Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeDim 4 Mar - 18:14

Merci de bien vouloir déposer ici :

1) la photo que vous aurez choisie vous-même (en indiquant les sources éventuelles)

2) et le texte qu'elle vous aura inspirée.

Lorsque les participants à ce concours se seront tous manifestés, nous procéderons au vote, comme d'habitude. A ceci près que, tout comme nous en avions débattu l'an dernier, nous essaierons de déterminer "le texte le plus littéraire", "le texte le plus poétique", "le texte le plus réaliste", etc ...

L'accent est donc mis pour ce vote non sur le principe de l'émulation mais sur celui du sentiment inspiré par le texte. 

La date-butoir pour le dépôt des textes est fixée, rappelons-le, au :

Samedi 31 Mars 2018 - 0 h

***********

Par conséquent, le scrutin :

s'ouvrira le lendemain, Dimanche 1er Avril, à 0h

et sera clos le Dimanche 8 avril 2018, à 0h.



***********

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Elisabeth

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 9472
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeJeu 15 Mar - 16:28

Texte d'Elisabeth


concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Briard10

Photo sur Google images "chiot Briard"


Peluche


Lorsqu’après bien des déménagements et désormais nantis de deux enfants, mes parents décidèrent de faire construire, leur choix se porta sur un village de 300 habitants « dans son jus » ainsi que disent les antiquaires, c’est-à-dire, boueux, avec des vaches dans les rues, une école, un seul commerce une épicerie qui vendait de tout et se dissimulait dans une vieille habitation ;
…….. MAIS situé à 15 minuscules kms de la ville où travaillait mon père et où nous allions à l’école et au lycée ;
J’épargne au lecteur les vicissitudes qui s’ensuivirent, pour reprendre ici la narration des épisodes animaliers qui sont parmi les Légendes sans cesse racontées de notre Mythologie Familiale ;
Car, à peine installés dans un désert effrayant, au milieu d’une plaine ventée, avec pour seuls voisins le cimetière et un gigantesque tilleul qui se penchait vers un saule aussi gigantesque, Papa s’avisa qu’il était indispensable d’avoir un chien de garde ;
- Tu seras seule toute la journée, dit-il à Maman, et on ne sait jamais ;
Dissimulant ainsi sous le respectable désir de protection de sa minuscule épouse, l’envie rongeante d’avoir un chien ;
Car si Maman aimait les chats, Papa ne se consolait pas de la chienne de sa jeunesse, un chien loup nommé Cora ;
Nous commençâmes, en bons chrétiens, par adopter un bâtard baveux de la SPA, qui mourut trois jours plus tard ; puis nous décidâmes d’acheter dans un élevage un chiot berger allemand qui fut nommé Whisky ; ce qui sembla-t-il lui porta malheur car au bout de quinze jours, il fut secoué de crises d’épilepsie, et dut être euthanasié ; mais Papa tint bon ;
- Très bien, dit-il, nous allons chercher un chien de berger ;
Et il repéra un nouvel élevage, où nous fûmes réduits à l’attendrissement total devant plusieurs boules de poils fauves, pelucheuses et bondissantes au regard de velours ;
Nous rentrâmes donc avec dans une caisse qu’il remplissait jusqu’au moindre recoin, une chose hirsute mais douce, caramel, blond et noir, qui jappait avec tendresse et pointait la langue au travers des barreaux pour nous lécher les mains ; c’était un pur ravissement ; nous le baptisâmes immédiatement Peluche ;
Libérée de sa geôle, la bête effectua des cabrioles, courut partout la truffe au ras du sol, puis s’assit sur son derrière et poussa un long hurlement ;
- Il a faim dit Maman ;
Mais à notre grande inquiétude, Peluche renifla, pâtée de pommes de terre et viande, aliments pour chien, jambon, puis posa sombrement son museau sur ses pattes, en nous dédiant un long regard funèbre ;
- Seigneur dit Maman, il est malade, aussi !!
En désespoir de cause, on déposa devant lui un bol de lait tiède ; il le lapa maladroitement mais avec enthousiasme ;
- Mon Dieu s’écria Maman, il n’est pas sevré !!
Trompés par la vivacité et la taille de la bête, nous avions fait erreur sur son âge ; c’était encore un bébé ; il lui fallait donc du lait, (le lait maternisé pour animaux n’existait pas encore) et surtout un biberon suggéra Papa dont les pieds collaient au carrelage dans les flaques de lait sucré qui parsemaient la cuisine ;
Maman s’attela à la confection d’une bouillie bien liquide tiède, lactée et sucrée, épaissie d’un souffle de fécule de pomme de terre ; Peluche gémit de bonheur, et tendit une truffe frémissante ; on le cala sur les genoux de Maman, en dépit de sa taille, étroitement enveloppé dans un drap de bain, les pattes repliées vers lui, et on glissa sous les pieds de Maman la caisse de bois où les légumes restaient au frais, afin d’assujettir l’équilibre de la nourrice et du nourrisson ; néanmoins c’était précaire, et Papa se posta tout près en cas de chute ; Peluche ferma les yeux et aspira gloutonnement la totalité du biberon ( récupéré dans les vieilles affaires de bébé) ; en hâte, il fallut renouveler l’opération ; il cessa de téter à la moitié du 3ème biberon, et lâcha un rot énorme, suivi d’un soupir intense qui lui fit couler des yeux des larmes d’aise ;
Nous n’avions pas prévu non plus, le sentiment d’abandon, bien légitime, qu’éprouverait le nourrisson ; après que Papa l’eut sorti dans le jardin en roucoulant, « allons, on fait pipi, hein ? » sans grand résultat, se posa la question de la niche ;
D’emblée, Peluche sauta dans le lit de mes parents, au milieu et s’y pelotonna avec bonheur ; puis, un peu confus de l’accueil fait, les nôtres ; enfin avec force pourparlers amicaux et pédagogiques, on l’enferma à la salle de bain, sur un monceau de vieux pulls, auxquels on avait adjoint dans un recoin, un monceau de feuilles de journaux ; interloqué par le dispositif, il se laissa faire sans broncher, et nous rejoignîmes nos pénates en soupirant ; un certain temps s’écoula durant lequel le sommeil nous prit ; sommeil cependant accompagné de grattements discrets et de gémissements sourds ; et puis, tout à coup, un long sanglot déchira la nuit ; Peluche avait épuisé patience et tentatives de compréhension de ses nouveaux compagnons humains, qui l’avaient séparé de sa mère et de sa fratrie pour l’abandonner seul dans un lieu, noir, froid, clos, sans aucune justification raisonnable ;
Le sanglot se prolongea, puis s’accompagna de petits gloussements interrogatifs, eux-mêmes interrompus par un long gémissement éperdu ;
- Personne ne bouge, déclara Papa d’une voix forte, sinon on en a pour la nuit ;
Le silence se fit, et dura, jusqu’à ce que, inquiets, Maman et nous-mêmes découvrîmes Papa assis à la salle de bains et câlinant l’orphelin ;
De fil en aiguille, un compromis fut trouvé ; Peluche fut laissé libre de vagabonder dans la maison avec une écuelle d’eau et une autre de lait, et incité par de douces paroles éducatives à rejoindre son nid douillet de pulls over ;  
Quelques temps de silence se firent ; puis un nouveau sanglot déchira la nuit ; il était trois heures ;
- Il a faim dit Maman ;
L’opération biberon fut réitérée ;
Et nous dormîmes d’un sommeil entrecoupé jusqu’à 6 heures du matin, où Peluche voyant poindre l’aurore, décida de nous manifester sa tendresse reconnaissante = car bizarres, certes nous l’étions, mais secourables aussi, et ne criant jamais ;

