Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

PRÉSENT AU CONGRÈS DU FRONT NATIONAL, STEVE BANNON CONSTRUIT PATIEMMENT SON INTERNATIONALE POPULISTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65430
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: PRÉSENT AU CONGRÈS DU FRONT NATIONAL, STEVE BANNON CONSTRUIT PATIEMMENT SON INTERNATIONALE POPULISTE   Dim 11 Mar - 20:57

Citation :


Bannon va probablement donner quelques conseils discrets de métapolitique comme de guérilla internationale aux dirigeants du Front national…


Ce 9 mars, Jason Horowitz (The New York Times) est allé droit au but : « Après avoir causé le naufrage de l’establishment américain, il [Bannon] veut maintenant détruire l’establishment européen. » Bannon va probablement donner quelques conseils discrets de métapolitique comme de guérilla internationale aux dirigeants du Front national, qui tient son 16e congrès à Lille au moment même où j’écris ces lignes. Après être passé par Milan et la Suisse (rencontre avec la droite alternative allemande) avant d’aller un peu plus à l’est…

Car, il le dit lui-même, il se voit « infrastructure du populisme mondial », face à une autre « infrastructure » : celle du célébrissime philanthrope Soros. Car les mouvements européens ont, jusqu’ici, électoralement oscillé entre Gergovie et Alésia, victimes de leur « localisme » comme d’une attitude « réactionnaire » bien plus que « révolutionnaire »… face aux synergies puissantes produites par la coalition entre ceux de l’économie « financialisée » et ceux des frontières ouvertes, caracolant en tête.

Mais qui est Steve Bannon ? Nous renvoyons, ici, nos lecteurs à deux excellentes analyses de l’Observatoire du journalisme (OJIM) : « Breitbart News Network : une idéologie de synthèse efficace » (9 août 2017) et « Breitbart News veut remplacer Fox News… littéralement » (15 septembre 2017). Bannon, Irlando-Américain et ancien officier de renseignement dans la Marine, a connu une carrière fulgurante dans la finance (Goldman Sachs, entre autres), ce qui l’a mené à investir personnellement dans le cinéma et la télévision. Il connaît le système. Il a relancé Breitbart, organe conçu en Israël pour les États-Unis avec la bénédiction de Netanyahou afin d’utiliser, à droite, les méthodes de disruption de l’extrême gauche.

Bannon et Breitbart ont, ainsi, « fait » Trump (même si ce dernier n’aime pas l’entendre), apportant à son remarquable cerveau reptilien un complément de mésocortex empathique (le thème bannonien de l’homme abandonné par l’élite), complété d’un néocortex « anormal » pour un Américain : celui des grands penseurs européens de la « tradition » et « cycles historiques ». Bref, Bannon, émule de Julius Evola, a rajouté patiemment un corpus idéologique, politique et métapolitique à ce qui avait démarré comme un simple coup médiatique trumpiste. Avec trois axes : la sécurité intérieure et extérieure, la restauration économique, la réforme de l’État.

Toutefois, dès son élection, Trump a été neutralisé par le blitz du Maïdan américain – « Russiagate », sabotages constitutionnels et autres scandales sexuels – qui a privé Trump de politique étrangère, le plaçant désormais sous l’épée de Damoclès du procureur Mueller. Depuis, plus de 70 % des Américains voient en Poutine, maintenant « saddamisé », l’ennemi existentiel des États-Unis, et plus de 50 % des Américains pensent que Trump est trop mou avec la Russie.

Bannon est parti en août 2017, à la grande satisfaction des mondialistes qui avaient encerclé Trump à la Maison-Blanche. Mais Trump est récemment reparti sur un programme « bannonien » (les tarifs douaniers, infrastructures) qui a provoqué le départ de son conseiller Gary Cohn. Dépité, le journaliste néocon Chris Stirewalt disait récemment sur Fox News : « Bannon n’est plus très loin de la Maison-Blanche ! » Un Bannon épris de Marion Maréchal, à l’instar de Sarah Palin, qui voyait en elle une nouvelle Jeanne d’Arc. Marion, récente coqueluche des conservateurs américains…

(André Archimbaud - Conseiller stratégique - http://www.bvoltaire.fr/ - 11.03.2018)

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

PRÉSENT AU CONGRÈS DU FRONT NATIONAL, STEVE BANNON CONSTRUIT PATIEMMENT SON INTERNATIONALE POPULISTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Nouveau Coin De MDV : Convalescente Mais Toujours Là -