre s'ébranla lourdement.

- "Je sais bien que c'est là le dernier homme à qui je devrais m'adresser pour sauver Fernand," pensa-t-elle ; "mais il est bon, il me pardonnera."

Le fiacre franchit en quelques minutes la distance qui sépare la barrière Blanche de la rue Neuve-des-Mathurins.

Baccarat
mit cinq francs dans la main du cocher et sonna, peu soucieuse de passer, dans son costume de femme de chambre, devant le concierge de la maison. 

L'appartement du baron, qui vivait en garçon, était un rez-de-chaussée exhaussé de plusieurs marches et situé entre la cour et le jardin.

Baccarat
traversa la cour et sonna en femme habituée à arriver à toute heure. Le valet de chambre vint ouvrir et recula, stupéfait à la vue de celle qu'il appelait "madame" ainsi travestie. 

- "Ton maître y est-il ?" demanda-t-elle vivement et sans prendre garde à l'étonnement du valet.

- M. le baron sort à l'instant.

- Sais-tu où il va ?" demanda-t-elle.

- "Je ne pourrais le dire à madame.

- Est-il à pied, est-il en voiture ?

- Monsieur a son tilbury. John est avec lui.

- C'est bien. Je l'attendrai."


Et Baccarat traversa l'antichambre et entra dans le salon, où elle se jeta sur un canapé. 

Il était alors environ dix heures. 

Puisque M. d'O ... était sorti, il était évident qu'il ne rentrerait pas avant le milieu de la nuit, et Baccarat s'y résigna. 

Elle se coucha à demi sur le sofa, entassant son oreiller sous sa tête, s'enveloppant dans une pelisse de voyage que le valet de chambre lui apporta, et refusant d'entrer dans la chambre à coucher du baron, ce qu'elle avait fait cent fois. Quand ce dernier rentra, vers quatre heures du matin, il la trouva endormie. La fatigue avait fini par l'emporter chez elle sur ses anxieuses préoccupations.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXXIX    Sam 10 Fév - 16:16

Le baron avait, comme sir Williams l'avait annoncé à Baccarat, reçu deux jours auparavant un billet de la pécheresse, ou plutôt signé de son nom, et dont l'écriture était si merveilleusement contrefaite que Baccarat elle-même eût juré l'avoir écrit.

Dans ce billet, très affectueux du reste, la jeune femme, aux nombreux caprices de laquelle le baron était depuis longtemps habitué, l'avertissait d'un petit voyage qu'elle faisait le jour même avec sa mère, et lui demandait un congé de huit jours.

Le baron avait trente ans ; il appartenait à cette génération de gentilshommes dont le sport prend la vie tout entière et qui ont des maîtresses comme ils ont des chevaux.

M. d'O ... aimait Baccarat à peu près comme on aime un cheval ; il y avait dans cette affection beaucoup d'habitude et un peu d'orgueil. Depuis six ans, Baccarat lui avait coûté un argent fou, mais il ne s'était jamais trop ému de ces prodigalités de la courtisane et l'en avait aimée davantage. 

Aussi fut-il très étonné de retrouver Baccarat chez lui, en châle tartan, en petit bonnet, et dormant sur son canapé.

Il la toucha du doigt et l'éveilla. 

Baccarat se frotta les yeux, se rappela dans quelles circonstances elle s'était endormie, et tendit la main au baron en lui adressant son meilleur sourire. 

Baccarat trompait le baron ; au fond elle avait pour lui un respectueux attachement.


- "D'où sors-tu donc, mon Dieu ?" demanda M. d'O ... en lui baisant la main qu'elle lui tendait.

Mais Baccarat était devenue sérieuse, et songeait à se garer de sir Williams. 

- "Mon cher baron," dit-elle, "vous avez reçu un mot de moi, n'est-ce pas ?

- Oui. Tu m'apprenais ton départ ...

- Pour quel endroit ?

- Je ne sais plus trop ... je n'y ai pas fait attention ...

- Ni moi non plus, je ne le sais pas."