Le temps passa ; craignant une évasion de son chiot exalté et fantaisiste, Papa fit poser un immense grillage tout autour du jardin et de la maison ; les enfants de l’école qui s’étaient passé le mot, faisaient un large détour pour le voir et le caresser au travers du filet de fer ; le facteur le prit en affection ; les autres villageois commentèrent sans doute cette curieuse sélection d’une race inconnue dans la plaine de la Garonne, mais il dut s’en trouver un mieux renseigné, car mon père allant un jour à l’épicerie avec Peluche bien enchâssé dans un solide harnais de cuir, s’entendit dire « oh, macarel, un beau « patou » que vous avez, là, hein !! belle bête, il vous faudra le dresser, ils sont bien ces chiens, contre les loups… »
Papa sourit modestement, et répondit « il est jeune » ; mais le conseil le travailla, et il se mit à la tache ; après quelques exercices, Peluche, accepta « au pas », « doucement », « au pied », « couché », et « assis » ; il tenait la pose quelques secondes, voire une minute entière ; dans les intervalles, beaucoup plus longs il bondissait joyeusement, se jetait sur les gens et les léchait avec tendresse ;
Le vétérinaire fut conquis = « oh, un petit berger des Pyrénées, superbe, il est adorable » ; puis il ajouta pensivement « vous allez vous en voir ; ces bêtes sont faites pour la liberté avec des troupeaux, et dans les montagnes… »
Et, nous nous en vîmes…. Un chien de berger avec un atavisme immémorial, transplanté dans 1500 mètres carrés sans moutons à surveiller et houspiller, ni berger autoritaire, ça s’ennuie……Peluche ne nous lâchait pas d’une patte, se couchait sur les pieds de Maman lorsqu’elle faisait la cuisine ou la vaisselle ; grognait au balai, hurlait à l’aspirateur, et sautait dans notre bain à mon frère et moi-même pour jouer dans les torrents ; le Dimanche, il était malade ( comme un chien) en voiture, et nous devions laisser toutes les fenêtres grandes ouvertes pour qu’il puisse y poser le museau, et aboyer aux cyclistes ; il terrorisait le curé et la femme du docteur qui faisaient des efforts désespérés pour le dissimuler ; enfin, un beau jour, nous eûmes le spectacle traumatisant de son efficacité contre les loups = s’étant faufilé par le portail entrouvert, il avisa un paisible bâtard vaguement ressemblant qui trottinait paisiblement sur la route, et se précipita vers lui ; en un éclair, grondant de fureur, il l’encercla en effectuant autour de lui des tours à une vitesse foudroyante ; puis, ayant quasiment tétanisé sa victime, il lui sauta à la gorge ; le pire fut évité grâce au facteur qui arrivé juste à ce moment, l’empoigna par son harnais et dut presque le soulever de terre, en dépit de sa taille ;
C’en était trop ; mes parents téléphonèrent à un vétérinaire de l’Ariège et Peluche nous quitta pour suivre son destin et vivre sa vraie vie de « patou », loin des humains affectueux mais déconcertés et déconcertants qui l’avaient adopté ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8139
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Texte de Yugcib    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeLun 26 Mar - 10:09

PENDAISON DE CREMAILLERE

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Crymai10


(Image choisie par recherche sur Google images, sur le thème "pendaison de crémaillère" : j'ai vu plusieurs dizaine de photos sur ce thème, j'ai choisi celle là pour support de mon texte (inventé -et non pas copié/collé à partir de l'une ou l'autre de mes nombreuses histoires)...
Donc c'est de l'inédit :

... En face d'un grand champ d'iris que n' a pas encore avalé le lotissement Les Alouettes, en ce soir de juin dans le salon salle à manger de Pierre et d'Isabelle dont la porte fenêtre grand'ouverte donne sur le champ... Sont réunis les potes et les potesses de Pierre et d'Isabelle qui fêtent leur pendaison de crémaillère...
Pierre et Isabelle, un couple de trentenaires "bien dans leurs baskets" tous deux cadres dans une société de design et propriétaires lui, d'un Duster Dacia 4/4 et elle d'une Suzuki Ignis, viennent de s'installer dans leur nouvelle maison en bordure du lotissement Les Alouettes.
Ils ont un labrador Isidore, un chat Snoupy et un petit garçon Hectorion âgé de 7 ans...

...Cadre technico-commercial et chargé du développement de sa société de design... Et maire de son village de surcroît, Pierre sa trentaine confortable et bardée de certitudes, est un homme de sang chaud, d'esprit frondeur... et parfois un peu leste dans ses élans d'empathie, en particulier avec ses collègues féminines...

