Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

"Molloy" de Samuel Beckett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
coline
Invité



"Molloy" de Samuel Beckett Vide
MessageSujet: "Molloy" de Samuel Beckett   "Molloy" de Samuel Beckett Icon_minitimeDim 28 Aoû - 14:03

« Les mots vous lâchent, il est des moments où même eux vous lâchent » a écrit Samuel Becket.Et pourtant…
Pourtant tous les personnages de Beckett se définissent essentiellement par la parole,jusqu'à l'épuisement, jusqu'au dernier souffle. Ces voix n'ont rien à dire, et pourtant elles le disent, et du fait qu’elles n’ont rien à dire, elles ne semblent jamais épuiser un sujet qui, s'il a existé, s'est épuisé dès le début. La voix pourrait se taire, laisser place au silence mais ce serait abandonner avant d’avoir tenté d’épuiser toutes les issues.

Alors son histoire, c'est Molloy qui nous la raconte. Avec ses hésitations et le flou propre au regard qu’on porte sur soi. Un peu de la folie et de l'ironie propres à Beckett aussi.
Nous cheminons aux côtés de ce presque vagabond, au gré des méandres de son esprit aussi tortueux que son langage. Molloy erre à la recherche de quelque chose, sa mère peut-être, (mais il l’a déjà atteinte lorsque le livre commence ! “Je suis dans la chambre de ma mère. C’est moi qui y vis maintenant.”)
C’est en quête de lui-même qu’est parti Molloy en fait…Et cette quête est jalonnée d'aventures absurdes, grotesques, triviales. Jamais gratuites.

“Quand j'ai écrit la première phrase de Molloy, je ne savais pas où j'allais a dit Beckett.. Et quand j'ai achevé la première partie, j'ignorais comment j'allais continuer. Tout est venu comme ça. Sans rature. je n'avais rien préparé. Rien élaboré. »

Molloy est borgne, sale, il lui manque des dents, une jambe, il est en permanence gêné par sa vessie, il se traîne sur ses béquilles. Il n'a pas de mémoire et doit sans cesse chercher, inventer, s'inventer, parler, alors que, parfois, il ne sait même plus son nom. Il n'a qu'une idée vague de sa propre identité et de sa situation.
Sur «une route d'une nudité frappante» commence l'errance qui constitue la trame de ce monologue, émaillé de «peut-être», «je ne sais pas» et «je crois».
On n’apprend son nom, Molloy, que lorsqu'il se le rappelle soudain à la trente-deuxième page, alors que son attitude étant suspecte, il est interrogé par la police. Il passe la nuit suivante dans un fossé humide : «je dis cette nuit, mais il y en eut plusieurs peut-être. Trahissons, trahissons. La traître pensée.»

Le récit, composé d'un seul paragraphe, est constitué des souvenirs très lacunaires du narrateur,
Difficile d'entrer dans ce roman tant l'écriture surprend :elle est "d'une seule traite" et bouscule la syntaxe.
Pourtant quels délices à vaincre cette difficulté première. Une fois accoutumé, Molloy ne nous quitte plus tant est obsédant le style et truculente la verve du personnage .

“Molloy (publié en 1951) est divisé en deux parties de longueur sensiblement égale, écrits à la première personne par deux narrateurs distincts.
Si Molloy cherche sa mère, Moran cherche Molloy. Une histoire en parallèle où la recherche se transforme là encore en errance.
Le second narrateur, Jacques Moran, est un «agent» dont l'existence paisible, qu'il mène entre son fils adolescent, sa gouvernante et ses poules, est perturbée par un messager porteur d'un ordre de mission donné par un certain Youdi. Sa mission, partir à la recherche de Molloy, prend la forme d'une succession d'épreuves pour cet homme à l'esprit étroit et méthodique qui perd peu à peu son assurance. Il est soudain atteint d’une douleur aux genoux, et souffre, comme Molloy, auquel il s’identifie, d’une difficulté grandissante à se déplacer, mais aussi par divers tourments.

C’est le livre de la solitude, du vagabondage d'un être presque privé de vie, dont le corps n’a qu’une dérisoire réalité.

Dans « Watt »apparaissait pour la première fois la figure du « clochard » qui parcourra toute l’œuvre de Becket. A travers lui, il explore la condition humaine, c’est à dire, la déchéance humaine, l’exil, et l’importance de la langue par rapport à l’existence.

Molloy reste un livre majeur dans l'oeuvre Samuel Beckett.
Revenir en haut Aller en bas
Fabien
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Fabien

Masculin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 565
Age : 30
Localisation : Nancy
Emploi : Etudiant
Loisirs : -
Date d'inscription : 19/12/2005

"Molloy" de Samuel Beckett Vide
MessageSujet: Re: "Molloy" de Samuel Beckett   "Molloy" de Samuel Beckett Icon_minitimeJeu 11 Mai - 18:41

C'est une trilogie avec Molloy, Malone meurt et l'inomable ?

Il y a un ordre ?
_________________
Place Notre-Dame, Blog et Poil à Gratter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://placenotredame.tumblr.com/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

"Molloy" de Samuel Beckett Vide
MessageSujet: Re: "Molloy" de Samuel Beckett   "Molloy" de Samuel Beckett Icon_minitimeJeu 11 Mai - 19:44

J'ai toujours enendu dire que "Malloy" et "Malone meurt" constituaient les deux premiers volumes. "L'Innommable" leur est postérieur de deux ou trois ans.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

"Molloy" de Samuel Beckett Vide
MessageSujet: Re: "Molloy" de Samuel Beckett   "Molloy" de Samuel Beckett Icon_minitimeSam 13 Mai - 22:57

Von Stroheim - très occupé en ce moment, d'ailleurs, il ronfle - te fait dire, Fabien, que, en matière de Beckett, il faut lire ab-so-lu-ment :

le Dépeupleur !!!!!

(Ben, moi, "Le Dépeupleur", j'ai pas aimé : ça fait très économie ultra-libérale et c'est bourré de types qui vivent sur des échelles et chacun a les pieds posés sur les mains de l'autre, en dessous ... Af-freux !!!
"Molloy" de Samuel Beckett Fouaumar "Molloy" de Samuel Beckett Faint )
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




"Molloy" de Samuel Beckett Vide
MessageSujet: Re: "Molloy" de Samuel Beckett   "Molloy" de Samuel Beckett Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

"Molloy" de Samuel Beckett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: UNE LARME D'EMOTION POUR NOS PREMIERES ARCHIVES :: Le Grenier -