Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Affaire Benalla : le gouvernement fait face à deux motions de censure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Affaire Benalla : le gouvernement fait face à deux motions de censure   Mar 31 Juil - 18:17

Citation :



Point d'orgue de l'offensive de l'opposition sur l'affaire Benalla, le gouvernement fait face ce 31 juillet à deux motions de censure, de droite et de gauche, dont le rejet attendu ne garantit pas la fin des répercussions politiques du scandale.

[size=15]Mise à jour automatique

[/size]

  • Mardi 31 juillet

    17h53 CET

    Bastien Lachaud pour La France insoumise regrette que la «monarchie présidentielle rend irresponsable le président».
    «Ce scandale a fait éclater une crise institutionnelle majeure», complète-t-il en proclamant notamment : «Nous voulons la République, ils veulent l’oligarchie. Nous voulons l’harmonie, ils veulent la compétition sauvage. Nous voulons l’Etat de droit, ils veulent l’état des passe-droit.» «Nous voulons que la lumière soit faite», précise Bastien Lachaud.

    Citation :


    Bastien Lachaud

    ✔@LachaudB

     · 12m



    En réponse à @LachaudB




    [ltr]Nous voulons que soit rétabli l’ordre républicain, ils veulent régler l’affaire en interne. Nous voulons le respect des fonctions de chacun, ils veulent la confusion et le désordre. #affaireBenalla #AffaireMacron #DirectAN #MotionDeCensure #Macronarchie[/ltr]




    Citation :


    Bastien Lachaud

    @LachaudB


    [ltr]Nous voulons la #République, ils veulent l’#oligarchie. Nous voulons l’#harmonie φ, ils veulent la compétition sauvage. Nous voulons l’Etat de droit, ils veulent l’état des passe-droit. #affaireBenalla #AffaireMacron #DirectAN #MotionDeCensure #Macronarchie[/ltr]




    17:49 - 31 juil. 2018



    • 12


    • Voir les autres Tweets de Bastien Lachaud


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]





    Il déclare que La France insoumise votera la motion de censure de Christian Jacob (LR).
  • 17h47 CET

    Le socialiste David Habib monte à la tribune pour la Nouvelle gauche.

    Il pointe les «failles morales de la majorité».

    «L'affaire Benalla ne s'arrêtera pas avec ces motions de censure», prévient-il, en assurant qu'il ne «demande pas de têtes». Toutefois, il argumente que la Nouvelle gauche ne souhaite pas voter la motion de censure LR car «le but d'une motion de censure c'est de faire tomber un gouvernement pour le remplacer par une nouvelle majorité». «Or, dans le cas présent, ce n'est ni notre objectif, ni celui des Républicains», argumente-t-il.

    «Un gouvernement qui penche de plus en plus à droite [...] qui privilégie les options libérales», dénonce-t-il par ailleurs.

  • 17h40 CET

    Patrick Mignola pour le Modem regrette que les oppositions voient des «complots partout, des défaillances et des couvertures.» «Monsieur Larrivé quitte la commission d'enquête et vous vous muez en Zorro redresseur de torts», ajoute-t-il en jouant sur un jeu de mots : «Zorro est Larrivé.» «Cela peut faire une chanson mais cela ne fera pas une motion de censure», soutient-il. «Derrière Benalla vous cherchez une vengeance», accentue-t-il.

  • 17h35 CET

    Le député communiste Stéphane Peu assure que le groupe GDR votera les deux motions de censure par «cohérence» : «Il en va de l'honneur de la politique de voter des motions comme des lois n'ont pas en jugeant ceux qui les portent mais en jugeant ce qu'elles signifient.»

    Il se scandalise que le gouvernement, la majorité LREM et les propos d'Alexandre Benalla mettent en cause unanimement l'institution policière. «La start-up nation ne peut pas être disruptive au point de saper les institutions républicaines», poursuit-il.

  • 17h30 CET

    Les explications de vote débutent. Elles commencent par celles concernant la motion de censure déposée par le député LR Christian Jacob.
    Pour Les Républicains, Guillaume Larrivé, co-rapporteur de la commission d'enquête à l'Assemblée nationale, défend cette motion de censure. Il accuse Emmanuel Macron : «Le président n'agit pas en chef d'Etat mais en chef de clan.»

