Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

Middlemarch - George Eliot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65657
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

george - Middlemarch - George Eliot Vide
MessageSujet: Middlemarch - George Eliot   george - Middlemarch - George Eliot Icon_minitimeMer 4 Fév - 19:01

george - Middlemarch - George Eliot Middlemarchsp0

Middlemarch
Traduction : Sylvère Monod


Aussi étrange que cela paraisse, il est difficile de trouver un extrait réellement révélateur dans "Middlemarch." En voici un, cependant, une digression de l'auteur sur les relations amoureuses. Par la longueur et le style, il est en tous cas typique de ce que l'on rencontre tout au long du roman, et ceci quels que soient l'intrigue étudiée et les personnages qui y tiennent un rôle :

Citation :
[...] ... Nous n'avons jamais peur de raconter à mainte et mainte reprise comment un homme en vient à tomber amoureux d'une femme et à l'épouser, ou au contraire à se trouver fatalement éloigné d'elle. Est-ce par excès de poésie ou de stupidité que nous ne nous lassons jamais de décrire ce que le roi James appelait "l'allure et joliesse" d'une femme, ni d'écouter vibrer les cordes des vieux troubadours, alors que nous nous intéressons relativement peu à cette autre sorte d'"allure et joliesse" que l'on doit courtiser à force de réflexion zélée et de patiente renonciation aux menus plaisirs ? Dans l'histoire de cette passion, les développements varient, eux aussi : parfois, c'est le mariage resplendissant, parfois la frustration et la séparation définitive. Il n'est pas rare que la catastrophe soit liée à cette autre passion que chantent les troubadours. Car, parmi la multitude des hommes d'âge mûr qui exercent leur vocation suivant un parcours quotidien déterminé pour eux à peu près de la même manière que leur noeud de cravate, il en est toujours bon nombre qui eurent jadis l'intention de façonner leurs propres actes et de changer un peu le monde. L'histoire de leur réduction à une forme moyenne qui les rend propres à être empaquetés par centaines n'est presque jamais racontée, fût-ce dans leur conscience ; peut-être en effet leur ardeur à accomplir un labeur généreux et non rémunéré a-t-elle tiédi aussi imperceptiblement que celle d'autres amours juvéniles, si bien qu'un jour leur moi d'antan a hanté comme un fantôme sa demeure ancienne et fait paraître horrible le mobilier nouveau. Rien au monde ne saurait être plus subtil que le processus de leur transformation progressive ! Ils ont commencé par l'inhaler sans s'en rendre compte : une bouffée de souffle émanée de vous et de moi a pu contribuer à les contaminer, quand nous avons émis nos conformistes mensonges ou tiré nos stupides conclusions ; ou peut-être le mal est-il venu des vibrations émises par le regard d'une femme. ... [...]

Tout cela pour laisser entendre au lecteur que le Dr Lyndgate ne sera peut-être pas si heureux que ça dans son mariage. Evidemment, c'est bien raisonné, très intelligent, très pointilleux aussi mais cela paraît aussi trop raisonnable, trop léché, trop appliqué, trop soucieux de présenter une réflexion perpétuelle.

Enfin, c'est l'impression qu'il m'en est restée. Wink Cela dit, la traduction de Sylvère Monod est exceptionnelle, comme d'habitude.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Middlemarch - George Eliot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -