Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Abus sexuels, viols à l’UNEF : Libération a rencontré des obstacles sans précédent durant son enquête sur le syndicat de gauche (Màj)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 63735
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Abus sexuels, viols à l’UNEF : Libération a rencontré des obstacles sans précédent durant son enquête sur le syndicat de gauche (Màj)   Mer 21 Fév - 17:26

"Libé" aussi ? .... Ne nous dites pas que nous, les "Fachos Bon Teint", qu'on traite de ce genre de noms depuis des lustres, on va voir Joffrin & C° nous demander l'asile journalistique ... 

Citation :


21/02/2018






19/02/2018



Entre pressions et rendez-vous secrets, «Libération» a rencontré des obstacles sans précédent dans une enquête qui entremêle vie privée et vie militante.



Des victimes qui trouvent la force de parler. Des faits les plus précis possible, et donc souvent crus. Des témoins qui corroborent. C’est la base d’un article sur des faits de harcèlement, d’agression sexuelle et de viol. Ces cases sont parfois difficiles à cocher, mais avec l’Unef, des obstacles de taille ont surgi au fil de nos trois mois d’enquête. Quel que soit le sujet (pouvoir, argent ou sexe), s’intéresser au fonctionnement d’une organisation oblige à décortiquer l’imbrication entre la vie privée et la vie militante. Dans le cas du syndicat étudiant, c’est une cartographie politique et intime complexe qu’il a fallu dresser. De jeunes adultes ont littéralement passé leur vie ensemble pendant des années. Dix ans plus tard, les compagnons des unes aujourd’hui ont pu être les agresseurs des autres hier.

Il nous a fallu du temps pour le comprendre et expliquer le silence. Surmonter la défiance, contacter les victimes, les écouter. Pendant des semaines nous n’avons fait que cela, souvent avec l’aide de certains anciens dans le rôle d’intermédiaires. Après les premiers contacts, les conversations téléphoniques restent redoutées car souvent leurs proches ne sont pas au courant, il faut donc prendre rendez-vous pour un moment où elles sont sûres d’être seules. Et promettre l’anonymat total à celles qui le réclament tout en tentant de les convaincre que des témoignages à visage et nom découverts renforcent la crédibilité de leurs propos. Même anonymes – par culture du secret persistante ou volonté de ne pas retomber dans des souvenirs douloureux –, les victimes ont été nombreuses à ne pas vouloir s’exprimer. Ce paradoxe a d’ailleurs persisté longtemps.

Des témoins qui parlent, des récits circonstanciés et recoupés mais des victimes, elles, qui se taisent ou éludent les faits les plus graves. Corollaire de leurs années de militantisme partagé, les anciens camarades ont gardé (pour certains) des liens d’amitié ou (pour d’autres) des rapports hiérarchiques. De ce fait, les informations circulent à la vitesse de l’éclair au sein de ce réseau ressuscité. Au fil de nos recherches, il a donc fallu avancer en partie à découvert. L’identité des personnes interrogées, le contenu de nos entretiens ou les pistes explorées se sont souvent retrouvées au cœur de discussions (numériques ou physiques) entre anciens de l’Unef. Une transparence en mode «qui a dit quoi» qui a pu tétaniser certaines victimes. Pour savoir s’ils étaient concernés ou faire pression, quelques hommes ont renoué avec des textos insistants. Des victimes qui s’expriment ou dont on redoute qu’elles le fassent ont reçu d’étranges coups de fil de l’étranger. Certaines ont vu leurs comptes sur les réseaux sociaux être la cible de tentative de piratages.  (…)

www.liberation.fr
 

L’enquête




«Libération» a recueilli les témoignages de seize femmes victimes déclarées de harcèlement, d’agressions sexuelles et de viols de la part de dirigeants de l’organisation étudiante entre 2007 et 2015. Longtemps inaudibles, ou silencieuses, ces anciennes militantes racontent des années de sexisme du syndicat et son apparent laisser-faire face aux violences sexuelles.

(…) Libération


(François - http://www.fdesouche.com/ - 21.02.2018)

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Abus sexuels, viols à l’UNEF : Libération a rencontré des obstacles sans précédent durant son enquête sur le syndicat de gauche (Màj)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Nouveau Coin De MDV : Convalescente Mais Toujours Là -