Il se demandait bien, Pierre, son verre à la main, lors de la pose pour la photo souvenir, quelle cour lui faire à cette amie de sa femme, Sophie, qui n'arrêtait pas entre autres afféteries, de délicatement repousser une mèche de cheveux sur un côté de son visage ou de se passer un doigt sur ses lèvres...
D'ailleurs -soit dit en passant- c'est fou, fou archi fou... Tout ce que l'on observe en matière de comportements, de gestuelles, de façons d'être dans le vent de la mode, de beaucoup de gens (jeunes ou vieux, femmes ou hommes ou adolescents) dans le monde où nous vivons... De façons de s'habiller, de parler une sorte de javanais anglicisé... dans des relents tout cela, de mayonnaise éventée lors de ces apéritifs dînatoires et festifs de diverses réunions de convivialité entre amis... Où les visages caramélisés se mangent avec des yeux n'ayant que des effets de regard sans vrai regard...

Sophie s'était faite à l'occasion reine du chant, et entonnait un air de danse des canards, son verre levé et se tortillant le derrière... Et Pierre se disait " bah, un tout petit coup de canif dans le contrat, ça s'ra pas le premier ni le dernier"...
C'est qu'il ancrerait bien, Pierre, son âme de gai luron dans le coeur de cette Sophie toute saôule en plus de Martinis et de punch créole, de propos grivois...

... Hectorion, du haut de ses 7 ans surplombait la fête, écartant les rideaux du cagibi débarras où ses parents lui avaient dressé un lit pliant... Toutes les pièces dont sa chambre, ayant été réquisitionnées...
Et il ne dormait pas, Hectorion, il assistait, comme en coulisse de décor de théâtre, à la grande fête donnée par ses parents... Et il se disait : "quand je serai grand, que j'aurai un boulot, que je serai marié et que j'aurai une maison, je ferai jamais de pendaison de crémaillère, c'est de la frime tout ça" !


_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8139
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeMar 27 Mar - 11:25

... J'ai dans l'idée que ce texte ne plaira pas à tout le monde, et donc sera jugé par les inconditionnels – pro pendaison de crémaillère et autres même genre de festivités entre amis... "Iconoclaste et caricatural"...
Je veux bien entendre leurs arguments, aux "pro-pendaisons de crémaillère"... Mais je "persiste et signe" dans mon propos et dans mon sentiment...

... Et -pour être poli- (rire insolent et iconoclaste)... "Les pro ce genre de truc pendaison d'crémaillère anniversaire 70 ans et autres sauteries entre amis avec des tas d'afféteries de matuvuisme d'apérodinatoire de pourfairecommelesautres "... JE LES EMMERDE !

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeMar 27 Mar - 11:39

Vous entendez, vous qui ne votez jamais ? Yugcib vous jette son gant à la face ! Vous vous DEVEZ de répondre à sa provocation ! 

... Pourquoi je n'y réponds pas ? Ben, c'te question : je partage son avis. Et en plus, j'aime bien son texte. Voilà pourquoi.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8139
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeMar 27 Mar - 14:51

... Ce texte étant "de ma propriété intellectuelle" (faisant donc partie intégrante de l'ensemble -hétéroclite- de mes productions d'écriture)... Je décide de le diffuser sur mon blog, sur mon site, sur mon forum et sur ma page publique facebook... Ceci afin d'affronter -comme je pense que ce sera le cas- ces éventuels "pros et inconditionnels" qui se manifesteraient...
L'on reconnait ses vrais amis entre ceux et celles de ses "amis tout court" qui, lorsqu'ils ou elles ne partagent pas, ne te considèrent pas pour autant comme un "fouteur de merde en perpétuelle et vaine contestation, un insignifiant scribouillard pouvant être qualifié d'arrogant et bourré de préjugés"... Mais te disent en toute sincérité, la sincérité qui est la leur, qu'ils ne partagent pas, et qui, ayant bien conscience qu'ils ne vont pas te faire changer d'avis et de ressenti, vont te répondre par une anecdote, une histoire qui leur est arrivée, et qui "fait voir l'affaire sous un angle différent"...
Cela dit... Mon histoire, celle que je raconte et de la manière avec laquelle je la raconte... Elle "colle" tout de même à une réalité assez largement observable (et donc à juste titre, tout à fait sujette à moquerie iconoclaste, à être présentée comme je la présente)...
... Tiens, j'imagine... J'imagine... telle jeune femme (ou jeune mamie)... les lunettes dans les cheveux, en train de froncer le nez et les sourcils en lisant ce texte "pendaison de crémaillère" ...
Les lunettes dans les cheveux (et avec de surcroît le pull sur les épaules un soir frisquet de juillet et de sur-surcroît le petit geste de la main pour repousser la mèche de cheveux sans compter d'autres afféteries)... C'est -dis je- "assez significatif" d'un ensemble de modes comportementales dans la société d'aujourd'hui où il est défini comme naturel, de plaire, de séduire, en se donnant un genre...
C'est qu'exprime Alice Ferney dans son roman "LES AUTRES"... C'est ce qu'exprime aussi à sa manière dans ses romans, Michel Houellebecq (auquel on reproche d'être caricatural et d'user de clichés)...

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Elisabeth

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 9472
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeMar 27 Mar - 15:13

Personnellement, moi, j'apprécie beaucoup ce texte, qui me rappelle, en dépit de sa modernité Les Caractères de La Bruyère;
En effet, comme chez La bruyère, nous avons un portrait typisé individuel d'abord, qui ensuite est également un portrait générique, c'est à dire ( étymologie de "générique" = en latin genus-generis, la race, la sorte, la famille) le portrait de toute une "sorte" "race" de gens, les trentenaires triomphants, superficiels, attachés aux signes aux symboles des objets, des comportements, et qui y consacrent l'essentiel de ce qui pourrait être leur vie;
En contrepoint,"la chute", la morale intervient avec le regard /jugement de leur fils;

La Bruyère, composait ainsi ses Portraits = une description volontairement "neutre" suivie d'une phrase de "chute" qui était la morale et qui dévoilait la vérité du portrait neutre;

Autre parallèle, avec le livre de Georges Pérec, Les choses, dans lequel il dépeint les aspirations d'un jeune couple pour lequel avoir signifie être;

Voilà, j'ai anticipé sur le jugement.....qui ne devra être donné qu'ensuite; je réserve donc la suite à plus tard;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8139
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeMar 27 Mar - 21:00

