Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Paul VALERY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Paul VALERY   Mar 25 Aoû - 20:18

Les éditions de Fallois en publiant en novembre 2008 le recueil "CORONA -
CORONILLA - Poèmes à Jean VOILIER " ( pseudo de Jeanne LOVITON ), ont révélé au grand public une partie de la vie intime de Paul VALERY. Ces textes sont - de mon avis - parmi les meilleurs de la poésie amoureuse française. En voici deux exemples tirés de l'un et l'autre volume :

SANS TOI, PENSANT A TOI

Sans toi, pensant à toi, quand j'ai perdu le jour
Tu me viens dans la nuit, échappée à toi-même,
Tu t'évades en moi, chère Âme de l'amour,
Ombre toute fidèle au seul songe que j'aime.

Quand l'éveil me relève, ô mon premier émoi,
Je te forme et te vois, je prends ce noble torse,
Temple où j'adore un coeur qui serait tout à moi
S'il pouvait dans le mien puiser toute sa force.

Oh...Veuille, ma Beauté, veuille ce que je veux :
Ce que je te redis en flattant tes cheveux
Par le simple retour d'une même caresse :

Nulle voix ne saurait te faire entendre mieux
Le mystère et le sens de toute ma tendresse :
Un échange sans fin des âmes de nos yeux.



SOUPIR DU SAMEDI ONZE


PUISSE ton coeur, ce soir, silencieuse absente,
Te souffler de ces mots dont je t'ai dit plus d'un,
De ces mots dits si près qu'ils prenaient ton parfum
A même ta chair tiède et sur moi trop puissante.

Oui, c'est moi ; tu m'entends dans l'azur étranger...
Laisse un peu tes yeux perdre un peu du paysage
Et ferme-les, pour voir vaguement ce visage
Où tu voyais l'esprit en amour se changer.

DEMAIN...C'était le jour de nos pleines caresses...
J'accourais...J'attendais, pâle, que tu paraisses
Tendrement souriante au seuil de ta maison...

Oh ! que le diable emporte et Maroc et le Monde,
Quand il était si doux de perdre la raison
Sur les bords plus vivants que le désert et l'onde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 55
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Paul VALERY   Mar 25 Aoû - 20:27

De très beaux sonnets !
_________________
Avoir un Corps m'est effroi - Avoir une Âme m'est effroi
Profonde - précaire Propriété - Possession, non choisie
Emily Dickinson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Paul VALERY   Mer 26 Aoû - 9:51

Alors...quelques vers en prime :

HEURE

L'heure de Toi, l'heure de Nous
Ah...Te le dire à tes genoux,
Puis sur ta bouche tendre fondre
Prendre, joindre, geindre et frémir
Et te sentir toute répondre
Jusqu'au même point de gémir...
Quoi de plus fort, quoi de plus doux
L'heure de Toi, l'heure de Nous ?


( Rien de personnel dans ce message)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 55
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Paul VALERY   Mer 26 Aoû - 9:56

C'est chaud !

Paul Valéry, c'est l'auteur d'un recueil qui s'intitulerait Toi et Moi (ou qq chose comme ça) ? J'ai souvent entendu mon père regretter de l'avoir perdu.
_________________
Avoir un Corps m'est effroi - Avoir une Âme m'est effroi
Profonde - précaire Propriété - Possession, non choisie
Emily Dickinson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Paul VALERY   Mer 26 Aoû - 10:25

Il y a du torride ; c'est d'ailleurs un peu pour ça que ces textes n'ont pas été portés à la connaissance du public pendant soixante trois ans. "Toi et Moi", je ne vois pas. Je connais "Album de vers anciens", "Charmes", "Pièces diverses", les poésies de jeunesse, "Corona-Coronilla". Mon Pléiade ne voit pas non plus.
Mais je ne suis qu'un admirateur éclairé... à la bougie.


Dernière édition par mile21 le Mer 26 Aoû - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Paul VALERY   Mer 26 Aoû - 10:35

Un peu de torride ( pas plus que chez certains poètes du XVI ème siècle )

GOÛTER DE VITAMINES

De vos fruits, Jeanne, amande, pêche ou fraise,
On sait la tendre et puissante saveur ;
Ils sont de ceux gonflés de ta ferveur
Qu'on presse, on croque, on suce, on boit, on baise.

Le jus Tendresse et puis le suc Amour
Tandis que l'âme avec l'âme roucoule,
Des fruits pressés, l'un jaillit, l'autre coule,
Et l'autre et l'un, dans ton soyeux séjour.

22 juin 1938
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Paul VALERY   Dim 6 Sep - 5:03

LE CYGNE


"Au rire du soleil posé sur une branche
Et sous sa plume un flot limpide se plissant
Le cygne file en plein saphir carène blanche
Et l'eau miroir le fait deux fois éblouissant

Neige sur l'onde ! un souffle insensible le pousse
Comme un vaisseau fantôme enfui parmi l'azur
Puis il va s'échouer sur la rive de mousse
Et dort dans la lumière idéalement pur !