    «Ce que révèle l'affaire Benalla c'est la pratique dévoyée d'un pouvoir qui se croit au dessus de tout, des règles, du droit...», ajoute l'élu de l'Yonne.

  • 17h14 CET

    Le président du groupe de La République en marche, Richard Ferrand, prend la parole.

    Il évoque des «manœuvres politiciennes» pour décrire les deux motions de censure contre le gouvernement. «Rances» et «marécageuses», insiste-t-il.

    Il cible d'ailleurs la droite et Les Républicains : «A droite, on tente de faire de la faute d’un homme, un scandale, voire une affaire d’État [...] Vous tentez désormais de mettre à jour un complot qui n'existe pas, vous parlez d'une police parallèle, telle un Service d’Action Civique, dont la droite connaissait jadis, en effet, toutes les méthodes.»

    Il dénonce l'alliance entre les différentes oppositions sur l'affaire Benalla : «Il ne s'agit pas d'une affaire d'Etat mais d'une manipulation grossière qui se révèle au grand jour.»

    Richard Ferrand s'en prend à La France insoumise : «Vous mettez vos espoirs dans l’agitation politique et médiatique, dans la fédération des appareils et non du peuple parce que le peuple a dit non à vos déclarations et à vos mirages érigés en bannières.»


  • Citation :


    Richard Ferrand

    ✔@RichardFerrand

     · 44m



    En réponse à @RichardFerrand




    [ltr]Mais une fois encore, le front de l’unité se trouve dans le seul fait d’être contre tout. Contre le Gouvernement, contre tout ce qu’il a pu proposer sans que jamais ne pointe une idée commune à l’horizon. #MotionDeCensure[/ltr]




    Citation :


    Richard Ferrand

    @RichardFerrand


    [ltr]Finalement, collègues insoumis, à défaut du succès de vos propositions, vous mettez vos espoirs dans l’agitation politique et médiatique, dans la fédération des appareils et non du peuple puisque le peuple a dit non à vos déclarations et à vos mirages érigés en bannières.[/ltr]




    17:18 - 31 juil. 2018



    • 37


    • 25 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]






    Socialiste jusqu'en 2017 avant de rejoindre LREM, Richard Ferrand a été également très offensif contre les socialistes dont il dénonce qu'ils n'ont «ni projet, ni mémoire».
    Citation :


    Richard Ferrand

    ✔@RichardFerrand

     · 42m



    En réponse à @RichardFerrand




    [ltr]J’entends aussi les appels à la célérité des camarades socialistes
    Dois-je rappeler qu’il a fallu naguère attendre cinq mois pour que les actes et les déclarations d’un ancien ministre du Budget qui avait alors menti dans cet hémicycle, fassent l’objet d’une commission d’enquête?[/ltr]





    Citation :


    Richard Ferrand

    @RichardFerrand


    [ltr]Sans vergogne, vous faites aujourd’hui équipage derrière celui qui qualifiait injustement de « capitaine de pédalo » l’ancien président de la République : vous n’avez décidément ni projet, ni mémoire ! #MotionDeCensure[/ltr]




    17:19 - 31 juil. 2018



    • 27


    • 17 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]




    Il est alors ovationné par les députés LREM pour cette critique sur les socialistes. Richard Ferrand a aussi maintenu son approbation à la politique gouvernementale.

  • 17h08 CET

    Le député du Rassemblement national Sébastien Chenu, pour les non-inscrits, assure qu'ils (les élus RN) soutiendront les deux motions de censure. Il dénonce «une dérive autoritaire dans notre pays».



  • [ltr]


    [/ltr]




    Citation :


    LCP

    @LCP





    [ltr].@sebchenu (Rassemblement national) : "Nous allons voter ces deux motions de censure."
    > http://bit.ly/2mUWVTU  #DirectAN #MotionDeCensure[/ltr]




    17:07 - 31 juil. 2018



    • 45


    • 28 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]





    «Les Français ont compris qui vous étiez, personne n'est dupe dans cette affaire», ajoute-t-il en s'adressant au gouvernement.
  • 17h00 CET

    Jean-Luc Mélenchon assure que «Benalla n'est pas la cause du problème, c'est le symptôme», en dénonçant la monarchie présidentielle. D'ailleurs, Jean-Luc Mélenchon répond à Emmanuel Macron, après son intervention du 24 juillet : «Le président a dit : "Qu'ils viennent me chercher." Quel est ce vocabulaire ? Quelle est cette bravacherie ? Qui est censé venir le chercher ? Nous y sommes prêts.»

