Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

L'Affaire de Bruay-en-Artois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62529
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: L'Affaire de Bruay-en-Artois   Jeu 26 Mar - 19:59



Le Fou de Bruay
Jean Ker


Le 6 avril 1972, à 17 heures, sur un terrain vague du petit village de Bruay-en-Artois (désormais Bruay-la-Buissière) dans le Pas-de-Calais, un groupe d'enfants jouant au foot découvre le cadavre d'une jeune fille. Celle-ci est très vite identifiée : il s'agit de Brigitte Dewèvre, âgée de quinze ans et demi, et qui, la veille, avait quitté le domicile de ses parents à 19 h 30 pour aller passer la nuit chez sa grand-mère, ainsi qu'elle le faisait souvent.

L'affaire va être instruite par le juge Henri Pascal, qui deviendra pour la presse le fameux "juge Pascal." Un homme sympathique et intègre certes mais qui, le premier d'une série de magistrats, aura le tort de s'appuyer un peu trop sur la presse pour faire passer certaines informations.

Attention ! Le juge Pascal n'a rien d'un Jean-Michel Lambert. Au contraire, il a des idées bien tranchées et ne ressemble en rien à une girouette. Pour lui, ce n'est pas le dernier qui parle qui a automatiquement raison. Mais il a le tort de se focaliser sur une seule piste et de négliger toutes les autres.

Pour certaines raisons, le juge Pascal mit toute la pression sur le notaire de l'endroit, Pierre Leroy, et sur sa compagne, Monique Mayeur.
Celle-ci, il est vrai, était propriétaire de la maison qui jouxtait le terrain vague où fut retrouvée Brigitte. Il semble également que la jeune fille connaissait au moins Monique Mayeur. Or, des bruits de réunions plus que galantes se déroulant régulièrement chez Mayeur - et auxquelles participait le notaire - couraient depuis longtemps déjà. En cette époque où, si l'on ignorait encore le SIDA, on célébrait à l'envi les vertus de la liberté sexuelle, les parties de ce genre n'étaient pas rares. Pierre Leroy était également client dans deux ou trois bars de nuit du coin. Il faut l'admettre, cela faisait de nombreuses et de bien troublantes présomptions sur la tête d'un seul homme ...

Le juge Pascal, qui n'aimait guère la bourgeoisie bien-pensante, fonça donc dans le tas, écartant - Ker le reconnaît à regrets car, jusqu'au bout, il demeura l'ami du juge - pas mal d'autres pistes. Et quand on voulut les reprendre, elles étaient froides ...


Résultat des courses : Pierre Leroy ne sera pas inculpé et Jean-Pierre F., camarade de Brigitte, qui avouera le crime avant de se rétracter, bénéficiera d'un non-lieu tant ses déclarations fourmillaient de contradictions. Aujourd'hui encore, le meurtre de Brigitte Dewèvre reste imputé à celui que l'on a surnommé "le Fou de Bruay" et auquel, vaille que vaille, en bon limier, Jean Ker essaie de donner non un visage mais au moins une silhouette.

Grand reporter à Paris-Match, Jean Ker est un habitué - et même un spécialiste - des faits divers. (Quelques années plus tard, il tiendra un rôle assez ambigu dans l'affaire Villemin.) C'est un passionné qui a, en lui, du Rouletabille et du Tintin - mais un Rouletabille et un Tintin soumis à la loi du plus fort tirage. Depuis maintenant trente-cinq ans, il n'a pas renoncé à l'idée de faire toute la clarté sur l'affaire Dewèvre, laquelle n'a en effet jamais été élucidée.

En dépit d'un style un peu facile et de quelques longueurs, son livre accroche le lecteur. Sous le clinquant du journaliste de "Paris-Match", se dessine un enquêteur réfléchi quoique passionné et qui ne conclut rien sans avoir amassé des preuves suffisantes - un homme intelligent, doté d'un réel instinct "de flic", à la fois fasciné et en même temps révulsé par les horreurs auxquelles peut atteindre le Mal humain. En outre, les seules complaisances que l'on relève ici concernent l'ego de Jean Ker et jamais le crime. Pas de photos tape-à-l'oeil non plus, un réel respect de la victime morte trop jeune même si Ker refuse d'en faire un ange de perfection. Bref, un livre à lire par ceux que l'Affaire de Bruay-en-Artois intéresse.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

L'Affaire de Bruay-en-Artois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE PETIT ENFER DE NOTA BENE CULTURE LITTERAIRE :: Grandes Affaires Criminelles -