Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Wolé Soyinka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56279
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Wolé Soyinka   Lun 14 Juil - 16:00

13 juillet 1934, Abeokatu (actuel Nigéria) : naissance d'Akiwande Oluwole Soyinka, dit Wolé Soyinka, poète, dramaturge et chroniqueur, Prix Nobel de Littérature 1986.

Ses parents étaient missionnaires et donc chrétiens mais s'attachèrent toujours à ce que l'enfant n'oubliât pas ses racines tribales.

Ses premières pièces, écrites en anglais - son oeuvre tout entière est anglophone - datent de la fin des années cinquante et sont publiées d'abord en Grande-Bretagne.

A son retour dans son pays natal, sa pièce "A dancing in the forest" suscite la colère des autorités car Soyinka y attaque la corruption régnant au Nigéria. Côté intellectuels, ce n'est guère mieux puisqu'on lui reproche d'employer les techniques narratives et scéniques occidentales. Il trouve cependant à enseigner dans les universités du pays, dont celle d'Ibadan.

Evidemment, il continue à écrire : pièces ou textes pour les médias qui, tous, soulèvent le problème du choc des cultures. Son premier roman, "The Interpreters" sort en 1965.

Outre le heurt inévitable entre la Tradition et la Modernité, Soyinka reprend, pour cheval de bataille, le délicat et asphyxiant problème de la corruption politique. De la critique purement écrite, il passe à l'action militante en contestant, à la radio, toujours en 1965, les résultats des récentes élections. Il est immédiatement arrêté et passe deux mois à peu près en prison. Mais, deux ans plus tard, il y retournera pour près de deux ans, en raison de son soutien aux secessionnistes biafrais. Il relatera cette dernière expérience dans "A Man Died" qui sort en 1972.
En 1970, est sorti l'un de ses livres les plus importants : "Madmen and specialists" et, en 1975, ce sera "Death and the King horseman", paru en notre langue sous le titre : "La Mort et l'Ecuyer du Roi."

1975 marque aussi la fin de son exil volontaire, commencé en 1972, en Grande-Bretagne. Il se consacre alors entièrement au théâtre et crée le "Unifé Guerrilla Theatre" dont les représentations se donnent dans les bidonvilles, devant les façades des immeubles, etc, etc ...

Dans ses essais, dont les plus célèbres ("Myth, Litterature and the African World") datent également de la fin des annés 70, il s'oppose, avec violence et ironie, au principe de "négritude" si cher à Aimé Césaire. Soyinka lui préfère celui de "tigritude" en précisant : "Un tigre ne crie pas sa tigritude, il agit."

En 1981, il publie ses "Mémoires" et, cinq ans plus tard, il est le premier écrivain du continent noir à recevoir le Prix Nobel de Littérature.

Wolé Soyinka n'a jamais cessé de militer contre la corruption et les exactions politiques qui empêchent non seulement son pays natal mais aussi tous les Etats africains d'accéder enfin à un statut économique et social digne de ce nom. Du coup, il a souvent choisi l'exil volontaire, entre les USA et la France. Depuis 1998, date du décès du dictateur Sani Abacha, il vit à nouveau au Nigéria mais, en 2001, sa pièce "King Baabu", qui fait référence à l'"Ubu Roi" d'Alfred Jarry, est une charge au vitriol contre tous les dictateurs, surtout quand ils sont africains.

Partisan d'une Afrique qui bouge et cesse de s'apitoyer sur elle-même, d'une Afrique qui prend réellement son destin en mains, Wolé Soyinka, qui a su réunir en son oeuvre le meilleur de deux cultures en principe opposées, l'africaine et l'européenne, a écrit :

Citation :
[...] ... Les livres et toutes les formes d’écriture ont toujours été des objets de terreur pour ceux qui cherchent à éradiquer la vérité.
Recevoir le prix Nobel me procura un sentiment mitigé. Beaucoup de gens ont du mal à le croire, mais pour moi le Prix Nobel était un prix de plus, simplement plus important et plus exigeant en terme de ce que je devais donner en retour (…) Ce prix a un tel prestige et un tel impact sur l’imagination des gens à tous les niveaux que vous devenez la propriété du monde. Qu’on ne se méprenne pas, je ne le regrette pas, mais le prix Nobel fut une récompense à double tranchant. ... [...]

Bref, si vous préférez la tigritude à la négritude, n'hésitez pas un instant : découvrez Wolé Soyinka.

(Sources : Grioots.com)
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56279
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Wolé Soyinka   Lun 14 Juil - 16:38


_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Wolé Soyinka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: L'Anniversaire du Jour -