Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 61332
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XL   Mar 13 Fév - 15:40

XL


Le Préfet de Police




Le nom du baron d'O ... avait un crédit assez grand pour ouvrir toutes les portes à Baccarat.

La jeune femme pénétra donc jusqu'au grave magistrat chargé de veiller sur la sécurité des Parisiens. Malgré l'heure matinale, le préfet de Police s'habilla à la hâte en voyant la carte de Baccarat, et ordonna qu'on l'introduisît dans son cabinet.

Depuis deux jours, la police de Paris s'était fort occupée de Baccarat, et il n'avait fallu rien moins que l'amitié du Préfet pour M. d'O ... pour empêcher qu'un mandat d'arrêt ne fût décerné contre elle, tant elle paraissait compromise dans l'affaire Fernand Rocher.

Donc, en apprenant que Baccarat désirait le voir, le Préfet éprouva un grand soulagement et se dit :

- "Si elle était coupable, elle n'oserait venir ici."


Et il passa dans son cabinet, où la pécheresse l'attendait.

- "Madame," lui dit-il, "le parquet me presse de vous faire arrêter ..."

Baccarat tressaillit.


- "Mais je vois, à la démarche que vous faites auprès de moi," poursuivit-il, "que je n'aurai point cette douleur, et je suis persuadé que vous m'apportez des explications.

- Oui, monsieur," dit Baccarat, "et je crois qu'elles vous suffiront.

- J'en étais tellement convaincu d'avance, que je n'ai pas même averti M. d'O ... D'ailleurs," ajouta le grave magistrat avec un sourire, "il est des choses que la Police doit voir, mais non savoir, et il eût été difficile d'expliquer à M. d'O ... comment M. Fernand Rocher ... vous comprenez ? 

- Oui, monsieur," dit Baccarat qui rougit légèrement.

- Cependant, madame, si vous n'étiez venue aujourd'hui, j'aurais été obligé ...

- Monsieur le Préfet," dit Baccarat avec calme, "regardez-moi bien en face, entre les deux yeux, comme vous regardez les criminels, ai-je l'air d'une voleuse ?

- Non, assurément, je suis persuadé que vous ignoriez à quel homme vous donniez l'hospitalité.

- Il y a mieux, monsieur le Préfet," dit Baccarat avec un accent de conviction qui étonna le magistrat, "le jeune homme dont vous parlez est aussi innocent que moi du vol dont on l'accuse.

- Mais, c'est impossible !

- C'est vrai, monsieur.

- Mais il y a des preuves !

- Je le sais. Qu'importe ?

- Des preuves authentiques, matérielles, écrasantes !

- Qu'importe encore !
si vous voulez m'écouter, peut-être cette affaire changera-t-elle d'aspect dans votre esprit.

- Voyons,"
dit le magistrat, " je vous écoute."

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 61332
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XL   Mar 13 Fév - 16:04

Baccarat raconta alors de point en point, quoique succinctement, tout ce qui lui était arrivé depuis huit jours, sa folle passion pour Fernand, l'arrivée chez elle de sir Williams, sa domination étrange et subite ; elle n'omit ni son infamie envers sa sœur Cerise, ni cette lettre ambiguë dictée par le baronnet, adressée à Fernand Rocher et remise à M. de Beaupréau.

- "Enfin," dit-elle en terminant, "je suis persuadée, j'ai la conviction profonde que tout cela est l'œuvre de sir Williams.

- Madame," dit le Préfet demeuré pensif un moment, "savez-vous que tout cela est excessivement grave, et que, en admettant que vous disiez vrai et que vous ne vous trompiez pas, un chef de bureau au ministère, un homme ayant une haute situation, se trouverait sérieusement compromis ?

- J'ai la certitude de ce que j'avance, monsieur le Préfet," dit Baccarat. "Maintenant, est-il possible que je voie Fernand Rocher ?

- Avec une permission du parquet, oui," dit le préfet. "L'instruction de son affaire est terminée.

- On y reviendra," murmura Baccarat avec un accent de vérité qui impressionna vivement le préfet.

Ce magistrat écrivit quelques lignes, les mit sous enveloppe avec la lettre de M. d'O ... au juge d'instruction, et dit à Baccarat :

- "Attendez quelques minutes, on va vous conduire."

L'huissier revint peu après, muni de la permission, et le préfet lui dit :

- "Conduisez madame."


Ensuite il ajouta, s'adressant à Baccarat :

- "Vous reviendrez ici, madame ; il faut que je réfléchisse au parti à prendre à votre égard."

Baccarat
était trop émue à la pensée qu'elle allait revoir Fernand, pour s'inquiéter d'elle-même.

Elle suivit donc l'huissier à travers ce dédale de corridors sombres, de salles humides et froides qu'on appelle la Conciergerie. Elle entendit, en frissonnant, grincer les verrous et les serrures, crier les gonds, retentir les pas des gardiens et des sentinelles ; et ce fut avec un profond sentiment d'horreur qu'elle entra dans une chambre de la pistole où Fernand avait été transféré.

Au moment où Baccarat entrait, Léon Rolland et M. de Kergaz venaient de quitter le prisonnier, lui laissant un vague espoir de délivrance et de réhabilitation. Depuis qu'il était en prison, le pauvre jeune homme était en proie à une sorte de torpeur morale qui le rendait presque insensible aux bruits extérieurs.

La jeune femme put donc entrer dans sa cellule sans lui faire même lever la tête, et elle eut le temps de le contempler à son aise pendant quelques secondes, en embrassant d'un coup d'œil tous les détails de sa cellule.

Il était assis, le coude appuyé sur son lit et la tête dans ses deux mains. Ses cheveux en désordre, son attitude abattue, cet air désespéré et souffrant qui était en toute sa personne, émurent la pécheresse jusqu'aux larmes. Et comme le guichetier se retirait, fermant la porte derrière lui, elle fit quelques pas vers Fernand et lui jeta ses bras autour du cou. 

A cette étreinte inattendue, le jeune homme tressaillit, sortit de sa léthargie, leva la tête, reconnut Baccarat, poussa un cri. D'abord ce fut un cri de joie, celui que laisse échapper le prisonnier à la vue d'un visage ami.

Et puis, à ce premier élan succéda un autre sentiment, tout de haine et d'aversion ; et Fernand ne vit plus dans cette femme que celle qui l'avait perdu, déshonoré et chez laquelle on était venu l'arrêter.

Et il la repoussa et lui dit avec amertume :

- "Venez-vous donc me poursuivre jusqu'ici ?"

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Rocambole - Tome Premier : L'Héritage Mystérieux - Alexis, vicomte Ponson du Terrail - Chapitre XL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE COIN DU FEUILLETON :: Feuilletons Français & d'Expression Francophone -