Sur Twitter, la chronique de Boris Johnson irrite ses détracteurs