Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Was the November 24th the turning point of the “yellow vest” movement?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
tina gordue
Permettez-moi de rester humble ...
Permettez-moi de rester humble ...
avatar

Féminin
Cancer Cheval
Nombre de messages : 20767
Age : 88
Localisation : brest
Emploi : employé
Loisirs : lecture
Date d'inscription : 06/09/2013

MessageSujet: Was the November 24th the turning point of the “yellow vest” movement?   Dim 25 Nov - 12:55

Vincent Christophe Le Roux Jacques Sapir, je propose ci-dessous la version traduite de l'ensemble du texte. Comme il est de vous,
vous avez le droit de me demander de le rectifier si vous estimez que j'ai mal retranscrit votre parole.

1-- Comment percevez-vous la situation actuelle de Macron et du gouvernement après la manifestation de protestation des Gilets
Jaunes d'aujourd'hui ? Pensez-vous que ces protestations dépassent le cadre économique pour venir sur un terrain politique ?

Le mouvement des "Gilets Jaunes" a clairement remporté aujourd'hui une bataille symbolique, une bataille d'image.
Emmanuel Macron s'est trouvé assiégé toute la journée de ce 24 novembre et n'a pas essayé de réagir. Il a donné le sentiment qu'il
avait peur de ce qui se passait à quelques pas de son palais de l'Élysée. Mais, pire encore, il n'a tout simplement pas trouvé les mots
qui auraient pu être entendus par les Gilets Jaunes. C'est une excellente preuve qu'il est incapable de comprendre les raisons et les
motivations de ce mouvement. Voir un Président de la République esseulé dans son bureau lequel est entouré de policiers à peine
capables de contenir les manifestants est une image assez désastreuse.

Le mouvement des Gilets Jaunes a remporté une bataille mais n'a pas gagné la guerre. Voici une autre leçon que nous pouvons tirer
des évènements de ce jour qui, d'ailleurs, ne se sont pas déroulé seulement à Paris mais aussi dans des dizaines de villes de province.
Alors que va donc être l'avenir de ce mouvement ?

Certains disent déjà qu'il s'agirait d'une version française des "Printemps arabes". Je ne le pense pas pour l'instant. Mais il est vrai que
ce mouvement a clairement pris pour cible les fondements de la politique économique et sociale qui n'est pas seulement celle de l'actuel
gouvernement mais celle de tous les gouvernements depuis des années. Si la politique économique et sociale n'est pas radicalement
réorientée - et nous ne voyons pas venir un tel changement parce que cette politique n'est que le résultat des décisions de l'Union
européenne - alors ce mouvement de protestation se poursuivra sous la forme actuelle ou de différentes façons.

2-- Pourquoi les gens sont-ils si furieux à l'encontre du gouvernement de Macron ? Et pourquoi fait-il face à une telle pression aujourd'hui ?

Les gens ne sont pas en colère seulement à cause de l'augmentation du prix du diesel. Ce que disent tous les manifestants est que
leur pouvoir d'achat ne cesse de décliner depuis des années. Le fait est que pour les 50% de Français les plus pauvres en France, une
majeure partie de leurs dépenses dépend très largement de décisions qu'ils ne peuvent changer. La quantité d'argent qu'ils peuvent
librement décider de dépenser ou d'économiser pour l'alimentation, l'habillement, pour leurs enfants, se réduit sans cesse. Ceci a
provoqué un sentiment de colère et de désespoir et Macron est en train d'en payer le prix. Il et exact que la situation ne résulte pas
seulement des décisions prises par Macron. Le processus qui contraint encore et encore le pouvoir d'achat des ménages à bas revenus
et à revenus moyens se déploie depuis une décennie au moins et sans doute davantage encore.

Mais il est également vrai que les décisions prises par Emmanuel Macron n'ont fait qu'aggraver la situation. Ce n'est pas tant le poids
des taxes que les gens payent en France qui les fait réagir que le fait que ce poids est injustement réparti et qu'il ne pèse pas sur un
grand nombre de ménages parmi les plus aisés qui échappent à ce fardeau. Les gens ne se révoltent pas contre la fiscalité en soi mais
contre un système fiscal inéquitable.

Dans ce contexte, la hausse des prix de l'énergie n'a été que le déclencheur d'une explosion sociale. Même si Emmanuel Macron décidait
aujourd'hui de ne pas mettre en oeuvre cette augmentation, le calme ne reviendrait pas en France. Parce que le sentiment de colère
est bien trop puissant. Macron doit payer pour certains mots insultants qu'il a utilisés à l'encontre du peuple français. Il doit payer pour
son propre avenir, complètement déconnecté avec la vie réelle vécue par les gens. C'est la raison pour laquelle ce mouvement réclame
désormais rien moins que son retrait du pouvoir.

