Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Le nouveau clivage selon David Goodhart : « le peuple de quelque part » vs « gens de n’importe où »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Le nouveau clivage selon David Goodhart : « le peuple de quelque part » vs « gens de n’importe où »   Ven 24 Aoû - 16:52

Donc, nous ne sommes pas éduqués et nous sommes des laissés pour compte ... Bon, bon ... On prend note ... N'a-t-on jamais dit à ce "citoyen du monde" qu'il ne fallait jamais, mais alors au grand jamais, sous-estimer l'adversaire ? On le remerciera tout de même de penser (avec une arrogance digne d'Hitler) qu'il "peut comprendre" les laissés pour compte que nous sommes ... Merci, Monsieur dont j'ai déjà oublié le nom ...  

Citation :



Le dernier livre du journaliste et influenceur britannique David Goodhart, les nouveaux clivages politiques intitulé « The road to Somewhere » (qu’on pourrait traduire par « La route vers quelque part »), a été lu avec attention par de nombreux responsables de droite, dont le président des Républicains Laurent Wauquiez.

Citation :

Un clivage qui oppose « le peuple de quelque part » aux « gens de n’importe où »

[…] Homme de convictions, âgé de 61 ans, David Goodhart a souvent fait part de ses opinions, faisant polémique en 2004 avec un article controversé sur l’immigration intitulé « Too diverse? ». Il y explique que « la solidarité peut être en conflit avec la diversité« , posant la question du communautarisme et de l’acceptation, par la population, de l’arrivée de nouveaux migrants.
Le constat de départ de David Goodhart pourrait plaire à Emmanuel Macron : les clivages politiques traditionnels, tel celui opposant la droite et la gauche, n’a plus de sens face à l’avènement de la mondialisation. Plus généralement, l’essayiste constate que les clivages, sur lesquels se sont construites les grandes démocraties occidentales, sont en train de disparaître. […]

« Les Anywhere dominent notre culture et société » , explique-t-il d’abord. Il s’agit d’une élite éduquée, cultivée, mondialisée, disposant de réseaux lui permettant d’avoir accès à des emplois bien payés. Pour David Goodhart, ces « gens de n’importe où » ont une « identité portative« , « mobile« . « Les Anywheres, plus libéraux, sont en accord avec l’immigration, l’intégration à l’européenne et le respect des droits de l’homme pour tous, développe encore l’essayiste. Ils peuvent être plutôt patriotes, mais se revendiquent eux-mêmes comme des citoyens du monde. » Ils sont aussi davantage « déconnectés » et peuvent parfois être en « perte de repères« . David Goodhart se décrit lui-même comme un « Anywhere », même s’il « aime à penser qu’il peut comprendre les Somewhere« .

Les « Somewhere » justement sont, à l’inverse, « enracinés en un lieu donné« , « socialement plus conservateurs« , voire « communautaristes« . Moins éduqués, ce « peuple de quelque part » adhère à une idéologie plus protectionniste, estimant que mondialisation et immigration peuvent représenter des risques pour l’équilibre de la société.Ils ont le sens de la famille et valorisent le fait communautaire. David Goodhart insiste toutefois sur le fait que ces « personnes de quelque part » ne sont pas en majorité « bigots » – mot employé par l’essayiste britannique pour qualifier les croyants pratiquants de religions monothéistes – ou « racistes/xénophobes« . Parmi ces « Somewhere », se trouve nombre de « laissés-pour-compte« , base électorale des partis populistes. […]

Le JDD

(Perubu - http://www.fdesouche.com/ -   24.08.2018)

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Le nouveau clivage selon David Goodhart : « le peuple de quelque part » vs « gens de n’importe où »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Nouveau Coin De MDV : Convalescente Mais Toujours Là -