Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

2 septembre 2001 : Jean Farret, 72 ans, est abattu par le kamikaze islamiste Safir Bghioua dans les rues de Béziers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: 2 septembre 2001 : Jean Farret, 72 ans, est abattu par le kamikaze islamiste Safir Bghioua dans les rues de Béziers   Mar 4 Sep - 13:28

Nous aussi, nous avons nos martyrs et il est temps de le rappeler ! Nous serons ainsi prêts quant, à notre tour, nous descendrons dans la rue !


Citation :




Dix jours avant les attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center, juste avant que les noms d’Oussama Ben Laden et d’al-Qaïda ne soient connus dans le monde entier, Safir Bghioua part en guerre à l’arme lourde dans les rues de Béziers.

Ce 1er septembre fut comme un coup de semonce meurtrier, tiré par ce jeune homme de la Devèze, lié aux milieux islamistes et mû par le goût du jihad et du martyr. « Je jure aujourd’hui le 1er septembre d’aller me sacrifier pour Dieu si rien ne m’en empêche ». Il fera une victime, Jean Farret. Dix ans plus tard, Midi Libre revient sur l’affaire avec les témoins de l’époque.

Ce destin fatal, Safir Bghioua, 25 ans, élevé dans une famille nombreuse d’origine marocaine, l’a choisi délibérément, quelques heures plus tôt. Ses proches ne l’ont compris qu’après. Car Safir n’est pas du genre à se confier.

Depuis plusieurs années, il mène une vie solitaire, et cache même à sa mère et à ses sœurs l’adresse de son petit studio, cours Gambetta. Malgré de bons résultats scolaires, il avait laissé tomber le lycée pour vivre, comme bien des ados de la ville, du vol de voiture et du deal de shit. Cela l’avait conduit plusieurs fois en prison, pour de courtes peines. Ses échecs s’accumulent. Son amertume grandit.
« Il ne supportait pas l’injustice. Celle de la société, celle de la police, le racisme », raconte sa sœur aînée. Le petit voyou prend un virage. Découvre l’islam radical. « Pendant la guerre du Golfe, il collectionnait les articles. » Irak, Palestine, Kosovo, Tchétchénie : les points chauds d’un monde en crise. Des braises sur lesquels soufflent certains, comme cet Oussama Ben Laden dont il a le portrait dans sa chambre. (…)

La Devèze, samedi soir, 23 h 30. Les potes de Safir sifflent des bières, rue d’Alger. Il surgit de sa Mégane, un bandeau blanc au front, des cartouchières autour du torse. Prend une Kalachnikov dans le coffre. File un coup de crosse à la tête d’un jeune : « Tes frères palestiniens crèvent, et toi tu bois de l’alcool ? » Panique, tout le monde cavale. Safir tire en l’air de longues rafales. « Je vais les niquer ! Allahou Akbar ! »

Dans l’immeuble d’en face, majoritairement occupé par des gitans, c’est l’effervescence. On sort les fusils, on appelle la police. Arrivent deux voitures qui foncent vers l’immeuble. Safir est en embuscade, lance-roquettes à l’épaule. Feu. Miracle : le projectile n’explose pas. Mais l’impact est terrible : la 306 break des policiers recule d’une vingtaine de mètres, s’écrase sur une borne en béton. Aucun des quatre policiers qui s’y trouvent n’est blessé. Safir recharge, un brigadier ouvre le feu, le jeune homme recule jusqu’à sa voiture, qui, conduite par un complice, démarre en trombe sous les balles.

Safir Bghioua Un quart d’heure plus tard, une voiture explose devant le commissariat de Béziers. Au milieu de la rue, fusil d’assaut en main, Safir défouraille sur la façade, puis disparaît, à court de munition. Dans la nuit, deux automobilistes sont tour à tour attaqués par Safir, l’arme au poing, qui leur vole leur véhicule. Était-il seul ? Ce point ne sera jamais vraiment éclairci. À partir de 4 h du matin, Safir appelle plusieurs fois le commissariat. « Je vais donner l’assaut au commissariat, je vais tuer du flic ! » « Vous m’avez humilié, vous allez payer ! » « Je suis un soldat de Dieu, un guerrier d’Allah, j’ai été en Tchétchénie, je suis un combattant, j’ai fait des guerres à l’étranger ! » « Envoyez-moi le Raid, je veux finir en beauté ! »

Il est presque 8 heures, la nuit s’achève. Jean Farret, 72 ans, le chef de cabinet du maire de Béziers quitte le commissariat en état de siège pour rentrer chez lui, et s’arrête faire le plein. Sur sa voiture de fonction, cet ancien légionnaire a un gyrophare. Une proie pour Safir, qui veut « tuer du flic ». Le septuagénaire est abattu, à l’arme lourde. Safir rappelle le commissariat. Exige un rendez-vous pour un affrontement. Ce sera au Parc des expositions, qui offre une zone dégagée, à l’écart du centre-ville. Les tireurs d’élite du GIPN y sont en position, sur les toits des hangars. À 10 h 30, Safir arrive, kalachnikov en bandoulière, lance-roquettes à la main, qu’il pointe vers les policiers.

Midi Libre via FrenchLivesMatter


[ltr]

[/ltr]


Citation :


French Lives Matter@FrenchLivesM





[ltr]Le 1er septembre 2001 à #Béziers, Jean Farret, 72 ans, est abattu par le terroriste islamiste Safir Bghioua.

Hier le Maire de la Ville @RobertMenardFR lui a rendu hommage. Bravo à lui !

Le récit terrifiant de l'attaque : https://www.midilibre.fr/2011/09/02/,380866.php …[/ltr]


12:33 - 4 sept. 2018



  • 25


  • 27 personnes parlent à ce sujet


(DamiendeSouche - http://www.fdesouche.com/ - 04.09.2018) 

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

2 septembre 2001 : Jean Farret, 72 ans, est abattu par le kamikaze islamiste Safir Bghioua dans les rues de Béziers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Nouveau Coin De MDV : Convalescente Mais Toujours Là -