... Je suis très frappé, très impressionné par la qualité littéraire du texte d'Elisabeth...
Nous sommes bel et bien là, dans une dimension d'écriture, de littérature, sans rapport avec par exemple le très bon devoir de français d'un premier de la classe -mais sans réelle "patte personnelle"...
Il y a dans ce texte d'Elisabeth, effectivement une "patte personnelle", en plus d'une qualité littéraire nettement supérieure au "bon devoir de français d'un premier de la classe" (je pense en particulier en disant cela, à tous ces lauréats de concours de printemps des poètes et autres concours d'écriture qui fleurissent un peu partout en France, en général je trouve ces textes primés sans magie, certes fort bien écrits mais demeurant assez consensuels, assez ordinaires, ne suscitant guère trop de réflexion philosophique ou autre, sans réelle portée...
Autrement dit le "coup de hache sur la mer gelée ça court pas les rues... Ni trop non plus, le "coup de patte personnel" qui "fait la différence"...
L'écriture doit surprendre, interpeller, émerveiller (mais au delà de l'émotion elle même), ne pas "marcher dans les clous" , être autre chose que du roman de terroir gentillet avec un peu de mélodrame... Et en même temps l'écriture doit être de l'art littéraire (autrement dit "une certaine facture dans le coup de hache") ... Sinon on s'endort, on trouve toujours trop long même le court, et 2 jours après on se souvient de presque rien... C'est le cas de presque tout ce qui sort aujourd'hui à la pelle et qu'on voit aux étals des "Leclerc culturel" et maisons de la presse...

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Elisabeth

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 9472
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeMer 28 Mar - 15:20

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Amouracc Je suis touchée, Yugcib; j'ignore la valeur littéraire, en fait, je me suis attendrie et amusée à me rappeler les dîners de famille, où mes parents racontaient ces histoires;
Je vieillis, et je "rapapille" comme disait ma tante, la soeur de Maman; concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Bonsang





concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  1147307151 Nous attendons fébrilement ......Hélène, ( peut-être fatiguée et débordée) Buster ( peut-être bien pareil aussi....d'autant qu'elle est peut-être en période de partiels ou d'examens.....) et MDV ( qui quoique - nous dit-elle- en forme et en "vacances" d'examens médicaux, a fort à faire avec sa famille et son travail) ;

Alors, on leur pardonne d'avance, si..........


MAIS ON SERAIT SI CONTENTS.......... drunken drunken drunken concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  668741 concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  668741 concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  668741 concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  668741
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeSam 31 Mar - 14:16

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Antipa10


Au Sieur Jorge Mario Bergoglio
Evêque de Rome
Saint-Siège
Italie




Monseigneur,


Comprenez dès l'abord que je ne consens à vous accorder ce titre qu'en raison du respect que moi-même, pécheur trop endurci en mon temps pour oser, fût-ce aujourd'hui, mettre en avant la qualité de cardinal que j'obtins jadis des instances terrestres, entend conserver non envers la Sainte Eglise Catholique, Romaine et Apostolique que vous affirmez (avec un aplomb superbe) représenter, mais envers Celui Qui Nous Jugera Tous lorsque le Jour en sera venu. Ne vous étonnez point cependant, je vous prie, si je ne parviens pas à utiliser cette appellation jusqu'au bout de la missive que je vous adresse.

Des nuages où j'ai, depuis quelques siècles, le privilège d'observer cette Terre où je me tins jadis, dans la gloire et les ors cardinalices, j'ai assisté, avec moult regrets et souvent moult déchirements, à bien des événements qui touchaient la planète tout entière aussi bien que le Royaume dont je fus l'un des gardiens les plus dévoués, le Royaume de France.

L'Etat demeurant l'Etat, c'est-à-dire un navire en perpétuel danger, éternellement guetté par pirates, parasites et profiteurs de tout genre, je l'ai vu, cet Etat que j'ai tant aimé et à qui j'ai sacrifié tant de choses, y compris, pendant de longs siècles, ma réputation, prendre l'eau maintes fois. Tantôt à babord, tantôt à tribord. Parfois, il arrivait même que ce si beau navire risquât de couler sous les coups acharnés de ses ennemis, que ceux-ci fussent intérieurs ou eussent trouvé refuge à l'étranger.

Mais toujours, Monseigneur, toujours, le navire finissait par se redresser. A tel point que j'en vins à admirer les Hommes d'Etat qui sortirent de ce sanglant massacre dont, aujourd'hui, bien trop de politiques français se glorifient : la Révolution, cette Révolutionle légitime successeur du Souverain que je servis, perdit, avec une dignité qui lui fit, lui fait et lui fera honneur Pour Les siècles Des Siècles, cette vie qu'il eût préférée plus humble mais à laquelle l'avait appelé la mort de son frère aîné ainsi que sa propre naissance parmi les Fils de France.

A tel point également que, je l'avoue sans honte aucune, je finis, tout en restant fidèle à l'idée monarchique, à ne plus nommer le peuple et l'Etat que j'avais tant aimés, et que j'aime toujours autant, que la "France."

Bien m'en prit, Monseigneur, puisque, en ce triste jour, ce que l'on nomma "République", garrottée comme il n'est pas permis, attend le coup de grâce en ce pays. Un coup de grâce que nul, parmi ceux qui la haïssent tant - et ce n'est point parmi les monarchistes qu'ils se recrutent mais directement au plus haut rang des gouvernants et, bien sûr, dans cette foule d'agités religieux issus des Barbaresques - n'osera lui asséner ainsi que le ferait le Bourreau de jadis. Pas de décapitation assurée qui aurait, pour elle, aux yeux de Dieu, le mérite de la rapidité et de la franchise - de la miséricorde aussi. Une mort lente, à petit feu, voilà ce que lui réservent ces gens-là, vendus aux financiers de cet agrégat ridicule et, je n'hésite pas à le proclamer, obscène, qui s'est auto-proclamée l'Union européenne.

La République n'aura dont point vécu aussi longtemps que la Monarchie de nos Roys. En tout cas, ma nature pessimiste est en droit de le penser.

Mais il est une chose qui réveille mon optimisme, une chose qui n'est pas morte et qui vivra à jamais, Monseigneur, et cette chose, cette entité, devrais-je dire, c'est la France. La France de mon Souverain comme la France de ces hommes admirables que j'aime à croiser en ces lieux, tels l'Empereur Napoléon et le Général de Gaulle. 

Pourquoi ai-je choisi de tenir pareil discours à un homme comme vous, né dans les colonies des Habsbourg et qui a, depuis trop d'années, renié le peu de sang espagnol qui coulait dans ses veines ?