Le baron regarda Baccarat attentivement.

- "Es-tu folle ?"
dit-il.

- "Folle ?" fit-elle en tressaillant. "Oh ! ne prononcez jamais ce mot devant moi, j'en ai assez.

- Cependant ..." murmura le baron de plus en plus étonné des paroles, de l'attitude et du costume de sa maîtresse.

- "Montrez-moi le billet que je vous ai écrit ...

- Cherche-le, ma foi !"

Et le baron indiqua du doigt une grande coupe en porcelaine de Chine, placée sur le guéridon, et dans laquelle il jetait ses lettres après les avoir lues.

Baccarat y retrouva la sienne, ou plutôt celle de sir Williams, et elle l'examina avec une attention scrupuleuse.

- "On jurerait," dit-elle enfin, "que c'est moi qui ai écrit cela.

- Comment," dit le baron, "ne serait-ce pas toi ?

- Certes, non.

- Qui donc, alors ?

- Oh ! je devine ; mais tout ceci est trop long à raconter. Qu'il vous suffise de savoir que ce n'est pas moi qui vous ai écrit, et que je n'ai pas fait de voyage."

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXXIX    Sam 10 Fév - 16:35

Le baron ouvrait de grands yeux.

- "Ah çà, ma chère amie,"dit-il, "vous venez de quelque part, cependant ; est-ce de chez vous ?

- Non, je viens de Montmartre.

- Dans ce costume ?

- C'est la robe de Fanny, que j'ai laissée à ma place.

- Où l'avez-vous laissée ?

- Dans la maison de fous où j'étais enfermée."

Le baron recula, stupéfait.

- "Vous étiez enfermée, vous," dit-il, "enfermée comme folle ?

- Oui ; vous voyez si j'en ai l'air.

- Ma chère," dit froidement le baron, "je suis loin de dire cela, mais je pourrais bien le croire, si vous ne vous expliquez ...

- Eh bien," dit la pécheresse, "on croit dans le monde que je ne dépends que de vous, et qu'il appartiendrait à vous seul de me mettre un jour hors de chez moi.

- On vous a mise hors de chez vous ?" s'écria le baron. "Par exemple !

- A peu près. C'est-à-dire qu'il y a eu une main assez puissante pour forcer les portes de chez moi, corrompre mes gens, m'enlever et me conduire dans une maison de fous, tandis que vous étiez tranquillement au lit ou à une table de lansquenet. "

Le baron laissa échapper un cri de surprise.

- "Ceci est trop fort," dit-il, "et, morbleu ! ...

- Ce n'est pas tout encore, il existe dans ce moment une autre Baccarat ; il y a à cette heure, chez moi, dans mon hôtel, une femme installée sous mon nom."

Cette fois, M. d'O ... regarda Baccarat  et se demanda si réellement elle n'était pas folle. 


- "Ecoutez," reprit celle-ci, "tout ce qui m'est arrivé est venu par ma faute ; vous n'y êtes pour rien, et je ne viens pas me plaindre, je viens vous demander un service.

- Ma chère," interrompit vivement M. d'O ..., "tout ce que vous me dites est étrange à faire douter de votre raison.

- Soit. Mais comme je ne veux pas vous initier à toute une intrigue, vous occasionner un duel et vous voir faire grand bruit et grand tapage là où je crois une prudence excessive, indispensable, je ne vous dirai rien pour aujourd'hui.

- Mais alors ? ..." balbutia le baron, interdit de tout ce que lui disait Baccarat.

- "D'abord, mon cher," reprit-elle, "il faut que vous ne m'ayez pas vue, ni vous ni Laurent, votre valet de chambre.

- Et pourquoi cela ?

- Parce qu'on me poursuit, et les gens qui me traqueront demain viendront droit ici me chercher.

- Ah çà, quel crime avez-vous donc commis ?

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63187
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXXIX    Mar 13 Fév - 15:18

- Aucun ... A moins qu'une faiblesse, un caprice ..." balbutia Baccarat ; "mais la police ne s'en mêle pas ... Aussi n'est-ce point la police qui me traque.

