Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

Jean-François Sarrasin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

Jean-François Sarrasin Vide
MessageSujet: Jean-François Sarrasin   Jean-François Sarrasin Icon_minitimeVen 5 Déc - 9:20

5 décembre 1654, Pézenas - Actuel département de l'Hérault (France) : décès de Jean-François Sarrasin, poète et homme de lettres.

Fils d'un trésorier-général normand, il fit de bonnes études en à Hermanville où il était né, probablement en 1614. Mais à la fin de ses études, il monta droit sur Paris où il intégra le milieu littéraire du temps. Sans jamais avoir les honneurs de l'Hôtel de Rambouillet, il rivalisa avec Voiture et Bensérade.

Pour les Précieuses, il devint "Amilcar." Avec Ménage, Pellisson, Madeleine de Scudéry et bien entendu Scarron, il échangea vers et épigrammes et, bien entendu, lorsque, en 1639, Georges de Scudéry se mit en tête d'attaquer Corneille avec son "Discours sur la Tragédie", Sarrasin se tint fidèlement à ses côtés.


En ce qui concerne l'alimentaire, il finit par trouver un poste de confiance auprès du comte de Chavigny, qu'il devait suivre dans maintes missions diplomatiques. Hélas ! le poète était aussi tête en l'air et aimait un peu trop à dilapider les fonds qu'on lui confiait à d'autres fins. Ce qui amena un recul de la part de Chavigny, lors de l'hiver 1643/1644.

Peu de temps après ces déboires, Sarrasin partit en Allemagne où il se gagna les bonnes grâces de la princesse Sophie de Bohême, celles-ci ne s'accompagnant malheureusement d'aucune sorte de gratification. A son retour en France, Sarrasin se résolut donc à épouser une veuve riche et sensiblement plus âgée que lui mais cette union entre deux protagonistes trop disparates ne dura guère.

Par l'entremise du cardinal de Retz et de la duchesse de Longueville, le poète passa alors dans la maison du prince de Conti, en qualité de secrétaire des commandements. Conti - comme la majeure partie des Condé - était célèbre pour sa morgue et ses bizarreries de caractère. Il maltraitait le pauvre Sarrasin mais celui-ci lui devint vite indispensable, à un point tel que, d'office, le prince le mettait de tous ses voyages.

Doué d'un sens de l'humour particulièrement aigu, Sarrasin était un joyeux drille, jamais à court de repartie ou de bouffonnerie. En matière de vers, il nous a laissé une abondante production : "Rollon le Conquérant - La Guerre espagnole - Dulot Vaincu ou La Défaite des Bouts Rimés" (épopée burlesque contre l'inventeur du genre des bouts-rimés) et enfin "Pompe funèbre en l'honneur de Voiture." Après lecture et suivant nos goûts contemporains, il appert vite que, sur le plan purement poétique, il fut surestimé.

En revanche, son "Histoire du siège de Dunkerke" en 1649 ainsi que "La Conspiration de Walstein" en 1651, tous deux rédigés en prose, sont d'une finesse, d'une élégance et d'un style qui, avec un siècle d'avance, rappelle le Voltaire de "Charles XII." Ce qui n'est pas un mince compliment.

Sur la fin de Sarrasin, les chroniqueurs sont divisés. Certains affirment que, dans un geste d'humeur, le prince de Conti l'aurait frappé avec des pincettes et que le poète, retiré à Pézenas, en conçut une telle peine qu'il en mourut de chagrin.

Pour d'autres, c'est un mari jaloux qui aurait empoisonné Sarrasin, abonné aux aventures galantes.

Mais en réalité, il serait mort, en ce 5 décembre 1654, d'une mauvaise fièvre. Après son décès, son vieux rival et ami, Ménage, entreprit de faire éditer l'intégrale de son oeuvre. Jean-François Sarrasin Chapeau2
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Ven 5 Déc - 10:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

Jean-François Sarrasin Vide
MessageSujet: Re: Jean-François Sarrasin   Jean-François Sarrasin Icon_minitimeVen 5 Déc - 9:23

Jean-François Sarrasin Jfsarr10

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Jean-François Sarrasin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: L'Anniversaire du Jour -