Vase de chasteté symbolique et splendide
Ayant d'un monde vil oublié le Destin
Ô Cygne immaculé tu fuis dans le matin

Baiser de la lueur sur ton aile candide
Vers la Rive céleste où dans l'Eternité
Se confondent l'Amour et la Virginité."

( écrit à 18 ans )


SOLITUDE


"Loin du monde, je vis tout seul comme un ermite
Enfermé dans mon coeur mieux que dans un tombeau.
Je raffine mon goût du bizarre et du beau,
Dans la sérénité d'un rêve sans limite.

Car mon esprit, avec un art toujours nouveau,
Sait s'illusionner - quand un désir l'irrite.
L'hallucination merveilleuse l'habite
Et je jouis sans fin de mon propre cerveau...

Je méprise les sens, les vices, et la femme,
Moi qui puis évoquer dans le fond de mon âme
La lumière...le son, la multiple beauté !

Moi qui puis combiner des voluptés étranges
Moi dont le rêve peut fuir dans l'immensité
Plus haut que les vautours, les astres et les anges !..."

(écrit à 16 ans)
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Paul VALERY   Mer 9 Sep - 11:12

La famille VALERY me pardonnera, mais je ne peux m'empêcher de diffuser le sonnet suivant, publié en Pleiade et dans "Corona - Coronilla".

SONNET


"A la vitre d'hiver que voile mon haleine
Mon front brûlant demande un glacial appui
Et tout mon corps pensif aux paresses de laine
S'abandonne au ciel vide où vivre n'est qu'ennui

Sous son faible soleil, je vois fondre AUJOURD'HUI
Déjà dans la pâleur d'une époque lointaine
Tant je sens que je suis vers ma perte certaine
Le Temps, le sang des jours, qui de mon âme fuit.

Passez, tout ce qui soit...Seul, mon silence existe ;
Jusqu'au fond de mon coeur je le veux soutenir,
Et muet, peindre en moi la mort d'un souvenir.

Amour est le secret de cette forme triste,
L'absence habite l'ombre où je n'attends plus rien
Que l'ample effacement des choses par le mien."


Famille VALERY, offrez nous ce que je sais rester !
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Paul VALERY   Mer 14 Avr - 3:00

Pessimisme d'une heure

Il est une douleur sans nom, sans but, sans cause
Qui vient je ne sais d'où, je ne sais trop pourquoi,
Aux heures sans travail, sans désir et sans foi
Où le dégoût amer enfielle toute chose.

Rien ne nous fait penser, rien ne nous intéresse,
On a l'esprit fixé sur un maudit point noir.
Tout est sombre : dedans, dehors, le jour, le soir,
C'est un effondrement dans un puits de tristesse.

C'est surtout vers la nuit, quand s'allume la lampe.
Cet ennui fond sur nous, aussi prompt qu'un vautour.
Le découragement nous guette au coin du jour,
Quand s'élève du sol l'obscurité qui rampe.

Ce n'est pas celui-là qui mène à la rivière
C'est un mauvais moment à passer, voilà tout.
Il nous fait ressortir la joie, ce dégoût
Comme l'obscurité fait aimer la lumière.
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Paul VALERY   Mer 14 Avr - 3:30

Le beau est négatif

Le Beau implique des effets d'indicibilité, d'indescriptibilité, d'inéffabilité. Et ce terme lui-même ne dit RIEN. Il n'a pas de définition, car il n'y a de vraie définition que par construction.
Or, si l'on veut produire un tel effet au moyen de CE QUI DIT, - du langage, - ou si l'on ressent, causé par le langage, un tel effet, il faut que le langage s'emploie à produire ce qui rend muet, exprime un mutisme.
"Beauté", signifie "inexprimabilité" - ( et désir de retrouver cet effet ). Donc, la "définition" de ce terme ne pourrait être que la description et les conditions de production de l'état de ne pouvoir exprimer, dans tels cas particuliers et de tel genre.
"Inexprimabilité" signifie, non qu'il n'y ait pas des expressions, mais que toutes les expressions sont incapables de restituer ce qui les excite, et que nous avons le sentiment de cette incapacité ou "irrationalité" comme de véritables propriétés de la chose-cause.
La propriété cardinale de ce beau tableau est d'exciter le sentiment de ne pouvoir en finir avec lui par un système d'expressions.
De l'ineffabilité : " les mots manquent". La littérature essaye par des "mots" de créer l'"état du manque de mots".
Beauté est donc : négation, plus soif causée parce qui s'exprime par cette impuissance, plus "infini" de cette soif, plus X...
Ce qui est achevé, trop complet nous donne sensation de notre impuissance à le modifier.
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul VALERY   

Revenir en haut Aller en bas

Paul VALERY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: INTERMEDE ARTISTIQUE, MUSICAL ... SAUPOUDRE DE POESIE :: Le Cercle des Poètes -