    En outre, il accuse toute la politique gouvernementale : «Quel que soit le sujet, vous n'aimez pas l'État. Vous n'aimez pas les fonctionnaires. Vous leur préférez des bandits de rencontre.» «À cette heure, qui doit mener le monde ? Le marché ou la vertu ?», demande-t-il au gouvernement.


  • Citation :


    Jean-Luc Mélenchon

    ✔@JLMelenchon

     · 1h



    En réponse à @JLMelenchon




    [ltr]La République n'est pas un régime neutre. Sa devise « Liberté, Égalité, Fraternité » en rappelle les objectifs politiques. #MotionDeCensure[/ltr]




    Citation :


    Jean-Luc Mélenchon

    @JLMelenchon


    [ltr]À cette heure, qui doit mener le monde ? Le marché ou la vertu ? #MotionDeCensure[/ltr]




    16:56 - 31 juil. 2018



    • 95


    • 53 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]






    Il demande également un référendum sur la réforme constitutionnelle.

    Enfin, Jean-Luc Mélenchon déclare : «Nous vous censurons.»
  • 16h49 CET

    Le député insoumis Jean-Luc Mélenchon prend la parole.

    «De cette lamentable situation», il évoque «l'état de délabrement d'un régime qui rend ceci possible, incapable de se réformer pour être à la hauteur de la vertu qu'attendent de lui les citoyens», débute-t-il. Il évoque «les nouveaux pieds-niquelés de l'Elysée». «Il s'agit une cour des miracles installée au sommet de l'Etat, et qui développe une hiérarchie parallèle faite de copinages malsains, nous a-t-on dit, dont les membres ne figurent sur aucune liste...», argumente-t-il.

    Il ironise sur la présence du Premier ministre à l'Assemblée nationale : «Je me réjouis de vous voir sur votre banc où nous vous attendions depuis 15 jours, monsieur le Premier ministre. Vous avez préféré le Tour de France.»


  • Citation :


    Jean-Luc Mélenchon

    ✔@JLMelenchon

     · 1h



    En réponse à @JLMelenchon




    [ltr]De cette lamentable situation, un bien pourrait venir : celui de regarder l'état de délabrement d'un régime incapable de se réformer. #MotionDeCensure[/ltr]




    Citation :


    Jean-Luc Mélenchon

    @JLMelenchon


    [ltr]Je me réjouis de vous voir sur votre banc où nous vous attendions depuis 15 jours, monsieur le Premier ministre. #EdouardPhilippe #MotionDeCensure[/ltr]




    16:49 - 31 juil. 2018



    • 114


    • 62 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]





    Jean-Luc Mélenchon est sévère sur l'attitude d'Edouard Philippe : «Vous n'êtes pas là parce que vous l'avez voulu, vous êtes là parce que vous y êtes contraints. Nous n'avons pas eu d'autre recours que la [motion de] censure pour vous obliger à venir, assumer devant nous vos responsabilités.»

    Durant son discours, Jean-Luc Mélenchon est applaudi par certains députés LR, dont le président de groupe Christian Jacob.
  • 16h32 CET

    La députée socialiste Valérie Rabault pour la Nouvelle gauche (socialistes) prend la parole.

    Elle rappelle qu'il y a «une affaire Benalla au niveau de l'Etat» : «Les faits reprochés semblent avoir été couverts par des passe-droits au plus haut niveau de l'Etat.»

    «Force est de constater que la motion de censure s’adresse, aujourd’hui encore – et en même temps – au chef du gouvernement que vous êtes et au président de la République dont nous dénonçons la pratique des institutions», précise-t-elle.



  • Citation :


    Valérie Rabault

    ✔@Valerie_Rabault

     · 1h



    En réponse à @Valerie_Rabault




    [ltr]Monsieur le Premier Ministre, « après tout, notre censure s’adresse à d’autres qu’à vous-même. Vous exécutez une politique qui vient d’ailleurs ». Ces mots sont ceux de François #Mitterrand défendant à cette tribune une motion de censure en 1978. 1/2 #DirectAN[/ltr]




    Citation :


    Valérie Rabault

    @Valerie_Rabault


    [ltr]Force est de constater que la motion de censure s’adresse, aujourd’hui encore — et en même temps — au chef du gouvernement que vous êtes et au Président de la République dont nous dénonçons la pratique des institutions. 2/2 #DirectAN[/ltr]




    16:35 - 31 juil. 2018



    • 15


    • 25 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]




    Valérie Rabault dénonce également «une dérive monarchique» : «Emmanuel Macron a souhaité exercer une présidence jupitérienne. Cela se traduit par un exercice personnel du pouvoir, faisant fi des assemblées, des syndicats, et plus largement de ce que l’on appelle les corps intermédiaires.»