Parce que, Monsieur, je vous ai ouï dire, entre autres phrases qui puent leur trahison d'une lieue et qui sont bien dignes du jésuite que vous êtes, "que la sécurité des migrants primait sur celle des nationaux." Ce qui, traduit en langage d'Homme d'Etat, signifie que la sécurité de peuples étrangers, pour la plupart mahométans et qui envahissent sournoisement l'Europe et la France, avec le plein accord des prétendues élites censées faire passer leur pays avant tout, compte à vos yeux bien plus que celle de vos ouailles Catholiques comme, de façon générale, celle de tous les Chrétiens dans le monde. 

Certes, Monsieur, vous m'avancerez que vous n'avez rien à voir avec la France. Et je vous répondrai que, vos actes sont là pour le prouver, vous avez raison. D'autant que vous détournez avec soin les yeux des horreurs qui accablent actuellement ce peuple italien, cette Italie où se tient le misérable petit Etat dénommé Vatican. Avez-vous donc oublié l'enthousiasme de ce peuple lorsque vous apparûtes au balcon après l'annonce rituelle : "Habemus Papam" ? Alors, ajouterez-vous sans nul doute, puisque peu me chaut ce que subit le peuple italien, pourquoi diable me préoccuperais-je de la France ?

A cela, je vous réplique que vous avez été élu Pape. En d'autres termes, le langage n'a pas changé sur ce point, que vous avez été nommé Vicaire du Christ Notre-Sauveur sur la terre. Et que, de toute l'Europe, le royaume des Francs, qui devait devenir le royaume de France, puis la République française, fut le premier Etat à se convertir au Christianisme, en la personne de son roi, Clovis Ier, guerrier remarquable et véritable Homme d'Etat qui eut l'intelligence de saisir que l'union des Francs ne pourrait se faire sans l'alliance avec le clergé gallo-romain. C'est à Clovis Ier, Roi des Francs, que la France actuelle doit son titre de "Fille Aînée de l'Eglise." Titre qui est sien pour l'Eternité.

La France actuelle, avec ses athées, ses Catholiques, ses Huguenots et malgré les tentatives d'invasion d'une autre religion (ou prétendue telle) est l'héritière de ce titre glorieux. Et ce n'est certainement pas vous, Monsieur, qui l'en priverez. 

En tant que Vicaire de Notre-Seigneur sur cette terre mais aussi en tant qu'Homme d'Etat (si petit que soit le Vatican, le Pape demeure un Chef d'Etat qui a, ne vous en déplaise puisque vous acceptez sans broncher cette lourde, si lourde responsabilité, la responsabilité spirituelle de tous les Etats chrétiens en ce que l'on nomme le bas-monde), il est de votre devoir de protéger celles et ceux dont vous êtes le chef religieux autant que politique face aux desseins mortifères d'un islam que vous avez osé, Monsieur, vous qui, sans conteste, avez fait de hautes études théologiques, qualifier froidement de "religion de paix" alors que, dans l'état où demeure son livre de références, le Coran, elle prône encore "le Paradis à l'ombre des épées." Et quel paradis ! Un paradis exclusivement réservé aux hommes et à la frénésie sexuelle !

Monsieur, l'Histoire
ne le cache plus et point n'est besoin pour moi de le faire, j'ai aimé les femmes en mon temps. "L'esprit est prompt mais la chair est faible," disait déjà notre grand Saint Paul. Cependant, l'idée d'un "paradis" exclusivement réservé aux plaisirs de la chair ne m'eût pas contenté au temps où j'évoluais encore dans ma défroque humaine. Nous, Chrétiens, espérons bien plus du Paradis : nous attendons qu'Il nous libère et nous permette de contempler enfin la face de Dieu, Notre Père et Ami.

Et vous, Monsieur, au lieu de défendre cette vision si noble où les humbles mortels que nous fûmes se confondent enfin avec leur Père Bien-Aimé pour les Siècles des Siècles, 

Vous qui continuez à vous nommer "Pape" et dont le cœur se sent flatté par la douce caresse de l'Orgueil, ce péché pourtant mortel, toutes les fois qu'on s'adresse à vous en vous appelant "Votre Sainteté",

Vous qui reniez l'Europe dont partirent, que vous en détestiez l'idée ou pas importe peu, d'où partirent, dis-je, vos ancêtres à la conquête du Nouveau Monde,

Vous qui reniez votre sang espagnol, le sang d'un peuple dont j'ai toujours salué la fierté et l'extrême amour de Dieu, même si j'ai passé tant d'années à combattre les ambitions conquérantes de ses monarques,

Vous qui accueillez une canaille parvenue comme l'est l'actuel Président de la République française en tant que Premier et Unique Chanoine Honoraire de la Basilique Saint-Jean-du-Latran, mais qui oubliez les souffrances qu'il inflige au peuple français, ce peuple dont il a osé nier moultes fois qu'il possédait une Culture et une Histoire (et quelle Culture ! quelle Histoire !) et dont il affirmerait qu'il n'a jamais parlé une langue issue pour l'essentiel du grec et du latin si lui-même parvenait à établir la dictature dont il rêve,

Vous vous apprêtez, en cette Semaine Sainte de l'An de Grâce Deux-mil-dix-huit, à bénir, urbi et orbi, les Chrétiens du monde entier, y compris ceux que vous laissez massacrer en Orient ou que vous abandonnez, en Europe, à quelque équivalent pseudo-religieux de la St Barthélémy, en bien pire, tout cela sans un remords, sans un regret, mais peut-être avec un sourire cynique que vous dissimulerez parmi les ors et les cardinaux qui vous ont permis d'être élu !

Monsieur, je vous plains. Votre mémoire est promise à un effondrement, voire un effacement, que ne viendra adoucir nulle réhabilitation. Mais surtout, pour m'être déjà trouvé moi-même, au lendemain de ma mort, dans cette situation, je songe à votre âme quand elle paraîtra devant Notre Père A Tous. Pour ma part, j'ai toujours agi pour le salut de l'Etat et, même si j'ai fait ou laissé faire le mal, j'en avais conscience, tout comme je savais combien me haïssaient nombre de sujets du Roy de France. Et je n'en tirais nul plaisir, je vous l'assure. Pas un instant pourtant, je ne trahis ni mon Roy, ni la France. Ai-je trahi Dieu ? Celui-ci, dans Sa profonde indulgence et Son Immense amour, ne m'a pas jugé aussi sévèrement que je l'eusse cru. 

