Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Montesquieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65651
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Montesquieu   Sam 17 Jan - 19:17

18 janvier 1689, La Brède - Actuel département de la Gironde (Royaume de France / France Actuelle) : naissance de Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, dit Montesquieu, philosophe, moraliste et écrivain.

Né dans une famille de la noblesse de robe, le jeune Charles-Louis se voit, dit-on, donner un mendiant pour parrain afin qu'il n'oublie jamais que les pauvres sont ses frères.

Il fait ses études au collège de Juilly puis attaque son Droit. En 1714, à l'âge de vingt-cinq ans, il est nommé conseiller au Parlement de Bordeaux. L'année suivante sera non seulement celle de son mariage mais aussi celle du décès de son père, qui le fait héritier d'une grande fortune, de la charge de président à mortier du Parlement bordelais et enfin de la baronnie de Montesquieu.

Il a le goût de la chose scientifique et expérimente en plusieurs matières dont la botanique et la physique. Trois de ses textes se réfèrent à ces intérêts. Mais l'essentiel portera sur la littérature et la philosophie, sur les problèmes de société et de politique. En 1721, il publie anonymement à Amsterdam les fameuses "Lettres Persanes", satire impitoyable de la société française du temps. Personne d'ailleurs ne se trompe sur l'identité réelle de l'auteur.

Il voyage énormément dans toute l'Europe : Autriche, Hongrie, Italie ... et bien entendu l'Angleterre où il est initié à la franc-maçonnerie. De retour en France en 1734, il publie les "Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence." Il commence également à accumuler les matériaux nécessaires à la rédaction de ce qui sera l'oeuvre de sa vie : "De l'Esprit des Lois."

Il a cinquante-neuf ans lorsque cet ouvrage, édité en 1748 grâce au soutien de Mme de Tencin, connaît un succès exceptionnel. Ce livre établit  les principes fondamentaux des sciences économiques et sociales et concentre toute la substance de la pensée libérale. On notera que le Vatican s'empresse de mettre l'ouvrage à l'index.

D'autres aussi critiquent âprement "De l'Esprit des Lois", en tous cas en France, alors que, en Angleterre, l'ouvrage est couvert de fleurs. Les réactions seront parfois si vives que Montesquieu se voit obligé de publier, en 1750, la "Défense de l'Esprit des Lois."


Le livre en tous cas consacre Montesquieu comme une légende vivante. Il se remet à voyager et participe à "L'Encyclopédie" en dépit de sa vue qui le quitte peu à peu.

Il meurt le 10 février 1755, à Paris.

L'influence de "De l'Esprit des Lois" fut si importante qu'elle agit sur les révolutionnaires de 1791, quand sonna l'heure de rédiger la première Constitution de la Première république. (Auparavant, Catherine II y avait librement puisé pour les réformes qu'elle imposa en Russie.) Montesquieu y pose, le premier, le principe de la séparation des pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire). Il énonce également les différents modèles de sociétés possibles. La démocratie serait pour lui plutôt à réserver aux petites communautés. Bien entendu, il condamne le despotisme - de même qu'il condamne l'esclavage. En revanche, il ne songe pas à établir des droits communs à tous les hommes et il insiste bien sur la nécessité, pour la liberté, de s'appuyer sur un ensemble de lois et de règles assurant son bon fonctionnement. En d'autres termes, Montesquieu prêche les droits avec les devoirs.

Que penserait-il de la déliquescence de notre Vème république ? Rien de bon sans doute. Si vous partagez cet avis, procurez-vous "De l'Esprit des Lois" : ça vous remontera un peu le moral ...

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Ven 18 Jan - 18:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65651
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Montesquieu   Sam 17 Jan - 19:20


_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Montesquieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: L'Anniversaire du Jour -