    Citation :


    Valérie Rabault

    @Valerie_Rabault




    En réponse à @Valerie_Rabault

    [ltr]Emmanuel Macron a souhaité exercer une « présidence jupitérienne ». Cela se traduit par un exercice personnel du pouvoir, faisant fi des assemblées, des syndicats, et plus largement de ce que l’on appelle les corps intermédiaires. #DirectAN[/ltr]




    16:35 - 31 juil. 2018



    • 24


    • 31 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]






    La députée cible le programme politique du gouvernement et évoque «un Etat invisible» à tous les niveaux.

    Citation :


    Valérie Rabault

    ✔@Valerie_Rabault

     · 1h



    En réponse à @Valerie_Rabault




    [ltr]Concernant l’enseignement, l’invisibilité de l’Etat a été manifeste lorsque vous avez refusé de prendre vos responsabilités et laissé les maires décider tous seuls si, oui ou non, ils conservaient les rythmes scolaires à 4,5 jours. #DirectAN[/ltr]




    Citation :


    Valérie Rabault

    @Valerie_Rabault


    [ltr]En matière économique, vous avez rendu invisible la contribution des plus riches aux finances de l’Etat. Vous avez ainsi supprimé l’ISF, pour les patrimoines financiers et créez la flat tax. #DirectAN pic.twitter.com/wNsehVWOW2[/ltr]




    16:44 - 31 juil. 2018






    • 18


    • 27 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]






    Valérie Rabault appelle ses collègues à voter la motion de censure proposée par les trois groupes de gauche.

  • 16h18 CET
    Franck Riester, président du groupe UDI, Agir et indépendants (proche du gouvernement) prend la parole.

    Il déplore le «blocage des débats» à l'Assemblée nationale alors même que la commission d'enquête avait été décidée. En outre, il estime que, lors de la commission d'enquête, certains députés de l'opposition se sont «posés en procureur politique». «Mes chers collègues, quel spectacle lamentable nous avons eu», juge-t-il.



  • [ltr]


    [/ltr]




    Citation :


    LCP

    @LCP





    [ltr].@franckriester (UDI, Agir et indépendants) : "Quel spectacle lamentable nous avons donné ces derniers jours !"
    > http://bit.ly/2mUWVTU  #DirectAN #MotionDeCensure[/ltr]




    16:25 - 31 juil. 2018



    • 61


    • 59 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]




    En s'adressant à la présidente de la commission des lois, Yaël Braun-Pivet, Franck Riester critique le manque d'auditions de la commission de l'Assemblée nationale et le choix d'une salle trop petite pour accueillir les parlementaires.
    [ltr]
    Voir l'image sur Twitter
    [/ltr]




    Citation :


    RT France

    @RTenfrancais





    [ltr]Qui est Yaël #BraunPivet (@YaelBRAUNPIVET) , députée marcheuse et présidente contestée de la commission des lois ?#LREM #Politique

    https://francais.rt.com/france/52997-yael-braun-pivet-deputee-marcheuse-et-presidente-contestee-de-la-commission-des-lois …[/ltr]




    21:14 - 27 juil. 2018



    • 11


    • 21 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]





    Concernant les motions de censure, Franck Riester décrit des «dimensions politiciennes» pour les motions de censure. Il ajoute que c'est «une mascarade», ne comprenant pas, ainsi, l'existence de deux motions de censure.

    Par voie de conséquence, son groupe UDI, Agir et indépendants ne votera pas les motions de censure. 
  • 16h06 CET

    Marc Fesneau pour le Mouvement démocrate (parti allié de La République en marche), explique que les différentes oppositions n'ont toujours pas accepté le verdict des urnes de 2017 : «Finalement, en 2017, c’est une motion de censure du peuple français tout entier que vous, membres de l'opposition, avez reçue. Pas vous individuellement mais le système politique tel qu’il était organisé. Le refus global d’un échec de 30 ans.»