Je souhaite, Monsieur, qu'Il se montre aussi généreux lorsque viendra pour vous Votre Jour. 

Mais, et de cela, je suis sûr, je sais que le peuple de France, comme ceux de l'Union européenne, comme d'ailleurs tous les Chrétiens que Dieu vous avait confiés afin que vous prissiez soin d'eux en tant que Vicaire du Christ Notre-Sauveur et en tant que Chef politique, vous considéreront un jour comme un Antipape. Quant à l'Histoire ...

Le plus grave, Monsieur de Rome, c'est que, voyez-vous, tant qu'un seul de ces Chrétiens que vous aurez lâchement abandonnés à leur sort au profit de cette "religion de paix" que vous affirmez, avec un cynisme dont les relents méphitiques nous parviennent jusqu'ici, être l'islam en son actuel état, ne vous aura pas pardonné, Dieu ne pourra vous pardonner complètement. Pour qu'Il le fasse, je l'ai appris, il faut que les victimes finissent par pleurer sur celui qui fut leur bourreau.

Ce jour viendra-t-il, Monsieur de Rome ? 

Réfléchissez-y un moment quand vous entrerez en scène, dans votre gloire papale usurpée, pour la traditionnelle bénédiction urbi et orbi

Celui qui reste, malgré tout, Votre Frère En Jésus-Christ,
Le Card. de Richelieu*

* : On peut retrouver cette signature singulière sur un autographe de Richelieu.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Elisabeth

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 9472
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeDim 1 Avr - 7:13

Très bien, je vais donc exprimer mon petit modeste avis sur les textes publiés;

Je laisse de côté le texte que j'ai écrit bien sûr;

Le texte de Yugcib =
Il s'agit, à l'évidence d'un texte d'humeur et d'humour, pétillant de façon feutrée = car Yugcib ne critique pas vraiment = il se contente de décrire paisiblement le spectacle offert par un jeune couple banal, et chaque élément de cette description est caractéristique de la mode contemporaine, les prénoms, les façons d'être, de faire, de vivre, les rituels mondains, jusqu'à la marque des voitures;
Cette description se révèle donc "codée" et le lecteur déchiffre avec amusement le "paraître" de ce couple, paraître dont on comprend bien qu'il est celui d'une catégorie sociale, celle des jeunes trentenaires /quadragénaires à la mode;
La fin du texte, qui constitue "une chute" évoque le regard sans bienveillance que porte sur cette petite "comédie humaine" leur jeune fils de 7 ans, relégué dans un placard ( quand même avec un lit !) et se résume en un seul mot "la frime";
J'ai déjà dit l'analogie que suscite dans mon esprit ce texte avec deux écrivains La Bruyère Les Caractères et Georges Pérec Les choses;
En définitive, donc un texte léger, et détendu, qui sous son apparence de critique amusée possède sa profondeur;


Le texte de MDV =

Il s'agit là d'un texte épistolaire, dont le scripteur, qui a comme destinataire le Pape François, se donne à deviner peu à peu;
Par des arguments ( quoique parfois légèrement confus) il dévoile son statut = il est mort, sa place = dans l'au delà, et son droit de regard sur les actes et les propos du Pape actuel, droit de regard car sa fonction passée l'a placé à un rang politique et religieux comparable au moins en partie;
Actes et propos du Pape actuel sont jugés de façon justifiée, peu à peu, par l'évocation du destin de la France, destin donné à ressaisir dans sa transversalité dans l'histoire;
Il s'agit donc d'une lettre de remontrance, au ton "noble" , au style emphatique, et dont les tours stylistiques et le lexique sont ceux du début du XVIIème siècle;
La "chute" réside ici dans la signature, lentement amenée par une succession d'énigmes qui font deviner qui écrit = le cardinal de Richelieu;


Deux textes très différents, donc, l'un paisiblement narquois, mais sévère et l'autre revendiquant avec panache le droit à un jugement depuis les fins dernières;
Il est à peu près impossible de les comparer, et ce n'est plus le but du vote, ainsi qu'il a été dit; mais il est demandé de dégager la spécificité de chaque texte et sa valeur dans le ressenti personnel du lecteur;

J'ai un coin de coeur, pour chacun, le texte de Yugcib étant faussement léger mais juste j'en dirai " ah, oui, c'est bien vu, c'est bien ça..."
Le texte de MDV, plus ambitieux m'évoque l'apostrophe historique, celle la aussi, lancée avant qu'il soit englouti par les flammes par Jacques de Molay , le 19 Mars 1314 , à Philippe le Bel et Clément V = " « Pape Clément !… Chevalier Guillaume !… Roi Philippe !… Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste jugement ! Maudits ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races ! »
;
L'emphase volontaire de la lettre n'est pas sans évoquer constamment cette "malédiction";
Il reste à savoir ce qu'il en sera du jugement de Dieu sur ses créatures, car de ce jugement, nous ignorons tout, et jusqu'aux fins dernières, nous pauvres enfants de sa volonté, et de son Esprit, tant vivants que morts.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeDim 1 Avr - 11:20

Bien vu, Elisabeth et c'est pour cela que j'ai placé la phrase finale de salutation comme quoi Richelieu se veut tout de même le "Frère en Jésus-Christ" de François. 

Pour en revenir à des détails plus pratiques, je poste la Newsletter aujourd'hui et je place le module pour le vote.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeLun 2 Avr - 12:22

Je voterai en dernier ... le 8 avril.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8139
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeDim 8 Avr - 7:06

Le texte de Sylvie : une évocation historique qui "vaut son pesant d'or" ( d' "or de vérité" en quelque sorte)...

Je ne suis pas, tout de même, pour ma part -sauf peut-être à ma façon parfois- un "familier" du style "emphatique", c'est pourquoi j'ai une préférence pour le texte d'Elisabeth...

Néanmoins, je trouve que nous sommes là, avec le texte de Sylvie comme avec celui d'Elisabeth (et sans doute je crois, aussi, avec le mien)... Dans une "production d'écriture" (pour ne pas dire de littérature) d'un niveau se situant "en deçà" de tout ce que l'on a l'habitude de voir écrit (romans, nouvelles, articles d'actualité, etc. ... et surtout, de la "mouture" de ces textes primés d'une multitude de prix de ceci prix de cela...