3-- Le fait que la police ait réagi avec violence est-il de nature à faire croître le niveau de tension en France et à rendre la situation bien
pire encore pour le Président ?

Oui sans doute. A ceci près que la situation ici demeure un peu confuse. En certains endroits, nous avons vu la police user de la violence
contre les manifestants.Mais en d'autres lieux, nous avons assisté également à des scènes de fraternisation entre manifestants et
policiers. Certains syndicats de policiers critiquent désormais ouvertement leur ministre de tutelle, le ministre de l'Intérieur Castaner,
et affirment que les manifestants ont été bien plus nombreux que cela n'a été dit publiquement.

On a donc maintenant le sentiment que l'on est proche du jour où la police pourrait ne plus obéir aux ordres du gouvernement. Si cette
situation devait empirer, cela mettrait en question le pouvoir même du gouvernement.

Jacques Sapir a publié un article.


Was the November 24th the turning point of the “yellow vest” movement?

JACQUES SAPIR·SAMEDI 24 NOVEMBRE 2018

Je viens de répondre aux questions posées par un journaliste brésilien, Rodrigo Craveiro, du CORREIO BRAZILIENSE sur la
manifestation du 24 novembre des “Gilets Jaunes”. Les voici. Ces réponses, comme les questions, sont en anglais/


1-- How do you see actual situation of Macron and the government after yellow vest protests of today? Do you believe the
protests gained much more a political status than economical?

The « yellow vest » movement has clearly won today a very symbolical battle, a battle of image. Emmanuel Macron has been
besieged all the November 24th and he didn’t try to react. He looked like he was afraid by what was happening really block
away from his office at the Elysée palace. But, what is worse he just could not find words that could be listened by the
« yellow vest » movement. This is a very good demonstration that he is unable to understand reasons and motivations
of this movement. To se a French President of the Republic alone in his office surrounded by policemen barely able to
contain demonstrators is quite a terrible image.

The « yellow vest » movement has won a battle but he still not has won the war. This is another lesson we can make from
demonstrations of today, demonstrations which, by the way, took place not just in Paris but in tens of province town. What
then will be the future of this movement ?

Some people are already speaking of the French kind of the Arab spring. I don’t think so for now. But, this movement very clealy
attacked roots of the social end economic policy not just implemented by the current government but by governments for years.
If the social and economic policy is not radically changed, and we are not seeing such a change coming because it is largely the
results of European union decisions, this movements will go on on the current form or by different ways.

2-- Why are people upset with Macron´s government? And why he is being under pressure right now?

People are now upset not just because the rise in the diesel oil price. What all demonstrators are saying is that their purchasing
power declined for years. The fact is that for the 50% poorest people in France a large part of their expenditures is already
constrained by decisions they can’t change. The amount of money they can decide more or less freely to spend for food, for
clothes, for their own children is now constantly reducing. This has created a feeling of angryness and despair that Macron is
now in a way paying. It is true that this situation is not the result of just Macron’s decision. This process constraining ever
and ever money for medium and low income households is one taking place for at least a decade and probably more. But,
it is also true that decisions made by Emmanuel Macron made the situation worse. People are not resenting the heavy tax
burden we are all paying in France, they are resenting the fact this burden is not fair and that a lot of very wealthy households
are escaping a huge part of this burden. People are not contesting taxes but an unfair tax system.

In this context the raise of energy prices was the trigger for a social explosion. But, even if Emmanuel Macron would decide not
to implement the planned raise of prices, this would not bring calm in France. The feeling of angryness is just too powerful.
Emmanuel Macron is to pay for some insulting words he used against common people. He is to pay for his own behavior, completely
disconnected with the real life real people are living. This is why this movement is now asking for his ousting of power.

3-- The fact police reacted with violence could increase level of tension in France and make things worse to the president?

Yes, quite certainly. But the situation here is a bit confuse. On some points we have seen the police using violence against
demonstrators. But on some others we have also seen pictures of « fraternization » between demonstrators and the police.
Some Police trade-unions are now openly criticizing the Minister of Interior, Mr. Castaner, and saying that demonstrators have
been much more numerous that what he said publicly. We have now a feeling that, at some point, the police could not obey
governments’ order.

Would this situation go worsening and worsening, that would raise the issue of the actual power of the government.


Jacques Sapir 25.11.2018

_________________
"Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice." -  Montesquieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Was the November 24th the turning point of the “yellow vest” movement?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Tina-La-Mémoire Ou Comment Ne Pas Se Faire Manipuler -