  • Citation :


    Marc Fesneau

    @MFesneau





    [ltr][#MotionsDeCensure]
    Il n’y a qu’un motif à votre attitude (l'opposition), à ce qui vous rassemble depuis 15 jours et pour ces motions : vous n’avez toujours pas accepté le sort des urnes de 2017.[/ltr]




    16:05 - 31 juil. 2018



    • 25


    • 19 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]






    Citation :


    Marc Fesneau

    @MFesneau





    [ltr][#MotionsDeCensure]
    Finalement, en 2017, c’est une motion de censure du peuple français tout entier que vous, membres de l'opposition, avez reçue. Pas vous individuellement mais le système politique tel qu’il était organisé.
    Le refus global d’un échec de 30 ans.[/ltr]




    16:06 - 31 juil. 2018



    • 91


    • 58 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]






    Défendant la politique gouvernementale, Marc Fesneau assure que «déposer une motion de censure relève plus de la théâtralité de notre vie politique que de l’usage grave pour lequel elle a été prévue.»

    Sans surprise, le député Modem dit que son groupe ne votera aucune motion de censure car elles «n'ont aucun sens» selon lui.
  • 15h53 CET

    Alors qu'Edouard Philippe se félicite de toutes les réformes et actions menées par le gouvernement (économiques, santé, école, sécurité) en les énumérant, les députés LREM se lèvent de nouveau pour une ovation. 

    «Beaucoup reste à faire», insiste-t-il en évoquant les futures réformes sur les institutions, les retraites, et une volonté gouvernementale à transformer le modèle économique.

    Il atteste qu'il ne souhaite pas «ralentir» les réformes. «Nous irons jusqu'au bout de notre projet», conclut-il sous une nouvelle acclamation debout des marcheurs.

    Les différents groupes parlementaires prennent désormais la parole.

  • 15h47 CET



  • Lire aussi

    Jardin des Plantes : cette nouvelle vidéo qui peut mettre à mal la défense d'Alexandre Benalla


    Edouard Philippe critique les intentions des deux motions de censure : «A travers cette affaire se joue toute autre chose que la recherche de la vérité. L'instrumentalisation politique a fait son ouvrage.»

    «Il y a des oppositions de rencontre, [...] ici bien à gauche, ici bien à droite», pointe-t-il du doigt.

    «Votre premier espoir c'est atteindre le président de la République [...] Vous n'y parviendrez pas», avertit-il également. «Les événements du 1er mai ne disent rien de la présidence de la République», ajoute-t-il.

    Le Premier ministre évoque les motions de censure comme «des motions de blocage» contre les réformes du gouvernement.
  • 15h38 CET

    Edouard Philippe évoque un «dysfonctionnement» et des «fautes individuelles» dans l'affaire Benalla. Il avoue des actes inacceptables pour décrire le comportement d'Alexandre Benalla. Il rappelle que lors de l'affaire Cahuzac, la commission d'enquête avait mis plus de temps pour se mettre en place. Edouard Philippe est lui aussi offensif : «Les faits apparaissent désormais clairement, et ils ne permettent à personne d'évoquer je ne sais quelle milice parallèle et d'alimenter les populismes et les théories du complot». Alors que les députés marcheurs se lèvent de nouveau de leur banc pour applaudir le Premier ministre, Edouard Philippe poursuit : «[Les faits] ne permettent à personne de parler de dérive monarchique, ni d'impunité.»



  • [ltr]


    [/ltr]




    Citation :


    LCP

    @LCP





    [ltr]Affaire #Benalla : "Les faits apparaissent désormais clairement et ils ne permettent à personne d'évoquer je ne sais quelle milice parallèle, et d’alimenter les populismes et les théories du complot !", tranche @EPhilippePM.
    >> http://bit.ly/2mUWVTU  #MotionDeCensure #DirectAN[/ltr]




    15:48 - 31 juil. 2018



    • 19


    • 30 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]







  • 15h37 CET

    La parole est donnée au Premier ministre Edouard Philippe. Avant sa prise de parole, les députés LREM l'ovationnent.

