Nota Bene
Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Pelham Grenville Wodehouse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Elisabeth

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 9472
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

Pelham Grenville Wodehouse Vide
MessageSujet: Pelham Grenville Wodehouse   Pelham Grenville Wodehouse EmptyLun 11 Mar - 7:04




Pelham Grenville Wodehouse , né à Guildford, Surrey, le 15 octobre 1881, mort à New York le 14 février 1975, est un auteur humoriste britannique naturalisé citoyen des États-Unis d'Amérique en 1955. Prolifique, il a écrit plus de 90 livres de récits (70 romans et 20 recueils de 200 nouvelles), plus de 100 autres récits en magazines, 400 articles, 19 pièces de théâtre, et 250 chansons pour 33 comédies musicales (pour Jerome Kern, Cole Porter, Ira Gershwin, etc.). Son personnage du valet de chambre Jeeves est devenu internationalement célèbre. Sa série Jeeves and Wooster fut adaptée pour la chaine de télévision ITV en 1990, et il a été très bien reçu.

Prolifique, Wodehouse a écrit plus de 90 livres de récits (70 romans et 20 recueils de 200 nouvelles), plus de 100 autres récits en magazines, 400 articles, 19 pièces de théâtre, et 250 chansons pour 33 comédies musicales (pour Jerome Kern, Cole Porter, Ira Gershwin, etc.).

Parmi ceux-ci, les plus célèbres sont ses romans et nouvelles, pour la plupart situés dans le milieu de la gentry britannique de l'entre-deux-guerres (1918-1940). Ils sont caractérisés en surface par des intrigues emberlificotées et loufoques à la manière du vaudeville et du théâtre de boulevard, mais soutenus en profondeur par des personnages excentriques, des dialogues bondissants, et un humour idiosyncratiquement British. Mêlant l'argot édouardien délicieusement suranné de l'aristocratie à une grammaire impeccable, Wodehouse est aussi un magicien du langage, dont les images sont aussi insolites que drôles.

Reginald Jeeves, beaucoup plus connu sous le nom de Jeeves, est un personnage de fiction qui intervient régulièrement dans les romans de P.G. Wodehouse.

Jeeves n'est pas un majordome, c'est un valet de chambre, ce que les Britanniques nomment plaisamment le « gentleman personnel du gentleman ». Dans la plus grande partie des œuvres où il est présent, Jeeves est au service de Bertram Wooster, plus connu sous le diminutif de Bertie. La plus grande partie de l'intrigue de ces œuvres repose sur le schéma suivant :

Bertie ou l'un de ses amis se trouve dans une situation impossiblement compliquée
Bertie, en tentant lui-même de s'en sortir, aggrave encore les choses
après moult péripéties, Jeeves résout le problème, généralement en humiliant légèrement Bertie au passage.
Il apparaît pour la première fois dans une nouvelle, Extricating Young Gussie (1917). Il figure également dans le dernier roman de Wodehouse, Aunts Aren't Gentlemen (Pas de pitié pour les neveux, 1974). Wodehouse affirme avoir créé Jeeves sur le patron d'un butler réel, qui serait venu à son secours, comme Jeeves le fait pour Bertie dans ses romans.

Le narrateur, Bertie Wooster, est un égocentrique qui ne sait à peu près rien sur la vie privée de Jeeves. Le lecteur apprend que ce dernier a été éduqué de manière privée, que son prénom est Reginald, et qu'il part tous les étés pêcher la crevette sur le littoral anglais. Doué d'une grande culture, il cite fréquemment les classiques, particulièrement Shakespeare (qu'il appelle simplement « le Poète »), mais aussi les romantiques comme Coleridge, Lord Byron ou Keats. Son délassement favori est la lecture de Spinoza1. On sait qu'il n'aime pas Nietzsche2. Les plans grâce auxquels il tire Bertie ou ses amis d'affaires sont, de son propre aveu, fondés sur « la psychologie de l'individu », et il attribue son agilité mentale à la consommation de poisson, riche en phosphore. Il est membre du club Junior Ganymede.

Un des ressorts comiques des romans s'articule sur les conflits qui opposent régulièrement Jeeves, aux goûts conservateurs, et Bertie Wooster à propos des tenues vestimentaires flamboyantes que préfère ce dernier.

Dès 1936, les personnages de Jeeves et Bertie sont respectivement interprétés au cinéma par Arthur Treacher et David Niven dans Les Aventures de Jeeves, valet de chambre (Thank You, Jeeves!), un film américain réalisé par Arthur Greville Collins. Arthur Treacher reprend le même rôle l'année suivante dans Step Lively, Jeeves!, réalisé par Eugene Forde.


Pelham Grenville Wodehouse 514w0011

L'oncle Galahad au château de Blandings P.G. Wodehouse

L'un des rares classiques comiques, P. G. Wodehouse est l'auteur de plus de soixante-dix livres dont la plupart racontent les aventures bouffonnes d'une bande de jeunes aristocrates riches, niais, mais sympathiques, qui cherchent - ou parfois qui cherchent à éviter - le mariage.
Bertie Wooster et Jeeves, son valet de chambre, sont des immortels. Mais Wodehouse se distingue surtout comme un styliste sachant infailliblement confectionner, au moyen de l'allusion littéraire, du cliché, de l'argot et du langage ordinaire, la voix même de l'absurdité désinvolte.


Ce roman fait partie d'une série qui se déroule au château de Blandings, paisible village anglais. Il peut se lire seul, il date de 1965.
On y suit les aventures de plusieurs jeunes gens, des aristocrates n'ayant pas vraiment de soucis dans le vie si ce n'est faire la fête, faire des paris sur les prochains mariages des gens connus, trouver une compagne pour l'épouser, ou s'amuser d'un rien.
Ici, il est question de trois jeunes gens dont les unions sont compromises pour différentes raisons et c'est l'oncle Galahad qui va tenter de les aider tous les trois à réparer les dégâts et à finaliser leurs unions. Il y a aussi une ancienne conquête oubliée qui va faire un retour fracassant, un cochon nommé l'Impératrice de Blandings que tout le monde est censé chouchouter, des soeurs assez tyranniques….
Les situations relèvent généralement du vaudeville, il y a des lettres qu'il faut intercepter avant qu'elles arrivent jusqu'à leur destinataire, des personnes qu'il faut éviter comme la peste quitte à inventer des mensonges ridicules, des histoires d'amour qu'il faut rafistoler, des quiproquos qu'il faut éclaircir….

Aussi drôle que ces inusables comédies de la grande époque avec Alec Guinness.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pelham Grenville Wodehouse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: MODESTE PANORAMA DE LA LITTERATURE :: Littérature Anglo-saxonne et anglophone (sauf Pays celtes & USA) -