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Elisabeth

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 9472
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeDim 8 Avr - 9:43

Cher Yugcib, un grand merci pour ton appréciation !! concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Amouracc

Le texte de MDV a de la gueule, un morceau de bravoure, ce que j'appelle "le grand ton" , celui qui s'affranchit de tout et traverse les os......Brrrrr !!
Le tien, est plus "finaud" , rigolard en douce, suave, innocent, mais comme les chats qui te sourient avec une patte de velours posée sur le genou, puis tendent délicatement la griffe et te la plantent dans le gras; là où ça fait "mal" c'est à la fin, lorsque l'enfant ( relégué dans un placard avec un lit) jauge et juge sans appel;

Mon texte, j'en ai tout dit en disant que je me suis offert un moment de douceur avec un souvenir.......



ALLONS MESSIEURS-DAMES ON VOTE ?????? concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  353960807
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeDim 8 Avr - 13:40

Voici comment je vois les choses :

1) le texte d'Elisabeth est, à mon sens, le plus littéraire mais aussi le plus poétique dans le choix des expressions et des comparaisons. (C'est aussi le plus inquiet. J'explique pourquoi je le ressens ainsi un peu plus bas.) Il y a de la vivacité, de l'humour, une fin un peu triste mais raisonnable et même optimiste si l'on imagine Peluche se recycler dans un pâturage de montagne - ce qui, j'espère, fut le cas. C'est un souvenir évoqué avec tendresse, émotion, humour et, je le maintiens, avec poésie. Si Peluche a fini par trouver chaussure à son pied, eh ! bien, on peut même dire que la mélancolie (et même l'inquiétude) n'existe plus puisque l'harmonie a été rétablie, tant pour les humains que pour le petit animal.

2) le texte de Yugcib est un texte malin où l'on pourrait croire avancer pas à pas dans la frivolité moderne mais qui, en s'achevant sur la pensée, lucide et - oserais-je le dire pour un être encore si jeune ? - cynique, du petit Hectorion, nous replonge à notre époque en nous rappelant que certaines valeurs morales se doivent d'être respectées. Non que les "coups de canif" dans les contrats de mariage n'aient jailli qu'au XXIème siècle mais le problème actuel - observé jadis également à certaines époques - c'est que la société dans laquelle nous vivons a fini par considérer ces coups de canif comme la norme. A la limite, si l'on n'en donne pas, on est un ringard. Or, si jeune qu'il soit, Hectorion, représentant, malgré son prénom digne d'une bande dessinée des années vingt, la génération à venir, annonce que - ce qui est très probable - cette génération recherchera les valeurs allègrement piétinées par leurs parents. En allant plus loin, on doit espérer que cela ne nous donnera pas de nouveaux puritains ...

3) si j'avais à juger mon texte personnel, je dirais que c'est avant tout un exercice de style qui tente de se faire télescoper une réalité politique et historique qui a marqué notre pays il y a plusieurs siècles, avec l'actualité politique et historique actuelle. Le style est effectivement emphatique, c'est le style du siècle de Richelieu. Par conséquent, il lui serait impossible de ne pas être littéraire. Assez curieusement car je suis une adepte fervente de la chose, j'observe qu'il n'y a ici aucun humour, fût-il cynique. Le ton est grave et aussi, malgré la salutation finale, empreint de mépris envers les valeurs représentées par celui à qui s'adresse Richelieu. (En y réfléchissant, peut-être certains verront-ils une pointe de cynisme et d'ironie dans la salutation finale mais ce n'était pas l'idée de départ.)

Donc :

- Le texte le plus poétiquele plus littéraire et peut-être le plus révélateur sur notre époque même si son action se déroule dans les années cinquante : celui d'Elisabeth.

- Le texte le plus rusé mais aussi le plus drôle par son cynisme, cynisme que l'on voit ondoyer çà et là dans la description de la pendaison de crémaillère mais qui se révèle, comme la tête du serpent de mer, à la fin du texte : celui de Yugcib.

- En ce qui concerne mon texte, je le définirai comme étant le plus sombre et il confirme, à la relecture, nombre de choses que je ressens en moi par rapport à la situation actuelle. 

Mais une chose me frappe car elle semble commune aux trois textes, si on les regarde soigneusement un par un : le rapport à notre époque.

Elisabeth a choisi, peut-être sans s'en rendre compte, d'évoquer des valeurs d'un temps ancien, où elle se sentait en sécurité et où, effectivement, on l'était. Le temps où on lisait les "Club des Cinq" en pensant que tout irait bien pour nous quand nous serions adultes. Elle aimerait y retourner parce que cela lui permettrait de retrouver des êtres qu'elle a aimés bien sûr mais aussi parce que cette époque respectait les structures et les valeurs que la nôtre a réduites presque à zéro. 

Guy attaque l'époque actuelle sur un plan privé - une pendaison de crémaillère - en soulignant son défaut (l'absence de valeurs est normale) mais en prophétisant, si j'ose dire, que l'époque suivante, poussée par la génération du petit Hectorion, remettra ces valeurs à l'honneur. Mais on ne sait en quel sens, ni comment.

Personnellement, l'époque que nous traversons me préoccupe et m'inquiète profondément. Probablement influencée par le fait que je me coltine tous les jours une vingtaine de posts dits "politiques", j'ai choisi l'attaque sur le plan public (la société qu'on tente de nous imposer se veut un modèle mondial, après tout). A cette époque, je ne sens aucune gaieté véritable. Or, le rire est le propre de l'Homme, n'est-ce pas ? Mais la lâcheté n'incite pas à rire. Il eût fallu un recul de cinquante ans au moins pour que l'humour puisse teinter cette lettre supposée d'un Richelieu défunt à celui qui se prétend le pape actuel. 


Conclusion :

Nous nous inquiétons bigrement tous les trois, mes amis. Mais au moins regardons-nous la vérité en face. Et, en dépit de leurs apparences et de leurs tons si différents, ces trois textes révèlent que nous avons une conscience très nette de l'Histoire en marche. Voilà pourquoi, parce qu'il le cache soigneusement avec sa remontée dans un temps pas si lointain, le texte d'Elisabeth serait en ce sens le plus inquiet des trois.