  • 15h32 CET

    André Chassaigne attaque la politique du gouvernement : «Que de cadeaux aux premiers de cordée avec la première loi des finances [...] Après avoir supprimé l'impôt sur la fortune, le président de la République nous a expliqué que le système de solidarité, hérité du Conseil national de la résistance coûtait un pognon de dingue. La réalité c'est que la majorité au pouvoir mène la politique économique et sociale rêvée par les 500 plus grandes fortunes de France».



  • [ltr]


    [/ltr]




    Citation :


    LCP

    @LCP





    [ltr].@AndreChassaigne (PCF) dénonce la "mascarade" qu'est devenue selon lui la commission d'enquête.
    Il s'adresse aux députés LREM : "Vous croyez marcher vers votre salut, mais vous courez vers votre servitude !"
    > http://bit.ly/2mUWVTU  #DirectAN #MotionDeCensure[/ltr]




    15:32 - 31 juil. 2018



    • 108


    • 113 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]





    Il conclut en ayant une pensée pour Jean Jaurès, mort un 31 juillet.
  • 15h24 CET

    André Chassaigne reproche «une mascarade» pour caractériser la commission d'enquête de l'Assemblée nationale.

    Il ajoute que «ce scandale, ce n’est pas une simple affaire policière», qu'elle va «bien au-delà d’une affaire d’été, pour reprendre les propos de Benalla». L'élu communiste dénonce ainsi «l'ultra concentration des pouvoirs aux mains d'un monarque élu qui sape les principes mêmes de la séparation des pouvoirs». Il atteste d'ailleurs que «l'exécutif a menti pour se protéger».

    Le député reprend les propos du philosophe Montesquieu, l’un des principaux concepteurs de la séparation des pouvoirs : «Tout pouvoir sans bornes ne saurait être légitime.»

  • 15h19 CET

    Christian Jacob finit sa motion de censure avec une acclamation debout de la droite de l'hémicycle. Dans une Assemblée particulièrement tendue, André Chassaigne, président du groupe GDR (Gauche démocrate et républicaine) à l'Assemblée nationale se présente au pupitre pour proposer sa motion de censure. Celui-ci évoque un «scandale d'Etat».



  • [ltr]


    [/ltr]




    Citation :


    LCP

    @LCP





    [ltr].@AndreChassaigne (PCF) présente la motion de censure commune aux groupes GDR, Nouvelle gauche (PS) et LFI : "L'exécutif a menti pour se protéger."
    > http://bit.ly/2mUWVTU  #DirectAN #MotionDeCensure[/ltr]




    15:25 - 31 juil. 2018



    • 63


    • 74 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]







  • 15h18 CET
    Christian Jacob attaque les marcheurs : «L’histoire parlementaire de la Ve République retiendra que […] sans la pugnacité de tous les groupes d’opposition, la commission d’enquête n’aurait jamais vu le jour, que sans notre détermination, les auditions auraient eu lieu à huis clos, que les députés En Marche, membres de la commission d’enquête, sont apparus plus godillots que jamais.»



  • [ltr]


    [/ltr]




    Citation :


    LCP

    @LCP





    [ltr]Christian Jacob (LR) : "Les députés En Marche membres de la commission d'enquête sont apparus plus godillots que jamais !"
    > http://bit.ly/2mUWVTU  #DirectAN #MotionDeCensure[/ltr]




    15:16 - 31 juil. 2018



    • 64


    • 83 personnes parlent à ce sujet


    [ltr]
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité[/ltr]





    Lire aussi : «Et de droite, et de gauche» : l'affaire Benalla fait converger les anti-Macron (ANALYSE)

  • 15h08 CET

    Christian Jacob reproche dans l'affaire Benalla «un régime de faveur décidé par Emmanuel Macron lui-même».

    «L’éclosion d’une forme de police parallèle au sein de l’Elysée n’a pu se produire qu’avec le soutien du président de la République», ajoute-t-il. «Elle a été favorisée par la connivence et la complicité de votre gouvernement», poursuit-il en s'adressant au Premier ministre Edouard Philippe.

  • 15h04 CET


  • A 15h03, Christian Jacob, président du groupe des députés LR à l’Assemblée nationale, présente la motion de censure pour 15 minutes.

    La Suite Ici sur RT

    (https://francais.rt.com/ - 31.07.2018) 


_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Affaire Benalla : le gouvernement fait face à deux motions de censure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Nouveau Coin De MDV : Convalescente Mais Toujours Là -