Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Allons renifler le derrière de l'Allemagne !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
tina gordue
Permettez-moi de rester humble ...
Permettez-moi de rester humble ...
avatar

Féminin
Cancer Cheval
Nombre de messages : 20446
Age : 88
Localisation : brest
Emploi : employé
Loisirs : lecture
Date d'inscription : 06/09/2013

MessageSujet: Allons renifler le derrière de l'Allemagne !    Lun 22 Oct - 21:44


http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/10/22/01016-20181022ARTFIG00001-11-novembre-l-elysee-ne-veut-pas-celebrer-la-victoire-militaire-de-1918.php?fbclid=IwAR1XfTu1MdwU0-8JHuvLug5PwrOlYSohXTSMpucRusyKajWUl6rvKKFNLZY


Aujourd'hui, le Président Macron ne souhaite pas que les célébrations de l'armistice du 11 novembre soient de nature trop militaires.

Pendant que la France, par le biais de ses plus hautes autorités, s'évertue à faire les yeux doux à l'Allemagne quitte à mettre de côté
un jour de souvenir national, l'ambassadeur d'Allemagne auprès des Nationes Unies expliquait, lors d'une conférence du 6 octobre dernier,
que des pourparlers étaient en cours entre les chancelleries françaises et allemandes pour faire du siège permanent français au Conseil de
sécurité des Nations Unies un siège franco-allemand.

Dernier levier objectif de la puissance indépendante française, la détention de l'arme atomique souveraine - et avec elle le siège historique
de membre permanent du CSNU - sont l'unique raison tangible pour lesquelles la France est encore audible aujourd'hui dans le concert des
relations internationales.

Pour l'Allemagne, il y a donc tout à gagner à travailler au corps l'idée d'un siège commun au CSNU. Logiquement interdite
de toute détention d'arme nucléaire, elle n'aurait en l'espèce qu'à s'asseoir sur la France et ses milliards d'euros de budgets
consacrés chaque année à l'entretien et le développement du nucléaire militaire, tout en bénéficiant par voie indirecte de toutes
les conséquences positives induites par un droit de veto au CSNU.

Du côté de la France, tout est à perdre. Budgétairement, tout d'abord, elle dépense chaque année au moins 3 milliards d'euros
de budgets officiels pour son arsenal nucléaire. Un effort national considérable et de longue date qui, rappelons-le, fait partie des
héritages légués par le Général De Gaulle, dont l'indépendance française fut chevillée au corps. Politiquement, enfin, la dilution de
la puissance française dans un couple qui n'en a que le nom ne saurait mathématiquement profiter à la France qui, à ce jour, dispose
d'un siège permanent pour elle seule. Si le partage peut être une vertu, il est aussi nécessairement une privation. En vertu de quoi,
par conséquent, faudrait-il offrir à l'Allemagne ce siège ? Quel argument valable et servant nos intérêts pourraient le justifier ?

Rappelons enfin que les Nations Unies et, avec lui, le Conseil de sécurité y culminant sont les conséquences directes et explicites de la
seconde guerre mondiale, celle-là même qui fut l'initiative pleine et entière de l'Allemagne qui, comme aujourd'hui, retrouvait une
quête de puissance. Faut-il aussi, outre l'affront fait à la France, faire un pied de nez à l'Histoire toute entière ?

Le couple franco-allemand, lorsqu'on l'observe bien, ressemble à s'y méprendre à un mariage blanc. L'un est aveuglé par ses propres
illusions et l'autre, en revanche, sait parfaitement pourquoi il est là. A chacun de deviner à qui iront les rôles.

Cercle Jean Bodin - Lyon 22.10.2018



À l'approche des commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, l'Élysée a fait savoir qu'il ne s'agissait
pas de célébrer la victoire « militaire » de 1918, provoquant un début de polémique.

TV Libertés 22.10.2018


_________________
"Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice." -  Montesquieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Allons renifler le derrière de l'Allemagne !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Tina-La-Mémoire Ou Comment Ne Pas Se Faire Manipuler -