Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Washington ne voit donc aucun problème à mener une guerre déloyale à ses partenaires dès lors que des entreprises pourraient barrer la route à des projets économiques américains.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
tina gordue
Permettez-moi de rester humble ...
Permettez-moi de rester humble ...
avatar

Féminin
Cancer Cheval
Nombre de messages : 19745
Age : 88
Localisation : brest
Emploi : employé
Loisirs : lecture
Date d'inscription : 06/09/2013

MessageSujet: Washington ne voit donc aucun problème à mener une guerre déloyale à ses partenaires dès lors que des entreprises pourraient barrer la route à des projets économiques américains.   Mar 28 Aoû - 10:23

#Intelligence_économique #FCPA #Iran #Total #Airbus

"Qui pro domina justitia sequitur" constitue la devise du Department of Justice des Etats-Unis. L'une des traductions possibles serait
"qui pour régner poursuit la justice". Un phrase qui prendra tout son sens après avoir compris les rouages du FCPA.

Vous aviez probablement déjà eu l'information mais les retraits des sociétés stratégiques françaises du marché iranien deviennent effectifs.
Après avoir en vain tenté d'obtenir des dérogations de la part du Department of Justice des Etats-Unis, le CAC40 doit se résigner à
désinvestir Téhéran une nouvelle fois. Il y a quelques jours, Total a donc annoncé avoir entièrement rompu avec l'Iran, quittant de ce
fait le projet South Pars dans lequel il s'était impliqué. Le géant pétrolier français renonce à 5 milliards d'euros d'investissements et laisse
donc champ libre à la Chine et à d'autres concurrents internationaux qui, de toute façon, se mouchent avec les sanctions américaines. Dans
le sillon de Total, Airbus, PSA et Renault sont aussi actuellement en processus de retrait.

L'occasion de rappeler une nouvelle fois le rôle déterminant que joue le Foreign Corrupt Practices Act (FCPA). En vertu de ce dernier, les
Etats-Unis se sont, en 1977, arrogés unilatéralement le droit d'exercer une compétence juridique extraterritoriale quasi-absolue. Toute
entité soupçonnée de pratiques de corruption par le Department of Justice est donc soumise aux juridictions américaines dès lors qu'elle
possède un lien quelconque avec les Etats-Unis. Dans les faits, ce lien est de nos jours systématique car l'ensemble des entreprises majeures
font, par exemple, usage de protocoles informatiques américains lesquels suffisent à les engager juridiquement d'après le FCPA.

La conséquence d'une condamnation par le DoJ s'élève la plupart du temps à plusieurs centaines millions de dollars. Pour les entreprises
concernées, la possibilité de faire fi de la juridiction américaine est proprement impensable dans la mesure où cela signifierait une interdiction
de l'incontournable marché américain. De manière concrète, les sociétés inquiétées par le DoJ sont prises en otage. Elles n'ont d'autre choix
que de payer une somme stratégique ou de couler par privation du marché des Etats-Unis. Viennent parfois se greffer à cela des stratégies
d'OPA élaborées conjointement avec des sociétés stratégiques américaines ou des hedge funds issus de branches de la CIA qui permettent
aux Etats-Unis de prendre le contrôle d'entreprises étrangères revêtant un intérêt national.

L'outil du FCPA, en prétendant lutter contre la pratique de la corruption dans les affaires privées internationales, s'est jusqu'à présent révélé
un formidable outil de guerre économique employé par les Etats-Unis pour faire plier des concurrents d'entreprises américaines dans le cadre
de prises de marchés stratégiques. Le dernier épisode en date est la désormais célèbre affaire Alstom, rachetée depuis par General Electrics
avec l'aval de François Hollande et d'Emmanuel Macron. Cette arme juridique, qui plus est, n'est finalement destinée qu'aux partenaires supposés
des Etats-Unis puisque ce sont précisément les seuls à évoluer au sein du système économico-commercial établi par les Etats-Unis. Washington
ne voit donc aucun problème à mener une guerre déloyale à ses partenaires dès lors que des entreprises pourraient barrer la route à des projets
économiques américains.

Finalement, cette dure réalité concurrentielle dans les affaires privées internationales ne serait que de bonne guerre si, dans le même temps,
tout était fait en France ou dans l'Union européenne pour protéger les projets économiques stratégiques de nos acteurs vitaux. Or, comme
nous le constatons jusqu'à aujourd'hui, l'UE faillit à mettre en oeuvre la moindre mesure communautaire susceptible de faire contrepoids au
FPCA. Elle dispose pourtant d'un levier de premier plan que constituerait l'interdiction d'entreprises non-européennes au marché européen,
première puissance marchande du monde. Parallèlement, la France a depuis longtemps renoncé à la défense stratégique de ses entreprises
vitales. Il y a peu à attendre de la part du Président actuel qui avait par ailleurs lui-même validé le rachat d'Alstom par GE.



Cercle Jean Bodin - Lyon 28.08.2018
_________________
"Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice." -  Montesquieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Washington ne voit donc aucun problème à mener une guerre déloyale à ses partenaires dès lors que des entreprises pourraient barrer la route à des projets économiques américains.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Tina-La-Mémoire Ou Comment Ne Pas Se Faire Manipuler -