Notre chance : être capables d'exprimer nos doutes, notre affliction, notre colère par le biais de l'écriture. Combien de sociétés totalitarisées n'ont-elle pas finies, minées par l'écriture et l'art en général ? Bref, si l'inquiétude, la tristesse, l'humour noir, le mépris hautain sont tous présents dans ces textes, l'Espoir y est aussi. Et il me semble que c'est important parce que ces trois textes débordent littéralement d'espoir. Enfin, c'est ce que perçois, de manière peut-être subjective mais que j'assume. Et là, on est tous les trois ex-aequo.  concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Chapeau2

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 2076
Age : 72
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeDim 8 Avr - 14:24

Bonjour les amis,

Effectivement ayant été très occupée ces derniers temps il ne m'a pas été possible de participer.
J'apprécie le texte de Yugcib qui a pris le temps de faire court et dont la chute innocente et implacable à la fois dévoile toute l'ironie. Oui, j'ai pensé moi aussi aux Caractères de La Bruyère et à tous ces frimeurs incapables d'être eux-mêmes et se croient obligés de paraître, d'avoir l'air, de faire ce qui doit se faire, de se donner un genre et finalement ça sonne faux, complètement faux et ça se casse la figure comme dans Le Bourgeois -gentilhomme, La noce chez les petits bourgeois ou ce film Ridicule de Patrice Leconte ou même certaines chansons  de Brel et Souchon. Oui, j'ai pensé aussi à ce couple dans le roman de Georges Pérec Les choses et, regardant tout simplement autour de moi, à certains parvenus de ma région reniant leurs racines et la misère de leurs ancêtres surmontant de leur mieux les guerres et les mauvaises récoltes.

La soif de paraître n'est pas la solution à l'insatisfaction de notre être.

Je crois entendre ma chère maman me remonter le moral avec cette chanson de Mireille, musicienne pas si insouciante que cela car elle a dû traverser une période bien sombre de notre histoire.




Il faut rester
Mesdames messieurs
Tels que nous a fait le bon Dieu
Car entre nous c'est prétentieux
C'est vaniteux et c'est idiot
De s'corriger de ses défauts
Petits ou gros
Nos défauts en, vérité
Font notre personnalité
Avec eux nous sommes menés
Et vouloir les éliminer
C'est voler Dieu
Qui nous les a donnés

On est comme on est
On est beau on est laid
On est gras ou maigrelet
C'est à ça qu'on nous reconnaît
On a c'est selon
Un nez court un nez long
On a des petits petons
Ou bien de très grand ripatons
Pourquoi des p'tits pieds
Pourquoi des p'tits pieds
Au lieu de s'en glorifier
De ce qu'on nous a gratifier
On est comme on est
On est beau on est laid
Faut rester comme l'on est !

Pour vous prouver que c'est bien vrai
Si Monsieur Lebrun devenait
Très élégant et super chic
Serait il aussi sympathique
Et sourirait-on gentiment
En le voyant ?
Et tout d'un coup, si Fernandel
A l'instar de certaines vieilles belles
S'faisait remonter l'menton
Pour avoir le visage plus rond
A de tels appointements
L'engagerait on ?

On est comme on est
Si Mae West devenait tout à coup
Mince comme un fil
Et regr'ttait son sex-appeal
Si Tino Rossi n'avait pas ici
Gratté sa guitare ainsi
Aurait-il aussi réussi
Voix de Tino Rossi
"Laissez moi vous aimer
Laissez moi en, mourir"

Si Michel Simon
Voulait supposons
Devenir beau comme Apollon
Si mon beau serait-il si beau
Voix de Michel Simon
Qu'est-ce qui'ils on l'air de raconter
Sur ma beauté. Y sont bons...
Ils ont toujours l'ait de dire
Que j'ai une sale gueule
Enfin tout de même
Enfin tout de même
Y vaut mieux avoir une sal' gueule
Que pas d'gueul' du tout

On est comme on est
On est beau on est laid
Faut rester comme l'on est !

On est comme on est
On est beau on est laid
Tenez moi
j'ai une grosse lèvre, hein ?
On est comme on est
Et puis mes jambes
Oui mes jambes
Sont un peu cintrées
Vous avez r'marqué
On est comme on est
Et puis vous ayez vu ça
Mes ch'veux d'viennent tout gris
Dîtes donc
On est comme on est
Ah ! mon gros derrière...
Faut rester comme l'on est !

Le texte de M.D.V exige une lecture attentive, tient en haleine car on se demande qui est l'auteur de la lettre. On cherche les indices et on les assemble  comme les pièces d'un jeu de patience pour tout comprendre et trouver la réponse. J'ai trouvé dans ce texte une allusion à l'épreuve que je surmonte actuellement, épreuve qui a emporté mes deux aînés et fait souffrir encore toute ma famille et quelques proches.

Alors, heureusement il y a le texte d’Élisabeth, véritable bouffée d'air frais où la spontanéité reprend ses droits avec, sinon la patte du chien de berger, celle d'une conteuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Elisabeth

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 9472
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitimeDim 8 Avr - 15:34

concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Amouracc Eh bien, mes amis ça valait le coup d'attendre un peu = ces jugements sincères et profonds sont un feu d'artifice critique qui est aussi passionnant à lire que les textes eux-mêmes, et à mon avis, possèdent autant de valeur !

Je crois que nous tenons là, une toute nouvelle formule qui va très au delà de ce que nous avions modestement envisagé au départ =

{* 1) une image et un texte libre ( seul impératif la qualité de l'écriture, même si elle emprunte la route d'un argot, ou d'un patois)
{* 2) les jugements personnels de chacun sur ces textes;

Le tout formant une sorte de synthèse écriture/critique;

MDV et Hélène m'ont époustouflée par la profondeur de leur lecture, par leur empathie perspicace !
C'est vrai, quoique je ne l'aie pas perçu aussi nettement que le rapport au temps est un non-dit très très lourd......C'est vrai que nous exprimons des valeurs de façon imagée et implicite;

En définitive, cette production écriture/critique du Mars 2018, on peut dire qu'elle signe l'identité du forum; concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Chapeau2 et je nous tire mon chapeau.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Vide
MessageSujet: Re: CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE    concours - CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

CONCOURS D'ECRITURE : MARS 2018 : PRESENTATION DES TEXTES ET VOTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: UNE LARME D'EMOTION POUR NOS PREMIERES ARCHIVES :: Le Grenier -