- Ma foi," dit le baron, "je m'y perds. Vous auriez dû rester à Montmartre, vous êtes folle.

- Soit. Mais promettez-moi de ne pas vous mêler de mes affaires, à moins que je ne vous en prie. Vous avez mauvaise tête, vous casseriez les vitre trop tôt.

- Que voulez-vous donc de moi ?

- D'abord, mon cher, prêtez-moi cinquante louis. Je suis sortie de chez moi, il y a deux jours, avec ce que vous voyez."

Et Baccarat montra sa bourse au baron.

- "En voilà cent, ma chère amie, au lieu de cinquante. Après ?

- Après ?" dit Baccarat, "vous allez me donner un mot pour le préfet de police, à qui j'ai affaire ... et un mot pour le juge d'instruction, dont j'ai besoin.

- Ah çà, mais," s'écria M. d'O ..., "vous avez donc votre amant sous les verrous ?

- Précisément,
" répondit-elle avec un imperturbable sans-froid.

- "Ah !" dit négligemment le baron, "je m'en doutais ... Les femmes ne se compromettent jamais que pour ces petits jeunes gens sans aveu qui fument nos cigares et mettent nos bottes en notre absence."

Et il ajouta avec un indulgent sourire :

- "Je vous ai laissé votre liberté et vous la mienne, par conséquent je n'ai trop rien à dire.
Mais enfin, convenez que cette existence que vous menez est un peu ... romanesque ?

- Soit," dit Baccarat ; "mais il y a un mystère que je ne puis vous expliquer. Contentez-vous de m'aider et d'être mon ami.

- Comme vous voudrez.
Ainsi, vous me demandez une lettre pour le préfet de Police ? 

- Oui, et une autre pour M. A ..., juge d'instruction, que vous devez connaître.

- Très certainement ; A ... est mon ancien camarade de collège.

- Eh bien, écrivez-leur à tous deux que vous comptez sur leur amitié dans une circonstance des plus sérieuses ; priez le préfet de m'écouter, car j'ai des choses fort graves à lui confier, et demandez au juge d'instruction qu'il me laisse arriver jusqu'à un jeune homme qui doit être détenu depuis deux jours sous la prévention de vol. M. Fernand Rocher."

Le baron, habitué à plier devant Baccarat et comprenant qu'elle ne voulait pas être questionnée, s'assit devant une table, prit une plume, et écrivit les deux lettres qu'elle demandait.

- "A présent," dit Baccarat, "faites-moi faire un lit dans le salon, et laissez-moi dormir jusqu'au jour. Au jour, vous m'éveillerez et ferez atteler votre coupé bas."

Dix minutes après, Baccarat se recouchait et s'endormait.

Quatre heures plus tard, le baron l'éveillait lui-même.

Il était alors huit heures.

Baccarat
qui, jadis, venait beaucoup chez le baron, surtout à l'époque où celui-ci en était amoureux, avait chez lui un fonds de garde-robe pour parer aux circonstances fortuites. Elle put donc s'habiller convenablement et draper dans un grand châle sa taille élégante.

- "Maintenant," dit-elle au baron, "je ne sais à quelle heure je vous reverrai ici ; j'ignore même si je pourrai y revenir ; mais, à tout hasard, ne sortez pas de la journée.

- Comme il vous plaira," dit le baron.

Baccarat avait calculé que, alors même que l'on se serait aperçu de son évasion dans la maison de santé, sir Williams n'en pouvait encore être averti, et qu'elle avait le temps d'aller faire des révélations au préfet de Police avant que son ennemi fût sur ses gardes.

Elle trempa un biscuit dans un verre de malaga, tendit sa main au baron en lui disant : "Au revoir !" et monta en voiture.

A huit heures et demie, Baccarat, sa lettre de recommandation à la main, se faisait annoncer chez le préfet.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXXIX    

Revenir en haut Aller en bas

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XXXIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE COIN DU FEUILLETON :: Feuilletons Français & d'Expression Francophone -